Montauban. David, «skinhaed négro» a-t-il voulu tuer un «Arabe»?

By  |  4 Comments

Noir – métis, né à Fort-de-France, et skinhead autoproclamé, David Beaunes, 38 ans, est pour le moins un «ovni» dans la nébuleuse identitaire. Accusé d’une tentative d’homicide raciste commise en juillet 2017 à Montauban (nos éditions des 12 juin 2018 et 16 septembre), ce Martiniquais, vivant de l’AHH (allocation adulte handicapée), n’a pas hésité à se tatouer une croix gammée sur un bras, les éclairs de la waffen SS sur l’autre. Des symboles à la gloire du régime nazi dont il a maculé les murs de son appartement. Un cocktail promettant un procès d’assises pour le moins détonant qui a pourtant donné des débats déroutants, pour cette première journée. Bien loin, du «skinhead négro» dont il s’affublait alors en hurlant aux enquêteurs : «La France aux Français! À mort les Arabes!»
Il signe d’une croix gammée
Chemise bleue, dreadlocks coupées, l’accusé, tel Janus, livre un autre visage à tous ceux qui ont eu à entendre durant sa garde à vue et une partie de l’instruction judiciaire, son discours de haine antisémite et néofasciste. «J’étais en dérive, abandonné par ma famille, la haine et la colère ont été un refuge», déclare-t-il aujourd’hui non sans avoir reconnu auparavant avoir bien porté plusieurs coups de poignard à la victime. «Vous n’étiez pas skinhead», insiste le président Gaudino. «Non plutôt un rasta». «Et vos tatouages?». «Je les ai recouverts», assure David. «Et les murs de votre appartement?». «J’avais la haine contre tout… La société». «Enfin, le reprend le juge, vous étiez en colère de façon sélective contre les Arabes et les Juifs… Pourquoi signez-vous votre procès-verbal de garde à vue d’une croix gammée et celui devant la juge d’instruction de celui de la SS?» «C’était un acte de rébellion», répète l’accusé. «Et un «skinheadnégro», c’est quoi?» «J’étais en crise identitaire, d’échec en échec, j’ai inventé cela», certifie l’accusé dissolvant ses convictions extrémistes dans son mal-être existentiel. Une analyse pas partagée par l’officier de police judiciaire l’ayant auditionné durant sa garde à vue. «Pensez-vous qu’il a tenté de tuer mon client en raison de sa race supposée», lui demande Me Sophia Belkacem rappelant que l’auteur pense que la victime est alors maghrébine. «Pour moi c’est certain, cette situation arrive parce qu’il pense que c’est un Arabe», assure l’OPJ pas encore revenu de la violence et des propos outranciers de l’accusé. «Comment est-il à ce moment-là?», questionne Me Charles de Luynes, conseil de la défense. «Il était froid et raisonné». «Il n’a pas le look d’un skinhead?», demande le président. «Non, c’est de lui-même qu’il met en avant ses convictions» «Pour vous a-t-il mis ses convictions en adéquation avec son geste?». «Oui, il a voulu tuer un Arabe». «Est-il saint d’esprit?», l’interroge à nouveau Me de Luynes ne cachant plus sa ligne de défense. «Je ne suis pas psy, l’audition n’était pas orientée, ses réponses sont parfaitement assumées». «L’objet de ses convictions, c’est la haine de lui-même», lâche le président s’adressant directement à l’accusé : «Vous l’avez compris que les skinheads ont la haine des gens de couleurs?»
David acquiesce, le skinheadnégro n’est plus que l’ombre de lui-même, les débats reprennent sur les faits : celui d’une bagarre de rue ayant dégénéré en tentative de meurtre. Rue Roland-Lassus, près de l’hôpital, un riverain est excédé par les va-et-vient bruyants de Beaunes et de son comparse alors coaccusé et aujourd’hui simple témoin. Ce voisin veut s’expliquer, il n’en a pas le temps, David, un poignard à la ceinture, lui assène 3 à 4 coups de couteau dont deux dans le dos. Un nerf endommagé, la victime a depuis été amputé de deux doigts. Verdict attendu ce soir, l’accusé encourt une peine de réclusion à perpétuité.

Max Lagarrigue
Source :

https://www.ladepeche.fr/2019/09/19/david-skinhaed-negro-a-t-il-voulu-tuer-un-arabe,8423492.php

happywheels

4 Commentaires

  1. Franccomtois

    19 septembre 2019 at 9 h 23 min

    Voilá aprés un certain temps d´absence je reviens sur le site de la LDJ.Quelques jours de vacance pour me remttre d´aplomb.J´étais dans le sud á Avignon,je voulais me rendre á la Synagogue(vendredi pour shabbat) pour me faire une idée de comment ce passe un office,mais bon étant seul et la porte fermée je n´ai pas osé déranger.J´ai eu l´occasion de me rendre á la Synagogue de ma ville(Allemagne)mais bon vu que tout était en Russe,Allemand et Hébreux á part la tribu Franccomtois qui ont compris les passages en allemand,moi j´étais un peu largué ne comprenant ni l´Hébreux,ni le Russe et á peine le germain.Par contre la gentillesse des gens fut Merveilleuse,tout le monde insistait pour pour que nous restions manger avec-eux,malheureusement ce jours nous avions prévu autre chose.

    Bon j´en arrive á l´article,si ce gars est raciste,voir antisémite,c´est déjá un gros salopard.Le mouvement Skinhead n´a rien á voir avec le nazisme,la xénophobie á la base,vous pouvez toujours jeter un coup d´oeil sur wikipédia.
    Moi ce mouvement m´a ouvert l´esprit sur plein de musique(Reggae,Soul,Ska,punk,Oi…).Ce mouvement je ne l´associe á aucun courant politique,si ce n´est assumer le fait d´être un Prolo.
    Pour finir 2 Videos qui devraient vous pousser á bouger du popotin:

    Roy Symarip Ellis at Skamouth Nov 2015
    https://youtu.be/NkuoFlT61ok

    The Specials – Skinhead Moonstomp
    https://youtu.be/V_R74F_-v00

  2. KNOCKER

    19 septembre 2019 at 23 h 32 min

    AVEZ VOUS DEJA ENTENDU PARLER DE DANNY BALINT?

    • liguedefensejuive

      20 septembre 2019 at 6 h 46 min

      Danny Balint (The Believer) est un film américain réalisé par Henry Bean, sorti en 2001. Le film est inspiré de l’histoire vraie de Daniel Burros, juif américain membre du parti nazi américain puis leader du Ku Klux Klan, dans les années 1960
      Danny Balint est un jeune Néo-nazi new-yorkais de 22 ans. Esprit brillant et désaxé, ce juif fréquente un groupuscule néo-nazi dont il devient très vite le leader. Pris dans ses contradictions, obligé de cacher son identité, il ira jusqu’au bout de ses choix et fera de la violence antisémite son quotidien.

      Réception critique en France
      Critiques positives
      • Le Figaro: « Inspiré d’un cas réel, le portrait d’un jeune juif américain néonazi, esprit brillant et désaxé. Une analyse dérangeante mais profonde. »
      • Le Journal du dimanche par Barbara Theate : »‘L’ensemble interpelle un jeune acteur : l’impeccable Ryan Gosling. »
      • Le Nouvel Observateur par Bernard Achour: « Par la subtilité de son propos, sa façon kamikaze de susciter la réflexion et sa montée vers une émotion où passe le souffle du sacré. Le choc est terrible. »
      • Le Parisien par Pierre Vavasseur et Alain Grasset : « Traité comme un thriller psychologique, construit intelligemment, ce film sans ambiguïté est porté par un acteur formidable, Ryan Gosling, dont on reparlera. »
      • Radio Nova par Alex Masson : « Tout comme son personnage-titre, le film se pose en observateur de contradictions simplement humaines. Un ébouriffant exercice de logique intellectuelle qui gagne en humanité à mesure de sa progression. »
      • Première par Gérard Delorme: « L’interprétation est impeccable, même si le sujet se prête davantage à la dissertation qu’au cinéma. »
      Critiques négatives
      • Télérama par Louis Guichard: « Malgré la prestation convaincante d’un débutant doué (Ryan Gosling, sorte d’Edward Norton junior), cette fiction illustrative fait regretter à tout moment un documentaire sur le fait divers originel. »
      • Les Inrockuptibles par Vincent Ostria: « Au lieu du traitement sec, nu et dépassionné qu’un thème aussi risqué exigeait, le film se vautre dans le psychodrame le plus gluant, entrelardé de flashs-back en noir et blanc et en couleurs délavés. »
      • L’Humanité par Vincent Ostria: « L’alibi de cette œuvre abracadabrante, c’est qu’elle s’inspire d’un cas réel.(…) Cette histoire a été copieusement romancée, dramatisée, et donc déformée pour rester dans les normes du psychodrame ordinaire (…). C’est à peine moins racoleur que Portier de nuit ou Un élève très doué. »
      • Libération par Didier Péron: « Pour peu politiquement correcte que soit la démarche du cinéaste, on peut quand même se demander si elle apporte un éclairage intéressant sur quoi que ce soit. »

  3. In Memoriam

    20 septembre 2019 at 21 h 27 min

    Je trouve injuste que le terme identitaire soit accolé à cet individu qui semble avoir de la sympathie pour l’idéologie nazie !
    Pour moi, les identitaires sont des patriotes qui cherchent uniquement la sauvegarde de l’identité française !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *