Quand Amos Oz souhaitait la libération du tueur de juifs Marwan Barghouti

By  |  7 Comments

Un auteur israélien acclamé envoie un prisonnier palestinien reconnu coupable de plusieurs attentats terroristes à la dédicace: «J’espère nous rencontrer bientôt dans la paix et la liberté»

Marwan Barghouti a peut-être été reconnu coupable du meurtre de cinq Israéliens et de la planification de plusieurs autres attaques terroristes, mais il s’avère qu’il a toujours des amis dans l’ État juif . L’auteur, Amos Oz, récipiendaire du Prix Israël, a récemment envoyé au prisonnier palestinien l’un de ses livres avec une inscription personnelle lui souhaitant une libération rapide de la prison.
Ces dernières années, le président du Meretz , le député MK Haim Oron, a été en contact avec Barghouti et lui rend visite régulièrement en prison.
Dans une conversation récente entre Oron et Oz, le député a indiqué qu’il avait l’intention de se rendre à nouveau à Barghouti.
Le célèbre auteur a alors demandé à Oron s’il pouvait remettre à Barghouti une copie de son livre « Un conte de l’amour et des ténèbres » en traduction arabe, et a même ajouté une dédicace personnelle indiquant: « Cette histoire est notre histoire. J’espère que vous la lirez et la comprendrez. nous mieux, comme nous essayons de vous comprendre. En espérant nous rencontrer bientôt dans la paix et la liberté.  »
Barghouti – l’un des dirigeants tanzaniens de la Cisjordanie qui a été reconnu coupable d’avoir tué et blessé de nombreux civils israéliens et condamné à cinq condamnations à perpétuité – est considéré comme un dirigeant modéré à qui le public palestinien fait confiance et qui peut conduire à un accord de paix avec Israël. Certains éléments de gauche ont même réclamé sa libération de prison dans le passé.

« Je lui ai rendu visite plusieurs fois », a déclaré mardi le député Oron, ajoutant que « ceux qui pensent que (le président palestinien Mahmoud Abbas) Abou Mazen et le Premier ministre palestinien Salam Fayyad sont des partenaires de la paix doivent savoir que Barghouti soutient leur position. et je le considère donc également comme un partenaire.  »
Les éléments de droite ont sévèrement critiqué le geste d’Oz;Le président du Habayit Hayehudi , le député Uri Orbach, a déclaré qu ‘ »Oz maudit les colons parmi son peuple, mais envoie des salutations et des livres à l’ennemi. C’est ce qui se produit lorsque l’amour et les ténèbres se rencontrent. »
Le député Danny Danon (Likoud) a exhorté Oz « à être honnête envers son pays et à rendre le prix Israël qu’il a reçu lors du prochain Jour de l’Indépendance ».
Danon a déclaré qu’il convoquerait également une réunion urgente au sein du Comité de l’éducation, de la culture et des sports de la Knesset pour discuter des critères permettant de recevoir le prix Israël à l’avenir.
« Il est improbable que ceux qui soutiennent un terroriste avec le sang israélien sur les bras recevront ce prix », a déclaré Dannon.
Amos Oz n’a pas encore publié de réponse.

Source :
https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4043248,00.html
Publié le 16 Mars 2011

happywheels

7 Commentaires

  1. Jacko lévi

    31 décembre 2018 at 10 h 07 min

    JE CROIS QU IL EST TEMPS DE LAISSER LES VERS FAIRE LEUR BOULOT…………et cesser de parler de cet individu nocif

  2. Lys

    31 décembre 2018 at 10 h 08 min

    Mais c’est bien sûr, tous les terroristes antisémites sont de « grands » partenaires de la paix, Staline un « adorable » dictateur, Ben Laden un véritable ptit sucre d’orge, que le soleil tourne autour de la terre en 555 jours ( oui, j’aime bien les 5 ;-))….Et la marmotte, elle met le chocolat… !!! Ahlala, le dépité oron ( sans majuscule ) est carrément sur une autre planète.

    • liguedefensejuive

      31 décembre 2018 at 11 h 00 min

      l’admiration pour ceux qui les méprisent
      La mort de Amos Oz a eu cette vertu de nous avoir confrontés aux malheurs dans lesquels les élites intellectuelles israéliennes nous ont plongés. Ce processus de sappe avait commencé depuis le lendemain de la Guerre des Six Jours, peut-être même avant: le défaitisme qui les a conduites en premier lieu à hair des pans entiers de la société israélienne qui en constituent la majorité aujourd’hui, qui les a entrainées à faire collusion avec l’ennemi jusqu’à promouvoir ses thèses et à salir l’Etat d’Israel sur la scène internationale.
      Ces élites qui seraient passées inaperçues en dehors d’Israel doivent toute leur notoriété au fait d’avoir conspué la société Israel qui selon eux est nationaliste, instinctive, chauvine et primaire. Et ainsi, ils s’en sont singularisés en se drappant du titre de « consciences d’Israel » : prix goncourt, prix Goethe, prix du festival cinéma pour des films ennuyeux au possible, prix de ce que vous voulez avec tous les avantages en nature, se faire mousser dans les lobbies feutrés des grands hôtels, sommes d’argent à la clé, interviews dans les grands médias internationaux où il font leur défilé de mode de belles âmes, etc.
      Dans tout cela, la pseudo piété de personnes charmées par le style littéraire ou artistique et captives consentantes de ces artistes alors que ces derniers leur vouent un profond mépris, c’est le syndrôme de la femme battue et beaucoup d’autres choses si vous voyez ce que je ne veux pas dire.
      Tournons cette page sinistre qui s’est fermée avec le décès de Amos Oz et passons à autre chose.
      De Meïr Ben-Hayoun

      • Lys

        31 décembre 2018 at 11 h 04 min

        Merci LDJ !! Excellent et très juste !

  3. ,danielka

    31 décembre 2018 at 17 h 15 min

    J’aimais tellement Amos Oz ,,,,,avant ; mais il est devenu chalom ah-chav et il a changé ,dommage .

  4. benjamin

    1 janvier 2019 at 12 h 23 min

    au fond cet ecrivain était un fièffè cretin ! bete a bouffer du foin !!

  5. Jean Bourassa

    2 janvier 2019 at 19 h 41 min

    C’est dingue le nombre d’intellectuels qui se transforment en vendus a leur peuple .ou peut être le rejet de leur identité . il est décédé , n’en parlons plus ,même si les vendus ne se comptent plus .

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *