Le jihadiste Thomas Barnouin est passé par l’institution de formation de l’UOIF à Château-Chinon (IESH)

By  |  4 Comments

Le jihadiste français Thomas Barnouin, arrêté en Syrie en décembre, est passé par l’Institut européen des Sciences humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret en 2001. Un passage éclair : il a quitté l’établissement après des problèmes de discipline, qui ont été sanctionnés par l’établissement.
Thomas Barnouin, ce jihadiste français de 36 ans, originaire d’Albi (Tarn) et arrêté en Syrie peu avant Noël, a étudié à l’Institut européen des Sciences humaines (IESH) de Saint-Léger-de-Fougeret au début des années 2000. Ou tout du moins tenté d’apprendre puisqu’il est resté étudiant en langue arabe dans cet établissement proche de Château-Chinon pendant seulement à peine… un mois alors que son cursus devait durer deux ans.
Inscrit en octobre 2001, fraîchement converti à l’islam, il a quitté le Morvan après le conseil de discipline de l’Institut devant lequel il avait été convoqué. « Quinze jours après son arrivée, il a eu des problèmes avec un autre étudiant », se souvient le directeur, Zuhair Mahmood. Selon le chef d’établissement, qui a retrouvé son dossier, le jeune homme s’est emparé d’une cassette audio de chants religieux appartenant à un autre étudiant et l’a détruite. La victime s’en est plainte.

Le conseil de discipline a convoqué le responsable de la dégradation. Il lui a alors été fait obligation de rembourser la cassette et une sanction a été prononcée à son encontre.
Avertissement ? Exclusion… ? Aucune trace dans les archives de l’époque mais « c’était au moins un avertissement », indique Zuhair Mahmood. Thomas Barnouin a fait ses valises et n’est plus jamais revenu. Depuis, le directeur n’en a plus entendu parler.
Selon une dépêche de l’Agence France Presse en date du mercredi 27 décembre, Thomas Barnouin, « vétéran de la nébuleuse jihadiste du Sud-Ouest dans laquelle ont gravité Mohamed Merah et les frères Clain, […], est tombé à la mi-décembre aux mains des combattants kurdes en Syrie, où il était parti se battre en 2014 ».
Et d’ajouter que l’Albigeois a été arrêté par les Unités de Protection du peuple kurde (YPG) dans la région d’Hassaké (nord-est).
Ludovic Pillevesse
SOURCE :
https://www.lejdc.fr/saint-leger-de-fougeret/faits-divers/2018/01/10/le-sejour-eclair-dans-la-nievre-en-2001-du-jihadiste-thomas-barnouin-recemment-arrete-en-syrie_12695545.html

happywheels

4 Commentaires

  1. roni

    10 janvier 2018 at 20 h 34 min

    et maintenant il est decu de daesh le pauvre nase il veut de la compassion parce qu il a perdu

  2. Jacques

    10 janvier 2018 at 20 h 45 min

    Dix contre un que ce Barnouin et des centaines de ses petits copains vont être rapatriés en France.
    Ils y seront jugés avec la loi française et si on enlève de cette populasse 20 petits énervés qui prendront de lourdes peines(pour l exemple,et pour montrer la « sévérité » de la justice aux français avec les djihadistes),les autres seront tous dehors avant 2 ans.
    Un joli pestacle de bombes artisanales dans les rues et d’ecrasages de petits enfants en voiture bélier en perspective.
    Qu’on n’oublie pas de recaser certains de ces « repentis » a des postes-clef(hôpitaux,centrales nucléaires) pour que la fête soit plus folle.
    Il y a des millions d’électeurs qui ont voulu voter pour ça,ils veulent en avoir pour leur argent,quand même faut Pô déconner.

  3. VRCNGTRX

    11 janvier 2018 at 13 h 57 min

    hs.
    cela fait les gros titres de la réinformation depuis hier « à court de munitions un soldat des forces spéciales britanniques décapite un djihadiste à la pelle en Afghanistan »
    un geste qui inspire le Pentagone :
    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/quand-le-pentagone-sugg%c3%a8re-dachever-les-djihadistes-%c3%a0-coups-de-pelle/ar-BBIdQEg?li=BBoJvSH

    • roni

      11 janvier 2018 at 19 h 35 min

      il a raison ca fera moins de frais.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *