CLAUDE ASKOLOVITCH TOUCHE LE FOND.

By  |  17 Comments

D’ Alain Fabre

La Gauche islamo-soluble dans les grandes largeurs. Le rappeur qui veut pendre les Blancs, assassiner les enfants blancs à la crèche, pas de problème, cette Gauche-là en détourne les yeux. Mais si le père d’une jeune femme massacrée au Bataclan ose se comporter autrement que sur le mode requis : passif et résigné, il est conspué, montré du doigt, traité carrément de fasciste.
Par Askolovitch. C’est d’une dégueulasserie sans nom.

Askolovitch. Claude. Journaliste. En fait, politicien non élu, auto-proclamé conscience nationale.
Il n’a pas perdu sa fille dans des conditions abominables, lui. Il n’a pas entendu le vacarme de souffrance qui montait du Bataclan le 13 novembre 2015, lui. Il est peinard, Claude Askolovitch, bien dans ses charentaises, devant son clavier, trois ans après. Juge et partie, je m’explique : juge d’un homme fracassé mais qui trouve encore la force d’en vouloir à ceux qui l’ont mis à terre, qui l’ont privé d’un irremplaçable amour. Partie d’une besogne infâme d’omerta qui classe chaque jour davantage le plus grand massacre qu’ait connu la France depuis la 2e Guerre mondiale dans la rubrique des faits divers.

Parce que c’est bien cela, le propos : les morts du Bataclan rejoignent, dans la froide statistique du vivre-ensemble établie par les étouffeurs de vérité, les dizaines de Français qui subissent quotidiennement ce genre de violence.
C’est que, pour moi, le pauvre gamin poignardé en 2017 pour un « mauvais » regard était au Bataclan,
le couple ensanglanté pour le refus d’une cigarette, quelque part en province cette année, était au Bataclan,
les juifs torturés, lynchés, défenestrés, traités de sales youpins avant de trépasser, étaient au Bataclan.
Tous, et les autres si nombreux, anonymes, cent fois tués par le silence des médias, réclament, j’en suis sûr, autre chose que la chape de plomb posée sur leurs cercueils par Claude Askolovitch. Alors, ceci, à l’adresse de notre petit Ieng Sary rectifié Le Monde :

« Citoyen Askolovitch, si tu n’es pas qu’un phasme IV enfanté par un quelconque laboratoire post-soixante-huitard, si tu n’es pas le petit salaud cafteur des copains dans la cour de récréation, présente-toi face à monsieur Patrick Jardin qui, lui, ne se planque pas derrière un clavier d’ordinateur. Il t’écoutera, car c’est un homme bien élevé. Confirme-lui oralement que tu trouves condamnable ce que tu penses être de sa part une dérive vers l’extrême droite. Dis-lui les yeux dans les yeux que cette tare monstrueuse qui sommeillait en lui devait se payer un jour et qu’au fond, la mort de sa fille vient quelque part apurer a posteriori ce compte-là. Dis-lui donc, fort logiquement, que lorsque l’on a une certaine propension à côtoyer ce que tu nommes le fascisme, il faut s’attendre à en payer un jour le prix. En conclusion, assène-lui qu’il ne s’en tire finalement pas trop mal, n’ayant pas accompagné sa fille au concert, et que le mieux à faire pour lui est d’aller allumer quelques bougies devant le Bataclan avant de rentrer à la maison et de se brancher sur beIN TV pour regarder le foot. Demande-lui s’il compte le faire. N’oublie pas de sourire, le dominant, c’est toi.
Jouis de l’instant, Claude Askolovitch, car « la vie est courte et y’en a qu’une » (Léo Ferré). Puis, en ayant terminé avec ta sentence, face à cet homme brisé mais en colère, bien campé sur tes jambes de vieux dragouilleur place Clichy, droit dans tes bottes épargnées par le sang du 13 Novembre 2015, garde si tu peux les yeux ouverts et attends la réponse. Elle viendra vite.

JS
P-S – Qu’est-ce que tu penses de la vidéo qui ouvre cette rubrique, Claude Askolovitch ? Elle te parle ? Elle t’émeut ? Elle te rappelle les photos du Bataclan ? Tu vas en dire un mot ? Pour Le Monde ? Ailleurs ? Ou alors dans cinq ans, comme pour les petites suppliciées de Rotherham et de Telford. Tiens, rien que pour toi, je la repasse. Je pense, moi, que cet homme à terre est cérébralement mort. Il me rappelle Robert Kennedy, frappé à la tête. Et comme l’a dit Malraux, un froid jour de novembre, « regarde ce visage, faux journaliste et vrai médiocre, car c’est aujourd’hui le visage de la France ».
Source :
https://www.facebook.com/merlhin/posts/10218113469936521

Claude Askolovitch est un journaliste français né le 18 décembre 1962 à Paris. Il a travaillé dans divers journaux et magazines tels Marianne ou le Nouvel Observateur, où il est grand reporter de 2001 à 2008. Il devient ensuite rédacteur en chef, puis éditorialiste au Journal du dimanche jusqu’en 2012. Il collabore avec divers autres titres, notamment Vanity Fair et Slate.fr.
Au cours de sa carrière, il collabore à plusieurs émissions de radio et de télévision. Il présente actuellement la revue de presse dans la matinale de France Inter et est chroniqueur depuis 2013 pour l’émission 28 minutes sur Arte.
Journaliste sportif à l’origine, il traite aujourd’hui surtout de sujets sociétaux et politiques, avec une inclination particulière pour les controverses d’opinions et les sujets polémiques. Il a notamment été impliqué dans « l’affaire Siné » et « l’affaire Meklat ». Il a écrit plusieurs livres, dont Nos mal aimés dans lequel il regrette le manque de place accordée à l’islam en France des entretiens avec Rachida Dati ou Manuel Valls.
En février 2017, une polémique éclate sur les réseaux sociaux, puis dans la presse16,17, concernant d’anciens tweets racistes, antisémites, homophobes et misogynes de Mehdi Meklat18, jeune écrivain à la mode, ancien de France Inter et figure du Bondy Blog. Claude Askolovitch prend la défense de Meklat sur twitter en ces termes: « Un gamin qui tweetait des blagues Nazes pour tester sa provo est moins immonde que ceux qui utilisent ses conneries passées » 19 ; puis écrit un long texte sur Slate, L’impossible vérité de Mehdi Meklat20, où il s’interroge sur la double identité de Meklat et les hypocrisies de cette polémique. Claude Askolovitch est attaqué par Martine Gozlan dans Marianne : « On croit rêver, c’est à crever. La haine crève l’écran et ils ne veulent pas la voir. » et par l’ancien directeur de France Inter Philippe Val, qui lui reproche de défendre « l’indéfendable »

happywheels

17 Commentaires

  1. HALIMI dit :

    desinfrmation insoutenable askaloaitchj st n journaliste honnete qui ve bouffe as de l arabe a tous les repas COMMENT ETRE DE GAUCHE VIVEMENT MACARTY ET LA CHASSE AUX SORCIERES SURTOUT DES JUIFS DE GAUCHE TRAITRES A LA FRANCE ET A ISRAEL AU 2 DEGRE BIEN SUR k

    • Vrcngtrx dit :

      mais il y a des traîtres juifs et non juifs ; par contre lorsqu’il s’agit de juifs il se passe un double effet kisskool : focaliser sur ces seules personnes en raison de leur confession/origine religieuse (emportant sur le banc des accusés toute la communauté) alors que ce n’est jamais relevé chez les autres (traîtres chrétiens, traîtres athées, …)

      Consciencieux ou manipulés, beaucoup préférèrent se retourner contre UN bouc émissaire, comme par hasard le plus faible démographiquement et le plus élevé intellectuellement afin d’éviter de se confronter aux hordes ennemies déterminées à en découdre

    • Franccomtois dit :

      Halimi sur ce site je n´ai jamais vu un seul commentaire ni même un article contre les arabes ou seulement raciste et c´est pour cela que je suis fier de n´intervenir que sur le site de la LDJ.Personne n´a le droit de remettre en question l´existence d´Israel et pour cela je suis catégorique,maintenant critiquer la politique internationale Israélienne pourquoi pas si cela ne devient pas une obsession en oubliant les politiques étrangere de merde de bien d´autres pays notament la France.Pour la politique interieur d´Israel c´est aux Israélien de gérer point barre.

  2. Ben dit :

    Askolovitch n’a pas de cœur.
    Il est aveuglé par son combat qu’il croit juste, alors qu’il n’est que le dindon de la farce.
    c’est un collaborateur qui s’ignore. Un ennemi de la France

  3. Rosa SAHSAN dit :

    Le père d’Askolovitch doit se retourner dans sa tombe.
    Avoir engendré un fils pareil
    ROSA

  4. Ducky Smockton dit :

    Il paraît que le regretté Roger Ascot, père du Claude, est surnommé « Roger-le-ventilateur », à force de se tourner, de se retourner, et de se tourner, et de se retourner, et de se tourner, et de se retourner sans cesse dans sa tombe en observant les prouesses de son rejeton.
    Rappelons que Roger Ascot, longtemps directeur de l’Arche, journaliste intègre s’il en fut, était un honnête homme – un Mensch – dans toute l’acception du terme.

  5. Ducky Smockton dit :

    Connaissez-vous le surnom que de bonnes âmes ont donné au regretté Roger Ascot (un véritable honnête homme, ancien directeur de l’Arche et père d’Askolovitch Claude) ?

    – A force de se retourner dans sa tombe en observant les prouesses de son rejeton, Roger Ascot est surnommé  » Roger-le-ventilateur  » !

  6. AmiedeSion dit :

    Ce genre de juifs me donne envie de vomir ! Non pas que je les trouve plus pourris que les Goyim qui ont la même attitude, mais parce qu’ils ont encore moins de circonstances atténuantes que les autres ! Quand on est issu d’un peuple qui a subi la plus grande tentative de génocide de l’histoire de l’Humanité, on est IMPARDONNABLES de sucer le z.. De ceux qui veulent « achever le travail » entrepris par le caporal autrichien…

  7. Rony d'Alger dit :

    Roger Ascot était un homme chaleureux, charmant, ouvert, expansif, tout le contraire de son fils, authentique bâton merdeux, hargneux, éprouvant SYSTÉMATIQUEMENT de la sympathie pour les islamo-gaucho-fachos.. Il a opté pour la collaboration. Mais qu’il ne se méprenne pas car ses amis islamo-nazis, si par malheur ils devaient conforter leur emprise sur la France, seraient impitoyables avec le juif ( en minuscules ) qu’il peut lui arriver de prétendre encore être. Eh oui! Puisque il me revient la fois, où sur les ondes de la fréquence Juive, il avait donné un satisfecit, à un rabbin, maintenant Grand, cousin germain d’un allié parental, qui avait conduit la BarMitsva de son fils.

    • diego48 dit :

      Il apparaît donc que cet « Askolovitch » ne peut être considéré comme un fils de pute, terme qu’il mérite cent fois, mais pas ses géniteurs, eux !

  8. benjamin dit :

    la seule bonne reponse a ces abrutis comme cet asko ou Patrick Cohen ou bernard guetta …. c est le boycot pour ma part des que je les aperçois ou entends …je me barre !!

  9. Sigismond dit :

    Askolo dit l étron à pattes

  10. Lior dit :

    Total soutien à Mr Jardin.
    L’attitude d’Askolovitch est indigne des valeurs du judaisme et nous fait du tort.

  11. Olivier dit :

    Je l’ai croisé l’autre jour dans le 5e. Il est certain qui si son horizon se limite à la rive gauche le long de la Seine, le monde tel qu’il le voit est assez paisible, on peut y prendre tout un tas de positions morales avec la plus grande facilité

  12. Vrcngtrx dit :

    HS.
    « TOUCHE LE FOND »
    Le Parti collaborationniste français, le Parti de fauche, ainsi que l’ancien candidat à la présidentielle Benêt Hamon ont immédiatement salué sa libération
    https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/185286-180930-israel-le-terroriste-salah-hamouri-libere-de-prison

  13. MAGUID dit :

    Je ne comprends pas cet acharnement imbécile et, à la limite, criminel à l’encontre de le DROATE, ça frise la complicité. Que je sache le NAZISME, est la contraction des 2 mots: national et #SOZIALISME. Il faut arrêter de tromper son monde par cette méthode grossière et grotesque qui n’a qu’une fonction: essayer d’exonérer les vrais coupables.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *