Attentats de Paris et Bruxelles: l’artificier en chef identifié

By  |  3 Comments

Ahmad Alkhald est le seul responsable majeur des attentats de Paris à avoir fui l’Europe avec succès.
Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré par la France depuis le mois de novembre 2016. Connu sous l’identité – certainement fausse – d’Ahmad Alkhald, né le 1er janvier 1992, il intéresse particulièrement les enquêteurs belges et français pour son rôle dans l’organisation des attentats de Paris, et peut-être de Bruxelles. À ce jour, il est le seul acteur majeur de ces événements à avoir réussi à fuir. Il est connu aussi sous le nom de Yassine Noure, né le 18 juillet 1983, ou sous le prénom de Mahmoud.
Le rôle d’Ahmad Alkhald est aujourd’hui connu grâce, principalement, aux dépositions d’Osama Krayem, ce Suédois d’origine syrienne inculpé dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Bruxelles. Cet homme toujours en détention en Belgique et lui aussi poursuivi dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris, a dit aux policiers qu’Alkhald était de nationalité syrienne, plus précisément de la région d’Alep.
Les enquêteurs français et belges estiment qu’il est, avec le kamikaze de Zaventem Najim Laachraoui, l’un des importants artificiers des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis. Son ADN a été retrouvé sur deux gilets explosifs, celui que Salah Abdeslam a abandonné dans une poubelle à Montrouge et celui que portait son frère Brahim quand il s’est donné la mort au Comptoir Voltaire, le soir des attaques.
De la même manière, son ADN a été trouvé dans deux planques belges des terroristes, celle de la rue du Fort, à Charleroi, et celle de la rue Radache, à Auvelais.
Ahmad Alkhald est entré en Europe via le flux des migrants, par l’île de Leros, le 20 septembre 2015, en même temps qu’Osama Krayem. Munis de faux documents d’identité syriens, ils ont rejoint Ulm, en Allemagne. Le 3 octobre, ils ont été pris en charge par Salah Abdeslam, en compagnie d’un troisième homme, Soufiane Ayari, arrêté par la suite le 18 mars 2016 en même temps que Salah Abdeslam.
Abdeslam lui a alors confié une fausse carte d’identité belge au nom de Yassine Noure, confectionnée dans le fameux atelier de faussaires de Saint-Gilles, d’où sont venus tous les faux documents du réseau de terroristes qui a frappé en France et en Belgique.
Alkhald est ensuite allé loger en Belgique, avec ses nouveaux camarades. Il y est resté durant les attaques, en compagnie du Belge Najim Laachraoui, lui aussi artificier et confectionneur des gilets explosifs des kamikazes du 13 novembre 2015. Selon Osama Krayem, ils ont préparé les explosifs ensemble.
Il est aujourd’hui prouvé qu’après les attaques de Paris, Alkhald a réussi à quitter l’Europe. Le 16 novembre 2015, soit trois jours après l’attentat, il se trouvait à bord d’un vol Vienne-Ankara, avec escale à Istanbul. Il était muni d’un numéro de téléphone hongrois. Le 1er novembre 2015, il était d’ailleurs contrôlé par la police hongroise dans le train Vienne-Belgrade. Il avait déclaré revenir d’Ulm et vouloir se rendre en Turquie, a relevé l’enquête.
Les enquêteurs sont récemment parvenus à prouver que le soi-disant Ahmad Alkhald a pu jouer un rôle dans les attentats de Bruxelles. En effet, les limiers français et belges considèrent qu’il pourrait être un certain Mahmoud, à qui Najim Laachraoui demande des conseils en matière d’explosifs sur un message audio destiné à être écouté à Raqqa (Syrie), et retrouvé par la suite sur l’ordinateur portable des terroristes, dans une poubelle, non loin de la dernière planque de la rue Max Roos, à Schaerbeek, le jour des attentats de Zaventem et du métro Maelbeek.
Où se trouve-t-il aujourd’hui ? Impossible à dire. Peut-être a-t-il trouvé la mort dans un bombardement ou dans des combats. Car il apparaît évident que Ahmad Alkhald a rejoint la Syrie et l’État islamique. Il est, jusqu’à présent, le seul acteur majeur de ces réseaux terroristes à avoir échappé aux mailles du filet.
Source :
http://www.dhnet.be/actu/faits/voici-l-homme-qui-a-forme-les-kamikazes-belges-58bdd4c6cd704dd7c0c5b762

happywheels

3 Commentaires

  1. Jacques

    9 mars 2017 at 15 h 11 min

    Lorsqu’on racontait que l artificier de Paris s était fait sauter lors de l attentat à Bruxelles,ça semblait bizarre stratégiquement car ce genre de compétences sont précieuses pour un groupe terroriste.
    Se tromper n’est pas le problème,ça peut arriver.
    Mais un an et demi pour arriver a cette conclusion,ca paraît long,non?

  2. roni

    9 mars 2017 at 20 h 12 min

    pas forcement en syrie il est peut etre em turquie cest proche de l europe…

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *