Qu’est-ce qui fait qu’une implantation fondée légalement devienne illégale ?

By  |  2 Comments

Quand les mères des adolescents israéliens kidnappés par des terroristes palestiniens dans la région de Gush Etzion, en Judée « occupée » par les israéliens s’étaient adressées aux instances internationales, la plupart des commentaires des diplomates les avaient appelées des « colons ». Ce qui laisse entendre qu’à leurs yeux, l’inclusion dans cette catégorie signifie qu’ils n’ont aucun droit aux droits de l’homme et que l’indifférence du monde à leur sort est justifiée. En fait, les adolescents ne sont pas des « colons », mais fréquentent des écoles dans les villes juives de Judée, deux d’entre elles se trouvent au kibboutz Kfar Etzion et une autre à Kiriyat Arba. Mais laissons cela de côté et allons droit au cœur de la question de la légalité des colonies juives en dehors des lignes d’armistice de 1949.
Il n’y a qu’une loi internationale obligatoire concernant la colonisation israélienne et qui n’a jamais été remplacée. La Ligue des Nations, le 24 Juillet 1922, avait établi le Mandat pour la Palestine, à l’unanimité, qui comprenait deux états islamiques, la Perse et l’Albanie. La résolution stipule, en partie, « Vue que la reconnaissance a été accordée à la connexion historique du peuple juif avec la Palestine et aux motifs de reconstituer leur foyer national dans ce pays …. » La note « reconstituant » leur foyer national. Le peuple juif a été explicitement reconnu comme le peuple indigène exilé de cette terre.

En outre, l’article 6 du Mandat guide l’administration de la Palestine pour faciliter … « fin de la colonisation par les Juifs de la terre …. »
Et les Juifs s’y sont installés. Et la légalité de ces colonies ne fut jamais contestée en vertu du droit international.

Kfar Etzion a été fondé au début des années 1940. Dans la guerre de 1948-49, il a été détruit et ses défenseurs massacrés par la Légion jordanienne, qui a pris les femmes et les enfants en captivité. Ils ont été rapatriés après l’armistice de 1949. Kfar Etzion faisait partie de la zone envahie et annexée illégalement par la Jordanie et rebaptisée « Cisjordanie ». Kfar Etzion a été rétabli après la reprise par Israël de ces terres durant la guerre défensive de 1967, les repeuplant par les enfants de leurs fondateurs originaux.

Alors quand exactement Kfar Etzion est-il devenu illégal ? Quand il fut envahi et occupé par la Jordanie ? Quiconque voit en Israël un occupant d’une terre étrangère devrait d’abord se demander si le mandat de la Ligue des Nations est illégal ou si la colonisation juive est devenue illégale lorsque la Jordanie l’a envahi et occupé. Personne n’a jamais remis en question l’illégalité du mandat antérieur et ce dernier est juridiquement absurde et moralement répugnant.

Prenons un cas hypothétique parallèle : en 1974, la Turquie a envahi Chypre et a occupé le tiers du nord de l’île, chassant un grand nombre de Chypriotes grecs qu’elle substitua par ses propres citoyens, Turcs ethniques de Turquie continentale, pour qu’ils s’y établissent. Supposons que la Turquie envahisse Chypre à nouveau, avec l’objectif déclaré de l’extermination des Chypriotes grecs et l’annexion de l’île à la Turquie. Et supposons que les Chypriotes grecs l’emportent et expulsent l’armée turque de Chypre. Croyez-vous que Chypre devrait se plier aux Conventions de Genève et traiter le nord de Chypre comme un territoire étranger occupé, empêchant ses citoyens de s’y réinstaller ?
Le fait essentiel est que le monde a reconnu le peuple juif comme étant le peuple indigène de la terre, et son droit de s’y réinstaller. Les territoires à l’Est de la ligne d’armistice de 1949 ont été arrachés par la force avec l’intention d’anéantir les résidents juifs, comme l’a déclaré Azzam Pacha, secrétaire général de la Ligue arabe : « Ce sera une guerre d’extermination et un massacre mémorable dont on parlera comme des massacres mongols et les croisades ».

En 1967, dans le cadre de son auto-défense contre une autre tentative de génocide, les territoires ont été repris par Israël – qui est le même état des Juifs spécifiquement envisagé par le Mandat.

Les Conventions de Genève de 1949 ne s’appliquent pas à la présence israélienne en Judée et Samarie (ou à la bande de Gaza, en fait). Toutes les discussions sur l’illégalité des colonies juives, qu’elles soient en vertu des Conventions de Genève ou autres, sont tout simplement sophistiquées et hors de propos.

lire l’article de JP GOLBERT en cliquant sur le lien ci-après

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/2014/06/qu-est-qui-fait-qu-une-implantation-fondee-legalement-devienne-illegale.html

happywheels

2 Commentaires

  1. Richard C.

    29 juin 2014 at 21 h 54 min

    La réponse à cette question est simple.
    Quand on rentre chez soi on fait le ménage.
    En tolérant sur ce territoire des forces hostiles, toute activité, contruction, déplacement devient donc illégal.
    La solution est simple, ce qui ne veut pas dire qu’elle est facile à mettre en oeuvre: faire le ménage et sécuriser tout le Pays.
    Ainsi, plus de conflit, d’enlèvement, de guerre et la presse internationale se concentrera sur d’autre sujets.
    Et celui qui prononcera le mot illégal recevra mon poing dans la g…

  2. Gilles-Michel DEHARBE

    29 juin 2014 at 22 h 08 min

    Le saviez-vous ? Aujourd’hui encore, beaucoup de pays africains continuent de payer un impôt colonial en France, et ce malgré l’indépendance !

    14 pays africains sont obligés par la France , à travers le pacte colonial , de mettre 85% de leurs réserves à la banque centrale de France sous le contrôle du ministère des finances français. Jusqu’à maintenant , en 2014, le Togo et environ 13 autres pays africains doivent encore payer la dette coloniale en France . Les dirigeants africains qui refusent sont tués ou victimes de coup d’État . Ceux qui obéissent sont soutenus et récompensés par la France grâce à style de vie somptueux, tandis que leurs populations endurent la misère et le désespoir.

    Un tel système maléfique, est dénoncé par l’Union européenne, mais la France n’est pas prête à se passer de ce système colonial qui lui offre une trésorerie d’environ 500 milliards de dollars en provenance de l’Afrique, et ce par année.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *