QATAR :À Doha, une boutique à la gloire d’Hitler

By  |  1 Comment

Croix gammées, casques de SS, moulages à l’effigie du führer : une échoppe du souk de Doha, au Qatar, est dédiée au culte du nazisme.
C’est une échoppe située dans le souk à proximité du prestigieux musée d’art islamique de Doha. À l’extérieur, elle ne propose que des cartes postales et des tee-shirts à l’effigie de Tamim ben Hamad Al Thani, l’émir du Qatar. Mais à l’intérieur, derrière de grandes vitrines, des dizaines de souvenirs du IIIe Reich. Des livres, mais aussi des brassards ornés de croix gammées noires sur fond blanc, des collections de casques de SS ou avec des têtes de mort, des documents datant des années 1930-1940, des portraits d’Adolf Hitler, de face ou de profil. Ces objets sont-ils à vendre ? Le vendeur se montre très embarrassé. En l’absence de son patron – actuellement en Europe –, il ne peut pas répondre. Il ne s’agit, selon lui, que d’un musée dédié à des reliques nazies. Un simple musée, étrangement planté au milieu de magasins pour touristes et de restaurants…

Dans une boutique à Doha. © Ian Hamel
En fait, il faut montrer patte blanche. L’établissement ne traiterait qu’avec certains initiés, des collectionneurs en quête d’écrits et de « souvenirs », qui s’échangent sous le manteau. Dans les pays occidentaux, pour tenter d’échapper aux poursuites, les éditeurs négationnistes, comme l’Allemand Ernst Zündel, qui vient de mourir, préfèrent proposer sur Internet des ouvrages de propagande, des films et des reliques du IIIe Reich. En effet, en Europe et en Amérique du Nord, la justice se montre très sévère vis-à-vis des admirateurs du nazisme, les condamnant pour propagande antisémite et négationniste. En revanche, les « fans » d’Adolf Hitler prennent moins de risques dans certains pays musulmans, considérés comme plus laxistes sur la question.
Mein Kampf, best-seller

L’ancien prédicateur Youssef Qaradawi, qui présentait une émission sur la chaîne Al-Jazeera. © DR
Le théologien Youssef Qaradawi, 90 ans, longtemps prédicateur vedette sur la chaîne qatarie Al-Jazeera avec son émission La charia et la vie, a déclaré le 30 janvier 2009, sans que le pouvoir qatari ne le sanctionne, que « tout au long de l’histoire, Allah a imposé [aux Juifs] des personnes qui les punissaient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler […]. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des croyants. » Youssef Qaradawi a également demandé que, à la fin de sa vie, Allah lui donne l’occasion de se rendre en Israël. « Je tirerai sur les ennemis d’Allah, les Juifs, et ils me lanceront une bombe dessus et ainsi, je finirai ma vie en martyr… »
Alors que la réédition de Mein Kampf a provoqué de multiples polémiques en Europe, notamment en Allemagne où il s’est écoulé à 85 000 exemplaires, le pamphlet n’a jamais cessé d’être un best-seller dans les pays musulmans. Il n’est pas rare de le découvrir, bien exposé, dans les vitrines des grandes librairies en Égypte, en Irak ou en Turquie. Dans Mein Kampf. Histoire d’un livre (Flammarion), Antoine Vitkine évoque un entretien avec l’avocat égyptien Montasser al-Zayed, qui fut le camarade de cellule d’Ayman al-Zawahiri, l’actuel leader d’Al-Qaïda. Citant le fameux Les Protocoles des sages de Sion, le plus célèbre des faux de la littérature antijuive, l’avocat aurait déclaré : « C’est intéressant, mais on n’est pas sûr qu’ils soient authentiques. Si vous voulez vraiment connaître les Juifs, il y a un texte qui est bien mieux : Mein Kampf. »
Pourquoi le fondateur du IIIe Reich fascine-t-il autant dans le monde musulman ? Est-ce en raison de sa haine des Juifs ? À moins que certains ne partagent avec Adolf Hitler l’exécration de la démocratie, le culte du chef, un nationalisme exacerbé ? À Doha, les autorités insistent sur le fait que Youssef Qaradawi a été écarté de l’antenne depuis deux ou trois ans. Malgré tout, ses diatribes n’ont jamais été condamnées. Alors qu’un musulman ne doit pas s’en prendre aux femmes et aux enfants, le théologien faisait une exception pour les Israéliens. Car, en Israël, « tous, hommes et femmes, sont soldats. Ils sont dans leur totalité des troupes d’occupation ».
Source :
http://www.lepoint.fr/monde/a-doha-une-boutique-a-la-gloire-d-hitler-16-08-2017-2150406_24.php?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1502903539#xtor=CS1-31-%5BEchobox%5D

happywheels

1 Comment

  1. Gilles-Michel De Hann

    16 août 2017 at 21 h 44 min

    * Templiers, francs-maçons et nazis en Palestine …

    http://frblogs.timesofisrael.com/templiers-francs-macons-et-nazis-en-palestine/

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *