Prison de Fresnes : Un détenu agresse un surveillant à l’arme blanche en criant «Allah Akbar»

By  |  3 Comments

Un réfugié soudanais suivi pour son « comportement psychologique instable » s’est jeté sur un surveillant de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) en criant « Allah Akbar » et en sortant un couteau de sa poche.
Comme l’indique ce jeudi matin le syndicat national pénitentiaire Force Ouvrière, « ce matin, un détenu du centre pénitentiaire de Fresnes a tenté d’agresser à l’arme blanche un surveillant sous les cris « d’Allah Akbar ». L’individu sera finalement maîtrisé avec l’aide de renforts. »
Une information confirmée par l’administration pénitentiaire qui précise que l’auteur des faits est « un réfugié soudanais qui avait une demande d’asile en cours et qui était suivi pour son comportement psychologique instable au sein du SMPR ». Le service médico-psychologique régional est une unité de soins en santé mentale présent au sein de la maison d’arrêt de Fresnes. Il n’était pas suivi au titre de la radicalisation. Le surveillant n’a pas été blessé et le détenu placé en quartier disciplinaire. Le couteau venait « visiblement » de la cantine.
Source :
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-detenu-instable-attaque-au-couteau-un-surveillant-a-la-prison-de-fresnes-1536831921

happywheels

3 Commentaires

  1. roni

    13 septembre 2018 at 18 h 49 min

    j ai aussi adeslam qui insulte et menace les surveillants et il dit qu il est musulman et que eux sont des mecreants et bientot ils seront a ses pieds source actu17.
    perso je lui ferait bouffer du porc comme repas et je lui enleverai sa salle de sport et television…

    • cayenne

      14 septembre 2018 at 6 h 07 min

      il faut les envoyer en Guyane , il parait que c est le paradis des moustiques… serpents et mettre une guillotine juste au milieu de la prison pour l entrée du paradis parait il qu on s amuse beaucoup la haut.

  2. Gilles-Michel De Hann

    14 septembre 2018 at 22 h 57 min

    Le S.M.P.R. (Service Médico-Psychologique Régional) est un service de psychiatrie sectorisé en milieu pénitentiaire.

    L’histoire des S.M.P.R.

    En 1967, les centres médico-psychologiques régionaux ont remplacé les annexes psychiatriques instituées avant et après la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1986, le terme service remplace le terme centre, d’où l’appellation actuelle de S.M.P.R.
    Les services médico-psychologiques régionaux sont créés en milieu pénitentiaire lorsqu’ils répondent aux besoins de santé mentale de la population incarcérée dans les établissements relevant d’une région pénitentiaire. Ces services sont actuellement considérés comme des secteurs de psychiatrie (aire géographique délimitée et desservie par un service de psychiatrie). À ce titre, ils sont rattachés au centre hospitalier spécialisé de leur département.

    Le rôle des S.M.P.R.

    Les centres médico-psychologiques régionaux assurent le dépistage, la prophylaxie et le traitement des maladies mentales. Leur personnel est le même que celui d’un service hospitalier de psychiatrie. En effet, il est constitué de psychiatres, de psychologues, d’infirmiers et d’assistante sociale. Les possibilités thérapeutiques sont les mêmes, à l’exception de celles qui nécessitent la sortie à l’extérieur de l’établissement pénitentiaire.
    Les détenus présentant des troubles mentaux graves ne peuvent pas être soignés par ces services. Ils doivent être hospitalisés d’office dans un établissement régi par la loi du 27 juin 1990. Le transfert ne peut s’effectuer qu’après proposition du médecin, accord du directeur et arrêté préfectoral de placement d’office. Le cas échéant, le patient peut être hospitalisé dans une unité pour malades difficiles.

    En outre, les services médico-psychologiques régionaux assurent la postcure des patients quand ceux-ci font l’objet d’une libération. Ce sont les centres hospitaliers spécialisés (ex-hôpitaux psychiatriques) qui mettent des locaux à leur disposition pour que ces soins puissent y être dispensés.

    http://prison.eu.org/spip.php?article383

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *