Une plaque à la mémoire d’un policier tué par les frères Kouachi vandalisée

By  |  2 Comments

La plaque qui, dans les rues de Paris, rendait hommage à Ahmed Merabet, policier tué par les frères Kouachi, a subi des dégradations.
« Les terroristes c’est eux », « oui », « d’acc » et aussi « mais encore ? » : voici les mots que l’on pouvait lire jeudi 16 juillet sur la plaque rendant hommage au policier Ahmed Merabet, assassiné par les frères Kouachi à Paris en 2015. Selon BFMTV, les inscriptions ont été réalisées au marqueur vert sur la plaque de marbre. La préfecture de police de Paris a annoncé dans la foulée sur son compte Twitter sa volonté de porter plainte : « Cet acte inacceptable ne restera pas impuni, le préfet de Police dépose plainte. » Celle-ci a par ailleurs rappelé sa « Solidarité avec les forces de l’ordre qui œuvrent, parfois au péril de leur vie, pour la sécurité de tous. » Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur a lui aussi réagi sur les réseaux sociaux : « Ahmed Merabet a été tué par des terroristes parce qu’il défendait la République. Vandaliser la plaque lui rendant hommage, c’est souiller la République. »
La plaque avait été implantée boulevard Richard Lenoir, au cœur du 11e arrondissement de Paris en 2016, et dévoilée à l’époque par François Hollande, Manuel Valls et Anne Hidalgo. C’est là que, le 7 janvier 2015, Ahmed Merabet avait été assassiné à bout portant par les auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo. Le lieutenant de police âgé de 40 ans avait trouvé la mort en essayant d’arrêter les deux terroristes dans leur fuite
Source :
https://www.valeursactuelles.com/societe/une-plaque-la-memoire-dun-policier-tue-par-les-freres-kouachi-vandalisee-121806
Ahmed Merabet est né à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis)5. Il est brigadier à VTT du commissariat du 11e arrondissement.
« >

Il est touché alors qu’il affrontait les auteurs de l’attentat boulevard Richard-Lenoir, avant d’être achevé sans pitié alors qu’il gisait au sol, blessé et désarmé.
Le 13 janvier 2015, Ahmed Merabet est fait, à titre posthume, chevalier de la Légion d’honneur avec citation à l’ordre de la Nation. Il est inhumé au cimetière musulman de Bobigny. Il avait 40 ans.

Le 4 janvier 2016, l’artiste urbain Christian Guémy, connu sous le nom de C215, réalise au pochoir sur une boîte à feu un double portrait du policier orné du slogan « Je suis Ahmed »
Lœuvre a été réalisée à la demande du commandant Stéphane Motel, du commissariat du 11e arrondissement de Paris où travaillait Ahmed. Le portrait a été dévoilé devant une centaine de personnes parmi lesquelles les collègues du policier et sa famille au complet.
C215 a réalisé le pochoir sur place, devant la famille. Il a peint Ahmed Merabet derrière les couleurs républicaines, pour le symbole qu’il représente. L’artiste a peint deux portraits sur base de photos confiées par la famille : un portrait de face, solennel, regardant vers l’endroit où il a été abattu, et un portrait de profil, plus souriant, regardant vers la rue9.
Le 5 janvier 2016, une plaque à sa mémoire est dévoilée par le président François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls et la maire de Paris, Anne Hidalgo :
« À LA MEMOIRE
DU POLICIER AHMED MERABET
ASSASSINE EN CE LIEU
LE 7 JANVIER 2015
VICTIME DU TERRORISME DANS
L’ACCOMPLISSEMENT DE SON DEVOIR »

happywheels

2 Commentaires

  1. Franccomtois

    18 juillet 2020 at 7 h 29 min

    Celles ou ceux qui ont fait cela sont des ordures tout simplement.

  2. Franccomtois

    18 juillet 2020 at 7 h 48 min

    H.S:
    Article pris dans RR, site que je trouve difficile á cerner par certains articles,interviews,soutiens mais qui malgré tout a parfois des infos interressantes.

    Patrice Quarteron exige que la police fasse son travail, il est arrêté !
    Patrice Quarteron met en cause la police pour soit son absence d’enquête, soit l’absence de communication suite à une plainte qu’il a déposée pour des tirs contre son domicile à Corbeil-Essonnes en JANVIER, donc au moins depuis six mois.

    Devant la passivité de police qui lui demande de se calmer :
    « Si je vous tire dessus, vous n’allez pas vous calmer ! », lance ensuite Patrice Quarteron. Il est alors interpellé et visiblement menotté, sans opposer de résistance. Ce dernier a bien été placé en garde à vue à 14h40 pour « menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique » et « atteinte à l’intimité de la vie privée » précise-t-on de source policière. L’homme âgé de 41 ans a été remis en liberté sur décision du parquet à 18h30, le temps que l’enquête se poursuive.

    Indéniablement, la compréhension du français n’est pas le fort du commissariat d’Evry !
    La « culture » des quartiers enrichit le commissariat du lieu…
    On y tord le sens des phrases… Là pas question de prendre en compte le contexte comme certains autres !
    Il pousse la police dans son absurdité !
    Se plie à son injonction dilatoire du masque…
    Il lui dit même de l’arrêter !
    Ce qu’elle fait !

    Tout mon respect pour Monsieur Quarteron,homme d´honneur!!!!
    Je rajoute que la France est á l´agonie et la situation de Monsieur Quarteron est le lot quotidien des francais victime lorsqu´ils se rendent dans un commissariat pour déposer plainte!!!Je plains sincerement les flics qui veulent faire leur boulot de maniere hônnete.

    OBERKAMPF – La Marseillaise
    https://youtu.be/i1ORXrQ6r9k

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *