SOLIDARITE AVEC NOS FRERES CHRETIENS AFRICAINS PERSECUTES

By  |  12 Comments

«Suite au saccage et pillage des églises et infrastructures de notre institution, ainsi que la profanation de nos lieux de culte, spécialement dans les régions de Zinder, Maradi et Niamey, et au regard de la situation d’insécurité dans notre pays, nous Évêques du Niger, portons à la connaissance de tous ceux qui travaillent dans les institutions de l’Eglise catholique, que toutes les activités (écoles, centre de santé, œuvres caritatives et de développement…) sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Cette mesure nous permettra de prier et de lire dans la sérénité, les événements douloureux que nous venons de subir. Nous remercions très cordialement ceux qui nous ont exprimé leur solidarité en ces moments difficiles. Nous prions les uns pour les autres pour que la paix advienne dans tous les cœurs ». Ont signé, Mgr Laurent Lompo ; Mgr Ambroise

lire l’article de EGLISECATHOLIQUEAUNIGER en cliquant sur le lien ci-après

http://eglisecatholiqueauniger.org/index.php?option=com_content&view=article&id=194%3Aleglise-catholique-au-niger-suspend-ses-activites&catid=13%3Aactualites&Itemid=52

Visage fermé, le révérend Boureima Kimso s’interroge: « Qu’est-ce que les chrétiens vont devenir? » Quelques jours après les violences religieuses qui ont embrasé le Niger, les façades calcinées des églises rappellent à la minorité chrétienne qu’un cauchemar est devenu réalité.
Pillages, incendies, profanations… les violences ont traumatisé les chrétiens du Niger, pays pauvre sahélien de 17 millions d’habitants, à 98% musulman. Les 2% restants, soit moins de 350.000 personnes, se divisent entre chrétiens et animistes.
« Les chrétiens, on les cherchait. On a brûlé tout ce qui portait un signe chrétien, que ce soit catholique ou évangélique. Si on pouvait collecter la quantité de larmes qu’on a versées… », soupire un religieux vivant à Zinder (sud), deuxième ville du Niger, sous couvert d’anonymat.
Là, le 16 janvier, des manifestations contre la caricature de Mahomet en une de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo ont dégénéré en émeutes avec des conséquences dramatiques: cinq morts, 45 blessés, et toutes les églises – sauf une – réduites en cendres.
Le lendemain, des manifestations à Niamey faisaient cinq morts et 173 blessés. Officiellement, 45 églises ont été brûlées, ainsi que 36 débits de boisson, un orphelinat et une école chrétienne.
Jack, un mécanicien ouest-africain, a vécu les émeutes terré dans son atelier de la capitale, portes et fenêtres fermées, avec ses employés.
« On vit dans la crainte », dit-il. « Beaucoup de chrétiens ne dorment plus chez eux par peur des attaques ».
Les images de jeunes détruisant méthodiquement l’humble mobilier de leurs lieux de culte, avant de mettre le feu aux bâtiments, tournent en boucle dans les têtes des chrétiens nigériens.

« Nous sommes peut-être en train de vivre l’agonie de Jésus dans nos propres corps », se désespère Mgr Michel Cartatéguy, l’archevêque de Niamey, interviewé par Radio Vatican. « Cela pourrait continuer si nous ne sommes pas protégés », craint le prélat.
« Maintenant », dit-il, « il y a des gens qui demandent: +tu es Allah Akbar ou tu es Hallelujah?+. Cela veut dire qu’on est en train de repérer les chrétiens qui sont dans la ville. Que va-t-il se passer après? »
Les idées de « choc » et d' »incompréhension » reviennent, lancinantes, dans toutes les bouches. Car rien ne laissait présager de telles violences. Les deux communautés vivaient en bonne entente. De nombreux musulmans ont aidé leurs « frères » chrétiens quand ils étaient attaqués.
« Ma s½ur, qui est musulmane, a caché une vingtaine de chrétiens chez elle pendant deux jours avant de les remettre à l’abri à la gendarmerie », raconte Fleur, une chrétienne dont le restaurant a été « saccagé et pillé ».
Une vingtaine d’oulémas, des théologiens musulmans, ont appelé au calme à la télévision publique.
« Nos parents, nos grands-parents, sont ici depuis les années 1930. On n’avait aucun problème », affirme un fonctionnaire de Zinder. « J’ai des cousins musulmans », ajoute cet homme.
« On vivait très bien avec les musulmans, il n’y avait pas de problème. Mais ces dernières années, l’idéologie extrémiste est entrée », affirme un religieux de cette ville.
Le ministre de l’Intérieur Massaoudou Hassoumi a, le premier, fait état d' »étendards de Boko Haram » à Zinder, ce groupe armé islamiste du Nigeria, dont la ville est proche.
La question de l' »influence » des pays voisins du Niger qui, outre le Nigeria, doit faire face à des groupes de jihadistes à ses frontières maliennes et libyennes, se pose, selon le religieux.
Les conséquences internes sont terribles. Entre 300 et 400 chrétiens, craignant pour leurs vies, ont vécu en fin de semaine dernière dans deux camps militaires à Zinder.

Plusieurs dizaines d’entre eux, jusqu’à 140 selon une source religieuse, ont fui la ville. Certains ont même quitté le pays, selon une source humanitaire, citant des familles réfugiées au Bénin.
Pour les autres, restés à Zinder, la « psychose » est de rigueur, selon cette source. Car des appels sont lancés aux musulmans, via SMS ou sur de petits papiers, pour qu’ils aillent libérer, vendredi après la prière, les nombreuses personnes détenues depuis les manifestations de la semaine passée.
Pour éviter des nouvelles violences, les autorités ont suspendu jeudi pendant plusieurs heures les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, ainsi que les SMS.

lire l’article de SLATEAFRIQUE en cliquant sur le lien ci-après

http://www.slateafrique.com/551387/niger-choc-et-incomprehension-des-chretiens-qui-vivent-dans-la-peur

happywheels

12 Commentaires

  1. guibor

    25 janvier 2015 at 19 h 46 min

    solidarité ??
    Alors là,ils peuvent toujours courir !!!!

    • liguedefensejuive

      25 janvier 2015 at 20 h 29 min

      Ce n’est pas parce que l’Église Catholique a longtemps eu une position plus que condamnable sur les juifs que nous ne devons pas voir que celle ci a changé depuis Jean XXIII:Jean XXIII demande que la question des relations de l’Église catholique avec les Juifs soit abordée au concile. Plus généralement, les conclusions très substantielles de ce concile aboutissent à inviter les catholiques, tout en rappelant leur devoir de fidélité à leur foi, à faire preuve de tolérance envers les fidèles des autres religions. Elles affirment, dans la déclaration Nostra Ætate, et ce d’ailleurs dans la lignée du concile de Trente, que ni les Juifs du temps du Christ, ni les Juifs d’aujourd’hui ne peuvent être considérés comme plus responsables de la mort de Jésus que les chrétiens eux-mêmes

      • guibor

        27 janvier 2015 at 12 h 51 min

        La position de l’église c’est une chose…le ressentiment des chretiens envers les juifs en est une autre….
        Sondage : demandez à 20 chrétiens dans la rue qui a tué Jesus…

        • Yann_92

          28 janvier 2015 at 21 h 44 min

          Normalement ils devraient être une bonne proportion à répondre que ce sont des juifs si la question est posée ainsi. Mais ça ne génère pas d’antisémitisme pour autant. Car dans la logique chrétienne Jésus s’est volontairement sacrifié pour la rémission de nos péchés. Les chrétiens ne veulent donc en aucune façon venger Jésus, ça n’aurait aucun sens.

  2. Valérie Amram d'Onofrio

    25 janvier 2015 at 22 h 29 min

    Quand on voit la quantité de posts ou d’articles ou des juifs s’expriment de façon aussi galouteuse (« nos frères chrétiens » sic), quand on prend la mesure de la merde dans laquelle on a vécu et qui a fini par nous pénétrer en nous faisant croire que ce patrimoine catho-cul-béni était le notre, ca fout les boules. Finalement sans épée et sans bucher l’assimilation de ces deux derniers siècles aura fait bcp plus de victimes que l’inquisition elle-meme. Et peut être que le plus grave est que cela est tellement interiorisé qu’ils ne se rendent meme pas compte à quel point ils parlent et écrivent comme leurs bourreaux d’hier.

  3. Valérie Amram d'Onofrio

    25 janvier 2015 at 22 h 55 min

    Et quand pour bien remuer le couteau dans la plaie on lit que l’Eglise « a changé depuis Jean XXIII », on se demande sur quelle planete vivent certains. En effet depuis Jean XXIII, il y a eu :
    – Paul VI : qui défendait passionnément la mémoire de Pie XII en particulier, à Jérusalem en janvier 1964, en déclarant que Pie XII avait collaboré avec les nazis car une « attitude de condamnation aurait entraîné des représailles »…
    – Jean-Paul II : qui n’a absolument pas réagit quand dans son allocution de bienvenue, prononcée à Damas, le 5 mai 2001, Bashar el Assad s’est lancé dans un discours ouvertement antisémite dans lequel il prétendait que le sionisme était comparable au nazisme. Et qui accordait sa bénédiction apostolique à l’ancien nazi belge Léon Degrelle.
    – Benoit XVI : qui levait l’excommunication de quatre évêques, alors que l’un d’eux, l’évêque britannique, Richard Williamson, avait nié la shoa et l’existence de chambres à gaz.
    – François : si prompt à prier devant le mur de protection lors de sa visite à Jerusalem qui ne peut s’empecher de parler de « terrorisme d’Etat » qui justifierait le terrorisme nazislamiste.
    Alors concile ou pas concile, il faudra m’expliquer ce qui a changé DANS LES FAITS depuis Jean XXIII !

  4. Richard C.

    26 janvier 2015 at 0 h 11 min

    D’accord pour soutenir les Persécutés. Mais nous serons plus solidaires que les autorités responsables. C’est notre honneur, et c’est leur honte.
    C’est la même situation qu’en 1940 et 1944, quand des gens de la base protégeaient des Persécutés alors que le Pape de l’époque observait une BIENVEILLANTE NEUTRALITE.
    Je m’interroge: pourquoi les autorités Israeliennes acceptent d’inviter un pape François islamophile, n’appliquent pas la peine de mort aux assassins, n’expulsent pas les éléments hostiles musulmans ou… JUIFS TRAITRES qui kollaborent avec les hezbollah/ Hamas/ etc. ???

  5. yigalev94

    26 janvier 2015 at 0 h 28 min

    Il s agit d evangelistes le seul espoir pour nous de creer une ceinture de securite anti islamiste en afrisue subsaharienne. Ce sont nos freres et nous devons les defendre aussi. Ce sont des fideles du sionisme .ils valent mieux que nos enemis de l interieur goldstone et son mentor bobby fisher et autres self hate jews faisant la leche a Dieudo…je prefere un etat hebreu et compter avec des afro evangeliste non islamisable que ceder un pour cent de Yerushalaim a des faux voisins vrai terro……

  6. florica

    26 janvier 2015 at 6 h 19 min

    Solidarité tout à fait d’accord…. mais frères? Ah non, désolée, je n’aime pas la confusion des genres. Cette histoire des « frères dans la douleur » est catho, n’a rien de juif et moi je suis, je vis et je m’exprime comme une juive n’en déplaise à certains. Solidarité avec les africains persécutés par l’islam serait plus exact. Et si Jean XXIII a voulu changer quelque chose le synode des crtiens orientaux et le pape actuel sont très largement « antisionistes ».

  7. karen

    26 janvier 2015 at 9 h 22 min

    quel rapport avec le pape? regardez la photo et vous constaterez que cette église n’est pas catho mais évangélo, il n’y a pas de statues ni les horribles peintures des saints aux yeux de merlin frit! les évangélos ne sont pas concernés par la doctrine vaticaniste, ils suivent la doctrine de luther qu’en matière d’accusations anti juives n’allait jamais de main morte et ne s’est jamais retracté

  8. Cathy

    26 janvier 2015 at 21 h 20 min

    Vous inquiétez pas cela va bientôt arriver en France…

  9. guibor

    27 janvier 2015 at 15 h 15 min

    A lire tous les commentaires J’ai l’impression que les cathos et le fn ne sont plus tout à fait en « odeur de sainteté » sur le site et je m’en réjouis.
    Ce n’est pas que les juifs ouvrent les yeux,c’est plutôt qu’ils osent parler !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *