Le PCF sous l’Occupation : les petits mensonges du propalestinien Ian Brossat

By  |  12 Comments

Fichtre, qu’apprend-on, dans les grandes écoles ? Après quatre années de Sciences Po, Nathalie Loiseau ne sait toujours pas ce qu’est le GUD.

« >

Quant à Ian Brossat, tête de liste communiste aux prochaines élections européennes, il ne semble pas avoir retenu grand-chose d’une scolarité passée à Henri-IV et d’une agrégation de lettres modernes décrochée à l’École normale supérieure de Lyon, croyant encore que le Parti communiste fut un parti résistant de la première heure.
Évidemment, il reste bien l’école des cadres du PCF, dont il a sûrement dû entendre parler ; là, au moins, on y apprenait à mieux mentir sur le sujet, ce qui peut toujours servir. Quand on passe à la télévision, par exemple, aux « Grande Gueules » de RMC, ce mardi 21 mai, pour être plus précis.

À cette occasion, Brossat fait le beau : « Moi, je suis communiste français. Le Parti communiste, en France, qu’est-ce que c’est ? C’est 36, les congés payés. C’est 45, un gouvernement auquel on participe avec le général de Gaulle et qui met en place la Sécurité sociale. » Du seul point de vue factuel, voilà qui n’est pas totalement faux. Ce qui n’empêche pas l’éditorialiste Daniel Riolo d’ajouter : « C’est aussi la collaboration avec les nazis. » Et Ian Brossat de frémir, avec la mine de circonstance seyant à tout démocrate indigné : « Non, c’est la Résistance, Monsieur. C’est 75.000 fusillés. »
Tel qu’il n’était pas incongru de s’y attendre, d’autres démocrates tout aussi indignés se sont indignés encore plus fort dans les médias, dont une certaine Odette Nilès, ancienne déportée et doyenne de la liste communiste européenne : « C’est l’inculture qui conduit à l’ignorance, l’ignorance qui conduit à l’oubli. Le négationnisme commence toujours ainsi : par un rire, par une moquerie. On explique alors qu’il ne s’agit que d’un détail de l’Histoire. »
Mais Libération, dans sa rubrique « CheckNews », remet les choses à peu près à l’endroit. Les 75.000 martyrs relèvent du n’importe quoi, sachant que les autorités allemandes ont, selon les estimations les plus hautes, fusillé 20.000 Français durant l’Occupation, dont 5.000 communistes. Après, un Parti communiste collaborateur, c’est déjà plus compliqué. Certes, rappelle ce quotidien, le PCF n’entre dans la Résistance qu’en 1941, après la rupture du fameux Pacte germano-soviétique. Ainsi, sans être tout à fait des résistants de la onzième heure, les communistes ne faisaient pas vraiment partie de ceux de la première.
En attendant 1941, on dira que le parti campe alors dans un attentisme prudent, allant jusqu’à quémander, auprès de la Kommandantur parisienne, l’autorisation de faire reparaître L’Humanité, autorisation qui leur est, par ailleurs, refusée. Cité par le même quotidien, l’historien Michel Wieviorka affirme non sans justesse, à propos de cet épisode : « Le PCF essaie de tirer avantage de la situation, c’est un épisode honteux, mais le transformer en acte de collaboration, c’est une contre-vérité. »
En revanche, il ne s’agit pas d’une autre « contre-vérité » que de noter que d’anciens communistes, comme Jacques Doriot en tête, prirent une part écrasante dans la collaboration ; au même titre, d’ailleurs, que d’anciens socialistes, comme Marcel Déat. Eh oui, les deux principaux partis collaborationnistes, PPF et RNP, étaient de gauche, tandis que les premiers résistants venaient de cette droite déjà donnée pour « extrême ».

En ce domaine, il est bien dommage que nos fact checkers n’aient pas poussé un peu plus loin leurs investigations, ne serait-ce qu’en se penchant sur l’œuvre de l’Israélien Simon Epstein, chercheur, historien, universitaire et spécialiste de l’antisémitisme, dont l’un des derniers livres, Un paradoxe français, fit grand bruit tout en causant une certaine gêne. Il est vrai que son sous-titre n’est autre que « Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance »… Si l’on en croit les sondages, il est probable que Ian Brossat ne siège pas au Parlement européen. Fort bien, ça lui laissera du temps de libre pour lire sur la plage.
Source :
https://www.bvoltaire.fr/le-pcf-sous-loccupation-les-petits-mensonges-de-ian-brossat/

« >

« >

happywheels

12 Commentaires

  1. jacko lévy

    24 mai 2019 at 8 h 37 min

    Ian Brossat ne pourra plus reluire !! des grolles, plutot des babouches orientales

  2. capucine

    24 mai 2019 at 13 h 03 min

    il a vu tout rouge Ian Brossat quand il a répondu à Riolo qui est un journaliste sportif parait il ? il n’a même pas honte de raconter que son grand-père juif espionnait Israël pour le compte de la russie …

  3. Knocker

    24 mai 2019 at 13 h 27 min

    Et que pensez-vous du Groupe Manouchian?

  4. benjamin

    24 mai 2019 at 14 h 42 min

    ce sont les communistes qui ont conceptualisè l antisionisme sur ordre du kommintern !déjà lors de l election presidentielle leur candidat le nabot bedonnant jacques duclos en a beaucoup parlè dans ses meeting . et aujourd hui faute d urss ils se tournent vers l islam et la palestine …oubliant qu en palestine a gaza en egypte syrie iran irak et arabie les communistes sont traquès et souvent tuès …

  5. Yaacov

    24 mai 2019 at 15 h 04 min

    Collabo, pro palestinien , menteurs rien pour plaire ces cocos

  6. josué bencanaan

    24 mai 2019 at 15 h 34 min

    Les communistes au debut de l’occupation n’ont pas fait resistance, cela tout le monde le sait, ce que l’on sait moins c’est avant le déclenchement du conflit ils sabotaient la production militaire et faisaient des gréves a répétition( article lu il y a bien longtemps), ils ont meme récidivé pendant la guerre d’algérie, sans compter l’action des membres du PCF dans les camps d’internement vietnim après dien bien phu.

    Le communisme et un véritable fléau mais moins dangereux que l’Islam.

  7. Faut lecdire

    24 mai 2019 at 16 h 57 min

    Mere et grand pere renegats anti juif alors qu’ils sont juif grand pere 20 de prison pour espionnage contre israel

    Il est beau ce fils de traites

  8. que

    25 mai 2019 at 9 h 28 min

    La pomme ne tombe pas loin de l’arbre. Avec le grand père pourri traître à Israël
    Comment voulez-vous qui l’en soit autrement.
    ROSA

  9. Paul06

    25 mai 2019 at 9 h 28 min

    La haïne des Juifs et d’Israel est une constante communiste. Nous n’oublierons jamais.

  10. capucine

    25 mai 2019 at 13 h 53 min

    c’est malheureux d’être pro-palos et homo quand on a eu grand-père juif qui manque de chance à été un traitre à son pays Israël pour le compte des russes !!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *