Marine Le Pen choisirait un juif comme ministre de la Culture de son gouvernement

By  |  18 Comments

Marine Le Pen verrait bien Eric Zemmour comme son ministre de la Culture

Si elle accède au pouvoir, la présidente du Front national pense proposer au polémiste de devenir ministre de la Culture.
Eric Zemmour ministre de la Culture de Marine Le Pen, si elle accède au pouvoir ? « Mais absolument ! C’est une bonne idée » a annoncé la dirigeante du Front national lors d’un entretien avec Guillaume Durand pour le quotidien L’Opinion publié ce lundi. « Je ne suis pas sûre qu’il accepte, mais c’est un type très cultivé et courageux. Le jour où j’arriverai au pouvoir, les gens seront surpris par la qualité de ceux qui m’entourent » a-t-elle ajouté.
Des liens existent entre le polémiste et le parti frontiste. En novembre, Le Monde avait révélé que Le Suicide français, essai controversé d’Eric Zemmour, avait été relu par Philippe Martel, le chef de cabinet de Marine Le Pen. Un livre qu’il expliquait avoir relu « pour le plaisir ».
Marine Le Pen, elle, a plusieurs fois défendu publiquement l’ancien journaliste, au nom de la liberté d’expression. En 2012, notamment, lorsqu’une de ses chroniques sur RTL portant sur Christiane Taubira avait abouti à une plainte du MRAP et de SOS-Racisme pour des propos « haineux, racistes et misogynes ». Elle avait déclaré : « par ses prises de position, il représente une forme de qasu-dissidence vis-à-vis des élites autoproclamées du PAF et des éditorialistes alignés sur une bien-pensance convenue. »
En décembre, la présidente du FN avait soutenu Eric Zemmour après son éviction d’iTélé, à cause de lapolémique suscitée par ses propos sur les musulmans dans un quotidien italien : « Il exprime des idées, des pensées politiques, il a le droit de le faire au pays de Voltaire. »
source :
http://www.bfmtv.com//politique/marine-le-pen-verrait-bien-eric-zemmour-en-ministre-de-la-culture-914646.html

Nous rappelons la polémqiue suite à lasortie du livre « Le Suicide français » sur « Pétain sauveur des juifs «

Extrait fiche Wikipedia
Un chapitre du Suicide français, intitulé : « Robert Paxton, notre maître à tous », est consacré au livre qui rendit célèbre l’historien Robert Paxton, consacré aurégime de Vichy. Ce chapitre est mis en cause dans On n’est pas couché, le 4 octobre 2014, par Léa Salamé, qui lui reproche de « réhabiliter Pétain ». Éric Zemmour explique : « Vichy fait un pacte avec le diable. Il négocie avec les Allemands et dit : « On vous donne les Juifs étrangers […] sans savoir, jusqu’en 1942, qu’ils seront tous exterminés […] et vous ne touchez pas aux Juifs français ». On peut trouver ça horrible. Dans les autres pays, les Allemands ne se sont pas embarrassés : ils ont exterminé tout le monde. Les Juifs français ont été sauvés à 95 % ».
Les propos d’Éric Zemmour sont largement relayés par les médias et provoquent de fortes critiques chez plusieurs d’entre eux, dont Libération (le jounaliste Laurent Joffrin28, l’écrivain Marc Weitzmann29), Mediapart (l’historien François Delpla)30, Rue8931, Slate32, Télérama (l’écrivain Gilles Heuré33) et Les Échos34, Le Point35. Dans Les Inrocks, l’historien Serge Berstein affirme : « C’est vrai, [le maréchal Pétain] ne savait probablement pas mais qu’il l’ait ignoré jusqu’en 1944, c’est moins sûr. Lorsque les Allemands demandent à Vichy de livrer les Juifs, la réplique est : « On ne va pas livrer des citoyens français. », mais il note cependant que « des Juifs français ont bien entendu été arrêtés au cours de rafles, surtout à partir de 1943, lorsque ils tombent entre les mains des Allemands ou, tout simplement, de la police française »36. Il précise également : « Le chiffre [de Juifs déportés] est moindre que dans d’autres pays. C’est dû d’une part aux effets de protection de la population et d’autre part aux efforts, en tout cas au début, pour essayer de conserver les Juifs français et livrer les Juifs étrangers à l’Allemagne »36. Enfin, il rappelle qu’Éric Zemmour n’est « pas du tout un historien » mais « quelqu’un qui s’intéresse à l’histoire »36. De son côté, invité de BFM TV le 8 octobre, Zemmour confirme ses propos et rappelle ce qu’il a écrit dans son livre : « le statut des Juifs était scandaleux. Le régime était xénophobe et antisémite ».
Pour critiquer Robert Paxton, Éric Zemmour s’appuie sur Robert Aron, sur Raul Hilberg, auteur de l’ouvrage de référence La Destruction des Juifs d’Europe37 et sur le rabbin et historien Alain Michel, auteur du livre Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français38.
Paxton estime qu’Alain Michel « n’est pas un historien sérieux : on ne peut pas écrire ce qu’il a écrit si on a lu les textes de Vichy et les ouvrages récents sur l’application de ces textes39. ». Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Alain Michel répond qu’un « historien sérieux n’est pas là pour distribuer les bonnes et mauvaises notes aux autres chercheurs », et que Robert Paxton a lui-même fait « une série d’erreurs stupéfiantes » dans son interview donnée àRue8940. Tout en déclarant que « le livre de Zemmour ne [le] concerne pas », il confirme que le journaliste n’a pas trahi l’esprit de son livre. Il est également tout à fait d’accord avec l’idée, soutenue par Éric Zemmour, selon laquelle il y aurait une « doxa paxtonienne » en France, affirmant même que « certains chercheurs ont arrêté de travailler sur le sujet, car le poids de cette doxa les empêchait de travailler librement ». Il estime cependant nécessaire de corriger l’affirmation d’Éric Zemmour selon laquelle « Pétain a sauvé 95 % des Juifs français » : selon lui, il ne s’agirait pas de Pétain mais du gouvernement de Vichy, qui, à travers une politique ayant l’approbation de Pétain, mais d’abord menée par Pierre Laval et René Bousquet, aurait sauvé non pas 95 %, mais 90 à 92 % des Juifs français. La distinction des personnes chargées de cette politique aurait notamment son importance car, toujours selon Alain Michel, Laval et Bousquet n’étaient pas antisémites, contrairement à Pétain40.
Robert Paxton juge, entre autres, que Zemmour se trompe lorsqu’il dit que le gouvernement de Vichy faisait une distinction entre les Juifs français et étrangers et indique : « C’est absurde de soutenir que Vichy a soutenu les Juifs français pendant ces deux premières années. Quand les déportations commencent, et surtout au moment de la rafle de décembre 1941 au cours de laquelle plus de 700 Juifs, souvent des notables, y compris un sénateur, ont été arrêtés — pour une fois — directement par les Allemands, cela a été un scandale : tout le monde a pris conscience de la faiblesse du régime de Vichy39. » Indiquant : « Cet argument est parfaitement vide. Il suffit de lire les lois promulguées par Vichy entre 1940 et 1942, qui imposent des exclusions sur tous les Juifs, y compris les Juifs de nationalité française41 ».
Dans une tribune du Monde, publiée ensuite, où il qualifie la collaboration du régime de Vichy d’« active et lamentable », Robert Paxton donne son avis sur l’ouvrage de Zemmour. Il pense que celui-ci n’a pas dû lire les statuts des Juifs décrétés par Vichy qui concernaient — malgré quelques mesures moins défavorables pour les anciens combattants ou pour services rendus —, aussi bien les Juifs étrangers que les Juifs français, sans « aucune préférence nationale »42. L’historien indique que ces mesures ont fragilisé les Juifs français dès le début des déportations42.
Paxton note un changement dans l’opinion française — dans laquelle existait un certain antisémitisme —, qui montra sa désapprobation lors des arrestations massives de mi-1942, et l’intervention de certains évêques pour les dénoncer42. Si Laval obtint des Allemands — sans accord formel — que les Juifs étrangers soient déportés en premier en contrepartie de l’aide de la police française, il n’était pas question pour eux d’épargner les Juifs français42. Cependant, bien que la police française fût active dans les arrestations, cette participation s’affaiblit à partir du début 194342.
Sur les 76 000 Juifs déportés, les Juifs français représentent le tiers, mais pour Paxton, « l’extermination de 25 % des Juifs de France ne fut pas une issue positive »42. Selon lui, la présence allemande était moins forte en France qu’en Belgique ou dans les Pays-Bas où les possibilités de dissimuler les Juifs étaient plus faibles. Il cite l’exemple italien où les déportations de citoyens Juifs représentent 16 %42.
Concernant les Juifs étrangers de zone libre, Paxton indique que Vichy en livra 10 000 aux Allemands, à la différence des autres pays de l’Europe de l’Ouest et de la plupart de ceux de l’Est. Une tentative d’explication de cette mesure peut se trouver dans une réaction à l’importance de l’immigration des années 1930, période où la France accueillit davantage de réfugiés que les États-Unis — en proportion mais pas en nombre contrairement à ce que prétend Zemmour42.
Sur la collaboration de la police française, Paxton montre, grâce aux archives allemandes, qu’en raison de son manque de main-d’œuvre, l’Allemagne comptait sur la France et que « ce fait n’est pas une invention de [sa] part contrairement à ce qu’insinue M. Zemmour »42.
Paxton indique que, pensant inconcevable « que la critique de Vichy puisse équivaloir à une critique de la France et des Français (comme le pense Zemmour) », il a dédié son ouvrage coécrit avec Michael Marrus, Vichy et les Juifs (1981) aux nombreux Français qui vinrent en aide aux Juifs42.
Paxton pense que Zemmour aborde ses sujets « au travers de verres déformants »42.
L’historien et politologue Jacques Sémelin, dans une interview donnée au journal Le Monde au sujet du livre de Zemmour, considère que, bien que les pourcentages de Juifs ayant survécu aux persécutions nazies en France cités dans l’ouvrage soient historiquement justes, l’interprétation qui en est faite est « honteuse et instrumentalise les chiffres à des fins idéologiques43 » et que « c’est un non-sens historique43 ».
Il explique qu’il est impossible de ne trouver qu’une cause à ces chiffres — selon Zemmour, cela indiquerait que Pétain et Laval auraient sacrifié les Juifs étrangers pour sauver les Juifs français —, car selon l’historien Léon Poliakov : « L’événement ayant une multiplicité de causes, il est impossible de connaître la cause de l’événement43 ». Parmi les causes multiples du sauvetage des Juifs en France, Sémelin indique les raisons géographiques (étendue du territoire, frontières communes avec les pays où la fuite était possible, zone libre), l’intégration séculaire des Juifs français (en particulier le fait que la France fut, en 1791 sous laRévolution, le premier pays d’Europe à émanciper les Juifs), leur non-passivité, les liens familiaux, les soutiens de proches, etc. La différence des chiffres entre les Juifs étrangers et français pouvant, en partie, s’expliquer par leur isolement et la mauvaise maitrise de la langue, ce qui facilitait leur arrestation43. À cela, s’ajoute l’attitude globale de la population, qui, malgré l’existence d’un certain antisémitisme, a fait preuve de compassion et d’entraide, ce que confirme les rapports de Vichy43. Les réactions de certains hommes d’Église, tels Mgr Saliège — auteur, en août 1942, d’une lettre pastorale condamnant sans ambiguïté les persécutions antisémites, lue en chaire dans de nombreuses paroisses, texte qui eut beaucoup d’impact et fut diffusé ensuite par la presse clandestine, la BBC et le New York Times —, « confirment la sensibilité de l’époque43 » telle que François Mauriac la décrivait dans un texte clandestin43.
En conclusion, Jacques Sémelin indique : « En affirmant que c’est la politique de Vichy qui a sauvé les Juifs, Éric Zemmour ne prend pas en compte la réaction de la population, l’intégration républicaine, les particularités du territoire français et oublie également que le processus d’extermination des nazis prévoyait de commencer par les Juifs étrangers avant de se rabattre sur les nationaux. Cette falsification idéologique est inacceptable43 ! »
Pour l’historien André Kaspi, la thèse de Zemmour « n’est pas nouvelle, est extrêmement réductrice et parce qu’elle est réductrice, elle est fausse ». Il explique que :« C’est en partie vrai et en partie faux. Vrai parce que les Juifs français n’ont pas été immédiatement inquiétés. Jusqu’en 42, ils ont pu survivre en zone libre. Faux, parce que des Juifs français ont été déportés en 42 ». Selon lui, « en acceptant de déporter des Juifs étrangers, le régime de Vichy « a ouvert la porte » à la déportation des Juifs français »44,45.
Selon Denis Peschanski, membre du conseil scientifique du mémorial de la Shoah et directeur de recherche au CNRS, pour qui « Il n’y a rien de neuf dans cette thèse très traditionnelle destinée à justifier et réhabiliter Pétain », le travail de Zemmour, entaché de nombreuses erreurs, correspond à « un mouvement culturel très réactionnaire qui passe par la réappropriation d’un discours pétainiste — travail, famille, patrie — et la dénonciation de ceux qui sont considérés comme responsables de la crise »44,45.
Laurent Joly, historien spécialiste de l’antisémitisme et de la Seconde Guerre mondiale, juge les écrits de Zemmour, lorsqu’il s’attaque à Paxton45,44, « absurdes et faux45,44 » : « C’est très démagogique de dire comme Zemmour qu’avant Robert Paxton, les historiens avaient une vision juste et nuancée sur cette période. Or, ajoute-t-il, fin des années 50, début des années 60, les thèses de Paxton existaient45,44. » Cet ouvrage de Paxton (La France de Vichy) démontre de surcroit« combien le régime de Vichy avait été « coupable et responsable » de la déportation des Juifs de France45,44 ». Joly rappelle que « la collaboration n’était pas une politique de sauvetage des Juifs »45,44.
Zemmour est soutenu par Jean-Marie Le Pen, qui déclare à Apolline de Malherbe sur BFM TV : « Éric est un homme intelligent et courageux […] ; j’ai de la sympathie pour lui, j’ai de l’estime, parce que je sais quel courage il faut pour oser dire un certain nombre de choses », puis affirme que « oui, bien sûr » le régime de Vichy est« excusable »46,47,48,49.
Revenant sur cette polémique concernant Vichy, Éric Zemmour juge dans un entretien que « consacrer quinze jours de polémique à Vichy alors que cela ne représente que sept pages de mon livre sur 540, relève de la malhonnêteté intellectuelle »50. Il indique « [qu’il n’a] en aucun cas voulu réhabiliter Vichy »50 et que« la réduction médiatique a transformé le propos de [son] livre »50.

happywheels

18 Commentaires

  1. Liebmann dit :

    Marine Le Pen est une femme dotée d’une grande intelligence. Bravo pour votre soutien à Monsieur Eric Zemmour, un homme grandement cultivé, courageux…

    • josué bencanaan dit :

      Etre cultivé, intelligent, n’empeche pas d’etre con, je n’accepte pas que ce type réhabilité Pétain ou pire Bousquet, quant a Marine LEPEN, libre a tous de voter pour elle, elle est peu etre une solution pour la France, mais certainement pas pour nous

  2. josué bencanaan dit :

    C’est le 1er Avril aujoiurd’hui ??

  3. Alice dit :

    Comme disait un commentateur sur le Fig , ça serait « une bonne prise » ce à quoi j’ai répondu , « est-ce un passage obligé ? » Elle peut vouloir, Zemmour a peut-etre accepté de signer ce livre arrangé par un pote au Fn , et porté aux nues par ceux qui on du mal à admettre la réalité de l’histoire , il n’est pas dingue au point de s’engager en politique . Les journalistes font de très mauvais politiques, voire Mamaire, J.F. Kahn… .Vous avez raison d’insister sur « elle choisirait un juif…. » ce serait un rêve pour elle . ceci dit je m’étonne que personne ne remarque que son parti est très masculin, à part les deux icones familiales , des mecs et encore des mecs ?

  4. daniel. Danielle dit :

    Je adore zemmour et Mlp……

  5. capucine dit :

    pourquoi pas ? si MLP passe aux élections , elle sera entouré de gens compétents ! se sera toujours mieux que ceux que l’on à aujourd’hui !
    sauf que PS et le LR veulent faire barrage au FN d’après la presse écrite …

  6. CATHY dit :

    Pourquoi pas. Du reste, je lui trouve un certain charme indéniable… Mais je préférerai pour lui le poste de Ministre de l’Intérieur…

    • Alice dit :

      Cathy tu l’as déjà lu ? bon par exemple son livre ? et qu’en as tu pensé ?

      • CATHY dit :

        Alice – Excusez mon retard pour la réponse : oui j’ai lu son bouquin. Non, je ne cautionne pas tout ce qu’il avance. Pourquoi : il représente une certaine droite conservatrice et réactionnaire de la lignée de DE Gaulle… Mais je l’adore quand même car il est sépharade, il a réussit par ses études, c’est un bosseur… Mais ce que je peux lui reprocher c’est son sexisme vis-à-vis des femmes qui doivent bosser seules ou accompagnées dans la vie pour faire bouillir la marmite de leurs enfants…etc,etc…

  7. Catholique-de-France dit :

    Bonjour,

    Non, Ministre de l’Intérieur !

  8. Alice dit :

    Zemmour petit plutot mesuré en parole,et macho en réflexion , être grimé en sergent chef le pen , ça va vachement lui plaire ! c’est vrai que das ce parti au dessus des deux (un est out) le pen nana on préfère les mecs , de là pour illustrer la promo de journaleux à frontiste grimer ce pauvre Zemmour en le pen pas sympa !

  9. Alice dit :

    sur la question des homos comment le pen s’arrange-t’elle de la position de poutine sur le sujet ?

  10. CHARLES ( COMME CHARLIE) dit :

    JOSUÉ La madame Hidalgo était une des maîtresses de HOLLANDE !

  11. CHARLES ( COMME CHARLIE) dit :

    MERDE ALORS !
    Je ne suis pas Juif mais Corsu….et inconnu !…Je recherche un éditeur pour mon 770 pages de coups de gueule…. bien torchés !…Merci ZEMMOUR de me contacter au travers de ce site pour un parrainage , je vous laisse la place de Ministre de la culture, n’étant pas assez lettré… la culture des tomates ou la défonce en watt majeur encore …et surtout pas ministre de l’intérieur car la Marine risquerait d’avoir un retour de canon…c’est bien dommage que son père est été aussi con surtout envers les Juifs, car moins modéré que sa fille que je trouve un peu molle pour naviguer à la grande voile vent arrière pour barrer définitivement cul tourné vers la Mecque !!!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *