Les douze apôtres du Führer

By  |  3 Comments

Le roi Édouard VIII, le philosophe Martin Heidegger, le constructeur Henry Ford, le romancier H. P. Lovecraft furent tous des disciples du dictateur nazi. Arnaud de la Croix dresse leur portrait dans un livre.
À l’été 2015, des images particulièrement étonnantes ont été rendues publiques. Il s’agissait d’un petit film amateur tourné par un membre de la Famille royale britannique. On pouvait y découvrir la future reine Elizabeth II, alors une petite princesse de 7 ans, apprenant à faire le salut nazi. La scène se déroule en 1933, et celui qui lui apprend ce geste fanatique annonciateur de bien sombres événements est son oncle David, alias le futur roi d’Angleterre Édouard VIII. Si, bien sûr, Elizabeth est trop jeune pour comprendre la portée de son geste, son oncle, lui, comprenait parfaitement ce qu’il signifiait. « On argumente régulièrement aujourd’hui qu’il a été contraint à l’abdication en 1936 à cause de sa relation et son futur mariage avec une Américaine divorcée, Wallis Simpson. Je suis persuadé qu’il a été éloigné du Trône pour des raisons politiques », affirme Arnaud de la Croix, philosophe et écrivain belge, auteur de livres d’histoire (“Hitler et la franc-maçonnerie”, “La religion d’Hitler”, “Degrelle”).
« On se rapprochait inéluctablement d’un conflit mondial et le gouvernement britannique considérait le Souverain comme trop proche de l’Allemagne nazie. Il était contre une entrée en guerre de la Grande-Bretagne, se montrait très intéressé par le système social instauré par Hitler, et voyait dans ce dernier un rempart contre le communisme. Il avait aussi passé, dans son enfance et son adolescence, beaucoup de temps en Allemagne, dans cette noblesse allemande dont il était issu, par sa famille, les Saxe-Cobourg-Gotha, qui n’ont changé leur nom en Windsor qu’après la Première Guerre mondiale. » Lors d’un voyage de prospection en Allemagne en 1937, l’ex-roi Édouard VIII, devenu duc de Windsor, avait rencontré Hitler, qui lui avait fait très forte impression. Il dira : « Son regard perçant exerçait une influence magnétique. » Plus tard, il affirmera encore dans un entretien privé : « Hitler n’était pas un si mauvais gars ». Ou encore : « Il n’en a tué que six millions. Il n’a pas fini le travail ».
Le philosophe et le complot mondial
La publication du film amateur britannique, ainsi que la publication en cours en Allemagne des carnets noirs du philosophe Martin Heidegger, où l’on découvre un intellectuel profondément nazi qui dénonce, il en est persuadé, un complot juif en cours à l’échelle planétaire, ont donné l’idée à Arnaud de la Croix d’écrire un livre sur les disciples d’Hitler. « On le dit peu aujourd’hui, mais jusqu’à la défaite de Stalingrad en 1942, Hitler était l’homme d’État le plus populaire d’Allemagne. Cependant, il était aussi très populaire en dehors du pays. Il comptait en Europe comme aux États-Unis toute une série de disciples et de thuriféraires particulièrement enthousiastes à son sujet », nous explique Arnaud de la Croix. « J’en ai choisi douze très différents les uns des autres et qui avaient leurs raisons propres d’adhérer aux thèses nazies.
Cela dit, ils avaient tous un point commun, ils étaient profondément antisémites. Comme le grand mufti de Jérusalem Amin al-Husseini, qui s’opposait à l’établissement d’une colonie juive en Palestine autorisé par les Britanniques. Comme l’écrivain norvégien et prix Nobel de littérature Knut Hamsun, conservateur, qui avait une grande crainte du communisme de Staline. Comme l’évêque autrichien Alois Hudal, qui a tenté de concilier religion catholique et national-socialisme et qui après la guerre a organisé la fuite de dignitaires nazis en Amérique du Sud. Comme le grand aviateur Charles Lindbergh, qui voyait une alliance avec l’Allemagne nazie comme seul rempart d’une civilisation occidentale en danger. » Mais aussi l’immense romancier H. P. Lovecraft pour qui la grande population de Juifs et de Noirs qu’il a vue à New York évoque ces monstres venus de l’extérieur vouant un culte barbare à des entités monstrueuses qu’on peut trouver dans son œuvre. Sans oublier les Mussolini, Degrelle et Henry Ford aux aspirations nazies bien plus connues. Douze apôtres de l’Antéchrist, dont le portrait est dressé sans concession.
“Ils admiraient Hitler. Portraits de 12 disciples du dictateur”, par Arnaud de la Croix, éd. Racine, 160 p., 19,95 euros.

Source :
http://soirmag.lesoir.be/118917/article/2017-10-12/les-douze-apotres-du-fuhrer

Arnaud de la Croix, né en 1959 à Bruxelles, est un éditeur, enseignant et écrivain belge. Il a écrit de nombreux ouvrages autour du Moyen Âge, des ordres chevaleresques qui s’y sont développés et des légendes qui entourent ces derniers. Sa contribution littéraire présente également des essais traitant de la franc-maçonnerie.
Arnaud de la Croix est né à Bruxelles en 19591. Il est philosophe de formation et historien par passion.
Il est éditeur successivement aux éditions Le Cri, Duculot, Casterman et Le Lombard. De 2010 à 2011 il est directeur éditorial chez Dargaud-Lombard-Dupuis. Arnaud de la Croix est également auteur, en particulier d’ouvrages d’histoire. Ses essais sur la civilisation médiévale font référence. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits.
En 2012, il mène une recherche sur le nazisme et la Seconde Guerre mondiale qui aboutit, début 2014, à la parution de l’ouvrage Hitler et la franc-maçonnerie. Celui-ci éclaire l’avant-guerre, remonte aux sources de l’idéologie nazie – grâce à des articles et journaux intimes – abordant aussi la question de la passion des nazis pour l’ésotérisme et les sociétés secrètes. Peu d’historiens se sont penché sur l’antimaçonnisme que le Troisième Reich vouait à la franc-maçonnerie.
En avril 2014, il participe à la première édition de Masonica, la journée du livre maçonnique de Bruxelles, et annonce sa présence à la seconde édition de la biennale, le 26 avril 2015.
En 2015, il est enseignant à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles.

happywheels

3 Commentaires

  1. Gilles-Michel De Hann

    12 octobre 2017 at 22 h 41 min

    L’Allemagne nazie envisageait de remettre sur le trône, Edward VIII après l’invasion de l’Angleterre, mais le duc de Windsor fut nommé gouverneur des Bahamas (1940-1945), à l’initiative de Winston Churchill. Il fut ainsi habilement éloigné des manœuvres nazies pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale.

    Si Edward VIII n’a peut-être pas connaissance de Dachau en 1934, la presse anglaise fait déjà écho de pogroms antisémites, d’autodafés et de la menace militaire grandissante. Il ne peut les ignorer.

    Ce soutien à l’Allemagne semble tout d’abord dû à un anti-communisme farouche qui parcourt les membres de l’aristocratie à cette époque. Leur crainte de voir se déverser le bolchevisme en Europe et au Royaume-Uni supplante celle d’Hitler, qu’ils voient comme un rempart sur le continent face à l’influence stalinienne. Edward VIII n’est donc pas le seul à chanter les louanges de l’Allemagne fasciste et à souhaiter un partenariat avec elle. Selon l’historienne Karina Urbach, beaucoup pensaient, comme Edward, que « c’était la seule chose à faire ».

    Toujours selon l’historienne, auteure de Go-Betweens for Hitler, Edward aurait à l’époque échangé des propos blâmant « les juifs, les communistes et les Affaires étrangères, responsables de la montée des tensions en Europe » avec son ami Javier Bermejillo, diplomate espagnol.

    Nombre d’historiens se sont penchés sur cette période, livrant des récits plus ou moins crédibles. On peut parfois lire qu’Edward aurait livré les plans de la défense belge aux Allemands, ou encore qu’il aurait essayé de déstabiliser Churchill depuis le Portugal. Une brume plane également sur l’antisémitisme supposé d’autres membres de la famille Windsor, indique Karina Urbach. Ce qui rend la demande pressente des historiens de déclassifier les archives de Buckingham plus que compréhensible.

    * Les archives britanniques cachent des liens de la famille royale avec l’antisémitisme des années 1930 …

    http://fr.timesofisrael.com/les-archives-britanniques-cachent-des-liens-de-la-famille-royale-avec-lantisemitisme-des-annees-1930/

    Depuis 70 ans, la Grande-Bretagne et ses alliés ont tout fait pour éliminer chaque document prouvant les actes et idées fascistes d’Edouard VIII. Comme on ne vide pas la mer avec une bouteille, on ne fait pas ainsi disparaître un choix politique aussi grave et aussi fréquent parmi les têtes couronnées d’Europe.

    Parmi les révélations récentes, signalons :

    – le journal intime de Sir Alan Lascelles, secrétaire particulier d’Edward VIII
    – un rapport de 227 pages du FBI
    – la préparation, du Portugal de Salazar, d’un « coup » pour renverser le gouvernement Churchill à Londres…

    Pour mémoire, Edward naît le 23 juin 1894, arrière-petit-fils de la reine Victoria, proche parent du tsar de Russie et de l’empereur d’Allemagne. Fils aîné de George V et héritier légitime du trône, il reçoit évidemment l’éducation destinée à un futur roi, d’où son bilinguisme anglais/allemand, sa pratique courante du français et de l’espagnol, sa connaissance des problèmes politiques concernant tous les pays de l’univers, ses capacités de manager capitaliste. Cerise sur le gâteau : les biographes insistent sur son intelligence.

    L’attachement à la culture germanophone constitue un autre aspect fondamental de sa personnalité. Il est vrai que son nom de famille est allemand (Saxe Cobourg Gotha), que sa mère est de nationalité allemande (princesse Mary de Teck), que « l’oncle Willie » (kaiser Guillaume, empereur d’Allemagne) l’invite chez lui pour des vacances…

    Aussi, il suit de près et avec sympathie le processus de construction puis mise au pouvoir du nazisme.

  2. Gilles-Michel De Hann

    12 octobre 2017 at 22 h 49 min

    * Templiers, francs-maçons et nazis en Palestine …

    http://frblogs.timesofisrael.com/templiers-francs-macons-et-nazis-en-palestine/

  3. Franccomtois

    13 octobre 2017 at 20 h 34 min

    Dans une rue de la ville Allemande oú nous habitons a été inscrit sur la vitrine d´un magasin:Jude,rolex(pourquoi?),liste de Schindler.Une rue qui depuis 2,3 ans est habitée par une grosse communauté muzz.Maintenant les petits nazillons bien d´ici on l´air de reprendre du poil de la bête immonde et pourrait en profiter pour mettre la pagaille dans ce quartier. Alors qui?Dans tout les cas je ferai le nécessaire pour vous tenir informé.Comme je l´ai eu dit au Rabbin que nous connaissons que si il avait besoin d´une aide pour la communauté juive je serai dispo á tout Moment.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *