Ces juifs qui ont décidé de quitter Perpignan pour Israël

By  |  5 Comments

Tous les ans, ils sont plusieurs milliers de juifs de France, à partir vivre en Israël pour réaliser leur Alya. Deux Perpignanais témoignent de ce choix de vie alors que le conflit israélo-palestien exacerbe ici les passions.
Dragués par le gouvernement israélien, révulsés par un climat politico-religieux rendu tendu par le conflit israélo-palestinien et la poussée des actes antisémites, les juifs de France et de Perpignan sont de plus nombreux chaque année à rejoindre l’Israël pour réaliser leur Alya (terme désignant l’acte d’immigration vers la Terre sainte). Deux Perpignanais, Patrick Attatiech et Yohann Haddad Buchnik ont opéré ces dernières années ce changement de vie. Ils nous expliquent les raisons qui les ont poussés à quitter le pays de leur enfance.
« Je ne me sentais plus chez moi à Perpignan »
Yohann, 26 ans, avoue être parti sur un coup de tête. « Les démarches ont été longues mais j’ai été très bien accueilli à mon arrivée. Tout est fait là-bas pour s’intégrer très rapidement. Cela passe par la langue, avec un apprentissage gratuit de l’hébreu dans une école religieuse ». Le jeune homme né en Israël, et arrivé en France à un an et demi, ne regrette pas son périple. « Si j’ai décidé de faire mon Alya, c’est que je ne me sentais plus chez moi en France et à Perpignan. De ce que je vois ces dernières semaines de la situation en France avec les manifestations pro-palestiniennes et les incidents, je ne regrette vraiment pas mon choix ».
« Je pense être plus en sécurité ici en Israël que dans ma cité »
Installé à Ashod au sud d’Israël à moins de 30 km de la bande de Gaza, Yohann, danseur et chanteur dans le civil, officie dans l’armée, obligatoire en Israël. Cela ne l’empêche pas de s’informer sur ce qui se passe dans l’Hexagone et d’échanger, via les réseaux sociaux avec ses amis français. « L’exportation du conflit en France me rend triste car j’ai grandi dans le 93 et à Perpignan parmi les musulmans. D’après ce que j’entends et vois, je pense être plus en sécurité ici en Israël que dans ma cité ».
« Je me sens profondément Français, car juif ce n’est que ma religion »
« Je n’oublierai jamais la France, mon pays ». Un sentiment que partage Patrick Attatiech qui a rejoint Tel-Aviv il y a un an. Chef d’entreprise à Perpignan, il s’est décidé après plusieurs années de réflexion « pour repartir à zéro, loin de ses attaches. Je n’oublierai jamais mon pays qui a fait l’homme que je suis. Même encore aujourd’hui, je me sens profondément Français, car juif ce n’est que ma religion. Mais j’ai trouvé ici, en Israël, un pays où je me sens à l’aise ». Ancien membre actif de la communauté juive de Perpignan, Patrick s’est aperçu « de la dégradation des conditions de vie des juifs de France. L’attentat dans l’école juive de Toulouse en mars 2012 a été le révélateur de l’insécurité grandissante. Après cela, j’avais du mal à voir mon avenir et celui de mes enfants en France ».
Si Patrick revient régulièrement à Perpignan où il a gardé son activité professionnelle, il avoue ne plus comprendre la situation en France. « Où est passé notre grand et beau pays ? Quand je vois des manifestations pro-palestiniennes avec des pancartes “Mort aux juifs” et la progression des agressions antisémites, je comprends toutes ces personnes qui veulent quitter la France. Ces mêmes manifestants, soi-disant humanistes, n’ont pas levé le petit doigt pour dénoncer le massacre du peuple syrien ».
« Ce que l’on vit au quotidien en Israël n’est pas ce que l’on entend sur les chaînes de télévision françaises »
Patrick en veut également aux médias français qu’il accuse d’exacerber l’antisémitisme. « Ce que l’on vit au quotidien en Israël n’est pas ce que l’on entend sur les chaînes de télévision françaises. On nous présente comme des agresseurs, assassins d’enfants mais personne ne dit que le Hamas se sert des Gazaouis (habitants de Gaza) et des enfants comme boucliers humains. Les Israéliens qui vivent à la frontière vivent également la terreur du terrorisme et des lancements de roquettes », se défend-il avant de conclure, laconiquement : « Il faut peut-être se poser en France les bonnes questions et comprendre enfin ce malaise des juifs de France. Pourquoi ils ne se sentent plus chez eux en France et rejoignent Israël où ils n’apparaissent pas aux yeux des gens comme des assassins ».

lire l’article du MIDILIBRE en cliquant sur le lien ci-après

http://www.midilibre.fr/2014/08/12/ces-juifs-qui-ont-decide-de-quitter-perpignan-pour-israel,1036670.php

happywheels

5 Commentaires

  1. LOISONS

    12 août 2014 at 10 h 40 min

    Dommage que cela soit réservé en partie qu’aux personnes d’obédience judaïque, mais pour ma part en tant que catholique, je serais prêt à franchir le pas, me convertir au Judaïsme et m’installer définitivement en terre sainte d’Israël.
    Etant policier ici en France, peut-être que cela pourrait m’aider à m’intégrer, sais t-on jamais!!!!!!!!!!!

  2. NICOLAS

    12 août 2014 at 19 h 48 min

    JE suis amis d’Israël, et je défends les valeurs de ce pays alors que j’ai que 15ans. Israël est a mes yeux le plus beau pays. Je suis aussi de religion catholique et je ne me reconnais pas dans cette religion, ni dans le pays ou nous vivons. J’ai aussi depuis quelques tant envie de me convertir au Judaïsme, qui pour moi et la plus belle des religions, et pourquoi pas un jour, partir d’ici pour Israël. Bonne continuation amis d’Israël. Israël vivra!!

  3. sami

    13 août 2014 at 13 h 12 min

    Lhistoire poignante de yoann montre bien le malaise qu il ya en France.Etant moi meme dorigine maghrebine mais Francais je rougi de honte de voir nos compatriotes qui comme nous Francais se sentent obliger de partir.Le combat nest peut etre pas termine ?pourquoi partir ? il ya encore 2017..

  4. rock 3

    17 août 2014 at 23 h 56 min

    Nicolas et Sami : bien d’autres ,comme vous, veulent se tirer de France ! J’ai un ami juif, client dans notre hotel , qui nous prévoit un Kos ovo , en France , dans 5 ans d’ ici , si la situation ne change pas ! J’ai la possibilité d’aller vivre en Amsud , et je ne m’en priverait nullement ! Marre d’un pays qui protège la pègre ! ……

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *