Des malles retracent la vie d’une famille disparue à Auschwitz

By  |  1 Comment

Entreposées depuis 1945 dans les combles de la mairie du village d’Auvillar, une quinzaine de valises n’avaient jamais été réclamées. Elles appartenaient à une famille juive qui a péri à Auschwitz.

Adèle Kurzweil avait 17 ans. Sur sa photo d’identité en noir et blanc, elle a les cheveux longs, les lèvres boudeuses, et un regard songeur qui ne fixe pas l’objectif. Le 26 août 1942, au petit matin, la jeune fille a été rafée avec ses parents à Auvillar, un village de Tarn-et-Garonne. Déportés, ils mourront gazés à Auschwitz. Ils auraient pu disparaître à jamais des mémoires, maisl’acharnement de quelques-uns en a décidé autrement.

lire l’article du NOUVEL OBSERVATEUR en cliquant sur le lien ci-après
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140123.OBS3609/des-malles-retracent-la-vie-d-une-famille-disparue-a-auschwitz.html

happywheels

1 Comment

  1. houppe deve

    27 janvier 2014 at 0 h 17 min

    très émouvant!!!!une pensée particulière pour eux demain

Publier un commentaire

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *