Les collabos modernes

By  |  5 Comments

de Meir Ben-Hayoun
En corrolaire à nos accusations à l’encontre de Delphine Horvilleur, des oiseaux très étranges montent au créneau dont un certain Franck Wasserhole, docteur en psychiatrie de son état, qui calomnie les jeunes braves de la LDJ de « judéo fascistes ». Ce Wasserhole ouaille de Horvilleur m’a répondu en se prévalant qu’un éloigné parent à lui a fait son Alyah en 1934(?!) et que lui même a été militant de la gauche prolétarienne maoiste des années 60 et d’avoir été alors camarade de combat du regretté Benny Lévy, zal. Je lui ai réservé cette réponse.
« Franck Wasserhole, vous ne savez pas lire. Je n’attaque pas le judaïsme libéral. Je n’attaque pas non plus votre papesse. En revanche, je l’accuse. Je l’accuse de choses graves et elle n’a rien pour sa défense. Ce n’est pas la même chose Herr Doktor.
Vous ne savez pas combien vous me faites plaisir de mentionner le regretté Benny Lévy de souvenir béni dont j’étais de ceux qui l’ont accompagné à sa dernière demeure à Jérusalem pendant la fête de Souccoth en 2003 alors qu’aucune personne de votre pedigree n’a daigné lui rendre les derniers honneurs par sa présence, ni Fink, ni BHL.
Vous affirmez vous-même avoir agi dans des groupes de la gauche prolétarienne qui entre autres étaient pro-palestiniens et donc anti israéliens, opposés de façon virulente au « valet du capitalisme au Moyen Orient », à « l’entité colonialiste sioniste venue asservir les masses arabes » . C’était cela votre idéologie, si on peut appeler une idéologie. A peine 25 ans après la Shoah, des demeurés comme vous, des Juifs, se laissaient charmer par de telles horreurs rhétoriques. En bon français, vous étiez des traitres au peuple juif au moment où nous ici, on faisait la guerre et que le terrorisme nous frappait. Par conséquent, ayez la décence de ne pas salir les noms des grands dirigeants sionistes de Ben Gourion ou de Jabotinsky en les prononçant sur vos lèvres excrémenteuses de balance. Vous n’avez pas participé à aucune lutte juive, ni la lutte pour soutenir Israel après la saloperie de De Gaulle en 67 ou pour les Juifs d’URSS dans les années 70 et à ce titre, cela signifie que votre énergie physique et combattive, vous l’avez gâchée dans des combats qui n’étaient pas des combats juifs, voir des combats contre le peuple juif et contre son Etat. Et maintenant vous avez l’outrecuidance de critiquer les jeunes Juifs qui ont le cœur juif pour se battre dans des combats juifs desquels vous vous êtes soigneusement soustraits quand vous aviez leur âge??? Vous êtes une baltringue, un paumé comme on dit!!! Et de surcroit, vous voulez parler au nom des combattants de Tsahal alors que vous ne savez même pas quelle est l’odeur d’un uniforme de l’armée d’Israel ou la sensation de presser la détente d’une arme juive?
Au moins Benny Lévy de mémoire bénie, un Juif sincère et chaleureux, pas un vieux con de gauchiste aigri qui salit les jeunes activistes juifs, il s’est repenti et est venu vivre en Israël en renonçant aux bienfaits de son statut et de sa notoriété en France. Et surtout, il a exprimé ses regrets de s’être fourvoyé dans ce combat grotesque et mortifère pour lequel vous vous glorifiez aujourd’hui. Il a eu le courage de le reconnaitre. Quand je raccompagnais Benny Lévy chez lui à la rue du Rav Ouziel dans le quartier de Bayit Vagan dans ma voiture à Jérusalem au début des années 2000 et qu’ensuite je rentrais chez moi dans l’implantation de Tekoa (là où l’huile de Hannoucah était produite à l’époque des Maccabim) avec mon Ouzi chargé à portée de main parce que ça canardait sur les routes de Judée, une fois, me parlant de la gauche prolétarienne, Benny m’a raconté avec un regret profond qui le hantait « les Palestiniens, c’est moi qui les ai inventés en France ».
On était à la période des attentats où beaucoup de membres de l’Alyah de France ont été horriblement déchiquetés. J’étais au volant et je lui ai répondu comme suit: « tu sais à l’époque, les copains du Bétar plus agés que moi t’auraient cassé la figure et tu l’aurais mérité amplement Benny ». Benny Levy de mémoire bénie a acquiescé avec gravité et m’a donné raison parce qu’il regrettait profondément d’avoir eu cet engagement de dérive. Benny était sincère et a eu le courage intellectuel de regretter et de l’admettre.
Et j’ajouterais que vous aussi vous auriez mérité de vous faire casser la gueule à cette époque et aujourd’hui encore quand vous vous érigez en grand inquisiteur. Vos amis s’en chargeront parce que nous les sionistes, on a mieux à faire, on vient vivre en Israël histoire de pas être contaminés en vous approchant de la putréfaction de la mort dans laquelle vous êtes plongés, même si apparemment, vous croyez être encore vivants. Vous êtes des morts vivants et vous n’avez pas le sursaut d’âme juive de le comprendre comme Benny l’avait compris.
Lui Benny a ressucité. Il est venu vivre ici à Jérusalem et nous sommes devenus les meilleurs copains, des frères, alors que quelques années auparavant nous aurions des ennemis jurés. Et maintenant, vous prétendez parler pour la communauté et pour le sionisme alors que vous n’avez jamaie eue l’énergie de bouger vos fesses et venir en Israël ? Vous êtes un oisif, un petit bourgeois de profession libérale en perte de voie qui a trouvé un alibi auprès d’une pseudo « rabbin » cruellement privée de dignité juive.
Vous n’avez pas participé aux luttes juives des années 60 et 70 en France, vous n’avez pas participé aux guerres des gars de votre âge en Israël, ni vos enfants maintenant assimilés et devenus probablement goys alors que les groupes comme le Betar où j’étais et la LDJ actuellement produisent le plus important contiengent de jeunes Juifs de France qui viennent servir dans Tsahal.
Les fils à papa des années 60 de votre accabit comme Fink et BHL aussi, qui pour s’encanailler ont fait mumuse dans le gauchisme après la Guerre des Six Jours, je ne les ai pas vus dans l’avion pour faire l’Alyah ou suer et saigner avec nous dans Tsahal lors des guerres ou même assister aux enterrements d’amis de l’Alyah de France tués aux combats ou dans des attentats.
En revanche les jeunes braves de la LDJ, après leur militantisme viennent vivre en Israël et s’engagent dans Tsahal. C’est en Israël que j’ai fait connaissance avec ces braves et généreux jeunes Juifs de la LDJ qui mettent en relief la petitesse de cœur et d’âme inversement proportionnelle à votre vanité et rancune vile. C’est d’ailleurs cela qui vous rend fous de rage envers ces jeunes jusqu’à les calomnier sans vergogne.
Franck Wasserhole, vous êtes une balance, un délateur, un dénonciateur de jeunes militants juifs, un diffamateur. En bon hébreu, vous êtes un collabo, comme ce film que j’ai vu juste avant mon Alyah en 1977, un « Lucien Lacombe » d’origine juive. Voilà qui vous êtes. Ne sortez pas votre chéquier, vous ne disposez pas de suffisamment d’argent pour payer cette psychothérapie.

happywheels

5 Commentaires

  1. Laurence Salmon

    3 janvier 2018 at 13 h 54 min

    Les psychiatres et autres devraient finir leur thérapie d abord !!!

  2. lajavanaise

    3 janvier 2018 at 14 h 59 min

    LDJ,vous etes les meilleurs,la fierte de notre jeunessse,et les jaloux et les haineux ne pourront jamais rien contre votre courage et votre determination a defendre la cause juive.
    soyez toujours heureux

    • SAHSAN Rosa

      4 janvier 2018 at 12 h 55 min

      Bravo à vous la LDJ. Heureusement que l’on vous a.
      Vous le Le betar, que D. vous bénisse.

  3. Yaacov

    4 janvier 2018 at 13 h 41 min

    Excellente réponse remplie de sincérité et de justesse

  4. Marie chem

    7 janvier 2018 at 17 h 55 min

    Respect à la LDJ …. et merci pour tout!!!!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *