Décès du dessinateur et scénariste génial Gotlib

By  |  5 Comments

L’auteur de BD Gotlib est mort à l’âge de 82 ans. Son éditeur a annoncé la disparition, dimanche, du père de Gai Luron. «La famille de Marcel Gotlib vient de nous apprendre le décès ce jour de Gotlib», a indiqué Dargaud qui fait part de son «immense tristesse».

Marcel Gottlieb, dit Gotlib, né le 14 juillet 1934 à Paris et mort le 4 Décembre 2016, est un auteur de bande dessinée français. Il est surtout connu pour ses histoires humoristiques (Gai-Luron, Les Dingodossiers, La Rubrique-à-brac) et les nombreuses pages qu’il a publiées dans deux importants mensuels qu’il a créés dans les années 1970, L’Écho des savanes et Fluide glacial.
En 2014, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, à Paris, décide, pour son 80e anniversaire, de lui consacrer une exposition6. À cette occasion, l’auteur, dans un article du Monde du 13 mars 2014, explique qu’il a été plutôt surpris de l’initiative du musée : « Je suis avant tout athée mais, d’un autre côté, je suis juif et si je ne l’étais pas, je serais athée également. Tout ça est bien compliqué. Disons que je suis obligé de tenir compte de cette appartenance à la judéité dans la mesure où cela a été la dégringolade du côté de ma famille pendant la guerre. Cela dit, je n’ai jamais claironné que j’étais juif. Mais je ne l’ai jamais caché non plus. »
Dans son œuvre, où il a majoritairement abordé des sujets comiques, il a rarement abordé sa judéité et les drames qui se sont produits autour de lui pendant la Seconde Guerre mondiale. Il n’en parle que deux fois dans La Coulpe et Chanson aigre-douce.

La première fois, en 1969 dans Pilote, dans un épisode appelé « Chanson aigre douce ». Il se rappelle l’année 1942, il avait 8 ans. Il vivait à la campagne et les autres enfants lui chantaient une chanson dont il ne comprenait pas les paroles. Il ne comprenait pas non plus qu’on lui disait « qu’au loin, il y avait de l’orage et que ses parents sont restés sous l’orage ». Pour lui, la vie était heureuse. Plus âgé, il a compris les paroles et l’« orage » et il déclare qu’en 1977 sa fille aura 8 ans, et il espère qu’elle ne subira jamais d’orages.
« J’ai huit ans et je vais à l’école. Un copain m’apprend une comptine. « Leblésmouti ♪ Labiscouti ♪ Ouileblésmou ♪ Labiscou. » Je ne comprends pas ce que ça veut dire… Il paraît aussi qu’au loin, tout là-bas, il fait un sacré orage. Je ne comprends pas non plus. Il fait si beau, ici. Papa et maman sont restés sous l’orage, là-bas, au loin. Moi, je suis ici, à la campagne. C’est l’orage dehors au loin Mais dans l’étable je suis bien Silence Obscurité Chaleur. Aujourd’hui, le père Coudray m’a dit qu’il ne fallait plus que j’aille à l’école. À cause de l’orage. C’était en l’an de grâce 1942. L’orage a duré longtemps, mais moi, douillettement niché au fond d’une étable, bien au chaud et caressant un museau de chèvre, je m’en fichais bien. Aujourd’hui, en l’an de grâce 1969, j’ai enfin compris la comptine. Ça voulait dire : « Le blé se moud-il ? L’habit se coud-il ? Oui, le blé se moud, L’habit se coud. » J’ai également compris l’orage. »
— Extraits de Chanson Aigre-Douce Gotlib dans Pilote en 1969
Cette histoire est complètement autobiographique : Il déclare dans Télérama : « Pendant l’Occupation, ma mère nous avait mis en pension chez des fermiers, un peu Thénardier sur les bords. Ces gens-là gardaient plein de mômes. Au début j’allais à l’école, mais ils m’en ont retiré pour m’envoyer garder la chèvre. Je passais mes journées avec elle. Juste au-dessus de nos têtes, il y avait des batailles aériennes. Les avions se mitraillaient et moi, j’étais là, les mains dans les poches. Un jour, en rentrant la chèvre, j’ai vu une voiture garée devant la ferme, une traction avant peinte aux couleurs de l’armée allemande, et des soldats chez mes logeurs. Je suis resté prudemment en arrière… ».
La seconde fois, en 1973 dans La Coulpe (L’Écho des savanes no 3), où il découvre le sens de l’expression « humour grinçant » arborant sur la poitrine une étoile de David11.
Gotlib se sent on ne peut plus juif mais aussi « plus français que juif ». Il n’a jamais été en Israël, ni en Hongrie. « La religion juive, je ne lui ai jamais dit adieu, ni bonjour, ni bienvenue, » explique l’auteur. « Moi, la religion, que ce soit celle des juifs ou des musulmans, je trouve ça con. J’avais 14 ans quand ma mère s’est soudain rappelé que je devais faire ma bar-mitsva. Si on m’avait demandé mon avis, j’aurais dit que ce n’était pas la peine. ».

« >

On relira avec intérêt l’article de Véronique CHEMLA
http://www.veroniquechemla.info/2014/07/les-mondes-de-gotlib.html

happywheels

5 Commentaires

  1. SAADOUN françoise dit :

    qu’il repose en paix, il n’est pas le seul juif laïc ignorant ses racines, enfin pas tout à fait puisqu’il en parlait- au moins je ne pense pas qu’il nous ait trahis-

  2. Lys dit :

    Souvent sur la montagne, à l’ombre du vieux chêne,
    Au coucher du soleil, tristement je m’assieds ;
    Je promène au hasard mes regards sur la plaine,
    Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds.

    Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes ;
    Il serpente, et s’enfonce en un lointain obscur ;
    Là le lac immobile étend ses eaux dormantes
    Où l’étoile du soir se lève dans l’azur.

    Au sommet de ces monts couronnés de bois sombres,
    Le crépuscule encor jette un dernier rayon ;
    Et le char vaporeux de la reine des ombres
    Monte, et blanchit déjà les bords de l’horizon.

    Cependant, s’élançant de la flèche gothique,
    Un son religieux se répand dans les airs :
    Le voyageur s’arrête, et la cloche rustique
    Aux derniers bruits du jour mêle de saints concerts.

    Mais à ces doux tableaux mon âme indifférente
    N’éprouve devant eux ni charme ni transports ;
    Je contemple la terre ainsi qu’une ombre errante
    Le soleil des vivants n’échauffe plus les morts.

    De colline en colline en vain portant ma vue,
    Du sud à l’aquilon, de l’aurore au couchant,
    Je parcours tous les points de l’immense étendue,
    Et je dis :  » Nulle part le bonheur ne m’attend.  »

    Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
    Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
    Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
    Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !

    Que le tour du soleil ou commence ou s’achève,
    D’un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
    En un ciel sombre ou pur qu’il se couche ou se lève,
    Qu’importe le soleil ? je n’attends rien des jours.

    Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
    Mes yeux verraient partout le vide et les déserts :
    Je ne désire rien de tout ce qu’il éclaire ;
    Je ne demande rien à l’immense univers.

    Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
    Lieux où le vrai soleil éclaire d’autres cieux,
    Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
    Ce que j’ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !

    Là, je m’enivrerais à la source où j’aspire ;
    Là, je retrouverais et l’espoir et l’amour,
    Et ce bien idéal que toute âme désire,
    Et qui n’a pas de nom au terrestre séjour !

    Que ne puîs-je, porté sur le char de l’Aurore,
    Vague objet de mes voeux, m’élancer jusqu’à toi !
    Sur la terre d’exil pourquoi resté-je encore ?
    Il n’est rien de commun entre la terre et moi.

    Quand là feuille des bois tombe dans la prairie,
    Le vent du soir s’élève et l’arrache aux vallons ;
    Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
    Emportez-moi comme elle, orageux aquilons !

    Alphonse de Lamartine

  3. Lys dit :

    Oui Françoise, Je suis bien d’accord avec vous.
    Je suis ravie que vous soyez aussi sensible à la poésie.
    « Nous n’avons qu’un flambeau; gardons-nous de l’éteindre » écrivait Voltaire à ce sujet.
    Bien à vous.

  4. aval31 dit :

    un autre article de gai luron a fait suite a chanson triste….. c etait la reponse personnelle par jujube et gai luron interposes a une question de mon oncle. Gotlieb n avait il pas ete un enfant juif cache comme mon pere ? Et gai luron et jujube de claironner qui c est l oeuf de christophe colomb autrment oui c est evident…. la seule fois ou ca n a pas ete jean pierre liegeois….

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *