Montreuil : tags xénophobes rue Potez, les habitants sont excédés

By  |  0 Comments

Depuis le début de l’année, les agissements d’un habitant de la rue du Général-Potez à Montreuil scandalisent les riverains. Dimanche, ils ont lancé une pétition pour forcer les services publics à régler définitivement le problème.

En avril, nous relations les « délires artistiques » d’un habitant de Montreuil qui peignait des inscriptions teintées de xénophobie sur la façade de sa maison, située à l’angle de la rue du Général-Potez et de la ruelle d’Orléans. Depuis, Georges Dubuis, retraité de 65 ans, a ravalé sa façade, qui se trouve dans le périmètre de protection des monuments historiques. L’association nationale des architectes des bâtiments de France l’avait mis en demeure de repeindre le mur. Mais ce coup de peinture n’est pas suffisant, selon une riveraine à l’origine de la pétition, qui souhaite garder l’anonymat : « La peinture est beige clair, on arrive encore très bien à lire ce qui est écrit en dessous, et les vitres restent maculées.
En effet, s’il a pour l’instant rangé ses bombes de peinture, le tagueur n’a pas hésité à recouvrir ses fenêtres de mots aussi incohérents que grossiers, d’affiches du Front national ou de Dieudonné.
Pour les riverains, c’en est trop. « Il y a des enfants qui passent par là, et les lieux sont touristiques. Quelle image donne-t-on ? » déplore la riveraine, qui constate que le retraité continue de semer le trouble dans le quartier. Durant l’été, il a arpenté les rues de la ville au volant de sa décapotable, son autoradio hurlant des chants de la Wehrmacht (l’armée allemande du troisième Reich) ou la chanson controversée Shoananas de l’humoriste Dieudonné.
Pire encore, il se plaît à suivre certains riverains pour leur fredonner à l’oreille d’obscènes et antisémites ritournelles. « C’est arrivé déjà à deux personnes, vous imaginez l’ambiance que ça met dans le quartier », raconte la riveraine, pour qui il est urgent d’agir. « Tout le monde le craint, on en a ras-le-bol, on est excédés. On est allés à la mairie, à la gendarmerie mais ça ne bouge pas. »
Les instigateurs de la pétition attendent que le tagueur « repeigne correctement sa façade, enlève les drapeaux et les affiches sur les vitres ». Ils sont prêts à alerter les associations nationales contre le racisme.
«Pas condamnable»
Selon le maire de Montreuil Charles Barège, qui a rencontré les services du tribunal de grande instance de Boulogne la semaine dernière, le tagueur « n’est pas condamnable en l’état. La Justice estime qu’engager des poursuites contre lui est quelque chose de compliqué car cela relève du domaine privé. »
« Que ce soit au niveau de la gendarmerie, du procureur, nous sommes atterrés. Cette propagande près des écoles, c’est intolérable. » Intolérable, mais inattaquable. « Cet individu est malin, il connaît très bien les rouages de la Justice et sait quelles limites il ne doit pas dépasser », constate l’élu.
Les pétitions pourront-elles débloquer la situation ? « Des pétitions individuelles ne servent hélas pas à grand-chose. Selon la Justice, il faudrait créer une grosse association, qui serait un meilleur moyen de pression. En montant une association, on peut imaginer qu’un avocat sensible aux questions de racisme puisse prendre les rênes et faire avancer les choses. »
Et dans l’attente d’une association ? « Nous travaillons sur plusieurs pistes avec la gendarmerie mais je ne peux pas en dire plus. »

lire l’article de LA VOIX DU NORD en cliquant sur le lien ci-après

http://www.lavoixdunord.fr/region/montreuil-tags-xenophobes-rue-potez-les-habitants-sont-ia36b49188n2367729?xtor=RSS-2

happywheels

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *