Notre guerre iranienne

By  |  6 Comments

28 Décembre 2018 , Rédigé par mordeh’ai
Par Victor Rosenthal
http://abuyehuda.com/2018/12/our-iranian-war/
Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.comreproduction autorisée avec mention de la source et du lien
Mardi soir, Israël a frappé plusieurs endroits en Syrie, supposés être des dépôts d’armes contenant probablement une cargaison de roquettes Fajr-5 en provenance d’Iran. Mais il a également été rapporté que des « hauts responsables du Hezbollah » avaient été touchés peu de temps après avoir pris l’avion pour Téhéran, où ils prévoyaient d’assister à des obsèques d’un ayatollah iranien. Il y a même une rumeur – probablement fausse – selon laquelle le général iranien Qasem Soleimani, commandant de la «Force Qods» des Gardiens de la révolution iranienne, était présent et a été tué lors de l’attaque. Si seulement cela pouvait être !
Soleimani est une figure légendaire en Iran et la Force Qods est responsable des activités extraterritoriales des Gardiens de la Révolution, notamment en aidant des groupes terroristes tels que le Hezbollah et diverses milices irakiennes, ainsi qu’en menant des opérations terroristes dans le monde entier. La Force Qods est accusée de fournir une efficacité meurtrière aux pénétrateurs explosifs utilisés dans les engins piégés contre les troupes américaines en Irak. En tant que stratège et commandant, il est extrêmement compétent et dangereux, et devrait être une cible de choix dans une guerre israélo-iranienne.

Les débuts de la guerre sont déjà en cours. La stratégie du régime iranien semble être d’abord d’améliorer autant que possible sa position stratégique sans déclencher des hostilités ouvertes: il a construit l’arsenal de roquettes du Hezbollah – et continue de l’améliorer en mettant en place des systèmes de guidage précis. Il se prépare à fabriquer des systèmes de guidage et / ou des roquettes sur le sol libanais. Il a creusé des tunnels d’attaque sous la frontière libanaise avec Israël, que les FDI explosent ou remplissent de béton au moment où j’écris. Il travaille pour améliorer les systèmes d’approvisionnement du Hezbollah via son pont terrestre récemment sécurisé entre l’Irak et la Syrie (la petite force américaine que Trump a promis de retirer a servi de moyen de dissuasion partiel pour l’utilisation de cette route, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles Israël voit la retrait comme un problème). Le régime soutient le Hamas et d’autres groupes terroristes dans les territoires. Et il continue de se préparer pour le jour où il pourra déployer ouvertement des armes nucléaires. En fin de compte, son objectif est de voir Israël détruit par ses mandataires, sous son propre parapluie nucléaire.

L’approche d’Israël jusqu’à présent a consisté à tenter d’interdire l’envoi d’armes de pointe, de détruire des tunnels d’attaque et de maintenir la pression sur les tentatives de l’Iran de s’installer militairement en Syrie. Israël recueille de manière agressive des renseignements sur l’emplacement des avoirs de l’Iran et du Hezbollah au Liban et en Syrie afin de pouvoir, en cas de guerre, détruire rapidement les lance-roquettes et d’autres cibles. Il y a probablement aussi des cibles en Iran, telles que des installations nucléaires. Je l’ espere. L’Iran aimerait voir la prochaine guerre se dérouler sur le territoire israélien. Il aimerait voir les victimes de son côté être libanaises, palestiniennes et irakiennes, et non iraniennes. Il voudrait voir Israël blessé, mais s’en sortirait indemne. Il appartient à Israël de veiller à ce que cela ne se produise pas.

La plus grande faiblesse d’Israël est son manque de profondeur stratégique. Il n’y a nulle part où se replier et une invasion du Liban ou de la Syrie atteindrait rapidement les zones peuplées. Israël n’est pas une Russie qui, à plusieurs reprises, a pu compter sur sa taille considérable et ses hivers rigoureux comme ses plus grands alliés.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les «solutions à deux États» sont inacceptables, même si les Arabes palestiniens étaient dignes de confiance (ce qu’ils ne sont pas). J’ai une carte en relief sur mon mur sur laquelle je pointe lorsque quelqu’un parle des différentes idées à deux états. Cela montre à quel point les hauteurs du Golan et la vallée du Jourdain (plus précisément les collines de notre côté) constituent des obstacles naturels à l’invasion et constituent un avantage stratégique pour ceux qui les contrôlent. Il montre également l’importance des collines de Judée-Samarie, qui dominent les régions les plus peuplées d’Israël.

Les hauteurs du Golan sont particulièrement importantes. Si Israël ne les avait pas possédés au début de la guerre de Kippour, les chars syriens auraient traversé villes israéliennes, avec des résultats meurtriers. Plus récemment, nous aurions dû faire face à des raids de l’Etat islamique et de groupes similaires. Il est actuellement question d’un accord de paix syrien semblable à celui de Munich, dans lequel une partie de l’accord inclurait le retour du Golan à la Syrie d’Assad! Pour empêcher cela, Israël et certains politiciens américains aimeraient que les États-Unis reconnaissent la propriété permanente du Golan par Israël. En dernière analyse, seuls la fermeté et la volonté de combattre d’Israël peuvent le protéger, mais il serait certainement utile d’obtenir le soutien diplomatique des États-Unis.

Lorsque la guerre se réchauffe enfin, Israël doit l’emporter dans le pays d’origine — l’Iran. Mais l’Iran est un pays vaste et peuplé, et Israël n’a pas les forces terrestres pour l’envahir. Nous sommes certes capables de lancer un assaut nucléaire à grande échelle, mais cela irait à l’encontre de notre doctrine stratégique, qui préconise l’utilisation des armes nucléaires uniquement en guise de représailles lors d’une attaque contre Israël à l’aide d’armes nucléaires ou autres, ou en dernier recours lorsque le le pays court le risque d’être envahi. Il y aurait des préoccupations morales à tuer 28 millions d’Iraniens . On peut également deviner la réponse probable de la communauté internationale.

Cependant, il existe une autre option, une attaque visant à détruire des infrastructures, telles que des réseaux électriques, des installations industrielles, des bureaux gouvernementaux, des centres financiers, des champs de pétrole, des oléoducs, des raffineries, des installations de transport et de communication, etc. Le bombardement de cibles clés pourrait être associé à des cyberattaques et à une attaque par impulsions électromagnétiques (EMP). Si elle était menée à bien, une telle campagne ferait directement des victimes, mais pourrait créer le chaos et détruire efficacement l’économie iranienne au point qu’il faudrait des décennies pour se rétablir. Je crois que l’Iraq subit encore les effets des bombardements d’infrastructures commis au cours des premiers jours de la guerre américano-irakienne en 2003.

Israël est tout à fait capable de mener une telle attaque et cette capacité pourrait constituer un moyen de dissuasion efficace, beaucoup plus susceptible d’être utilisé qu’une attaque nucléaire massive. L’Iran contrôle directement le Hezbollah et il faut faire comprendre au régime qu’une attaque par son mandataire contre notre patrie entraînerait une réaction immédiate contre le sien.

En attendant, j’espère que nous suivons attentivement les mouvements de Qassem Soleimani. Il a beaucoup de sang américain, israélien et autre sur les mains. Ce serait dommage (pour le régime) si quelque chose lui arrivait.
Source :
http://malaassot.over-blog.com/2018/12/notre-guerre-iranienne.html

happywheels

6 Commentaires

  1. Jacko lévi

    29 décembre 2018 at 14 h 50 min

    ça me fait plaisir que ayez publié le texte de mon ami Mordekhai que je vous ai transmis ! 😆

    Malaassot est un endroit sérieux et digne de confiance !

    • liguedefensejuive

      29 décembre 2018 at 15 h 37 min

      Chaque intervenant sur les commentaires peut proposer des articles à mettre en ligne sur le site de la LDJ

  2. In Memoriam

    29 décembre 2018 at 15 h 19 min

    Israël se doit de mener une guerre sans relâche à ses ennemis mortels , et gare aux utopistes pouvant , pour son malheur, triompher des prochaines élections !

  3. benjamin

    29 décembre 2018 at 16 h 26 min

    la piece maitresse du dispositif iranien contre l etat juif c est le liban !car cet etat est protègè notamment par la France !on se demande bien d ailleurs pourquoi??????c est donc la plateforme revèè pour attaquer israel!cette attaque sera multiforme car nous avons affaire a des fourbes et des laches !ils ne savent plus quoi inventer comme saloperie.deja les menaces contre les cuves d ammoniaque du port d haifa ou contre le complexe de Dimona !jamais l iran n osera s attaquer de front a israel jamais; ils savent parfaitement ne pas faire le poids!c est donc le liban la cible principale d israel contre l iran !

  4. Jacko lévi

    29 décembre 2018 at 20 h 35 min

    on se demande bien d ailleurs pourquoi??????

    salut Benjie

    tout simplement au nom du traité signé par les deux putes (aprés WW1) l’ anglais Sykes et le Français Picot (faut pas etre enrhubé pour le brononcer… 😆 )

    et qui amputait la Syrie de ce territoire qui deviendra le Liban

    inconnu auparavant, ce mot dégnait la région qui abritait les chrétiens Maronites, protégés par la France depuis que la Turquie y régnait en maitresse absolue

    et depuis ces « libanais » du pays des cèdres, ont coutume de désigner la France sous le nom de « Oumna Franssa » -notre mère la France-

    bien mal récompensée par le hizb libano chiite avec l’ attentat antifrançais du Drakkar (60 paras français tués) en 1983

    et chose que tous en France VEULENT oublier, l’ instigateur de cette tuerie, sera exécuté par le Mossad, 25 ans plus tard, a beyrouth, il s’ agit de ‎Imad Moughniyah …. Squelette qui baise depuis ses Houris sur un toit de tôle ondulée…le boucan !!!

    merci Israel……….. non ? rien entendu depuis!

    • benjamin

      30 décembre 2018 at 10 h 30 min

      et l actuel president aoun a ètè sauvè par la France lorsqu il était menacè de mort par les syriens et refugiè avec ses proches a l ambassade de France a beyrout et exfitrè vers la France par le general rondot sur des canots pneumatiques vers un navire français . c est dire les liens étroits qui l unissent a la France ! cette meme France muette lorsque ce general president menace israel !! ce nabot prétentieux !!a qui la France livre des missiles antichars direct hezbollah !!!!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *