A VOIR MARDI SOIR SUR ARTE : « Heinrich Himmler. The Decent One » par Vanessa Lapa

By  |  2 Comments

Arte diffusera le 14 novembre 2017 « Heinrich Himmler. The Decent One » (Der Anständige. Heinrich Himmler) par Vanessa Lapa. « Tissant un dialogue saisissant entre des images d’archives en partie inédites et la correspondance privée » de Himmler, acquise par ses parents et publiée en partie par le quotidien allemand Die Welt, Vanessa Lapa « sonde la trajectoire et les croyances de l’architecte de la « solution finale ».

Reichsführer-SS, dirigeant de la SS, Chef der Deutschen Polizei (chef de toutes les polices allemandes, dont la Gestapo), Heinrich Himmler (1900-1945) est dès 1943, ministre de l’Intérieur du Reich et Chef der Heeresrüstung und Befehlshaber des Ersatzheers (responsable de l’équipement militaire de l’Armée de terre et commandant en chef de l’Armée de terre de réserve).

Les camps de concentration et les camps d’extermination sont placés sous son autorité.

Himmler a mis en oeuvre la Solution finale.

Arrêté par les Britanniques, ce criminel de guerre se suicide le 23 mai 1945. Il échappe ainsi à toute comparution devant un tribunal.

« >

Lettres
« Le 6 mai 1945, des soldats de la 88e division de l’armée américaine pénètrent dans la vaste demeure de Heinrich Himmler et sa famille à Gmund, en Bavière ».

« Bravant l’obligation de remettre les documents saisis aux autorités militaires, ils conservent les centaines de lettres, journaux intimes et photographies collectés sur place ».

Ils divisent ces documents en deux groupes : ceux relatifs à la jeunesse sont vendus à la Hoover Institution, mais les plus contemporains ont un destin ignoré jusqu’à leur acquisition par Chaïm Rosenthal, artiste et diplomate israélien. En 1982, Chaïm Rosenthal a annoncé qu’il avait acheté les lettres à un adjudant. Ces documents suscitent un faible intérêt en raison des « Carnets d’Adolf Hitler » (Hitler-Tagebücher), prétendu journal intime d’Adolf Hitler, mais en réalité rédigé par le faussaire Konrad Kujau de 1978 à 1983. Finalement, les Archives fédérales allemandes authentifient les lettres d’Himmler.

En 2006, les parents de Vanessa Lapa ont acheté les lettres de la dernière partie de la vie de Himmler afin que cette documentariste réalise un film sur ces documents historiques.

Ces « fragments de mémoire, retrouvés à Tel-Aviv il y a une dizaine d’années seulement, constituent la base de ce portrait intime du chef de la SS et de la police, ministre de l’Intérieur du Reich, en charge de la mise en œuvre de la « solution finale », le programme d’extermination nazi ».

« Lues en voix off par des comédiens, les lettres échangées par Himmler avec ses parents, son épouse Margarete, sa fille Gudrun ou sa secrétaire et maîtresse Hedwig Potthast sont illustrées par des images d’archives rares couvrant un demi-siècle d’histoire allemande ».

« L’entrechoquement entre les images des horreurs commises et la banalité des tracas quotidiens de Himmler, de ses dérangements gastriques à ses tourments conjugaux, n’en apparaît que plus effroyable ». Le jeune Himmler déplore que son âge ne lui permette pas de combattre lors de la Première Guerre mondiale. Adolescent, il exprime son antisémitisme et se plaint de n’être pas aimé.

« Derrière le prosaïsme de certaines missives perce pourtant, par endroits, la conviction messianique inébranlable de ce fidèle de la première heure du Führer, petit bourgeois catholique à la trajectoire ascensionnelle, guidé par un patriotisme fanatique, une obsession de l’ordre – il numérote les courriers envoyés à sa femme – et de la « pureté raciale ». Des lettres évoquent sa relation avec sa secrétaire, Hedwig Potthast.

« Une immersion glaçante dans la vie privée et la pensée d’un des plus grands criminels du XXe siècle ».

Le titre de ce documentaire provient de Himmler, persuadé que les SS étaient des « decent men », des « hommes décents », « convenables ».

Ce film a été présenté en première mondiale au Festival du film de Berlin, ou Berlinale, en présence de la réalisatrice Vanessa Lapa, de ses parents et grands-parents. Petite-nièce de Himmler, née en 1967, Katrin Himmler, politologue qui a épousé un Israélien, a aussi évoqué Himmler. Elle a écrit 2007, Die Brüder Himmler: Eine deutsche Familiengeschichte (« Les frères Himmler, une histoire familiale allemande »).

Le quotidien Die Welt a aussi publié plusieurs de ces lettres.

« Heinrich Himmler. The Decent One » par Vanessa Lapa

Allemagne, Autriche, Israël, 2014, 93 min
Sur Arte le 14 novembre 2017 à 20 h 50

Source :
http://www.veroniquechemla.info/2017/11/heinrich-himmler-decent-one-par-vanessa.html

happywheels

2 Commentaires

  1. eM

    14 novembre 2017 at 22 h 28 min

    je suis subjugué par le film, puis par les critiques (telerama-lemonde)!
    je veux défendre la réalisatrice, que j’élève au niveau de lanzmann.
    comment ne pas comprendre que c’est inconcevable, donc inexplicable; pourquoi vouloir une « rigueur », etc…dans le chaos.
    les images sont réelles, les lettres sont réelles, cela suffit !
    c’est l’homme (voire la femme) et le monde passé et présent.

    • antifa

      16 novembre 2017 at 21 h 53 min

      comment peut on dire que Himmler etait un homme convenable, »the decent man » ?On est dans le révisionnisme masqué.Shameful.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *