Goldnadel – Israël, frontières, coronavirus : Le Monde souffre (encore) de lubies radicales et d’amnésie totale

By  |  2 Comments

Par Gilles-William Goldnadel

Même à propos de la pandémie, il a fallu que le quotidien de gauche sa vautre dans son anti-israélisme pathologique, dénonce dans son édito hebdomadaire l’avocat Gilles-William Goldnadel.
J’aurais volontiers utilisé le temps du confinement pour décrire le phénomène de la radicalisation opérée par le journal Le Monde au cours des trente dernières années.
Certes, le pape de l’islamo-gauchisme, Edwy Plenel, aura marqué de son empreinte indélébile la rédaction générale, mais ces dernières années auront été fatales. Désormais, le néo- féminisme, l’écolo-gauchisme et l’indigénisme importés d’Amérique ont rendu le journal du soir, crépusculaire.
C’est d’ailleurs parce qu’il en a, du coup, perdu grandement son magistère intellectuel et moral, que les opposants à sa ligne ne craignent plus ses coups. Raison pourquoi, je ne gaspillerai pas mon temps de confinement à écrire une somme sur sa fuite en avant vers l’intellectuel néant.
Ceci posé, ne serait-ce que pour montrer le mauvais air du temps, je prendrai deux exemples de la semaine pour montrer les inconséquences radicales et dangereuses d’un journal qui incarna autrefois noblement la gauche intelligente.
Le premier sujet concerne la vilaine manière dont ce journal a traité la façon dont l’État israélien a utilisé la technologie informatique de pointe du Shin Bet pour tracer les malades, notamment ceux qui ne respectent pas le confinement.

Dans un article venimeux, son correspondant local, Louis Imbert, a mobilisé, comme à l’habitude, les inévitables prétendus défenseurs des droits de l’homme pour expliquer que ceux-ci seraient en danger.
Bien entendu l’anti-israélisme pathologique du quotidien vespéral explique ce parti pris hostile.
Mais de manière subsidiaire, en rien incompatible, c’est cette peur gauchisante du Big Brother qui fait que la sécurité des Français a longuement pâti des oppositions aux fichiers de la criminalité sexuelle ou terroriste. Ou encore à la vidéosurveillance. Toutes choses à présent largement admises et louées.
Seule contradiction notable : nos droits-de-l’hommistes ne se sont jamais rebellé contre les connaissances inquisitoriales gigantesques du fichier fiscal. Il est vrai que le fraudeur fiscal est sur l’échelle de l’horreur bien au-dessus du djihadiste ou d’un virus malin.
À ce propos, et pour montrer s’il en était besoin encore que les israéliens ne sont, dans la lutte contre le virus couronné, ni dans l’erreur ni dans l’horreur, on lira avec profit l’interview d’Annelies Wilder-Smith , spécialiste mondiale des maladies infectieuses à la London School of Hygiene et publiée par le Figaro samedi.
La scientifique revient de Singapour et loue les méthodes de suivi utilisées notamment par ce pays : « Nos sociétés doivent s’interroger rapidement sur le niveau de surveillance qu’elles sont prêtes à accepter pour permettre un meilleur traçage du virus. Il est urgent de tirer les leçons des succès enregistrés en Asie du Sud. »
Le second sujet concerne l’utilisation des frontières barrières nationales. Il y a une quinzaine, Le Monde n’avait pas de mots assez durs pour flétrir ces populistes français et américains qui avaient la naïveté et la méchanceté de croire à la nécessité de se protéger des pays à risque.
L’auteur des présentes lignes incarnait sans complexes dans ses articles à répétitions le nationaliste stupide de la ligne Maginot du repli inutile et xénophobe.
Aujourd’hui, Le Monde a radicalement changé de pied. Sans même y réfléchir, par réflexe pavlovien. Le Français n’était pas autorisé à se protéger de l’Autre, et d’ailleurs c’était vain.
En revanche, l’Autre a le devoir impérieux de se protéger avec ses frontières barrières.
À ce titre, on lira l’article ahurissant, compte tenu de ce qui précède, écrit il y a quatre jours par les quatre journalistes du Monde correspondants au Moyen-Orient : celui-ci est titré éloquemment ainsi sur Twitter :
« Au Moyen-Orient, la crainte du foyer iranien : dans les pétromonarchies, qui se sont très tôt fermées, le bilan reste peu élevé… ». Je cite à présent, en toutes lettres, cette phrase-clé contenue dans l’article concernant les émirats : « Ces chiffres moins élevés qu’on aurait pu le craindre s’expliquent par le fait que ces états se sont très tôt barricadés »…
Vous avez bien lu : Le Monde reconnaît le bienfait des frontières nationales quand ce ne sont pas les nôtres.
Cette idéologie idiote aura contribué à empêcher la France gouvernementale largement contaminée par le virus multiculturaliste à protéger les Français.
Le jour d’après, le monde ne devra pas l’oublier.
Source :
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/edito-goldnadel-israel-frontieres-coronavirus-le-monde-souffre-encore-de-lubies-radicales-et-damnesie-totale-117367

happywheels

2 Commentaires

  1. Franccomtois

    24 mars 2020 at 14 h 33 min

    Tiens un bon article paru dans Europe-Israel.Les salopards qui colportent des contre-vérités par haine des juifs á travers Israel devraient la fermé et nous de notre côté ami(e)s d´Israel devons faire connaitre cette info.

    Europe-Israel:
    Khaled Abu Toameh « Israël aide les Palestiniens contre le coronavirus ; les pays Arabes les trahissent »
    Mar 23, 20206
    Il importe de noter que l’Égypte, qui a aussi une frontière commune avec Gaza, n’a rien envoyé aux Palestiniens, ni tests de dépistage du coronavirus, ni gel de désinfection.

    « Après plus de soixante-dix ans, le Liban reste le pays où les réfugiés palestiniens souffrent le plus de discriminations juridiques et économiques et où ils sont exclus de certaines professions et victimes de tracasseries pour tout ce qui touche au permis de travail et au droit de propriété. » – Dr Mohsen Saleh, directeur général du Centre d’études Zaitouna de Beyrouth, arabi21.com, 20 juillet 2019.

    Assad Abu Khalil, libano-américain, professeur à la California State University, et « pro-palestinien » ne semble pas gêné des sévères restrictions que son propre pays – le Liban – inflige aux Palestiniens. Qu’un homme politique libanais (et non pas israélien) appelle aujourd’hui à confiner les Palestiniens dans leurs « camps de réfugiés » ne le trouble pas non plus.

    L’Égypte a depuis longtemps abandonné les Palestiniens en bloquant à double tour sa frontière avec Gaza. Les Libanais, les Égyptiens et la plupart des Arabes perçoivent les Palestiniens comme le problème du seul

    Israël. Lorsque la crise actuelle du virus sera passée, il faut espérer que les Palestiniens se souviendront qu’un seul pays leur est venu en aide : Israël. Peut-être se rappelleront-ils que leurs frères arabes les ont trahis – ce n’était pas la première fois, ni sans doute la dernière.
    Alors qu’Israël ne compte pas ses heures pour freiner et enrayer la propagation du coronavirus chez les Palestiniens, les États arabes retrouvent les geste de leur comportement traditionnel envers leurs frères palestiniens : ils ne lèvent pas le petit doigt.

    Très récemment, les autorités israéliennes ont livré 200 kits de dépistage du coronavirus à l’Autorité palestinienne. Parallèlement, des équipes médicales israéliennes et palestiniennes œuvrent ensemble à contrer la propagation du virus.

    En dépit des milliers de roquettes et de ballons incendiaires ou bourrés d’explosifs que le Hamas lance et continue de lancer vers Israël, les autorités israéliennes ont livré 200 tests de dépistage du coronavirus aux services médicaux de la bande de Gaza.

    Les autorités israéliennes ont aussi transféré aux services de santé palestiniens 20 tonnes de produits désinfectants fabriqués en Israël. Le matériel comprenait du chlore et du peroxyde d’hydrogène pour désinfecter et assainir les surfaces en zone ouverte mais aussi en zone fermée, comme les mosquées et les églises.

    Il n’est pas interdit de noter que l’Égypte, qui a une frontière commune avec la bande de Gaza, n’a envoyé aucun test de dépistage ni aucun produit de désinfection aux Palestiniens.

    Quant aux Palestiniens du Liban, ils craignent que les autorités libanaises ne prennent prétexte du coronavirus pour les discriminer encore plus.

    Samir Geagea, homme politique libanais et président des Forces libanaises, parti politique chrétien anti-palestinien, a provoqué un tollé en appelant au bouclage immédiat des 12 camps de réfugiés palestiniens du Liban.

    En janvier 2019, le Liban comptait 475 075 réfugiés palestiniens, selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). « Les Palestiniens du Liban sont privés de plusieurs droits importants », a souligné l’UNRWA.

    « Ils sont exclus de 39 professions et empêchés d’acquérir un bien [immobilier]. Ils sont privés des droits accordés aux étrangers qui vivent et travaillent au Liban parce que les réfugiés palestiniens ne sont pas officiellement citoyens d’un autre État. La guerre civile en Syrie a contraint de nombreux Palestiniens de Syrie à chercher refuge au Liban. Pas moins de 29 000 Palestiniens sont pris en charge par l’UNRWA, qui leur verse un pécule, scolarise les enfants, finance les soins de santé et accorde une protection sociale minimale. »

    La médecine, le droit et l’ingénierie sont au nombre des professions fermées aux Palestiniens au Liban.

    « Après plus de soixante-dix ans, le Liban reste le pays où les réfugiés palestiniens souffrent le plus : nombre de droits économiques et humains ne leur sont pas accordés, des freins les bloquent à l’entrée du monde du travail et les tracasseries pour l’obtention des permis de travail et l’accès à la propriété sont innombrables », a déclaré le Dr Mohsen Saleh, directeur général du Centre d’études Zaitouna de Beyrouth.

    « Les discriminations persistantes infligées aux réfugiés palestiniens, en particulier sur le marché du travail, génèrent des sentiments d’injustice et d’oppression. Lesquels peuvent être instrumentalisés par des organisations extrémistes ou favoriser diverses formes de délinquance qui mettent en péril la stabilité relative et la sécurité du Liban. Permettre aux réfugiés palestiniens de travailler dans des conditions décentes est un impératif politique, sécuritaire et social autant qu’un besoin économique pour le Liban. »

    Les Palestiniens craignent qu’en sus des discriminations et mesures d’apartheid qui les frappent, les autorités libanaises ne prennent prétexte du coronavirus pour les confiner dans leurs camps de réfugiés. L’appel jugé « raciste » de Samir Geagea de boucler les Palestiniens dans leurs camps risque de durcir plus encore le cadre humanitaire et sanitaire des Palestiniens.

    Tayseer Khaled, cadre dirigeant du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), une organisation membre de l’OLP, a jugé la proposition de Geagea « raciste et inacceptable ». Le verrouillage des camps de réfugiés, a-t-il dit, « est contraire aux droits de l’homme et aux droits humains ».

    Une autre faction de l’OLP, le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), a répondu à Geagea que ce sont « les esprits racistes, et non les camps de réfugiés, qui devraient être confinés ».

    Mohammed al-Shuli, Palestinien et militant des droits de l’homme, a déclaré que la guerre contre le coronavirus ne devait pas servir de prétexte pour discriminer les Palestiniens. Les autorités libanaises a-t-il ajouté, n’ont bouclé aucune ville ou village du Liban et aucun Libanais n’a été confiné à domicile.

    « La déclaration de Geagea cible uniquement les Palestiniens », a commenté al-Shuli. « Aucun cas de coronavirus n’a été enregistré dans les camps de réfugiés et les Palestiniens ne sont pas opposés aux mesures de précaution. Les déclarations extrémistes n’ont rien de nécessaire. »

    Un groupe appelé Alliance des factions palestiniennes au Liban a également considéré qu’il était « raciste » de prétendre confiner les Palestiniens dans leurs camps et de boucler ces mêmes camps. « Cette épidémie mondiale traverse des pays et des communautés ; surfer sur le coronavirus pour discriminer les réfugiés palestiniens et leur droit à la vie est répréhensible et inacceptable », a déclaré le groupe. « Cette proposition est surtout le reflet de l’âme noire du politicien libanais ».

    Au moment où les Palestiniens s’inquiètent à nouveau des discrimination légales et de l’apartheid qui sévit au Liban, un certain Assad Abu Khalil, professeur libano-américain à l’Université d’État de Californie Stanislaus, à lancé un appel au meurtre contre le seul pays qui aide les Palestiniens contre le coronavirus, Israël. Le 8 mars, ce professeur a tweeté : « Israël aura – j’en suis sûr – des procédures médicales différentes pour les juifs et les non-juifs. Les non-juifs seront placés dans des camps de détention collective ».

    Ce professeur libanais qui se dit « pro-palestinien » ferait bien de s’intéresser au carcan restrictif que son propre pays – le Liban – impose aux Palestiniens. Il pourrait également remarquer que c’est un élu libanais (et non un élu israélien) qui a appelé à confiner les Palestiniens dans des « camps de de détention collective ».

    Les Palestiniens auraient tort d’entretenir une quelconque illusion sur les aides que le Liban, l’Égypte ou tout autre pays arabe pourrait leur apporter, notamment dans le cadre de l’épidémie du coronavirus. Le Liban discrimine les Palestiniens depuis des décennies, et le coronavirus ne va pas infléchir la tendance.

    L’Égypte aussi a depuis longtemps abandonné les Palestiniens à leur sort en rendant hermétique sa frontière avec Gaza. Les Libanais, les Égyptiens et la plupart des Arabes considèrent que les Palestiniens sont le problème d’Israël. Lorsque la crise actuelle du virus sera passée, les Palestiniens feraient bien de se souvenir qu’un seul pays est venu à leur secours : Israël. Ils pourraient aussi garder en mémoire que leurs frères arabes les ont trahis – une fois de plus et sans doute pas la dernière.

    Khaled Abu Toameh, journaliste multi-récompensé basé à Jérusalem, est Shillman Journalism Fellow au Gatestone Institute.

    BandeDeSaloperie que la haine des juifs vous étouffe!!!!!!!!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *