VOTE JUIF ET FRONT NATIONAL :Ce que révèle l’étude du poids démographique et du comportement électoral des Juifs de France

By  |  11 Comments

L’étude réalisée ici par l’Ifop met en évidence quelques points importants :
• Que se soit lors du 1er tour des présidentielles de 2007 et de 2012, Nicolas Sarkozy enregistre près de 50% des voix auprès de l’électorat juif ;
• A l’heure actuelle, le survote en faveur de la droite parlementaire constitue une vraie singularité de l’électorat juif, quelque soit la catégorie sociale considérée au sein de cet électorat.
• Une situation bien différente de celle de la fin des années 1970 et des années 1980 au cours desquelles l’électorat juif soutenait significativement la gauche ;
• Entre les élections présidentielles de 2007 et de 2012, la gauche stagne auprès de l’électorat juif, représentant environ 1/3 de ce dernier, alors qu’elle progresse sensiblement à l’échelle nationale ;
• Ce déplacement du centre de gravité politique de la population juive au profit de la droite peut s’expliquer par un regain de l’antisémitisme en France après le déclenchement de la Seconde Intifada ;
• L’élection présidentielle de 2012 marque en revanche une rupture très nette dans cet électoral avec la progression du FN : en effet, 13,5% des électeurs se déclarant de confession juive affirment avoir voté pour Marine Le Pen, contre à peine 4% pour son père en 2007 ;
• La progression du vote FN au sein de l’électorat juif s’explique par la stratégie de dédiabolisation menée par le parti, l’absence de références douteuses relatives à la Shoah dans les discours de Marine Le Pen, et surtout l’inquiétude grandissante d’une partie de la communauté juive face à la montée de l’ « antisémitisme islamique », vis-à-vis duquel le FN se présente comme un rempart.

Alors qu’il existe de nombreux fantasmes à propos du « vote juif », il n’est pas inutile de poser le sujet en des termes dépassionnés et sur la base de données chiffrées et objectives. La part de la population se déclarant juive étant statistiquement très faible, la première partie de cette analyse a été menée à partir d’une agrégation à grande échelle d’enquêtes effectuées par l’Ifop auprès d’échantillons nationaux représentatifs sur une période de 10 ans (de 2002 à 2012) et au sein desquelles la question de l’appartenance religieuse était posée. Une fois ce cumul effectué, on dispose d’un échantillon global de pas moins de 173.000 interviewés. Ce volume, plus que conséquent, a permis d’évaluer d’une part le poids et le profil de la population se déclarant juive et d’autre part d’observer son comportement électoral sur les dernières élections.

1- Les juifs représentent moins d’un 1% de la population
Premier enseignement de cette analyse, à la question :  » Etes-vous catholique, protestant, musulman, juif, d’une autre religion ou sans religion ? « , 0,6% des personnes interrogées répondent  » juif « . Cela correspond à 1.095 individus dans l’échantillon cumulé et, ramené à un corps électoral de 43 millions de personnes, cela représente 260.000 électeurs. Même en postulant que l’appartenance à la religion juive (mesurée et appréhendée à l’aune de notre question assez basique et qui n’opère pas de distinguo entre les personnes juives pratiquantes et celles qui sont nées dans des familles de culture et de traditions juives sans pour autant pratiquer aujourd’hui) est peut-être un peu sous-déclarée aux enquêteurs, il apparaît que le poids statistique de la population juive dans le corps électoral est tout à fait minime et n’a guère varié depuis 20 ou 30 ans.
L’avantage de travailler à partir de gros échantillons est qu’il est possible de disposer de bases statistiques suffisamment solides même pour les segments les plus étroits de la population française comme c’est le cas ici. Avec un sous-échantillon de 1 095 individus se déclarant de confession juive, il a été possible de dresser un portrait sociodémographique de cette population. Même si les cadres supérieurs, les professions libérales, les commerçants, artisans et chefs d’entreprise sont surreprésentés (19% contre 11% dans la population totale), la communauté juive apparaît sociologiquement assez diverse, ce qui vient démentir bon nombre de clichés et de préjugés. On compte ainsi 24% d’ouvriers et d’employés (contre 31% dans l’ensemble de la population) et 12% de professions intermédiaires (contre 14%). Si cette population n’est donc pas sociologiquement très typée, son implantation sur le territoire est en revanche très spécifique. 50% des personnes se déclarant juives résident en effet dans l’agglomération parisienne alors que ce territoire n’abrite que 16% de la population totale. Cette surreprésentation de la région parisienne dans la population juive s’accompagne également d’une implantation un peu plus marquée dans l’ensemble PACA / Languedoc-Roussillon (17% contre 12% dans l’ensemble de la population française) au détriment des régions du grand ouest (3% des juifs y habitant contre 14% de la population totale) et de manière plus générale des zones rurales (5% contre 25% en moyenne). On notera que même en Ile-de-France, région où la population juive est la plus nombreuse, le poids de cette communauté ne représente que 2% de la population locale.

2- De 2002 à 2007 : des votes juifs assez divers mais une forte prime pour la droite traditionnelle
Certains commentateurs ou acteurs politiques évoquent parfois un  » vote juif « . Les premières conclusions de l’analyse réalisée permettent déjà de relativiser fortement son importance dans la mesure où il ne représenterait que 0,6% du corps électoral. De surcroît, parler d’un  » vote juif  » sous-entend que le comportement électoral de cette population serait très homogène et monocolore. Or, les données dont on dispose montrent que si la droite bénéficie d’une large assise dans cet électorat, les autres familles politiques y sont également représentées, le  » vote juif  » n’est donc pas univoque, loin s’en faut, comme le montre le tableau suivant par exemple :

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre.png

Au premier tour de l’élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy  » rafle la mise  » dans la communauté juive puisqu’il rate de peu la barre des 50%. Cet attrait très puissant pour Nicolas Sarkozy ne s’accompagne pas pour autant d’un rejet de la gauche dans cette partie de l’électorat. En effet, si l’audience des candidats d’extrême-gauche y est inférieure à la moyenne (peut-être en raison des positions pro-palestiniennes de ces formations politiques mais aussi d’une certaine distance vis-à-vis des formations extrémistes déjà constatée dans les travaux de Mme Benayoun par exemple), Ségolène Royal recueille 28,8% des voix des personnes se déclarant juives, soit 3 points de plus que son score national. Le sur-vote en faveur de Nicolas Sarkozy se traduisit en revanche par une contre-performance de François Bayrou (13,9% contre 18,6% en moyenne) et surtout de Jean-Marie Le Pen (4,3% contre 10,6%), la communauté juive demeurant en 2007 ultra-majoritairement réfractaire au vote frontiste.
L’analyse du vote au premier tour de l’élection présidentielle de 2002 fait ressortir des constats relativement similaires. Comme le montre le tableau suivant, le vote des personnes de confession juive se caractérisa à l’époque également par :
• une surreprésentation très nette de la droite parlementaire,
• un léger sur-vote en faveur du candidat socialiste, ceci s’accompagnant d’une moindre audience de l’extrême-gauche,
• un très faible écho du tandem Le Pen / Mégret.

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre2_1_0.png

Dans le détail, on notera qu’à droite, c’est Alain Madelin qui bénéficia en 2002 d’une très forte présence dans cet électorat (plus de 21% contre à peine 4% en moyenne). Les valeurs portées par le candidat de Démocratie Libérale, sa défense constante et revendiquée d’Israël et des USA peuvent expliquer cette audience spectaculaire quand Jacques Chirac, réputé plus pro-arabe, bénéficia d’un moindre soutien. Ce dernier déclarait notamment le 26 janvier 2002,  » il n’y a pas de poussée d’antisémitisme en France  » alors que le nombre d’actes antisémites avait connu une très forte croissance entre 1999 et 2000 (selon la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme) puis un tassement en 2001 tout en restant nettement supérieur à 1999.
Le succès rencontré par Nicolas Sarkozy en 2007 dans cette population tient sans doute au fait, qu’hormis des liens tissés de longue date avec cette communauté, notamment en Ile-de-France, il ait su tenir un message s’inspirant davantage de la tradition et de l’héritage atlantiste et pro-Israël du Parti Républicain et de Démocratie Libérale que de la filiation gaulliste chiraquienne moins efficace, on l’a vue dans ce milieu.
Quoiqu’il en soit des différences de sensibilités politiques, le sur-vote en faveur de la droite parlementaire apparaît donc comme une vraie singularité de l’électorat juif même si une part significative de cette catégorie de la population se reconnaît dans la gauche et principalement dans le PS.
Ce fort tropisme droitier s’expliquerait-il par la composition sociologique de cet électorat, où les CSP réputées plus favorables à la droite sont surreprésentées ? L’analyse invalide cette hypothèse puisqu’une fois l’effet CSP neutralisé, on constate en effet une forte prime pour la droite UMP de l’ordre de 15 points parmi les cadres supérieurs et les professions libérales de confession juive par rapport à leurs homologues non juifs et de 14 points parmi les ouvriers/employés de confession juive versus les catégories populaires non juives.
Alors que différents travaux de recherche avaient montré un soutien assez marqué de l’électorat juif envers la gauche à la fin des années 70 et lors de l’élection de François Mitterrand en 1981 et 1988, un déplacement du centre de gravité politique de la population juive au profit de la droite semble s’être produit depuis. Sans qu’il soit facile de le dater précisément, on peut émettre l’hypothèse que cette droitisation d’une partie de cette communauté soit consécutive au déclenchement de la seconde intifada qui s’est accompagnée en France d’un regain d’antisémitisme. Certains observateurs ont également évoqué le fort impact de certaines agressions dont ont été victimes des membres de la communauté juive en Ile-de-France notamment. Dans ce contexte, le ferme discours du Ministre de l’Intérieur de l’époque a sans doute rencontré un écho, Nicolas Sarkozy ne manquant jamais l’occasion, de surcroît, d’afficher sa proximité à Israël et à la communauté juive.
Comme le montre le tableau suivant, ce lien particulier à Nicolas Sarkozy semble avoir perduré après l’élection de 2007.

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre3_1.png

Durant la première partie de son mandat (jusqu’aux élections européennes de 2009), le Président bénéficia dans cette catégorie d’un niveau de popularité quasi identique à celui observé parmi les catholiques pratiquants – soutiens traditionnels et constants de la droite – et l’écart de popularité était de 16 points avec la moyenne nationale. Mais si la communauté juive demeura, derrière les catholiques pratiquants, la seconde catégorie la plus en soutien de Nicolas Sarkozy durant la seconde partie de son mandat, c’est parmi les juifs que sa popularité recula le plus : -19 points (contre -14 points en moyenne et parmi les catholiques pratiquants). A la veille de l’élection présidentielle de 2012 une majorité de personnes se déclarant de confession juive se disait donc a priori mécontente de Nicolas Sarkozy, rendant le jeu électoral plus ouvert qu’en 2007 d

3 – Présidentielle de 2012 : permanence du tropisme sarkozyste et progression du vote FN
En dépit de ce mécontentement survenu dans la seconde partie de son mandat, l’électorat juif est resté fidèle à Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2012. Sur la base d’un cumul de 85 000 interviews réalisées entre 2012 et 2014 et pour lesquelles les questions du vote à la présidentielle et de la religion avaient été posées (510 interviewés ayant indiqué être de confession juive), il ressort en effet, comme le montre le tableau suivant, que Nicolas Sarkozy a maintenu ses positions et sa très large domination de 2007 en 2012 dans cet électorat, puisque près d’un électeur se déclarant juif sur deux (45%) a voté pour lui dès le premier tour.
Alors qu’il cédait environ 4 points dans l’ensemble de l’électorat, il reculait de moins d’1 point dans cette catégorie.

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre4.png

Si les différentes sensibilités de gauche continuent d’y être présentes, elles sont, contrairement à 2007, sous-représentées. C’est le cas principalement de François Hollande qui avec 22.5% des voix se situe à 5.5 points en-dessous de sa moyenne (quand pour Ségolène Royal l’écart était de +3 points) et dans une moindre mesure de Jean-Luc Mélenchon : 8.5% contre 11.5% au plan national. L’ensemble de la gauche est néanmoins assez stable par rapport à 2007, (représentant environ un tiers de l’électorat juif) mais cette stabilité s’inscrit dans un contexte général de poussée de la gauche. François Bayrou est lui aussi sous-représenté (4.5% au lieu de 9%) et baisse sensiblement par rapport à 2007.
Ces différents éléments : stabilité de la gauche dans une configuration nationale de progression de ce camp, reflux du candidat centriste et stabilité à un haut niveau du président sortant plaident pour une droitisation de l’électorat juif. Cette tendance est confirmée par la progression frontiste, qui sans être exceptionnelle, constitue une vraie rupture. Alors que son père n’avait obtenu qu’à peine 4% en 2007 dans cet électorat (et 6% avec Bruno Mégret en 2002 après le déclenchement de la seconde intifada) Marine Le Pen y a atteint 13.5% soit une progression de 9 points. Même si ce score est nettement inférieur à la moyenne nationale (18%), la stratégie de la dédiabolisation, l’absence de références douteuses dans les discours de Marine Le Pen, mais aussi l’inquiétude grandissante d’une partie de la communauté juive face à la montée de la menace islamiste (symbolisée par l’attaque de l’école juive de Toulouse par Mohamed Merah à quelques semaines du premier tour) a donc permis au FN de progresser significativement dans cet électorat. Le mécontentement (observé plus haut) d’une partie de cet électorat vis-à-vis de Nicolas Sarkozy est susceptible d’avoir alimenté cette dynamique, basculement qui n’aurait pas pu se produire du temps de Jean-Marie Le Pen.
Parallèlement à cette absence de propos ou de références douteuses renvoyant à la Shoah, Marine Le Pen a par ailleurs essayé, depuis son accession à la tête du FN, de se rapprocher de cet électorat. Elle a notamment pris plusieurs fois position contre  » l’antisémitisme islamique  » et présenté le FN comme un rempart destiné à protéger cette population des agressions et des tensions communautaires à laquelle elle est exposée dans certains quartiers.
Ce ton relativement nouveau pour le FN a visiblement rencontré un certain écho dans la frange la plus inquiète de l’  » électorat juif  » ne s’estimant pas assez défendue par les pouvoirs publics et les organisations juives face à  » la menace islamique « . Cette tentative de pénétration électorale n’a pas été mise en veilleuse depuis la présidentielle bien au contraire. Sur fond de tensions ravivées par le conflit à Gaza et les violences aux abords des synagogues de la rue de la Roquette à Paris (le dimanche 13 juillet) et de Sarcelles (le dimanche 20 juillet), les récents propos de Marine Le Pen estimant que si la Ligue de Défense Juive existait c’était  » parce qu’un grand nombre de juifs se sentent menacés « , s’inscrivent dans la même stratégie.
Si une partie de l’électorat juif, inquiète et radicalisée, a voté pour le Front National au premier tour de la présidentielle, elle s’est ensuite vraisemblablement très majoritairement reportée sur Nicolas Sarkozy. La domination de ce dernier dans cette catégorie de la population est en effet encore plus nette au second tour puisqu’il atteint 63% des voix contre 48,5% en moyenne.

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre12.png

Si l’on compare avec les rapports de force issus du premier tour, on constate que la totalité des voix du centre et de la droite de la droite s’est reportée sur le président sortant dans cette partie de la population, ce qui n’a pas été le cas dans l’ensemble du corps électoral. La qualité de ces reports à droite constitue un signe supplémentaire de la droitisation de cette population, mais qui, encore une fois, n’est pas monolithique, 37% des électeurs se déclarant de confession juive ayant voté pour François Hollande.

4- Sarcelles : un effet-loupe amplifiant des comportements électoraux de la communauté juive.
Le puissant tropisme sarkozyste révélé par nos données d’enquête au plan national se retrouve également localement mais avec une amplitude plus ou moins forte selon les lieux. Nous avons en effet travaillé sur plusieurs communes abritant une communauté juive importante : Sarcelles, Créteil, le 19ème arrondissement de Paris, certains quartiers de Marseille et Villeurbanne. A partir de l’implantation et de la densité des commerces confessionnels (boucheries, boulangeries/pâtisseries, supermarchés, librairies etc…) et des lieux communautaires (écoles et synagogues), nous avons pu, dans un premier temps, isoler assez précisément dans ces communes les quartiers où résidait la communauté juive et, dans un second temps, identifier les bureaux de vote correspondants.
Dans le cas de Sarcelles, 5 bureaux de vote sont situés dans ce qu’on appelle parfois la  » petite Jérusalem  » c’est-à-dire dans le périmètre situé à l’ouest du boulevard Henri Poincaré.
Et comme le montre le tableau suivant, ces bureaux se distinguent très clairement du reste de la ville par un sur-vote massif en faveur de Nicolas Sarkozy et ce, dès le premier tour.

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre5.png

Ce vote en faveur de l’ancien président de la République qui se situe entre 25 et 40 points au-dessus de la moyenne municipale (et de la moyenne nationale) montre la très forte assise de ce candidat dans cet électorat, mais aussi le caractère socio-culturellement et électoralement très clivé de Sarcelles puisque dans de nombreux quartiers de cette ville, le candidat de l’UMP n’a pas franchi la barre des 15%. Bien que la gauche de la gauche et François Hollande obtiennent dans ces bureaux des résultats très en retrait par rapport au reste de la ville, une partie de cette population se reconnait donc dans la gauche, mais peut-être s’agit-il notamment de la composante non juive de la population de ces quartiers, qui ne sont pas, rappelons-le, démographiquement et religieusement homogènes.
On constate aussi que le vote pour Marine Le Pen est très faible dans ces bureaux et s’y situe en dessous de la moyenne municipale déjà très basse (10%). Bien que les problèmes d’insécurité et de tensions communautaires soient réels à Sarcelles, il semblerait que, dans cette commune, l’électorat juif n’est guère opté pour le vote FN et soit resté massivement fidèle à Nicolas Sarkozy. Les pertes qu’il a enregistrées dans ces bureaux entre 2007 et 2012 sont en effet assez limitées et plus faibles que dans le reste de la ville, tandis que le FN progresse mais de manière modérée.

http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/u44557/2014/09/sans_titre6.png

Rappelons qu’en tant que Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy avait reçu les familles des jeunes juifs qui avaient été agressés en mars 2006, agression qui avait marqué les esprits à l’époque. Il avait également procédé à la dissolution de la Tribu Ka, dont le leader, Kemi Séba, souhaitait  » désioniser  » Sarcelles. Tous ces éléments expliquent pourquoi le FN n’a pas opéré de percée dans la  » petite Jérusalem  » et que Nicolas Sarkozy y a conservé une très solide assise électorale. On remarquera d’ailleurs que plus le vote en sa faveur était élevé dans un bureau de vote et plus le niveau du FN était faible. De la même façon, les bureaux électoralement les plus typés (n°22 et 24) sont ceux qui sont situés au cœur du  » quartier juif  » de Sarcelles, autour notamment du boulevard Albert Camus et de l’avenue Paul Valéry, le sur-vote en faveur du candidat UMP devenant un peu moins fort (la gauche et le FN progressant concomitamment ) quand on s’éloigne de ce cœur battant. Et c’est également dans le bureau n°27 situé à la périphérie de cette zone (au sud de l’avenue du 8 mai 1945) que le vote en faveur du candidat de l’UMP a le moins bien résisté entre 2007 et 2012.
Au second tour, la domination de Nicolas Sarkozy est encore de mise et l’on constate, à l’instar de ce que l’on a observé à partir de nos données d’enquête, que les reports des voix centristes et frontistes ont été excellents dans ces bureaux, Nicolas Sarkozy obtenant au second tour des résultats correspondant au total des voix s’étant portées sur François Bayrou, Marine Le Pen et lui-même au premier tour.

lire l’article d’ ATLANTICO en cliquant sur le lien ci-après

http://www.atlantico.fr/rdv/politico-scanner/exclu-que-revele-etude-poids-demographique-et-comportement-electoral-juifs-france-ifop-jerome-fourquet-1732451.html

happywheels

11 Commentaires

  1. Mordechai.A

    5 septembre 2014 at 16 h 33 min

    Sarkozy a vendu par morceaux la France au Qatar:
    http://www.marianne.net/Comment-le-Qatar-s-est-offert-Nicolas-Sarkozy_a240982.html
    Le problème est que le Qatar arme le Hamas pour qu’il tue nos frères israéliens.

    Autre problème: Sarkozy a dit qu’Israel n’était pas un Etat juif !!!

    Bref, moi je préfère Chauprade qui sera d’ailleurs ministre des affaires étrangères si MLP est élue.

  2. tovsayan

    5 septembre 2014 at 22 h 18 min

    Super , comme ça elle interdira le port de la kippa,le casher,la brith mila….ce sera trop tard pour regretter ….!!

    • Mordechai.A

      6 septembre 2014 at 9 h 35 min

      Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il faut être vigilant. Mais je crois qu’il est très imprudent de surestimer très largement les dangers d’un coté et de les sous-estimer de l’autre.
      Si on continue comme cela, dans 5 ans nous ne pourrons plus porter la Kippa dans la rue sans risquer de se faire agresser: les jeunes de la LDJ ne pourront pas être partout à la fois…

      Pour diminuer l’emprise de l’intégrisme musulman en France, MLP a dit qu’elle souhaitait interdire les signes religieux musulmans trop visibles dans l’espace public. C’est là que les journalistes lui ont dit:
      « et la kippa »? elle a répondu au dépourvu « la kippa aussi ». Mais
      ce n’est pas dramatique: j’ai des ancêtres ashkénazes qui portaient un chapeau..

      L’abattage Hallal (et Kasher) est interdit dans son programme: actuellement presque tous les abattages sont halal…
      Mais tout peut se négocier discrètement… c’est l’avantage d’être une petite communauté discrète..

      La Brith Milla n’est pas interdite… heureusement… Au fait, l’Allemagne avait essayé… (ses vieux démons??)

      Pour conclure: la grande majorité des conseillers de MLP sont plutôt pro-israéliens. Ses meilleurs alliés sont ouvertement pro-israéliens et en Europe elle a refusé de s’allier avec des anti-israéliens: c’est pour cela qu’elle n’a pas de groupe..
      Bien sûr MLP dira qu’officiellement elle reste neutre…

  3. berc-oestreicher

    6 septembre 2014 at 18 h 22 min

    ces stats, confirme ce que je pense, a les écouter, l’électorat juif correspond a 1 % des voies, alors que celui des arabes musulmans, lui correspond a plus de 10 %, (bientot plus).
    Comme je l’ai toujours dis, personnes n’essayera de nous séduires pour nos voies, sauf, bien evidement pour notre contribution financière pour les soutiens financiers des campagnes.
    En ce qui concerne les sois disante rumeurs que la communauté juive vote FN, par ce qu’elle pense que MLP jetera les arabes dehors ou la protégera, je n’en crois rien mais absolument rien.
    Le vote juif ne représente rien, le vote arabe musulman au contraire a de la valeur, un peu de jujotte messieurs et réfléchissez, et tant que candidat, qui essayerez vous de seduire ???????????? les 1 % ou les 10 % ??
    Le nationalisme doit exister dans chaque pays, protectionnisme et preference nationale, mais les gens qui pretendent defendre ces valeurs en France sont des menteurs.
    Je vote FN, pour faire Chier, j’aurai trop honte de mettre mon bulletin pour le traitre du qatar (sarko) ou l’imcapable pro islamique (hollande),, mais je voterai comme tout francais, pas de bulletin nul.

  4. Fabrice

    7 septembre 2014 at 22 h 06 min

    J’ai été adhérent durant quatre ans au FN et je n’ai jamais entendu de propos antisémites dans les permanences et lors des réunions. Qu’on arrête de dire des âneries, le FN est le seul parti à combattre les islamo-racailles! La momie Jean-Marie c’est le passé, il a cotoyé des illuminés comme Coston et Bardèche, d’où son hostilité aux juifs… mais la nouvelle génération nationaliste n’a rien à voir avec ça. Je connais des gars du FNJ qui « kiffent » la LDJ et rêvent de l’imiter. Dernière chose, le maire de Fréjus, David Rachline, est juif lui-aussi!

    • Nitzotz

      7 septembre 2014 at 23 h 38 min

      Peut-être, Fabrice, mais ces paroles de MLP me restent en travers de la gorge…

    • tovsayan

      8 septembre 2014 at 8 h 43 min

      Qui se rend aux fraternités neo nazies en Autriche interdites aux juifs ??
      Qui a vu le reportage avec David Rachline dans sa voiture…??
      A quel parti appartient l’antisemite notoire bruno Gollnish ?
      Dans quelle mouvance évolue Soral ?
      Qui est le parrain de la fille du gros mbala m’bala ?
      Qui parle de Gaza comme d’un camp de concentration ?
      De quel parti émane les jeux de mots sur Durafour crématoire,chambre à gaz détail de la seconde guerre mondiale,bruel dans la fournée….etc etc ??
      Les torchons racistes comme Minute et Rivarol soutiennent quel parti ?
      Quel parti politique en France peut se vanter de concentrer dans ses rangs tous les cathos fachos,royalistes et sans dent issus du PCF et de la CGT…??

      ça donne vraiment envie,surtout si on est maso…

    • royco06

      22 septembre 2014 at 10 h 21 min

      Moi je suis un non-Juif, royaliste et de Droite (certains diront d’extrême droite, même si ce terme ne définit pas une orientation idéologique) et :

      -j’ai toujours considéré que les Juifs étaient des Français comme les autres puisque intégrés à la civilisation occidentale depuis des siècles (Dans ma ville la présence de Juifs est attestée depuis le XI° siècle)
      -que Israel est un Pays sympathique aux valeurs proche des miennes (défense du territoire, de la nation de l’identité aux mépris des bien pensants et des terroristes, bref des valeurs de Droite)Si j’étais Israélien, je trouverais même le Likhoud un peu à gauche…..(Réunissons donc tous les palestiniens dans leur Etat: La Jordanie)

      Je suis donc content de voir que les Français Juifs ont compris que ceux qui hurlent sans cesse à « la bête immonde » ou aux « heures les plus sombres….etc.etc » sont les plus fervents soutient du palestinisme et du fascime vert!

      Quant au FN, danger: il ne parle plus d’islam mais de laicité: il a parfaitement intégré que parmi les millions de musulmans vivant ici, il y a des électeurs potentiels…

      c’est un parti ripoux-blicain comme les autres…!

  5. tovsayan

    8 septembre 2014 at 8 h 46 min

    J’ajoute que c’est manuel Valls,le seul qui s’est aussi énergiquement mobilisé pour freiner les incitations à la haine raciale du gros pro chiite mbala mbala .
    On peut penser ce que l’on veut de sa politique,mais c’est le seul à l’avoir fait !

  6. Jean

    8 septembre 2014 at 12 h 18 min

    Toute ma famille vote FN depuis MLP. Nous ne pouvions soutenir le père qui lui était antisémite.

    Je connais une bonne centaine d’électeurs FN, et pas un, a ma connaissance n’est antisémite. C’est plutôt le contraire d’ailleurs, ils sont fortement Pro-Israéliens.

    Par contre ça grouille d’antisémites chez les bobos socialos. N’oublions pas que les socialistes se sont jetés dans les bras de la collaboration (Laval en est le meilleur exemple)

    Israël vaincra.

  7. claude

    10 septembre 2014 at 17 h 16 min

    « Si on continue comme cela, dans 5 ans nous ne pourrons plus porter la Kippa dans la rue sans risquer de se faire agresser »

    Je crois que c’est hélas déjà le cas dans pas mal de ville…

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *