Comment Edwy Plenel et Mediapart sont devenus un instrument de propagande des Frères musulmans

By  |  6 Comments

Dans son dernier ouvrage, « La Stratégie de l’intimidation » (L’Artilleur, 2018), Alexandre Del Valle décrypte les ressorts du terrorisme comme guerre mentale et propagande par l’action violente. Aujourd’hui, le « capo dei capi » de l’islamogauchisme, Edwy Plenel.
Par Alexandre del Valle
« La complaisance de Plenel vis-à-vis de tous ceux qui en veulent comme lui à l’Occident va parfois très loin. A titre d’illustration, l’affaire du fameux bloggeur Mehdi Meklat, que Le Monde avait baptisé «la voix des discriminés», mérite l’attention. Rappelons que ce furent le dessinateur Joann Sfar et la journaliste Eugénie Bastié qui révélèrent, en février 2017, le scandale concernant les milliers de messages injurieux, menaçants, homophobes, judéophobes, anti-flics, misogynes, pro-islamistes et même pro-terroristes tweetés par Meklat pendant des années.
Malgré cela, Meklat fut défendu par Edwy Plenel, Christiane Taubira et l’ensemble de la gauche tiersmondiste. Véritable vedette de la sphère médiatique, «enfant gâté du gauchisme culturel», l’homme d’une rare violence raciste et outrancière à faire passer l’extrême-droite française pour des antiraciste, fut longtemps présenté comme «le héraut de la culture de banlieue». Sous le pseudonyme Marcelin Deschamps, que personne n’ignorait parmi ses soutiens –, Meklat appela notamment à tuer Charb et la rédaction de Charlie Hebdo, considérés comme des ordures «islamophobes»… Malgré tout cela, Edwy Plenel soutint carrément Meklat et le remercia, ainsi que le Bondy Blog, dans un tweet affectueux, pour ces «moments de fraternité et l’exemple que vous donnez ». Rappelons que le Bondy Blog qui permit à Meklat de devenir une vedette de la sphère médiatique – officiellement pour relayer «la voix des oubliés, des discriminés, des sans-parole» – lui servit de tribune-défouloir pour déverser sa haine sur plus de 50 000 tweets incitant même aux meurtres et au terrorisme. Malgré cela, «Medhi Meklat fut encensé par tous les journalistes et médias de gauche France Inter, Arte, les Inrocks, Libération, Télérama, Le Monde, France 5, Mediapart».
Pour Edwy Plenel, Mehdi Meklat et Le Bondy Blog exerçaient une «influence positive sur les jeunes musulmans». Ce soutien n’est pas un hasard car, comme le rappelle Pascal Bruckner, «la gauche extrême qui a tout perdu, l’Union soviétique, le tiers-monde, la classe ouvrière, voit dans l’islam radical un prolétariat de substitution à mobiliser contre les forces de marché».
Au-delà de cette affaire peu élevée intellectuellement, les liens entre Tariq Ramadan et Edwy Plenel d’une part, puis le soutien systématique de Mediapart aux Frères musulmans, de l’autre, ont été si loin qu’ils ont provoqué des scissions au sein de Mediapart. Cette alliance rouge-verte explosive a en effet poussé Mohamed Louizi, ex-membre des Frères musulmans «repenti», à suspendre son blog sur la revue online, en février 2016, pour dénoncer la complaisance de Plenel avec l’islamisme, les Frères musulmans et Tariq Ramadan. D’après Louizi, Mediapart serait ainsi devenu «un instrument de propagande frérosalafiste antilaïcité et anti république (…), la ligne éditoriale, plus que complaisante envers l’islamisme et particulièrement envers les Frères Musulmans, que défend notamment Edwy Plenel, […], pose d’énormes problèmes déontologiques». Au sein de «Mediapart, déplore Louizi,«l’idéologique se mélange au journalistique (…), en entretenant des proximités avec des composantes islamistes». L’ex-collaborateur de la revue juge «inadmissible et insoutenable (…) que Mediapart devienne, par le fait d’une minorité dirigeante un instrument de cette propagande frérosalafiste antilaïcité et anti-République», «car lorsque l’on reprend les éléments de langage des ‘frères musulmans’ (islamophobie) pour empêcher tout débat serein, l’on est plutôt au service des ‘frères’ contre les intérêts communs de la communauté nationale et aussi des citoyens de foi et/ou de culture musulmane».
Pour le philosophe Pascal Brukner, Edwy Plenel ferait partie « de plein droit» de «l’islamosphère», une mouvance qui, depuis mai 1968, saperait méthodiquement les fondements de la France et de l’Occident en imposant une inversion permanente des valeurs, une immigration sans limites et un changement de civilisation. Plenel en serait même «le capo dei capi», suivi de près par le sociologue du CNRS Vincent Geisser, auteur d’un pamphlet La Nouvelle islamophobie, ou encore par l’islamologue François Burgat.3
Cet extrait est tiré du dernier livre d’Alexandre Del Valle, « La Stratégie de l’intimidation » (L’Artilleur, 2018).
Commandez cet ouvrage en cliquant sur sa couverture ci-dessous

happywheels

6 Commentaires

  1. josué bencanaan

    15 avril 2018 at 11 h 09 min

    Comment macron peu accepter un entretien avec cette ordure

    • Alice

      15 avril 2018 at 15 h 03 min

      par reconnaissance, il l’a aidé à devenir président , l’avocat de Plenel est un proche de Macron J.P.Mignard responsable éthique d’En Marche entre autre
      what else

      • Albert

        16 avril 2018 at 8 h 55 min

        Et oui, c’est la France…….depuis au moins 40 ans, elle « fonctionne » comme çà.

    • Michadri

      15 avril 2018 at 21 h 56 min

      @Josué : qui se ressemblent, s’assemblent 😁

  2. Anselme Heisenberg

    15 avril 2018 at 18 h 17 min

    Un jour, lorsque le monde aura de nouveau la tête à l’endroit, le mot « edwyplenel » sera considéré comme une insulte.

  3. vrcngtrx

    16 avril 2018 at 8 h 50 min

    « le capo dei capi »

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *