Comment vaincre face à un ennemi inhumain? Réflexions après l’attentat d’Otniel

By  |  9 Comments

de Pierre Lurçat
En chaque homme juif se trouve profondément enfouie la tendance à interpréter un malheur qui le frappe comme l’expiation d’une faute commise”.
Theodor Lessing
Le terrible attentat d’Otniel pose à nouveau, dans toute son horreur, la question ancienne et sans cesse récurrente de la haine d’Israël. Depuis 2000 ans et plus que nos ennemis nous tuent, depuis des siècles de massacres, de pogroms, de persécutions, de bûchers de l’Inquisition et de bains de sang, la même question revient toujours sur nos lèvres : “Pourquoi ?” Curieusement, le peuple Juif qui n’a jamais connu de répit dans son histoire bimillénaire et qui est sans doute le peuple le plus expérimenté au monde en matière de souffrance, reste toujours aussi surpris et étonné face à ses ennemis. Pourquoi nous haïssent-ils ?
La réponse juive traditionnelle à cette question est que Esaü (et Ishmaël) nous détestent depuis les origines de notre histoire, parce que nous sommes le peuple élu par D.ieu, destinataire de sa Torah. Plus précisément, comme l’explique le Rav Ben Ishaï – dont la fille, le gendre et trois petits-enfants ont été assassinés à Itamar* – ils nous haïssent parce qu’ils veulent s’attaquer à D.ieu lui-même. Mais cette explication s’est souvent accompagnée d’une autre interprétation, opposée, voulant faire de nos ennemis l’instrument de la colère divine : s’ils nous haïssent, c’est parce que nous sommes coupables !

Rejetant ces explications théologiques, le sionisme politique a lui aussi voulu répondre à cette question. Sa réponse a pris la forme d’un constat lucide et désabusé : la haine des Juifs est éternelle. Il ne nous sert donc à rien de vouloir nous assimiler parmi les nations. Recouvrons notre indépendance et nous pourrons nous défendre contre nos ennemis. C’est ce pessimisme lucide et ce refus de la passivité juive traditionnelle qui ont été les moteurs essentiels du mouvement sioniste. Pourtant, l’idée que la haine d’Israël pouvait n’être que passagère et que nous en étions les principaux responsables n’a pas disparu. Elle est même revenue sur le devant de la scène avec le processus d’Olso.Le plus grand mensonge du “processus de paix” réside en effet dans la croyance, totalement irrationnelle et sans cesse démentie par les faits – croyance qui relève du faux messianisme de “La Paix maintenant”, aussi dangereux que le fut en son temps le sabbatéisme – que nos ennemis sont en train de changer. Comme s’il suffisait d’être humains et généreux et de leur faire des “concessions douloureuses” pour qu’ils cessent de nous haïr et de nous tuer… Or les événements des derniers mois montrent une fois de plus – une fois de trop – que nos ennemis ne changeront pas. Leur haine ne disparaîtra jamais, quoi que nous fassions. Car elle est éternelle, comme l’avaient bien compris les pères fondateurs du sionisme politique, et comme le disait un des dirigeants les plus lucides d’Israël, Itshak Shamir, dans son style imagé : “la mer sera toujours la mer et les Arabes seront toujours les Arabes”.
Cessons de nous comporter en agneaux dans un monde de loups !
Nos ennemis ne changeront pas. C’est donc à nous de changer ! Cessons de nous comporter en modèles d’humanisme, en agneaux dans un monde de loups. Devenons une fois pour toutes, comme l’exigeait Jabotinsky, un ‘peuple fier et cruel’. Cessons de vouloir faire de Tsahal l’armée “la plus morale du monde” * et contentons-nous d’en faire l’armée la plus efficace pour défendre notre pays contre ses ennemis ! Retirons à la Cour suprême la compétence exhorbitante (et illégale) que se sont arrogée les juges Aharon Barak (ami personnel du Juif renégat Richard Goldstone) et Dorit Beinich, de prétendre dire aux officiers de Tsahal ce qu’ils ont le droit de faire et de ne pas faire dans leur mission sacrée de défense d’Israël.

Contrairement à ce que disent les juges de la Cour suprême et les commentateurs du journal Ha’aretz, il n’est pas amoral de faire passer la vie de nos soldats et de nos civils avant celle des combattants (ou des terroristes) et des civils du camp ennemi. Le professeur Assa Kasher, rédacteur du Code éthique de Tsahal, avait d’ailleurs reconnu lors d’une opération à Gaza que «Si le choix est entre le soldat et le voisin du terroriste, le civil ennemi, la priorité est la vie du soldat». Cette morale élémentaire est appliquée par toutes les armées du monde, et rien ne justifie que Tsahal applique une morale différente, au nom d’un humanisme dévoyé ou d’une fausse idée des exigences de la « morale juive ».
L’hypocrisie fondamentale de l’Europe est apparue ces derniers mois de manière flagrante, quand les civils israéliens ont fait face courageusement à la nouvelle « guerre des couteaux » déclenchée par les terroristes palestiniens, incités constamment à tuer des Juifs par les médias et les dirigeants de l’Autorité palestinienne avec les fonds européens. La récente affaire mettant en cause un militant de l’ONG B’tselem, accusé d’avoir transmis les noms de Palestiniens qui vendent leurs biens à des Juifs à l’Autorité palestinienne, pour qu’elle les exécute, montre bien que le but véritable des ONG défendant les « droits de l’homme » n’a rien à voir en réalité avec une quelconque exigence morale ou humaine, et qu’il s’agit d’une machine de guerre financée par l’Europe pour affaiblir Israël dans sa lutte de survie contre des ennemis qui n’ont pas, eux, de visage humain. Les mensonges et la propagande éhontée des ONG antisionistes ne doivent pas nous faire oublier cette vérité essentielle.
Pierre Lurçat
* La version originelle de cet article est parue après l’horrible attentat commis à Itamar.
source :

http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2012/01/29/humains-trop-humains-reflexions-apres-le-carnage-d-itamar.html

happywheels

9 Commentaires

  1. LIPSKER Ronny dit :

    En expulsant systématiquement toute la famille du terroriste vers Gaza ou vers la Jordanie, à vie.
    Toute la famille c’est oncles, tantes, cousins etc. toutes ces merdes hors d’Israél!!!

  2. Bruno Bindi dit :

    Si on te tape,tapes! Si on veut te tuer, tues ¡ c’ést un droit et un devoir ! Il faut que les juifs arrêtent d’être gentils et de se poser des questions ! Défendez vous contre ces charognes qui n’ont d’humains que le nom !

    • daniel. Danielle dit :

      C est vrai, je comprends pas pourquoi les juifs essayent toujours de se comporter bien ,
      Ça suffit !!!!
      Il faut pas avoir peur du qu’en dira t on ,ne plus être politiquement correct comme le fait le CRIF ou autres associations juives.!!!
      Ça ne paye pas !
      C’est comme les individus, plus ils sont tranquilles et moins ils obtiennent ; plus ils se comportent comme des racailles et plus on en a peur et ils obtiennent plus que les autres …

  3. josué bencanaan dit :

    La loi du Talion, plus de pitié pour les tueurs de juifs

  4. Claude Herz dit :

    N’était ce pas, en quelque sorte, ce que prônait le rabbin Meir Kahane ?  » 2 yeux pour 1 œil  » !

    Et au risque d’en rendre furieux plus d’1, je crois bien qu’il avait raison !

    C’est mon opinion personnelle, cela n’engage donc que moi ; et il me semble que depuis un moment, c’est bien un homme comme celui là, qu’il aurait fallu pour régler les problèmes , sans états d’âme !!!

  5. Alice dit :

    on ne verra pas les photos de la famille en France , les seuls à plaindre sont les arabes selon la version actuelle!

  6. Gilles-Michel De Hann dit :

    « Mais si malheur arrive, tu paieras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, meurtrissure pour meurtrissure. »

    — Exode 21,23-25

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *