Meurtre de Sarah Halimi : «irresponsable», le suspect devrait échapper au procès

By  |  13 Comments

Les juges d’instruction ont rendu ce vendredi leur ordonnance dans ce dossier très sensible. Les magistrates ont estimé qu’il y avait «des raisons plausibles» de conclure à l’abolition du discernement de Kobili Traoré.
Par Timothée Boutry
Le 12 juillet 2019 à 18h55, modifié le 12 juillet 2019 à 19h04
Le meurtrier présumé de Sarah Halimi, cette femme juive de 65 ans suppliciée et défenestrée de son appartement du XIe arrondissement de Paris le 4 avril 2017, échappe, pour l’heure, au procès. Selon nos informations, les juges d’instruction ont rendu, ce vendredi 12 juillet, leur ordonnance dans ce dossier très sensible. Au grand dam des parties civiles, les magistrates ont estimé qu’il y avait «des raisons plausibles » de conclure à l’abolition du discernement de Kobili Traoré, c’est à dire à son irresponsabilité pénale. Les juges s’en remettent néanmoins à la chambre de l’instruction. Concrètement, cela signifie qu’il appartiendra à la cour d’appel de trancher le débat quant au renvoi ou non de cet ancien voisin de la victime devant la cour d’assises. Les magistrates ont également écarté le caractère antisémite de ce crime, provoquant, là encore, la colère des proches de Sarah Halimi.
Le décès de cette directrice de crèche retraitée avait provoqué une vive émotion en raison de la nature des faits -particulièrement sordides- et de sa religion. Kobili Traoré, dont l’état de santé s’était dégradé depuis plusieurs jours, avait roué de coups sa victime tout en récitant des sourates du Coran et en s’exclamant « J’ai tué le sheitan » (NDLR : le démon en arabe). Les faits n’étant pas contestés, l’instruction s’est concentrée sur son état de santé.
Trois expertises psychiatriques
Kobili Traoré a fait l’objet de trois expertises psychiatriques. Les sept médecins qui se sont penchés sur son cas ont abouti au même diagnostic : ce jeune homme de 29 ans était atteint au moment des faits d’une « bouffée délirante aigüe ». Un état provoqué par sa consommation excessive de cannabis, Kobili Traoré revendiquant la consommation de 15 joints par jour. Mais les magistrates rappellent que les praticiens n’en ont pas tiré les mêmes conséquences.
Le premier expert, le Dr Daniel Zagury, avait conclu en septembre 2017 à une simple altération de son discernement, considérant que sa prise de cannabis en très grande quantité était « consciente et volontaire ». En juillet 2018, les docteurs Bensussan, Meyer-Buisan et Rouillon s’étaient quant à eux prononcés en faveur de son irresponsabilité pénale, le suspect n’était, selon eux, pas conscient « des effets possiblement inducteurs d’un délire » de la consommation de cannabis. En mars dernier, le dernier collège d’expert avait rendu un rapport plus alambiqué mais plutôt favorable à une abolition du discernement.
Le 17 juin dernier, le parquet de Paris s’était prononcé en faveur d’un renvoi devant la cour d’assises du jeune homme. Le ministère public s’était rallié à la position du Dr Zagury. Les juges d’instruction ne l’ont pas entendu ainsi, en considérant comme «plausible » son irresponsabilité. «Le message délivré par les juges est terrible car il fait de la consommation de cannabis une cause d’irresponsabilité pénale », raille Me Muriel Ouaknine-Melki qui, avec son confrère Me Oudy Bloch, représente les intérêts du frère de Sarah Halimi. «Cette instruction a été menée en dépit du bon sens et on va se battre devant la cour d’appel pour qu’il y ait un procès aux assises », poursuit la pénaliste.
Les juges d’instruction ont également pris le contre-pied du parquet sur un autre sujet sensible, en écartant la circonstance aggravante d’antisémitisme. Les magistrates soulignent que Kobili Traoré «a prononcé des paroles souvent inintelligibles » voire au «caractère insensé ». «Les experts (…) ont par ailleurs relevé l’absence d’émergence de cristallisation affective à ce type de rancoeur, de haine, voire de tonalité raciste ou stigmatisante », ajoutent-elles en reprenant les conclusions du troisième collège d’experts selon lequel «dans une bouffée délirante aigüe, il n’existe pas de capacité à sélectionner sa ou ses victimes ».
«Kobili Traoré voulait tuer une femme juive », soutient Me Ouaknine-Melki, indignée par cette décision. «En France, l’antisémitisme tue et on ne peut pas se permettre de ne pas apporter une réponse judiciaire forte à de tels actes. Il faut absolument qu’il y ait un procès. »
Newsletter – L’essentiel de l’actu
Chaque matin, l’actualité vue par Le Parisien
Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus
L’ordonnance des juges satisfait en revanche Me Thomas Bidnic, l’avocat de Kobili Traoré. «Je considère depuis le départ qu’il n’est pas responsable. L’audience collégiale qui se déroulera devant la chambre de l’instruction offrira un débat approfondi qui devrait permettre de l’établir », soutient le pénaliste. Le feuilleton judiciaire de la mort tragique de Sarah Halimi n’est pas encore fini.
Source :
http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-sarah-halimi-irresponsable-le-suspect-devrait-echapper-au-proces-12-07-2019-8115681.php

happywheels

13 Commentaires

  1. Gilles-Michel De Hann dit :

    Dans le droit hébraïque, contrairement au droit occidental , la morale est déterminante. Le droit non-juif est en général amoral. La loi ne se préoccupe pas de considérations morales. Ce qui fait la spécificité du Judaïsme, c’est qu’il n’existe pas le droit d’une part et la morale de l’autre. Tout est fondu en une seule unité. Le problème moral est toujours présent dans toutes les actions du Juif. Par ailleurs, tout acte accompli ne peut pas se faire dans un état d’inconscience. Pour manger un fruit il est nécessaire de faire deux bénédictions une avant la consommation du fruit et une autre après. Il n’est pas possible d’ignorer la loi pour quiconque étudie la torah. Celle-ci n’est pas une doctrine strictement « religieuse » mais englobe en elle la totalité des sciences humaines y compris le droit. C’est pourquoi l’étude de la torah est prépondérante, pour que tout acte soit accompli en toute connaissance d’une part, et dans l’écoute de sa propre conscience morale d’autres part.

    Une personne est pénalement irresponsable, si au moment des faits, elle souffrait d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes (article 122-1 du Code pénal). Par contre, les personnes sont pénalement responsables si leurs troubles psychiques ou neuropsychiques ont seulement altéré leur discernement ou entravé le contrôle de leurs actes. Le tribunal doit cependant tenir compte de ces troubles.

    Inutile de préciser que cette affaire sent le soufre et qu’il faudra de la patience pour obtenir une peine à la hauteur de ce crime odieux.

    La consommation de cannabis n’a pas d’impact sur le degré de discernement. La dépendance au cannabis chez l’auteur des faits n’est pas significativement associée à une atteinte du discernement. En revanche, le sexe masculin, l’existence d’un trouble de la personnalité, une immaturité affective, les antécédents psychiatriques, un suivi psychiatrique ou addictologique au moment des faits et une décompensation psychotique sont significativement associés à une atteinte du discernement.

    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003448718302737

  2. Rosa SAHSAN dit :

    HONTE A CES JUGES.
    Si cela avait été le contraire, que n’aurions nous pas entendu. La France entières aurait manifesté.
    Ce pays est devenu l’horreur pour nous les juifs. Une fois de plus, silence assourdissant de Khalifat, Mergui et Khorsia. De tout coeur avec la famille de Sarah Halimi.
    ECOEUREE.
    ROSA

  3. MEIR dit :

    On croit rêver. Se droguer étant interdit on pourrait penser qu’il s’agit d’une circonstance aggravante. Donc et en France on peut tuer en criant Allah Akhbar, si on est bien stone ça va. Et si un alcoolique tue son voisin, c’est bon aussi alors ? L’alcool est une circonstance aggravante des crimes et délits. Le cannabis permet d’échapper au tribunal.
    La paix sociale n’a pas de prix, on préfère botter en touche en excusant les assassins d’une certaine origine. Certains « n’ont pas les codes », et d’autres sont pris de « bouffées délirantes ». C’est une honte.

    • Gilles-Michel De Hann dit :

      Vous avez raison …

      La bouffée délirante (BD) est un état psychotique aigu reconnue uniquement en France. Il revient à Valentin Magnan de l’avoir décrite en 1866.

  4. joseparis dit :

    Les juges d’instruction ont obéis à la chancellerie qui est aux ordres du gouvernement. Pas de vagues avant les municipales de l’année prochaine. Les « youpins », les « zélites actuelles » les aiment mieux mort que vivant. Ce sont d’horribles emmerdeurs qui sont des démocrates paisibles et qui ne revendiquent rien d’autre que le fait de pouvoir vivre tranquillement. Dans cette société où ils faut casser, brûler, appeler à la guerre civile pour obtenir quelque chose, ils ne représentent en plus rien au niveau électoral. Par contre ceux qui les détestent sont des millions et représentent un gros poids électoral. Il faut leur laisser un os à ronger. Honte à ce président qui pour assoir son mouvement aux prochaine municipale est prêt à tout. Il ferait pieux de rebaptiser son mouvement LDEM (la dhimmitude en marche « voir en courant »).

  5. In Memoriam dit :

    Une bonne quantité de cannabis, ce qui provoquera des  » bouffées délirantes « , et le tour est joué : pas de procès, pas de prison !!!

  6. la police étant impliquée, tout sera fait pour bâcler ce procès même en appel-

  7. vrcngtrx dit :

    « Les magistrates ont estimé qu’il y avait des raisons plausibles de conclure à l’abolition du discernement – c’est à dire à l’irresponsabilité pénale – du meurtrier de Sarah Halimi »
    j’estime qu’il y a donc là les preuves plausibles pour conclure à la culpabilité et la complicité islamo-collaborationniste de ces pu.es de magistrates

    « Les magistrates ont également écarté le caractère antisémite de ce crime »
    Je n’écarte pas le caractère impératif des les écarteler magistralement (et qu’on me casse pas les couilles pour ces propos qui ne sont que bouffée délirante aigüe car je suis sous l’effet inducteur d’un délire)

  8. Conclusion Normal pour une republique islamique, la justice et les institutions aux mains de l’islam.
    Quand je pense que je me suis battu et j’ai sacrifier beaucoup pour Ce pays, il me fait vomir

  9. Mueller dit :

    Mes ami Juifs peut être est il temps de quitter ce pays et de retourner dans le votre Israël la au moins on vous protège.C’est peut être le temps voulu par Dieu que vous entriez , car Il enverra les pécheurs et après les chasseurs le temps des chasseurs approche. Nous les vrais chrétiens nous vous aimons et savons que votre départ forcer plus ou moins et les actes de nos politiciens contre Israël sont une malédiction pour notre pays. De tout cœur avec vous un vrai chrétien .

    • vrcngtrx dit :

      mais pour celles et ceux qui ne peuvent pas aller s’installer en Israël ou qui désirent simplement rester vivre dans leur patrie la France, que fait-on : on les abandonne à leur sort, les jeunes devenant des nouveaux Ilan et les plus anciens des Sarah ?..

  10. capucine dit :

    encore une bonne excuse pour ne pas dire que c’est un assassinat antisémite … c’est un détraqué mental !!! il n’ira pas en prison mais dans un asile psychiatrique et il récidivera en ressortant … il ne faut pas remplir les prison inutilement voyons ? sinon que dira beloubête ? on croit rêver !!!

  11. Pasche Magalie dit :

    C’est scandaleux et irresponsable dans une société d’Hommes!!!!

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *