À Roubaix, le selfie de Yassine Belattar avec la «madame Burkini» de Grenoble fait polémique

By  |  13 Comments

L’humoriste Yassine Belattar, de passage à Roubaix ce week-end pour soutenir les universités d’été d’un mouvement de défense des quartiers populaires, a créé l’émoi en diffusant un selfie avec Taous Hammouti, l’égérie du mouvement cherchant à imposer le burkini dans les piscines de Grenoble. Son show a aussi hérissé le poil d’une partie de l’assistance, qui l’a trouvé trop politique.

Source :
https://www.lavoixdunord.fr/607379/article/2019-07-01/roubaix-le-selfie-de-yassine-belattar-avec-la-madame-burkini-de-grenoble
Yassine Belattar, né le 27 juin 1982 à Conflans-Sainte-Honorine, est un humoriste, animateur de radio et de télévision franco-marocain.
Ses prises de positions médiatiques l’amènent à être régulièrement accusé de complaisance avec l’islamisme ; Yassine Belattar estime être victime d’une campagne de calomnie16.
Polémiques
Le 19 novembre 2011, il anime le Festival du Changement avec François Hollande à Strasbourg, en présence d’Emmanuel Zemmour président de l’UNEF, de Chema Triki représentante du mouvement tunisien Ettakatol, de Guillaume Ayné directeur général de l’association SOS Racisme, d’Eskil Pedersen représentant de Arbeidernes Ungdomsfylking (jeunes travaillistes norvégiens) et rescapé de la tuerie d’Utøya

En 2015, il anime le gala du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), y déclarant y venir « en tant que républicain et non en tant que musulman ». Il n’y adhère cependant pas et affirme avoir des désaccords avec l’organisation sur certains sujets18. Il participe cette même année aux Y’a bon awards, cérémonie controversée et organisée par Les Indivisibles.
Il rachète le bar-PMU de Sevran accusé fin 2016 dans un reportage de France 2 de ne pas y accueillir les femmes.
En décembre 2017, ses prises de position sur l’islamisme lui valent de voir plusieurs représentations de ses spectacles annulées. Certaines dates de son spectacle sont annulées ainsi que sa participation à une émission humoristique de France 2 présentée par Michel Drucker.
Après la publication quelques jours plus tard d’un article de l’hebdomadaire Marianne titré « Yassine Belattar, faux clown et vrai danger », le journaliste de Libération Grégoire Biseau s’inscrit en faux contre ces affirmations, rappelant que Yassine Belattar a fait partie de la trentaine de personnalités de la société civile (intellectuels, artistes, écrivains, membres d’ONG et d’associations) qui ont accompagné le quotidien dans la couverture de l’élection présidentielle de 2017 : « On peut se retrouver en désaccord avec lui. Oui… on le peut parfaitement. En revanche, on ne peut pas, sauf à vouloir délibérément travestir la réalité, écrire que la croisade de Belattar est le « déni de l’islamisme », ou la promotion d’un comique communautaire musulman. Car c’est exactement le contraire. (…) [Marianne] donne l’impression de se chercher, à tout prix, cet arabe antisémite médiatique qu’il adorerait haïr. Pas de bol, ce mec-là, s’il existe, ne s’appelle pas Yassine Belattar ». Le site Checknews établira que les propos de Yasine Belattar dans son spectacle « Je ne suis pas Charlie, je ne suis pas un homme de slogan. Je ne choisis pas mes deuils. Je ne suis pas Charlie, je ne suis pas Nice, je suis Français et tout ça fait que je suis toujours en deuil quand il y a un malheur sur le territoire français » avaient été détournés22. L’humoriste précise : « Je travaillais chez Siné Hebdo et j’avais expliqué à Charb mes désaccords avec la ligne éditoriale de Charlie Hebdo. Ce serait mesquin que je vienne dire ensuite « Je suis Charlie » ». Belattar annonce déposer plainte contre Valeurs actuelles, qui le présentait comme le « Dieudonné de Macron ».
Lors d’un débat, Pascal Bruckner interpelle Yassine Belattar sur les meurtres du Père Hamel, d’Ilan Halimi ou de Sarah Halimi qui sont revendiqués au nom de l’islam, Yassine Belattar répond : « Vous prenez à chaque fois des faits isolés. ». Cette prise de position suscitera de nombreuses réactions sur le plateau comme sur internet.
Le 19 mai 2018, sur le plateau de l’émission de télé Salut les Terriens !, il déclare souhaiter rapatrier en France les djihadistes français prisonniers en Irak et en Syrie qu’il compare à des enfants qui « foutent le bordel à un anniversaire »
Yassine Belattar soutient Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007, François Hollande en 2012 et Emmanuel Macron en 2017.

Yassine Belattar et le président Emmanuel Macron entretiennent des relations proches ; Yassine Belattar le considère comme un « frère » et est considéré parmi les nouveaux visiteurs de l’Elysée.
Réagissant à cette nomination, il est qualifié d’« islamiste » par Gilles-William Goldnadel dans l’émission Les Grandes Gueules. Yassine Belattar annonce vouloir déposer plainte38. L’intéressé se dit victime de la « jurisprudence [Tariq] Ramadan : un arabe qui parle bien, c’est forcément qu’il a un double discours. Sujet-verbe-COD dans le bon ordre, c’est suspect5. » Pour Rodolphe Belmer, « Il cherche à être l’incarnation de la jeunesse française dans une démarche progressiste de vivre ensemble. Il y a chez lui une dose de revendication communautaire, mais cette revendication va dans le sens d’une intégration républicaine5. »
En avril 2018, il est accusé de faire pression à l’encontre d’Albert Chennouf-Meyer, père d’Abel Chennouf, l’une des victimes de Mohammed Merah en mars 2012 en le menaçant de « délit d’islamophobie ». Par l’intermédiaire de ses avocats, le 6 avril 2018, Albert Chennouff-Meyer écrit au président de la République en déclarant « mon objectif est de le faire sauter, il est inconcevable qu’un tel individu conseille le président de la république ».
Accusations et dépôts de plainte
Début 2019, il est coup sur coup mis en accusation par Bruno Gaccio, humoriste et figure de la chaîne française Canal +, et Jessie Claire, animatrice de radio et de télévision. Gaccio l’accuse de diffamation (suite à une possible accusation de pédophilie à l’encontre de Gaccio de la part de Bellatar) et menace de mort, alors que Jessie Claire l’accuse de harcèlement professionnel (elle dira : « Ma pire expérience de harcèlement professionnel à ce jour même si, comme de nombreuses femmes, j’avais déjà été confrontée à des avances et des comportements déplacés. »).
Ces deux accusations aboutissent à deux dépôts de plaintes sur lesquelles Belattar s’exprime le 15 mars dans les colonnes du journal Marianne. Concernant les accusations de Bruno Gaccio, « il y a entre [Bruno Gaccio] et moi un gros litige et j’ai certainement dû lui dire que si je le croisais, je me battrais à mort avec lui. Mais sa femme, sa mère, ce sont des conneries. » Et concernant les accusations de Jessie Claire, il retournera l’accusation en notant qu’il n’avait jamais travaillé avec elle et que cette dernière l’aurait ouvertement aguiché : « Pour qu’il y ait harcèlement professionnel, faudrait-il encore que j’aie fait travailler cette personne […] il n’a jamais été question de boulot, de Radio Nova et d’une quelconque embauche […]. Devant mes amis, cette Jessie Claire s’est livrée à des allusions sexuelles marquées et, franchement, comment prendre au sérieux quelqu’un comme ça… ».
Mediapart, après 18 mois d’enquête, publie également un long papier avec une quinzaine de témoignages l’accusant de menaces et de comportements humiliants dans un cadre professionnel ou para-professionnel. Le journaliste qui l’interviewe en 2018 et 2019 se voit également accusé de racisme par ce dernier. En réponse et en substance, Yassine Belattar reconnaît certaines menaces et plusieurs conflits professionnels, mais il donne aussi sa version des faits et nie le caractère répréhensible de ses actions. L’enquête policière est encore en cours en mars 2019.
Le 26 mars 2019, il est placé en garde à vue dans le cadre de ces enquêtes
Le 28 mars 2019, l’humoriste est mis en examen pour « menaces de mort » et « harcèlement moral ». Il sort libre après deux jours de garde à vue et est placé sous contrôle judiciaire (avec interdiction d’entrer en contact avec les protagonistes de ces affaires) pour « « menaces de mort », « menaces de crimes réitérés », « envois réitérés de messages malveillants » et « harcèlement moral » ».
Il est alors déprogrammé d’un festival entre humoristes consacré au thème du harcèlement

happywheels

13 Commentaires

  1. josué bencanaan

    1 juillet 2019 at 18 h 59 min

    Yassine belattar est un immonde porc, islamiste et trou du cul de première, copain de l’iman suprème Macron cela ne m’étonne pas

    • Jean Bourassa

      1 juillet 2019 at 19 h 16 min

      Qui peut t’il bien faire rire , cette islamiste , conseiller de macron ? Infecte cet individu .😈

  2. capucine

    1 juillet 2019 at 19 h 14 min

    Pourquoi faire un article aussi long pour des muzz qui n’intéressent personne mis à part macron.😆

  3. jacko lévy

    1 juillet 2019 at 20 h 00 min

    L’ HUMORISTE……. autoproclamé 😆

    le « frère »de Macron…….a qui il tape dans le dos en l’ appelant « Khouiya laziz « 

  4. Claude

    1 juillet 2019 at 20 h 08 min

    « Yassine Belattar, qui est quelque chose sur la radio de service public et, accessoirement, un « frère » du président de la République, annonce la couleur.

    Si la banlieue, voire ses marches urbaines, zones d’influence et/ou franches, villes entières et/ou départements, n’est pas reconnue comme un territoire autonome promis à l’indépendance par partition, si la force arabo-musulmane en train de s’y mettre en ordre de bataille n’est pas adoubée comme équivalente à celle de la laïcité héritée du christianisme, si l’islam n’y est pas reconnu comme dominant la société, imposant sa règle et rejetant celle des autres, monsieur Belattar, sans nous menacer le moins du monde, nous promet un embrasement à côté duquel la destruction de Beyrouth et du Liban dans les années 70-80 paraîtra simple mise en bouche. »

    Qu’y a t-il à espérer du dirigeant minable (le nôtre, hélas) d’un pays judéo chrétien qui laisse un de ses bons amis, faire de tels discours . en quel honneur l’islam devrait être mis sur le même plan que la religion de ce pays, et reconnue comme telle, quant aux menaces qu’il ose, alors là, il aurait dû être arrêté immédiatement, ce qu’il a fait c’est un appel à la révolte des banlieues , à demander l’indépendance, la partition , qui déjà leur trotte pas mal dans la tête, il ne faut pas trop les pousser

    Un pourri de plus au royaume des pourris

    • Franccomtois

      2 juillet 2019 at 6 h 07 min

      Claude,combien de libanais m´ont dit quand on voit la France,on voit le Liban et comme je l´avais écris dans un précédent commantaire se n´est pas pour les paysages.
      Dés qu´un djeune comme dit « la chêvre djack lang »sort de la téci pour soit disant devenir artiste,il ne peut s´empêcher de faire ressortir sa religion,pleurer sur le sort atroce de ses « freres et soeurs »qui comme nous le savons n´emmerde personne au quotidien.
      Par contre j´ai de plus en plus de mal á ne pas faire de rapprochement entre micron et merdogan,de vrai frere ces deux lá.
      Aucune communauté immigré n´a réussi á autant exaspérer les gens du Cru que la communauté maghrébine(pas tous mais quand-même),les Italiens,Espagnols,Portuguais,Polonais,Afrique noire(cela change aujourd´hui malheureusement)et les Vietnamiens,Laotiens,Cambodgiens même si parmis eux il y a des voyous dans l´ensemble ils ont toujours été respectueux,ont su s´adapter á notre mode de vie,jamais nous emmerder avec le Bouddhisme et pourtant ils ont eu leur part de souffrance avec le colonialisme.

  5. roni

    1 juillet 2019 at 20 h 39 min

    c est une grosse merde d islamiste qui se dit comique
    et se fait passer pour une victime encore un infiltre dans ce gouvernement de gauche

  6. Paul06

    1 juillet 2019 at 20 h 46 min

    L’islamisme avance parfois masqué mais dans le cas présent il est grossier.

  7. jacko lévy

    2 juillet 2019 at 8 h 47 min

    je vais faire de l’ humour a la Bellatar (.dé)

    il parait donc qu il fait « polémique » …………. comme Victor

    je sais, ça peut jeter un froid ! 😆

  8. Rony d'Alger

    2 juillet 2019 at 11 h 19 min

    Le bâton merdeux, violé naguère à l’âge de 13 ans par une hystérique ayant usé de la crainte révérencielle qu’elle inspirait à un gamin, normalement immature, semble fasciné par certains profils de voyous, comme yacine bellatar et autre marouane benallah…Au moins jean genet, à l’origine de l’immonde diabolisation d’Israël au sujet du massacre de sabra et chatila, commis par les phalanges libanaises, ou autres milices maronites, avait eu le courage d’avouer que son amour obsessionnel des  » causes arabes  » avait pour origine son usinage par des ouvriers maghrébins rencontrés sur des chantiers parisiens dans les années 50. Jean-Louis Borie, critique de cinéma au nouvel observateur, avait reconnu que certains amateurs d’exotisme particulier avaient pour habitude d’aller soudoyer lesdits ouvriers, moyennant finances, pour s’offrir leurs services.

  9. Rosa SAHSAN

    3 juillet 2019 at 10 h 06 min

    Il n’y a pas à dire, Macron sait s’entourer.
    Ballatar, Benalla, et j’en oublie.
    ROSA

  10. cmoiwilly

    3 juillet 2019 at 16 h 08 min

    Décidément Macron a le don de choisir ses collaborateurs. Il ne sait pas ce que lui réserve ce collaborateur Soit notre Président est naïf ou soit il est con !, peut-être est-il les deux

  11. benjamin

    4 juillet 2019 at 7 h 37 min

    il est ni naif ni con !simplement il est tellement imbu de lui meme qu il reste persuadè de dominer n importe qui et en toutes circonstances !!comme il avait pensè dominer trump et le manipuler a sa botte !!! on sait ce qu il en est advenu….

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *