Aix-en-Provence (13) : Un musulman avait menacé de « faire saigner la France, tuer tous les chrétiens et mécréants »… Il ressort libre du tribunal

By  |  4 Comments

Dans les prétoires aixois, il est un nom qui revient plus souvent que tout autre. Celui de l’expert psychiatre dont l’avis accompagne nombre de dossiers, parmi les plus lourds qui atterrissent sur les bureaux de magistrats. Des mis en cause que les médecins ont estimés pénalement responsables, même si à l’audience, les robes noires échangent parfois des regards de désespoir au constat que la justice, pas plus que la psychiatrie, ne sont des sciences exactes.
Mocassins à glands, pull de créateur et pantalon en flanelle un peu trop ajusté, Sophien semble aller mieux, malgré une voix qui aurait inquiété l’ORL de Miles Davis. Le prévenu de 37 ans, longtemps commerçant sur la côte d’Azur, paraît bien différent de l’homme interpellé dans la nuit du 27 novembre dernier par des gendarmes, appelés à Gardanne pour un différend familial.
Alertés par sa mère, les militaires ont trouvé un jeune homme très excité, qui leur jette des objets à leur arrivée et tient des propos incohérents, puis inquiétants. « Je vais faire saigner la France, tuer tous les chrétiens et les mécréants d’une balle dans la tête », leur lance Sophien, qui veut « raser la tour Eiffel » et se dit « pour Daech ».
Le voilà à la barre du tribunal pour apologie d’un acte terroriste, après deux mois et demi d’hospitalisation et un traitement qui semble enfin lui réussir. Même si les médecins « ne sont pas très clairs sur le diagnostic », constate son avocat Me Reinaud. Lui confesse une « amnésie totale ».
« Mais dans une société malade, ces propos marquent, il en reste toujours quelque chose, observe le procureur Karcenty, Je comprends tout ce qu’il a dit, et c’est bien ce qui m’inquiète. »
« À une autre époque, ces propos auraient valu une hospitalisation d’office, mais on sent que les établissements psychiatriques ont du mal à faire un travail de longue haleine », poursuit le magistrat, qui requiert 12 mois, pour moitié assortis de sursis et trois ans de mise à l’épreuve. « Ces dossiers-là ne sont pas des dossiers judiciaires », plaide Me Reynaud, s’accordant sur l’obligation de soins, car pour l’avocat aussi, il s’agit moins de terrorisme que de psychiatrie. Condamné à 18 mois avec sursis, Sophien sera pris en charge dans les prochains jours et suivi par un juge durant trois ans.
SOURCE :

https://www.laprovence.com/article/edition-aix-pays-daix/5408695/quand-la-psychiatrie-le-dispute-au-terrorisme.html

happywheels

4 Commentaires

  1. vrcngtrx

    16 mars 2019 at 11 h 12 min

    « un traitement qui semble enfin lui réussir »
    notez bien : ‘qui semble’ … alors que les médecins ne sont pas clairs sur le diagnostic

    « amnésie totale »
    donc bourrage de médocs abrutissants pendant 2 mois et puis hop, on le remet dehors !

    « le pro-Daech qui veut faire saigner la France en tuant les non musulmans sera pris en charge et suivi durant trois ans »
    sera laissé en liberté et pris en charge aux frais des contribuables pendant près de 1100 jours

  2. josué bencanaan

    16 mars 2019 at 12 h 47 min

    Les bouches du rhone sont aux mains der l’islam, la décision du tribunal ne m’étonne guère ^^

  3. Sauveur

    16 mars 2019 at 21 h 40 min

    Les combattants de daech quu egorgeaient a qui veux, n’etaient pas des desequilibrés mentaux mais de vaillants barbares sanguinaires que la coallission a bombardé sans se preoccuper de leur etat mental.
    En france, les memes tarés avec le meme profil sont considérés comme des malades mentaux qu’il faut soigner. A mon sens, il faudrait commencer par soigner les psychiatres et les juges.

  4. In Memoriam

    17 mars 2019 at 16 h 28 min

    Un disiquilibri, un de plus !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *