Ilan Halimi :Un documentaire à ne pas manquer vendredi sur France3

By  |  4 Comments

France 3 va diffuser, vendredi 17 octobre à 23h20, un documentaire d’une qualité exceptionnelle consacré à l’enlèvement et à l’assassinat d’Ilan Halimi par le « gang des barbares » dirigé par Youssouf Fofana. Après le « flop », en terme de succès public, du film de fiction 24 heures d’Alexandre Arcady, consacré au même sujet, il faut souhaiter que ce documentaire ait la plus vaste audience possible, en dépit de son heure tardive de diffusion. Son auteur, Ben Izaak (pseudonyme d’un grand producteur de cinéma qui se lance tardivement dans l’écriture et la réalisation) a délibérément renoncé à faire vibrer la fibre émotionnelle pour se concentrer sur l’autopsie d’un échec policier. Toute la chaîne de commandement et d’exécution de la brigade criminelle de la PJ parisienne est convoquée devant la caméra pour expliquer ce qui n’a pas marché, et pourquoi les auteurs de ce crime barbare n’ont pu être repérés et mis hors d’état de nuire avant d’abandonner, mourant, leur otage au bord d’une voie ferrée de la banlieue sud de Paris. La réponse apparaît dans son aveuglante et terrifiante simplicité : ces professionnels de grande qualité, techniquement aguerris, n’ont pas suffisamment pris en compte la dimension « nouvel antisémitisme », celui des cités de banlieues, pour ne traiter l’affaire que sous l’angle de l’enlèvement crapuleux.

La police, comme beaucoup d’autres professions, se réfère à ce qui a déjà eu lieu pour trouver des solutions à ce qui advient. Un profilage psychosocial plus fin des auteurs de l’enlèvement, tenant compte des intuitions de la famille Halimi et de l’évolution de la « pensée-banlieue », aurait peut-être induit un modus operandi plus approprié. En publiant, par exemple, le portrait robot de « l’appât », et en donnant à ce rapt une publicité poussant les ravisseurs à la faute, et des témoins de la cité de Bagneux où Ilan était séquestré à informer la police de leurs soupçons. Le déni de la dimension antisémite de ce crime s’est poursuivi jusqu’à la Cour d’assises, comme le montre l’entretien avec une des avocates des criminels interrogée par Ben Izaak…
Lorsque le générique de fin de ce documentaire défilera, les plus anciens de ceux qui auront veillé tard pour le voir se souviendront peut-être de l’adaptation française, par Graeme Allwright, d’une ballade de Bob Dylan « Qui a tué Davey Moore ? » évoquant la mort, sur le ring, d’un boxeur pris dans les rets d’un système devenu fou… On attend maintenant avec impatience le prochain documentaire de Ben Izaak, qui se penche sur « Les territoires perdus de la République », une dizaine d’années après la publication de cette enquête dirigée par Georges Bensoussan. Où l’on verra que les profs peuvent être des flics comme les autres. Aussi bons, et aussi mauvais.
lire l’article de CAUSEUR en cliquant sur le lien ci-après

http://www.causeur.fr/ilan-halimi-pour-memoire-29719.html

happywheels

4 Commentaires

  1. Sam

    15 octobre 2014 at 10 h 04 min

    Chabat? C’est scandaleux.

  2. Catholique-de-France

    18 octobre 2014 at 16 h 18 min

    Bonjour,

    Le témoignage de Yaël , la soeur d’Ilan , est extrêmement émouvant …

    Je suis extrêmement furieux des interventions de la journaliste de Libé , du Maire de Bagneux , des députés PS etc : cela fait plus de 15 ans que toute personne honnête peut prendre conscience des chaudrons de sorcières , à base de banditisme , d’islam , d’antisémitisme etc que sont devenues nos banlieues …

    Cela fait plus de 15 ans que les mêmes nient cet antisémitisme dont j’ai pris conscience , non pas sur le « terrain » , mais par les souffrances , oui les souffrances , exprimées par les auditeurs de la ligne ouverte de Radio J habitant ses banlieues.

    La journaliste , les députés etc mettent en accusation , avec un aplomb incroyable , une police française influencée par leur ambiance de mensonges à eux les journalistes , le PS.

    Le pire dans la crapulerie , dans le documentaire , est quand même Boutih qui parle d’une résurgence de l’antisémitisme en faisant mine d’évoquer les fascistes des années 30 , Papon et en passant sous silence les banlieues islamisées …

    Il faut attendre les dix dernières minutes du documentaire pour avoir , ENFIN , une analyse correcte de la situation avec les interventions de maître Szpiner et du responsable de la communauté juive de Toulouse.

  3. Catholique-de-France

    18 octobre 2014 at 16 h 21 min

    @ Sam ,

    Bonjour,

    En rediffusion ici :

    http://www.france3.fr/emission/lassassinat-dilan-halimi

  4. Eveil

    19 octobre 2014 at 20 h 26 min

    Très bon documentaire sur une affaire extrême, dans une France malade de son antisémitisme.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *