Qui est Georges Malbrunot ?

By  |  6 Comments

Beaucoup expriment un soutien “entier” et “républicain” à Malbrunot pour avoir révélé le secret de la rencontre du Président Macron avec le Hezbollah à Beyrouth. Certains comme Charles Meyer dans un article dans Tribune Juive estiment qu’avec cette révélation, Malbrunot défendrait la bonne cause antiterroriste. Qu’en est-il vraiment ?
La mémoire courte ou probablement l’ignorance ne sont pas étrangères à cette tendance quelque peu précipitée à se jeter dans les bras du premier venu. Ci-après un article de Jérôme Coursade paru dans la Menapress en 2004 lorsque Malbrunot et Chesnot étaient otages en Irak. Coursade a bien connu Malbrunot. Il apparait nettement que ce dernier était un antisioniste, suppôt du terrorisme islamiste, un de ces correspondants de l’AFP au Moyen-Orient et en Israël au cours des années 90 ayant délégitimé l’Etat juif au profit des thèses du terrorisme islamiste. On découvre également sa “déontologie professionnelle”. A ce titre, un article de Malbrunot paru dans le Figaro se félicitait des pourparlers officiels établis par le Président Sarkozy avec le Hamas en 2008.
Par conséquent, avant de soutenir Malbrunot, il eut été judicieux de faire quelques recherches sur son passif. Meïr Ben-Hayoun

Mon camarade Malbrunot, l’ami des Arabes (info # 013108/4) [analyse] paru en 2004.
par Jérôme Coursade © Metula News Agency, Source
Journaliste français, travaillant depuis vingt-huit ans en Israël, j’ai choisi d’envoyer ce papier à la Ména pour trois raisons : La première, c’est que j’ai longtemps fréquenté le journaliste otage Georges Malbrunot, notamment durant sa période jérusalémite, et qu’il ne m’est pas possible de laisser dire les torrents d’inepties encenseuses, que l’on entend ces jours à propos de ce camarade malheureux, en restant coi. La seconde, c’est que les médias pour lesquels je travaille d’ordinaire, pris à nouveau et jusqu’aux oreilles, dans la niaiserie de l’opinion unique, auraient sans aucun doute refusé cet article et la troisième, c’est que, de plus en plus, la Ména, pour un journaliste professionnel, est gage de confiance. Confiance en ce que la rédaction respectera mon texte, quel que soit son contenu d’ailleurs et certitude d’être lu par mes confrères et par un grand nombre de lecteurs intelligents.
Avant de vous dire ce que je veux vous dire, permettez-moi de souhaiter sincèrement la remise en liberté de nos deux collègues et de leur chauffeur syrien. Au-delà de la nécessité de mettre certaines choses douloureuses au point, Malbrunot est un excellent camarade, fort sympathique et plein de charme, qui doit absolument recouvrer la liberté.
Ceci dit, dans la plus grande cordialité et sincérité, je dois préciser que Georges et moi avons des perceptions tout à fait incompatibles du métier de journaliste. Pour ma part, je ne conçois de possible que l’approche neutre et en perpétuelle recherche d’objectivité quant à l’actualité que je couvre. Malbrunot ne correspond pas à cette définition ; il est un homme engagé, bourré de partis pris, d’empathies profondes et sincères autant que d’antipathies irréductibles. Il sert ce qu’il croit être juste, l’alimentant à l’auge des péripéties qu’offre la situation, bien plus qu’il ne relate des faits. Autant l’écrire tout de suite, je n’ai jamais considéré cet homme comme un collègue mais plutôt comme un activiste politique, se servant de médias consentants comme de haut-parleurs pour faire entendre ses idées.

J’en suis arrivé là de mes conclusions, le jour où, au Consulat de France de Jérusalem, j’ai vu Georges s’en prendre vertement à l’officiel qui nous recevait, obligeant littéralement le pauvre homme récalcitrant à écouter ses conseils : “Pourquoi condamnait-on le terrorisme” questionnait-il à très haute voix, “pourquoi n’épousait-on pas complètement la position palestinienne ?” Malbrunot ajoutait : “Il faut faire pression sur l’Etat juif, sans se montrer compréhensifs, sans faire le moindre compromis. Il fallait… il fallait…”, mon ami bégayait, emporté par ses passions, si bien qu’il ne put jamais finir cette phrase.
Le cadre est posé. Georges Malbrunot, qui travaillait alors pour Europe 1 en tant que correspondant dans la région – on était à la moitié des années quatre-vingt-dix – était un pro arabes extrémiste, au-delà de tout ce qui est journalistiquement concevable. Il était si anti-israélien, qu’il vivait comme si Israël n’existait pas. Il habitait le quartier de Cheikh Jarrah, dans la Jérusalem arabe et il avait établi ses quartiers généraux à l’hôtel American Colony. Malbrunot ne s’aventurait du côté juif qu’en cas d’absolue nécessité ou pour aller draguer de jeunes israéliennes. Cette occupation, qui le poussait même jusqu’à Tel Aviv, avait, je m’en souviens, quelque chose d’obsessif. Une fois, au Café Rimon, alors qu’il entreprenait une jeune et jolie avocate, je lui avais cassé volontairement ses effets, tant il me semblait que la jeune femme devait savoir à quel point extrême Georges détestait son pays, avant d’accepter de l’embrasser. Toute autre attitude de ma part m’aurait semblée contre-nature.
Ces jours, en constatant à la télévision les appels en faveur des journalistes français, je n’ai guère été ému de voir les représentants des organisations terroristes du Hamas, du Djihad et Yasser Arafat plaider pour leur liberté. Malbrunot était leur ami et leur familier, leur soutien et leur champion.
Lisant, ce matin dans le Figaro, sous la plume de Thierry Oberlé : ” Lorsqu’il couvrait le conflit israélo-palestinien, Georges Malbrunot était installé à Jérusalem, comme la plupart de ses confrères en poste dans la région, mais il avait aussi un pied-à-terre à Gaza, cette prison à ciel ouvert où s’entassent des centaines de milliers de Palestiniens”, je distingue mieux, dans cet excès suffoquant, l’émulation du camarade engagé que j’ai connu, que lorsque le même quotidien titre : “La passion d’informer”.
A son arrivée à Jérusalem, Malbrunot n’était que stringer (rabatteur d’informations, pas reporter) pour Europe. Assez rapidement, il réussit à convaincre la rédaction de la radio périphérique de la “nécessité” de posséder un correspondant, lui, dans les territoires palestiniens. Il avait persuadé Europe, que son correspondant permanent d’alors, Yeshayahou Ben Porat, était par “trop israélien” et finalement, il prit en main toute la couverture du conflit.
Dans ces conditions, on comprendra que lorsque j’ai entendu FR2 vanter “l’indépendance d’esprit” de Malbrunot, je n’ai pu m’empêcher de sourire. En vérité, ce camarade a amplement participé à introduire la pensée unique anti-israélienne et désinformatrice au sein d’Europe numéro un. Il a été, dans une large mesure, le pendant de David Daure, deux ans plutôt, directeur du bureau de l’AFP de Jérusalem, qui a largement contribué à créer le système anti-israélien ou anti-sioniste, ce qui revient strictement au même, au sein de l’agence de presse officielle de la France.

Ensuite, Malbrunot se mit à collectionner les correspondances pour d’autres médias tricolores. Il n’était pas que partial, encore était-il vénal. En 1995, nous couvrîmes en parallèle les négociations de Taba en vue de la signature de l’accord d’Oslo II. Tous les jours, Georges envoyait le même article à plusieurs employeurs, se contentant de changer, ici un mot, là une formule. A peine ses papiers étaient-ils dispatchés, qu’il sortait un petit carnet, sur lequel il comptabilisait l’argent qui lui manquait encore pour s’acheter un appartement, chez lui, à Montaiguët-en-Forez, dans l’Allier. Nous ne faisions pas mystère de nos divergences éthiques et déontologiques ; pendant que nous bronzions au soleil de la mer Rouge, alors qu’il venait de ranger son calepin de comptes, je lui demandai : “Ça paie bien d’écrire d’une façon aussi partisane ?” “C’est très demandé”, me répondit mon camarade, cynique, “non seulement ça rapporte mais ça me fait connaître”. Aujourd’hui, George Malbrunot collabore régulièrement au Figaro, à Ouest-France, à RTL et au Point.
Mais maintenant Georges est prisonnier de cette coalition terroriste arabe, qu’il a tant comprise et défendue. Et lorsque Amr Moussa, le Secrétaire général de la Ligue arabe, affirme : “les journalistes français sont aussi nos amis pour ce qu’ils écrivent sur les Arabes”, cela pourrait qualifier directement l’engagement de mon confrère.
Que se passe-t-il, l’Armée islamique d’Irak est-elle devenue folle de s’en prendre aux meilleurs ambassadeurs de sa cause ? Ou bien, serait-ce Malbrunot qui aurait plutôt mal lu la dimension universaliste de la guerre menée par les terroristes de l’islam ? Pourtant, cette dimension apparaît clairement, dans la charte du Hamas, par exemple. La guerre des intégristes semble ne pas connaître, ni les frontières de l’Irak, ni celles de la Palestine. Un monde dans lequel les femmes n’iraient pas couvertes n’est pas un état du monde acceptable pour les salafistes. Abandonner à la France le droit de freiner l’islamisation du globe vaut certes plus cher que la vie d’un ami chrétien ; c’est, malencontreusement, en ces termes que les coupeurs de têtes posent leurs équations. Il s’agit alors, comme l’écrit El Pais, d’une situation dans laquelle nous serions tous otages de cette volonté hégémoniste. De ce chantage menaçant le contenu de nos âmes.

L’otage Malbrunot accueilli par le Président Chirac à sa libération
Permettez-moi aussi de craindre les offres que la diplomatie chiraquienne est en train de faire aux terroristes. S’il est absolument nécessaire de tout faire pour libérer les otages, ce “tout” connaît cependant certaines limites au niveau d’un Etat européen. Souffrez, dans ces conditions, que je craigne – d’expérience – les Barnier, les de Villepin et leur patron Jacques Chirac.
Pendant que la destinée de ce camarade, que j’ai si bien connu, traverse des heures dramatiques, chaque soir, en cherchant difficilement le sommeil, je le revois, lors d’une conférence à laquelle nous assistions ensemble, harceler le discoureur israélien de questions accusatrices, ne pas le lâcher, dans une attitude qui seyait à un activiste arabe et pas à un correspondant de média occidental. Dans mon rêve, le conférencier parlait précisément de la notion de globalité dans la révolution islamiste et Georges Malbrunot lui disait qu’il avait tort, l’invectivait presque.
L’essentiel, ça n’est plus d’avoir tort ou raison, c’est qu’avec Christian Chesnot, vous reveniez sains et saufs de ce voyage dans l’enfer islamique.
Source :
https://jerusalem24.com/blog/2020/09/07/qui-est-georges-malbrunot/

happywheels

6 Commentaires

  1. Paul06 dit :

    Sa dénonciation des discussions malsaines entre macron et le hezbollah ne doit pas être jetée aux orties.

  2. benjamin dit :

    decidement la France est bel et bien le repaire d enfoirès antiisraeliens hystériques !! bon ! bof !! israel n en a cure apres tout ! israel a su tirer toutes les conséquences de l hostilitè declarèè et assumèè de la France !israel se defend d une attaque et le quai qualifie l evenement de disproportionnè !! la routine quoi!!tout cela sent le fric et le cul !c es ça la France !!

  3. Lys dit :

    Bravo Jérôme Coursade ! Excellent texte !

  4. Eisenberg Myrna dit :

    Tout le monde connaît le journaliste Georges Malbrunot et son militantisme pro-arabe… ce n’est ni un scoop, ni, malheureusement, exceptionnel dans le traitement de l’info moyenne orientale analysée par les occidentaux !…. mais qui connaît Jérôme Coursade  » le journaliste travaillant depuis vingt-huit ans en Israël  » ?…. et pour lequel Google ne répertorie que cet article ?!!!
    Je sais, ce n’est pas encore le moment, mais je dis quand même : « Bas les masques » !
    Le propos est hors sujet et n’apporte rien au corps de l’article sur la colère présidentielle. De plus, l’auteur autoproclamé « journaliste » se discrédite ipso facto par une identité falsifiée… qui laisse perplexe quant à son « amitié » avec Malbrunot…

  5. Elias dit :

    Malbrunot est la peste noire arabe anti israélien notoire et anti juif masqué
    C’est un opportuniste qui ne pense q’à sa carrière et aux scoops comme son intervention sur le Hezbollah dont il est l’ami intime
    Sa place est plutôt dans un journal pourri comme l’immonde Monde ou Libération enchaînée anciennement Combat fondé par des juifs
    Malbrunot c’est la pourriture nauséabonde dans ses reportages anti Israëliens
    Le jour où les juifs de France se réveilleront de leur torpeur et silence de la peur c’est toute une brochette de journalistes et politiques qu’il faudra embrocher
    A quand des cellules de combat clandestines pour éliminer cette racaille nazie
    La LDJ devrait réfléchir rapidement pour constituer une véritable défense et la meilleure défense c’est l’attaque oar surprise
    Mais je ne vois rien venir d’aucune organisation qui se tait et se terre

  6. Moshe_007 dit :

    Cela fait des mois que j’allègue l’extrême proximité entre le hizbollah militaire emmanché avec le hizbollah politique qui n’est rien d’autre qu’une plateforme de trafiquants de drogues, d’armes et autres. Rapportant des dizaines de milliards d’euros rien que pour le marché exercé sur le territoire français et qui rayonne de France sur le reste de l’Europe.

    Donc trafique international contrôlé par le hizbollah, mais pas seulement, également par les administrations françaises qui, corrompues, laisse les portes ouvertes dans les nombreux ports et aéroports de France aux livraisons régulières et protégées par les polices et les douanes, sur ordres de très hauts fonctionnaires appartenant à diverses forces politiques, toutes impliquées dans ces manoeuvres financières criminelles et extrêmement lucratives.

    Dans ces réseaux mêlant haute criminalité et haute responsabilités étatiques, les prises d’otages font partie prenante de la gymnastique spectacle de cette discipline « sportive ».

    Malbrunot n’a jamais été pris en otage, tout était un montage afin de remplir les poches de certains et de faire de la récupération politique, comme je l’ai déjà dit, le budget de l’affaire Malbrunot/Chesnot avoisine les 50 millions d’euros payés par les contribuables avec un rab un gros coup de pub lors de la libération !

    Ni les sunnites, ni saddam hussein n’avaient intérêt de prendre des journalistes français en otages. Chirac avait suffisamment soutenu le régime de saddam pour qu’ils s’en prennent à des français. Toute cette histoire est très mal romancée et ne tient pas la route !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *