Le braqueur et la burqa

By  |  7 Comments

par Raphaël Nisand
L’arrestation de Rédoine FAÏD avec ses proches dans un quartier qu’il connaissait parfaitement à Creil dans l’Oise est une illustration supplémentaire des failles profondes que présente la société française .

Certes la police a fait un travail remarquable en arrêtant au saut du lit sans qu’une goutte de sang soit versée le braqueur spécialiste de l’évasion .
C’est pourtant un sentiment de profonde stupéfaction lorsqu’on entend le procureur de Paris François MOLINS indiquer que les malfrats disposaient de plusieurs burqas à leur domicile . Des burqas dont ils se servaient immanquablement dans leurs déplacements extérieurs afin de ne pas être repérés .
On croit rêver .
L’Assemblée Nationale a voté en grande pompe il y a quelques années une loi interdisant le port de la burqa sur le territoire national en en faisant même un délit.
Arborer une burqa en public aurait donc du être une faute impardonnable pour les braqueurs . Comment commettre un délit aussi évident que le port d’une tenue interdite sans se faire repérer et interpeller .
Rédoine FAÏD et ses complices étaient-ils fous de braver ici un interdit aussi fondamental au vu et au su de tous au moment où précisément ils voulaient passer inaperçus et se fondre dans la masse .
En fait , chacun l’aura compris , cette loi qui interdit le port de la burqa est simplement restée lettre morte . Elle n’a jamais été appliquée et les condamnations peuvent se compter sur les doigts d’une main, bien que le pays se soit doté d’une législation anti-burqa . La burqa est en elle-même une apologie du terrorisme islamique , aucun policier ne se sent assez fort pour faire appliquer la loi face à ces personnes provocatrices qui violent la loi de la République au nom de la charia .
Chaque interpellation d’une personne en burqa donne lieu à une bagarre ou à une émeute rendant ainsi la tâche de la police impossible . C’est dans ce contexte que Rédoine FAÏD a pu se balader en burqa impunément .
Cette affaire illustre par ailleurs le danger du port de la burqa en France puisque dans ce cas précis c’est l’homme le plus recherché de France qui a ainsi pu se planquer pendant des mois grâce au caractère inhumain de cet accoutrement . Il faut noter d’ailleurs que de nombreux attentats terroristes sont commis par des gens se cachant sous des burqas .

La presse a fait les grands titres sur l’arrestation de Rédoine FAÏD mais les journalistes sont souvent restés évasifs sur cette affaire de burqa .
Le même jour alors qu’il quittait la place Beauvau Gérard COLLOMB ne disait pas autre chose et mettait en garde contre le développement de l’islamisme radical dans les quartiers .
L’islamisme radical et les trafics font échapper des pans entiers du pays à la loi de la République et cette fracture s’inscrit de plus en plus dans tous les territoires .
Rédoine FAÏD a finalement été interpellé et les burqas dont il se servait sont redevenues de simples pièces à conviction pour le procès qui s’annonce mais il est quand même grand temps que les pouvoirs successifs se décident enfin à soutenir la police pour que celle-ci puisse sereinement faire tout simplement appliquer la loi de la République sans exception sur tout le territoire français . La burqa doit être à présent de facto en fait et non plus simplement de jure en droit effectivement interdite en France .
Raphaël Nisand
Chroniqueur hebdomadaire sur Radio Judaïca Strasbourg
Avocat du BNVCA
Source :
http://www.tribunejuive.info/france/le-braqueur-et-la-burqa-par-raphael-nisand

happywheels

7 Commentaires

  1. jacko Lévy

    5 octobre 2018 at 19 h 09 min

    finalement ce garçon ne m’ est pas du tout antipathique……….IL aura plus fait pour l’ ostracisation de la Burqa, a présent, que toute loi a la con !!

    le ministère de l’ intérieur va jouer sur du velours en se prévalant du torchon noir comme outil réél cette fois de terrorisme

    • liguedefensejuive

      5 octobre 2018 at 20 h 00 min


      La cour d’assises de Paris a condamné huit hommes à des peines de un an à trente ans de prison pour un braquage raté qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet, dont une peine de 18 ans pour le médiatique caïd Redoine Faïd.
      Les peines sont tombées ce jeudi un peu avant une heure du matin à la Cour d’Assises de Paris. Le caïd médiatique Redoine Faïd a été condamné à 18 ans de prison pour participation à un braquage avorté, deux autres hommes ont été condamnés pour le meurtre de la policière Aurélie Fouquet, le 20 mai 2010. Daouda Baba écope de à 20 ans de prison et Olivier Tracoulat, jugé en son absence – il est probablement mort dans la fusillade- , à 30 ans. Cinq autres hommes impliqués dans ce projet d’attaque de fourgon blindé ont écopé de un à 15 ans de prison, un sixième a été acquitté. Un neuvième homme, Georges Mosheh, a été acquitté, conformément au réquisitoire. Le verdict a été prononcé à l’issue de sept semaines d’audience et 13 heures de délibéré. L’avocate générale Maryvonne Caillibotte avait requis entre trois et trente ans de prison contre les accusés, pour avoir pris part, de près ou de loin, à cette attaque de fourgon blindé qui a mal tourné.

      Le drame s’était déroulé à Villiers-sur-Marne dans le Val-de-Marne. Repéré par des policiers, un groupe de braqueurs s’était lancé dans une course folle sur l’autoroute, tirant sur les forces de l’ordre et blessant des automobilistes. A Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), ils avaient mitraillé une voiture de police municipale qui arrivait, tuant Aurélie Fouquet, 26 ans, et blessant son coéquipier, avant de prendre la fuite. Ni l’enquête, pauvre en preuves matérielles, ni sept semaines de procès, marquées par la loi du silence, n’ont permis de distribuer exactement les rôles, laissant cette lourde tâche aux jurés. Les accusés ont, à deux exceptions près, nié toute participation.

      L’avocat de Redoine Faïd va faire appel

      L’avocat de Redoine Faïd, Christian Saint-Palais, a fait savoir qu’il allait faire appel. Il avait plaidé l’acquittement, faute de preuves accablantes contre son client. Le braqueur multirécidiviste a martelé qu’il n’avait «rien à voir» avec cette affaire, assurant qu’il était bel et bien repenti, avec la verve qui a contribué à lui faire une place de choix dans les médias. Peu sensible à ses «fables», l’avocate générale l’avait placé «au centre» de l’association de malfaiteurs et de la tentative de vol à main armée. Elle avait requis 22 ans contre cet accusé théâtral jusqu’au moment de l’énonce du verdict. Entendant les «reconnu coupable» qui s’accumulaient contre lui – le président a fait la fastidieuse lecture de chacune des 287 réponses aux questions posées à la cour -, Redoine Faïd a gesticulé et fait le geste de visser son index sur sa tempe. Il doit repasser l’an prochain aux assises, pour la quatrième fois, pour répondre d’une spectaculaire évasion avec prise d’otages en 2013.

      Olivier Tracoulat, grand absent à l’audience, car sans doute mort après avoir été blessé à la tête le 20 mai 2010, est le seul à avoir, avec son sang, signé de manière indiscutable sa participation à la fusillade de Villiers-sur-Marne. Chargé à l’audience par d’autres, il est aussi le plus sévèrement condamné. La cour a estimé que les charges étaient suffisamment accablantes pour condamner Daouda Baba pour meurtre. Le plus jeune accusé, 32 ans, s’est agité à l’énoncé du verdict, lançant «Vous me tuez, là», et manquant de se faire expulser. Mais les jurés n’ont pas suivi l’avocate générale, qui avait désigné un troisième meurtrier, Rabia Hideur. Ce dernier a toutefois été condamné à dix ans pour avoir pris part au projet de braquage.

      La mère d’Aurélie Fouquet veut continuer son «combat»
      Malek Khider, premier interpellé le soir du 20 mai 2010, avec un fourgon gavé d’armes et d’équipements, a écopé d’une peine de 15 ans. L’avocate générale voulait le voir emprisonner pour 25 ans, mais n’a pu convaincre la cour de son implication dans une autre affaire, raccrochée in extremis au procès Fouquet: celle d’un braquage raté de décembre 2010 à Gentilly près de Paris, jamais élucidé. Deux «logisticiens» de l’équipe, Olivier Garnier et William Mosheh, ont été condamnés à cinq ans. Jean-Claude Bisel, jugé pour avoir veillé Olivier Tracoulat blessé pendant une nuit, a été condamné à un an de prison pour le délit de «recel de malfaiteurs».
      A l’issue du verdict, Elisabeth Fouquet, mère de la policière morte, a dit, d’une voix étranglée par l’émotion, sa volonté de continuer le «combat». Cette fois contre Fayçal Faïd, frère de Redoine, qui aurait été dans le box s’il ne s’était précipitamment enfui en Algérie le 21 mai 2010. Son absence, comme celle d’Olivier Tracoulat, a plané sur tout le procès. «Nous souhaitions un début de débat, nous l’avons eu, a souligné Elisabeth Fouquet ce jeudi matin sur RTL. Maintenant, nous restons frustrés de ne pas avoir obtenu toutes les réponses attendues.» Elle a souhaité, concernant Fayçal FaId : «C’est vrai que sur ce sujet, nous souhaitons que la justice algérienne fasse son travail et puisse nous associer au futur procès».
      Source :
      http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-d-aurelie-fouquet-redoine-faid-condamne-a-18-ans-de-prison-14-04-2016-5712551.php

    • JosePahat

      6 octobre 2018 at 1 h 28 min

      Vous rêvez, cher JACKO LÉVY… COMMME MOI. DANS LE PAYS DE L’ÉGALITE Femme/ homme, il n’était pas utile d’attendre l’utilisation d’une burqqa à des fins de gangstérisme pour l’interdire. Hors ironie de votre part, je ne vois pas ce gvt de « couilles molles «, au sens pergaudien de l’expression, et complice, prendre une quelconque interdiction dans ce domaine ( souvenez- vous le défaussage en règle avec le burkini ). Les ligues de salopiots tiers- mondistes, les muzz eux- mêmes et le lobby arabophile de l’UE leur tomberaient dessus à bras raccourcis. Quant aux bobos et autres «élites » mieux vaut ne pas les évoquer.
      Laissons plutôt la guerre civile régler les pbs. Nous n’avons malheureusement pas le choix.. le temps nous est compté. Reste le pb des rythmes et des délais et surtout une incertitude concernant l’issue d’une confrontation programmée.

  2. José Pahat

    6 octobre 2018 at 14 h 44 min

    Belle tronche de gonzesse perverse que ce rédoine- là! Un caïd de chiottard tout au plus. Doit faire trembler ou impressionner les jeunes raclures qui mouillent leurs bènes en arrivant en taule tout en épongeant au mieux les montées de testostérone des macs de zonzon. Un sacré schboub cette rédoine…Du boulot tous azimuts…et non – stop !!!;Avec sa burqqa sur les fesses, c’est une vraie choutte. . Il paraît qu’ on le surnomme » spontex », dans les cellules , cette p’tite mignonnette. Avec ce que la justice ( s’il en reste une) va lui mettre dans le fignedé, le voilà nourri et blanchi jusqu’à la fin de sa vie. Veinard !!!

  3. roni

    6 octobre 2018 at 19 h 50 min

    je m en souviens que j avais ecris qu on pouvais se planquer avec une burqua..
    et on pouvais tout cacher…

  4. Vrcngtrx

    6 octobre 2018 at 20 h 57 min

    « un braquage raté qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet »
    https://c1.staticflickr.com/4/3145/2605576715_b2d5109a72_b.jpg

    • clean up

      10 octobre 2018 at 19 h 55 min

      c est quoi ah!!oui the muzz machine 1789/1977 made in France j en cherche une d occasion en état de fonctionnement pour la photo grand merci thank you very much.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *