Les Arabes israéliens doivent changer de direction et…de Direction

By  |  5 Comments

La LDJ est favorable à l’expulsion d’Israel des individus soutenant des organisations terroristes OLP,Hamas ,Hezbollah quelque soit leur religion et le retrait de leur citoyenneté israélienne.

Lire ci-après l’article de Shraga Blum

http://www.israel-flash.com/2014/10/les-arabes-israeliens-doivent-changer-de-direction-et-de-direction/

Les Arabes israéliens doivent intégrer que l’Etat d’Israël est la seule patrie des Juifs dans le monde, et qu’il est là pour rester. Ils devront vivre comme minorité dans un Etat juif, comme toute minorité à travers le monde, avec les droits et devoirs qui reviennent et incombent à chaque citoyen.

Dans la délicate coexistence entre Arabes et Juifs au sein de l’Etat d’Israël, il y a deux axiomes que les deux secteurs de population sont obligés d’accepter : les Juifs doivent comprendre qu’il y aura toujours en Israël une forte minorité nationale arabe, qui devra jouir des mêmes droits civils, sociaux et religieux que les citoyens juifs. De leur côté, les Arabes israéliens doivent intégrer que l’Etat d’Israël est la seule patrie des Juifs dans le monde, et qu’il est là pour rester. Ils devront vivre comme minorité dans un Etat juif, comme toute minorité à travers le monde, avec les droits et devoirs qui reviennent et incombent à chaque citoyen.

Cela fait un certain nombre d’années que sous l’influence de députés arabes irresponsables et pyromanes, du Comité de Suivi des Arabes israéliens, de mouvements islamiques en Israël ainsi que d’organisations terroristes, une partie croissante de la population arabe d’Israël se trouve sur une trajectoire de collision frontale avec la population juive. Les cas ne se comptent plus où des Arabes israéliens remettent désormais la légitimité même de l’Etat d’Israël : dans les universités, les écoles, dans les stades de football, sur le Mont du Temple, lors des manifestations de la Journée de la Naqba et même dans l’enceinte de la Knesset.

Les exemples sont innombrables pour illustrer cette évolution, en voici deux, symptomatiques. En 2004, l’équipe de football de Bne Sakhnin remportait la Coupe d’Israël. C’était la première fois qu’un club arabe israélien remportait ce trophée. Les joueurs de l’équipe, Arabes et Juifs, tout comme les dirigeants furent sous les projecteurs et entraînèrent un courant de sympathie dans la population, montrant que la coexistence était possible et gagnante ne serait-ce déjà à travers le sport.

Octobre 2014 – Stade « Doha » de Sakhnin : une cérémonie a lieu avant un match de la 1ère Ligue, lors de laquelle un hommage appuyé est rendu à l’ancien député arabe israélien et traître Azmi Bishara, qui a fui le pays après avoir fourni des renseignements très sensibles au Hezbollah lors de la 2e Guerre du Liban. Présent à la cérémonie : Jamal Zahalka, successeur d’Azmi Bishara à la tête du parti « Balad ».
Dix ans entre lesquels les supporters du club ont commencé à montrer de plus en plus de signes de haine envers l’Etat d’Israël et les Juifs : caillassage de supporters de clubs juifs, sifflements de l’hymne national israélien avant les matches, slogans antisémites, drapeaux de l’OLP flottant dans les tribunes etc.


Le second exemple est plus connu : Hanin Zoabi, qui a gravi toutes les marches de l’insolence et de l’abjection par ses propos et actes inqualifiables envers l’Etat dont elle est citoyenne et députée. Derniers en date : la comparaison des soldats de Tsahal aux assassins sanguinaires de l’Etat islamique « Da’ech ».
Les Arabes israéliens – dont une majorité est consciente des avantages à vivre dans l’Etat d’Israël – méritent beaucoup mieux que ces représentants indignes qui empoisonnent leur esprit et n’ont cure de leur bien-être au quotidien. Avec leurs vociférations haineuses à la Knesset, devant les caméras, dans la rue et même à l’étranger, les Tibi, Zahalka, Zouabi et autres Raed Salah ne rendent pas service à cette population, qui par son silence favorise d’ailleurs un ressentiment souvent justifié de la part de ses concitoyens juifs.

L’Autorité Palestinienne et le Hamas de leur côté, par leur déclarations grotesques, se chargent de pousser encore plus loin le bouchon et attiser une haine féroce notamment auprès de la jeunesse arabe israélienne. Imaginez les effets auprès de cette jeunesse lorsqu’Abou Mazen déclare « qu’il faut interdire aux Juifs de venir souiller par leur impureté l’Esplanade du Temple ».

Il existe des Arabes israéliens, notables ou simples citoyens, qui feraient d’excellents et loyaux représentants de leur secteur, non pas dans la docilité mais en luttant au service des besoins réels de cette population, et également pour changer les mentalités et ne pas attiser un irrédentisme que ne mène qu’à la violence. Nombre de ces citoyens arabes vomissent leurs représentants qui se pavanent aujourd’hui dans les couloirs de la Knesset et insultent à longueur de journée l’Etat d’Israël dont ils profitent pourtant grassement. Beaucoup se désolidarisent totalement de leurs propos qui font du tort à tout leur secteur, mais ils n’osent pas encore l’exprimer publiquement, même si le vernis commence à craqueler ici et là.


Un exemple encourageant est celui d’Arabes chrétiens, sous la direction du Père Gabriel Nadaf de Nazareth qui pousse ses jeunes à s’enrôler dans Tsahal et dit « vouloir faire partie intégrante de la société israélienne » au mépris des menaces dont il fait l’objet.
Comme dans le reste du monde, la « majorité silencieuse » doit décider où elle se situe. Si la population arabe israélienne veut se considérer comme « des Palestiniens de l’intérieur » qui attendent avec (im)patience la fin de l’Etat juif, voire qui oeuvrent en ce sens, elle ne recueillera qu’animosité en retour et ira au-devant de très graves problèmes. Si elle se voit au contraire comme une minorité loyale, qui a ses droits et ses devoirs, elle sera de plus en plus respectée et ne pourra être que gagnante sur tous les plans, provoquant sans doute l’envie des autres populations arabes d’un Proche-Orient rétrograde et plongé dans la violence.
Finalement, on ne vit pas si mal en Israël puisque même un chef du Hamas y envoie sa fille pour s’y faire soigner.
Shraga Blum est un journaliste indépendant qui contribue à l’hebdomadaire « P’tit Hebdo » et un analyste politique pour plusieurs sites internet en français dont Israël-flash

happywheels

5 Commentaires

  1. jacqueline dit :

    je suis tout à fait d’accord avec la LDJ pour l’expulsion d’Israël des individus soutenant des organisations terroristes ..

    • Françoise SAADOUN dit :

      d’accord avec Jacqueline- ils n’ont rien à y faire- qu’ils aillent semer trouble et haine ailleurs que sur une terre qui ne leur appartient pas, qui les traite humainement alors qu’ils ne le méritent pas-

  2. yaavov dit :

    oui je suis d accord avec vous mais la haine du peuple juif etant dans lADN des arabes palestinien ou pas je crains que la demie mesure excite ceux qui resteront donc nous chez nous et eux chez eux avec des frontieres sures et l interdiction de mettre un pied en heretz

    ont en veux plus mais plus du tout point barre!!!!!!

  3. josué bencanaan dit :

    Israel pays hebreu, les arabes musulmans partent en jordanie ou en syrie. Je ne comprend pas pourquoi Israel est tolérent vis a vis de gens qui ont la haine du juif dans leur génes

  4. Laurence dit :

    Entièrement ok avec la LDJ !!!!!!!!!!!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *