Sans Israël et les chrétiens d’Orient, le monde arabe serait incapable de faire face au coronavirus

By  |  7 Comments

Par Nader Allouche

[Tribune] Les chrétiens d’Orient demeurent les leaders de la médecine dans le monde arabe qui peut compter sur ces praticiens et ces universitaires chrétiens pour lutter face à la pandémie du coronavirus, estime Nader Allouche, fin connaisseur de l’islam et du Moyen-Orient.
Beyrouth, Damas, Amman et le Caire ont quelque chose d’étonnant en commun : les chrétiens d’Orient y sont à la manœuvre dans l’Education et la Santé. L’actuel ambassadeur d’Egypte ne dira pas le contraire. Dans une audition au Sénat du 27 janvier 2016, il confiait à Jean-Pierre Raffarin que « tous musulmans qu’ils étaient », ses parents l’ont « envoyé étudier chez les Jésuites ». Il faut dire que l’enseignement chrétien au Moyen-Orient fait figure d’exception. Même en Israël, les élites se précipitent d’y scolariser leurs enfants.
Dans cette région, l’enseignement et la santé sont étroitement liés, et cela tient à l’Histoire. La médecine moderne a fait son apparition dans le monde musulman méditerranéen, à la suite des missions chrétiennes en Orient et de la colonisation de l’Afrique du Nord. Avant de construire des hôpitaux, les Français et les Américains ont d’abord créé des facultés de médecine.
Les premières facultés de médecine moderne dans le monde musulman ont ouvert à Beyrouth, dans la province ottomane du Grand Liban. La première a été inaugurée en 1867, par des missionnaires américains, qui avaient fondé le Syrian Protestant College (ancien nom de l’Université Américaine de Beyrouth). La France a créé la seconde, intitulée « Ecole française de Médecine de Beyrouth » et rattachée à l’Université Saint Joseph, que l’on doit au travail acharné de la mission jésuite en Syrie.
Il y eut bien quelques précédents musulmans, avec, en 1827, l’école militaire de médecine au saint des saints de l’Empire Ottoman, à Istanbul, imitée dans l’année même par le Khédive d’Egypte, Muhammad Ali, mais rien de comparable à l’enseignement médical délivré par les œuvres universitaires des missions catholiques et protestantes au Proche-Orient.
Aujourd’hui comme hier, les chrétiens d’Orient demeurent les leaders de la médecine dans le monde arabe. L’université américaine de Beyrouth se classe, en 2020, dans le top 5 du classement général des universités du monde arabe, tandis qu’on se presse toujours aux portes de la faculté de médecine de l’université Saint-Joseph, qui délivrait un diplôme français jusqu’en 1975 et continue d’offrir des passerelles avec la France. L’Hôtel Dieu de France (l’hôpital universitaire rattaché à Saint-Joseph) est encore le meilleur établissement hospitalier du Proche-Orient arabe.
Face à la pandémie du coronavirus, le monde arabe peut compter sur ses praticiens et ses universitaires chrétiens. Un grand nombre a quitté la région, à cause de la guerre civile libanaise, et se sont exilés en France ou aux Etats-Unis. Mais certains servent dans les hôpitaux des émirats du Golfe. Au Sidra Medical and Resaerch Center (Qatar), on trouve beaucoup de médecins chrétiens d’Orient, et peu de qataris.
Trois pays arabes ont encore une autre alternative en matière d’accès à la médecine high-tech : l’Autorité Palestinienne, la Jordanie et Gaza. Les hôpitaux israéliens, où exercent d’ailleurs quantité de médecins arabes-israéliens, accueillent leurs voisins belliqueux. En 2016, on comptait même plus de 2600 blessés syriens soignés dans des hôpitaux israéliens, d’après une information du Figaro (article de Cyrille Louis du 21 décembre 2016).
Le système de santé en Israël est incomparable avec le reste de la région. La start-up nation est doublé d’un Etat stratège, qui encourage très fortement la recherche scientifique et les nouvelles technologies. Dans ce petit territoire aride, sans ressources et soumis au stress hydrique, la high-tech est un instrument important de survie collective.
Israël pourrait être le premier pays à trouver un vaccin contre le coronavirus. Le Migal Galilee Resaerch Institute a annoncé, le 27 février dernier, pouvoir proposer un vaccin dans cinq mois, partant de leurs travaux (de plusieurs années) sur un vaccin de la bronchite infectieuse aviaire, proche du Covid 19. L’Etat hébreux ne manquerait pas de partager pareille découverte avec le reste du monde, et surtout avec ses voisins arabes, qu’il ne désespère pas de séduire.
Si la santé n’a pas de prix, la reconnaissance est gratuite. Israël et les chrétiens d’Orient n’en ont-ils jamais eu de leurs voisins musulmans ?
Source :
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/monde/sans-israel-et-les-chretiens-dorient-le-monde-arabe-serait-incapable-de-faire-face-au-coronavirus-117601

happywheels

7 Commentaires

  1. capucine

    28 mars 2020 at 20 h 24 min

    En dehors de leur agressivité ils incapable de se defendre contre un virulent virus

  2. Franccomtois

    29 mars 2020 at 10 h 25 min

    Je ne sais pas pour la France mais j´ai la sombre impression que ce pays est aussi mal tenu que les pays muzz.Lá oú nous vivons en Allemagne tout les autos-entrepreneurs,les petits artisants,les travailleurs indépendants auront une aide financiere égale á leur bénéfice 2019 et ils n´ont pas encore parlé de faire bosser 60 heures les gens.La France au même niveau que Gaza…..?Que Micron ce pervers narcissique continue de pleurnicher auprés de l´Allemagne qui réussit á maintenir le pays á flot,pendant que les politicards mafieux de tout bord en France fond de la France un pays du tiers-monde.L´armée ne devrait-elle pas faire le ménage dans l´hexagone au lieu de riquer leur vie pour les amis de micron and co du Milieu de la finance?Sinon d´aprés certains adeptes de la secte á momo allah est plus fort que le coronavirus,á méditer!

    • vrcngtrx

      30 mars 2020 at 11 h 03 min

      HS.
      « tous les autos-entrepreneurs, les petits artisans, les travailleurs indépendants auront une aide financière »
      ils n’auront qu’un moindre reversement anticipé sur tout ce que leur prendra l’état (sous forme d’impôts et taxes) qui contracte des emprunts colossaux + taux d’intérêts carnassiers pour financer ladite aide, mais surtout pour verrouiller le soft-slavage.
      Qui croies-tu qui finance le budget et les dettes de l’état si ce ne sont les entreprises et les particuliers ?
      A qui croies-tu que ces fléaux profitent ? d’autres exemples fonctionnent déjà et ne croies pas qu’ils vont s’arrêter en si bon chemin :
      https://www.capital.fr/economie-politique/taxe-attentat-1332018
      Rappelle-toi aussi que pour les banques les ‘meilleurs’ clients sont ceux qui s’endettent (crédit conso etc.)

      Pendant que tout ce petit monde de branleurs encravatés se gave sur ta sueur, d’autres profiteurs du système t’occupent l’esprit en te désignant ‘LES JUIFS’ comme responsables
      Et ceux qui accusent le capitalisme en profitent tout autant (neo-marxistes, crypto-fascistes, chiassidence et j’en passe) …

      • vrcngtrx

        30 mars 2020 at 11 h 07 min

        * Pardon : pas soft-slavage mais SOFT-SLAVERY

  3. daniel

    29 mars 2020 at 11 h 19 min

    Faut les laisser crever.
    Eux dans la situation inverse ne se seraient pas posés la question.
    Il y a un temps pour tout dit l’Ecclésiaste….
    Pour les chrétiens le temps de tendre l’autre joue est révolue.

    • benjamin

      30 mars 2020 at 9 h 29 min

      oui il faut les laisser crever! de plus si on les aide ils ne manqueraient pas de dire que si des juifs les aident c est surement parsqu ils y ont interet !!ce n est pas gratuit ni altruiste!! du meme metal que les mésaventures du grand fumier g soros en hongrie !!!!edifiant !!

    • capucine

      30 mars 2020 at 12 h 33 min

      je suis d’accord avec vous , Daniel !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *