Attentats du 13-Novembre : 20 musulmans renvoyés aux assises, dont Salah Abdeslam

By  |  7 Comments

Près quatre ans d’enquête tentaculaire, 20 personnes ont été renvoyées aux assises pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis qui ont fait 130 morts et 350 blessés, a annoncé lundi le parquet national antiterroriste (PNAT), dans une ordonnance de mise en accusation.
À l’issue de cette procédure d’un volume de 472 tomes au fond, 14 personnes sont mises en examen dont 11 placées en détention provisoire et 3 sous contrôle judiciaire. 6 personnes sont par ailleurs visées par un mandat d’arrêt, précise le ministère public.
Parmi les 11 personnes actuellement placées en détention provisoire, on retrouve le nom du Franco-belge Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos du 13-Novembre, et six personnes visées par un mandat d’arrêt d’international, dont Oussama Atar et les frères Clain qui sont tous trois présumés morts.
Leur attaque avait frappé des terrasses de bar et la salle de spectacle du Bataclan au cœur de la capitale, ainsi que les abords du Stade de France, lors de ces attaques revendiquées par l’organisation État islamique (EI).
L’ordonnance de mise en accusation suit les réquisitions du PNAT, formulées fin novembre. Elle peut toutefois encore faire l’objet d’un appel, pouvant retarder le début du procès, prévu quant à lui en janvier 2021. Il devrait durer six mois.
Des travaux ont d’ailleurs déjà commencé au cœur de l’historique palais de justice de Paris, situé sur l’île de la Cité, afin de construire une salle d’audience suffisamment grande et sécurisée pour accueillir les débats.
En plus des accusés, plus de 1 750 parties civiles, ainsi que des centaines d’avocats et de journalistes, sont attendus.
Je me félicite de la décision rendue par les juges mais compte tenu des circonstances actuelles, je ne sais pas si ce dossier va être audiencé dans les délais que l’on prévoyait a réagi auprès de l’AFP Me Olivier Morice, avocat de 35 familles, faisant allusion à l’épidémie de coronavirus sévissant notamment en France.
Le calendrier judiciaire est en effet lui aussi frappé d’incertitude vu l’onde de choc du coronavirus : Nicole Belloubet a ordonné dimanche la fermeture de l’ensemble des tribunaux, dont l’activité sera réduite aux contentieux essentiels, et appelle au report des procès d’assises pour freiner le virus.
Six personnes manquent à l’appel
Quatorze des suspects sont aujourd’hui aux mains de la justice française ou de son homologue belge dans ce dossier, dont des logisticiens, convoyeurs et intermédiaires présumés.
Onze d’entre eux sont placés en détention provisoire et les trois autres sous contrôle judiciaire. Six autres personnes sont visées par un mandat d’arrêt, dont un homme détenu en Turquie, Ahmed Dahmani.
La plupart des cinq autres suspects sont présumés morts en zone irako-syrienne mais, faute de certitude sur leur sort, ils seront tout de même jugés.
Salah Abdeslam, détenu en France depuis près de quatre ans et placé à l’isolement, sera ainsi jugé notamment pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, meurtres en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste. Au cours de l’enquête, il a quasi-systématiquement gardé le silence face aux magistrats instructeurs qui l’ont convoqué une dizaine de fois.
Le Belge Oussama Atar, soupçonné d’avoir planifié les attentats depuis la Syrie, sera lui jugé en son absence pour direction d’une organisation terroriste et complicité de meurtres en bande organisée.
Ce vétéran du jihad, identifié sous le nom de guerre d’Abou Ahmed et considéré comme un émir du groupe État islamique, n’a jamais été interpellé. Il est considéré comme mort par des services de renseignements.
Les juges ont aussi ordonné le renvoi devant les assises, pour complicité des ces crimes, de plusieurs membres présumés de la cellule jihadiste franco-belge également à l’origine des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles qui ont fait 32 morts : Sofien Ayari, Osama Krayem, Mohamed Abrini, Mohamed Bakkali.
Source :
https://www.ouest-france.fr/attentats-paris/attentats-du-13-novembre-paris-20-personnes-renvoyees-aux-assises-dont-salah-abdeslam-6781939

happywheels

7 Commentaires

  1. capucine

    16 mars 2020 at 14 h 02 min

    pendant combien de temps ces meurtriers terroristes vont ils restés à la charge des contribuables français ?? en iran ou dans leur pays d’origine
    ils auraient été pendu sur la plus haute branche d’un arbre

  2. Bertrand Escaffre

    16 mars 2020 at 14 h 50 min

    Des regards lobotomisés

  3. Fleur

    16 mars 2020 at 15 h 08 min

    Des monstres….c’est leur faire trop d’honneur en affichant leur gu…ule

  4. Knocker

    16 mars 2020 at 16 h 50 min

    Pourquoi le titre du journal « OUEST FRANCE » est 20 personnes et vous, vous mettez 20 musulmans?

    • liguedefensejuive

      16 mars 2020 at 19 h 25 min

      La religion musulmane est leur ciment commun. A notre connaissance, il n’y aucun catholique, aucun protestant, aucun juif ni aucun bouddhiste parmi eux. Bien sur tous les musulmans ne sont pas des terroristes mais CES terroristes sont tous des musulmans

    • vrcngtrx

      17 mars 2020 at 18 h 18 min

      « Pourquoi le titre du journal OUEST FRANCE est 20 personnes »
      élémentaire mon cher Knocker : ce journal fait partie de la flopée des médias financés par l’état qui se fondent dans le moule multiculturel et padamalgamiste. Comprenez bien qu’il est impensable de stigmatiser la religion de paix et d’amour pour l’opinion publique …

      https://droit-finances.commentcamarche.com/faq/33224-aide-a-la-presse-les-journaux-les-plus-aides-par-l-etat

      https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/3842

      https://europe-israel.org/wp-content/uploads/2016/10/Strat%C3%A9gieExtVFLR1.pdf
      page 26 : Correction du concept de culture islamique chez les enfants des communautés musulmanes et chez le grand public non musulman.
      page 27 : S’ouvrir positivement sur les sociétés occidentales (…) nouer des relations avec les différentes composantes de la presse occidentale influente sur l’opinion publique locale et internationale, en vue d’intégrer les musulmans
      page 29 : garantir aux enfants des musulmans vivant en dehors du Monde islamique une éducation afin de les protéger de l’invasion culturelle et de l’aliénation intellectuelle exercée par l’hégémonie de certains systèmes éducatifs
      page 30 : Il est naturel que les minorités musulmanes établies à l’extérieur du Monde islamique aient des besoins spécifiques. La laïcisation des pays occidentaux et l’impact de la culture occidentale sur la scène islamique en Occident ont créé le besoin de définir l’identité des minorités musulmanes susceptibles de favoriser un environnement adapté pour constituer une référence islamique authentique protégeant de l’aliénation et de l’intégration négative.
      page 34 : Représenter les communautés islamiques auprès des décideurs dans les pays occidentaux en obtenant des sièges dans les parlements européens ou en participant à la vie politique afin de faire entendre la voix des musulmans pour que leurs réclamations religieuses soient prises en compte
      page 35 : Si la présence islamique en dehors du Monde islamique n’a pas réussi à effacer l’image collée à l’islam, nous avons l’espoir que les expatriés musulmans arriveront, en coopération avec les instituts spécialisés, à lutter contre les campagnes médiatiques diffamatoires en donnant une meilleure image de l’islam et de sa civilisation en vue d’enlever de leur esprit l’image d’un islam terroriste.
      page 40 : L’usage de l’arabe est indispensable comme base de consolidation et de renforcement de l’identité car c’est la langue du Qoran, ce qui fait d’elle un élément capital de l’identité de la communauté islamique à l’étranger notamment en Europe
      page 41 : L’enseignement bilingue peut profiter même aux enfants autochtones (…) L’apprentissage de l’arabe par les enfants autochtones leur fera apprécier cette langue et découvrir sa richesse culturelle. Leur intérêt pour l’arabe traduira leur estime et leur respect pour les Arabes
      page 52 : Fondements stratégiques
      page 59 : Prise en considération de la laïcité des sociétés occidentales qui prônent la séparation de l’Église de l’État, autrement dit, l’État n’a pas de religion mais permet la liberté du culte ; l’Islam profite donc de cette situation
      pages 60 et 61 : Fixation des communautés islamiques à l’extérieur du Monde islamique (l’année 1974 au cours de laquelle furent décrétés des textes réglementant l’immigration en Europe constitue un tournant décisif dans l’histoire / résidents fixés dans le pays d’accueil projettent d’y demeurer à titre permanent et durable / opportunités à la faveur des lois sur le regroupement familial / La France est le pays où se trouvent les plus grandes concentrations des musulmans)
      page 62 : Il en est parmi les Européens et islamologues qui croient que l’Islam s’est définitivement fixé en Europe et que nul ne réussira à l’en déraciner.
      Assurément les composantes démographiques de l’Occident, ses populations et ses caractéristiques humaines changeront et seront reconstituées, ré-formées. Les sociétés occidentales deviendront multiraciales et multiculturelles. Elles cesseront d’être des ensembles qui furent édifiés le long de l’histoire sur des structures sociales et culturelles bien définies pour se transformer en sociétés composées d’ethnies et de religions diverses.
      En considérant ces mutations on comprend les soucis et préoccupation des hautes instances européennes au sujet de l’immigration. Mais cette nouveauté n’en est pas moins un événement unique pour l’Islam et le monde islamique.
      page 76 : Situation des enfants musulmans scolarisés dans les écoles non islamiques
      page 77 : Les programmes scolaires à caractère laïque
      page 78 : le problème fondamental réside dans le refus de l’école d’aménager dans ses programmes une place à la culture vécue des enfants musulmans
      page 80 : En Europe (…) les instances islamiques planchent sur des programmes de l’éducation islamique dans les écoles. Les autres pays européens se cachent derrière les lois qui régissent la laïcité pour se dérober à cette tâche
      page 83 : Échec de l’Occident à comprendre et établir un dialogue avec l’Islam ; tentatives des médias occidentaux de le réduire à certaines pratiques auxquelles il est absolument étranger
      page 85 : l’Occident doit fournir davantage d’efforts pour comprendre l’essence de l’Islam (…) pour tirer parti des vertus de l’Islam (…) Mais si elle reste préoccupée par le vœu de les faire fusionner dans son milieu, mieux vaut souligner avec beaucoup de regrets que la crise actuelle persistera encore
      page 86 : La vision stratégique et prospectiviste de l’Islam requiert des actions qui favorisent son établissement, son implantation durable en dehors du Monde islamique (…) illustrée par sa fixation et celle des Musulmans en Europe d’une façon stable, durable et irréversible.
      En conséquence, l’action culturelle et l’orientation religieuse doivent préparer les communautés musulmanes à sympathiser avec le pays hôte et à participer au travail de ses organisations sociales, économiques et politiques. Leur attachement aux lieux de leur cohabitation permettra la réalisation de certains desseins, dont : – Élimination des courants contradictoires auxquels ils sont exposés
      page 86 et 87 : La fixation de l’Islam en dehors du Monde islamique est l’une des charges importantes
      comment concilier les principes du droit islamique avec les impératifs du droit civil occidental ? La nature différente des deux législations est à l’origine des difficultés qui perturbent les familles musulmanes (…) ce qui rend fort souhaitable l’installation de juristes en droit islamique, de directeurs de conscience, de conseillers religieux chargés d’instruire d’orienter et diriger des Musulmans devenus européens. Ils seront invités à se référer aux sources officielles, à faire l’ijtihad, autre aspect juridique propre à l’Islam qui convient aux Musulmans établis dans des pays non-musulmans
      une évolution incontestable du fiqh islamique contemporain qui verra s’ouvrir devant lui de vastes horizons
      page 93 : Dans cette stratégie, le domaine missionnaire a eu une place d’importance. C’est ainsi qu’on s’est beaucoup intéressé à l’institution de la mosquée avec la sélection des imams selon le profil de la compétence et la maîtrise des méthodes de prosélytisme
      page 94 : L’axe médiatique
      Pour faire connaître l’Islam il fallait accorder une importance primordiale à l’information. C’est pourquoi on a prévu un axe relatif à l’information afin d’améliorer le champ médiatique islamique en dehors du Monde islamique pour qu’il joue pleinement sur l’opinion publique
      page 100 : Appel aux institutions européennes (le Conseil Européen et le Parlement Européen) pour soutenir les projets des établissements islamiques, en particulier l’élaboration de la méthodologie unifiée et la formation des formateurs
      page 101 : la nécessité de corriger l’image de l’Islam dans l’esprit des Occidentaux
      Préparation d’un plan rigoureux pour convaincre les autorités éducatives occidentales à suivre l’exemple (…) de la région de l’Alzace (LOL !) en France, et permettre d’intégrer des cours d’éducation islamique dans les programmes officiels de l’école occidentale. Ceci en plus de la revendication d’insérer la langue arabe parmi les langues vivantes optionnelles dans les écoles officielles
      Œuvrer pour le Développement de la pédagogie d’apprentissage de l’éducation islamique et de la langue arabe dans un milieu non musulman
      page 102 : Préparation du cadre législatif, organisationnel, et pédagogique pour la création des écoles islamiques en Occident et appel aux États occidentaux à participer au financement de cet important projet, à savoir des écoles permanentes au fonctionnement régulier
      page 104 : Notre devoir est de donner de l’Islam l’image correcte qui lui vaudra plus que la sympathie
      page 105 : Parmi les canaux les plus influents on compte trois grands outils. Le premier est représenté par les organes d’information radio, télévision, presse écrite.
      Le troisième est représenté par les établissements populaires d’éducation et de culture ; tous les établissements ayant une relation directe avec les masses populaires, sans intermédiaire officiel ni contrôle gouvernemental
      page 106 : La prédication en dehors du Monde islamique n’est pas simple. Il est donc important de procéder à la prédication dans les différentes langues et de l’adapter pour la rendre compatible afin d’aplanir les obstacles (…) prendre particulièrement soin des jeunes en leur présentant les dimensions des préceptes de l’islam. Il est aussi de notre devoir de les protéger de l’aliénation et de la fusion dans la culture occidentale
      page 107 et 108 : Activer le rôle des mosquées et des centres islamiques dans la communication avec le milieu occidental soit sur le plan de l’action visant à diffuser l’image de l’islam
      Mobiliser et former les cadres et les capacités intellectuelles et culturelles travaillant dans les pays occidentaux qui seront appelés à jouer un rôle majeur dans la prédication aux non musulmans, dans la correction des stéréotypes accolés à l’islam et dans la diffusion d’une meilleure image de l’islam
      Le domaine de l’information : La planification est à la fois une méthode et un moyen d’exploitation optimale et rationnelle de toutes les ressources et les potentialité de la société en vue d’atteindre ses objectifs le plus rapidement possible et avec les moindres charges
      Les Musulmans d’Occident devraient être les premiers à bénéficier du grand progrès de la technologie des pays occidentaux
      Les principes du plan d’information : Se conformer aux préceptes de l’islam dans toutes les opérations informatives et de communication. Garantie de l’information dans le cadre de la charia islamique
      page 110 : Déterminer les risques provenant des actions médiatiques visant à attaquer l’islam et à oblitérer son image en se focalisant sur la recherche des moyens de dénonciation et d’avertissement
      page 111 : le passage de la phase théorique à la phase pratique de cette stratégie rendait obligatoire la mise en place de structures chargées de veiller à l’exécution de l’action islamique dans les pays non musulmans
      page 114 : Le Fonds Islamique d’Aide à l’extérieur du Monde islamique créé pour promouvoir l’action culturelle islamique dans les pays non musulmans sera financé par les subventions consenties par les organisations comme l’Union Européenne, le Conseil de l’Europe et l’Agence de développement internationale, etc.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *