Université de Tel-Aviv : Un test sanguin pour détecter le cancer du poumon. Université de Ramallah : Rien

By  |  6 Comments

La start-up israélienne Savicell est en train de développer un test, basé sur une technologie mise au point par le Prof. Fernando Patolsky, de l’Ecole de chimie de l’Université de Tel-Aviv, capable de détecter le cancer du poumon au stade 1, c’est-à-dire lorsqu’il est encore curable, par une méthode révolutionnaire, le diagnostic par immuno-métabolisme.
De tous les cancers, celui du poumon est le plus meurtrier, en grande partie parce qu’il est très difficile à diagnostiquer de bonne heure. Les poumons ne possédant que très peu de terminaisons nerveuses, ce type de cancer ne provoque pas de symptômes douloureux tant que la tumeur n’est pas suffisamment développée, et à ce moment-là, il est souvent trop tard. Selon Giora Davidovits, PDG de la startup, un cancer du poumon détecté au stade 1 possède un taux de survie de 80%. Au stade 3, il chute à 13-14%, et au stade 4, il n’est plus que de 4%. De plus, la plupart des cancers du poumon détectés précocement le sont généralement par hasard, le patient étant soumis à une radiographie pour un problème totalement différent.
Cependant, jusqu’à présent le seul moyen d’obtenir un diagnostic certain est la biopsie, procédure extrêmement invasive et risquée, et les médecins préfèrent attendre de détecter les modifications dans le temps à l’aide du scanner. Néanmoins, s’il s’agit bien d’un cancer, le diagnostic final peut être tragiquement en retard.
L’alternative proposée par la startup est basé sur une combinaison de la technique de la biopsie liquide, domaine en plein essor, qui permet de détecter les tumeurs par une analyse de sang, et d’une méthode développée dans le laboratoire du Prof. Patolsky à l’Université de Tel-Aviv, le diagnostic par immuno-métabolisme, qui explore l’activité métabolique du système immunitaire pour détecter le cancer et en mesurer le stade.
Alors que les autres tests de biopsie dans le sang recherchent les tumeurs en séquençant l’ADN, le diagnostic par immuno-métabolisme en développement dans le laboratoire du Prof. Patolsky mesure l’état métabolique des cellules immunitaires circulant dans le sang. D’après les chercheurs, les cellules immunitaires adoptent des ‘signatures’ métaboliques particulières lorsqu’elles rencontrent différentes pathologies, c’est-à-dire que l’activation métabolique est spécifique à chaque maladie.
« Le diagnostique par immuno- métabolisme est un test sanguin simple, à haut débit, de cellules mononucléaires périphériques du sang humain (hPBMC) mis au point par notre groupe et qui fait actuellement l’objet d’une enquête clinique », explique le Prof. Patolsky, qui exerce également les fonctions de chercheur principal de la société Savicell. « Il est basé sur l’obtention simultanée pendant une heure d’un large spectre de profils de taux d’activité métabolique, en réponse à des concentrations croissantes de divers nutriments et stimulants »,
Sur la base de cette méthode, la startup a mis au point un kit de diagnostic comprenant 384 ‘puits’, chacun contenant l’un des 16 stimulants chimiques en concentrations croissantes. Lorsque les cellules immunitaires extraites du sang du patient entrent en contact avec les stimulants, elles utilisent l’énergie (c’est-à-dire que leur métabolisme est activé) de manière différente. Le dispositif mis au point par la startup peut alors identifier le cancer du poumon avec une sensibilité de 91%, et ce en quelques heures, au lieu de jours, voire de semaines, nécessaires aux biopsies liquides basées sur le séquençage génétique.
Le produit n’est pas encore disponible dans le commerce; le développement est en cours de finalisation et les études cliniques se poursuivent. Cependant, la startup a déjà levé 9 millions de dollars et dispose de laboratoires de recherche et développement à Haïfa, et d’un bureau américain à Boston.
Si Savicell est pour le moment centrée sur le diagnostic du cancer du poumon, les chercheurs du laboratoire du Prof. Patolsky souhaitent dans un proche avenir élargir leur plan de recherche clinique à des études axées sur l’application de leur approche pour le diagnostic des cancers du sang, des maladies auto-immunes et des maladies infectieuses, ainsi que pour le suivi du traitement de ces maladies.
Source :
https://www.ami-universite-telaviv.com/index.php/2013-05-26-08-41-51/recherche/sciences/medecine/1079-un-test-sanguin-pour-d%C3%A9tecter-le-cancer-du-poumon-bas%C3%A9-sur-une-technologie-d%C3%A9velopp%C3%A9e-%C3%A0-l-universit%C3%A9-de-tel-aviv

happywheels

6 Commentaires

  1. Karol

    12 août 2019 at 16 h 22 min

    Pourquoi les médias européens parleraient des progrès israéliens qui pourraient sauvegarder une partie de l’humanité ?
    C’est tellement plus facile de parler des Palestiniens qui « souffrent » en Israel, alors qu’on les expulse et qu’on les massacre dans des pays arabes frères ?
    Medias et politiciens de merde….

  2. Judith elkrief

    12 août 2019 at 17 h 05 min

    Laissons Gaza,sous embargo,ou tout entre au compte goutte
    Mais parlé plutôt des pays arabes richissime du golf, ou aucune avancé scientifique, et ce malgré leur fortune gigantesque
    Voilà? Gaza vie sous perfusion, p1s la peine de leur demandé quoi que ce soit, ils nont ni le savoir,ni les moyens
    Les autres pays arabe sont riche et indépendant, que font il de leur fortune ?? Bing bing,à celui qui à le plus gros building, la plus grosse voiture,le plus gros bateau, etc,etc,une guerre d’égo comme des enfants

  3. vrcngtrx

    12 août 2019 at 18 h 26 min

    « Université de Ramallah : Rien »
    LOL

    • Bertrand Escaffre

      13 août 2019 at 3 h 10 min

      Coucou l’ami, justement c’est sujet à polémique: il paraît que les gazouillis ont tout inventé grâce à leur grimoire.

      Voici une petite marrade sur le miel, utile en cas de chimio et autres désagréments. On verra si mon message survivra à la modé de chez doc point com.

      https://www.allodocteurs.fr/alimentation/aliments/le-miel-est-il-interdit-aux-diabetiques_8087.html

      Les réponses avec le Pr. Olivier Laccourreye, ORL et chirurgien cervico-facial à l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris) :

      « Non le miel n’est pas interdit aux diabétiques. Au contraire le miel semble être un excellent produit pour participer au traitement du diabète. Plusieurs études ont montré que quand les gens s’alimentent avec du miel, leur taux de glycémie est beaucoup plus stable, voire baisse. Le miel a aussi une action sur les lipides, le cholestérol et sur certaines enzymes hépatiques, sur le pancréas… Le miel peut donc avoir certains effets sur le diabète.

      « Il est préférable de sucrer nos aliments avec du miel qu’avec du sucre car les sucres contenus dans le miel sont meilleurs que ceux du sucre. Dans les sucres industriels, on trouve du fructose qui a un fort pouvoir sucrant. Et ce sucre entraîne des problèmes digestifs… »

      (En savoir plus)

      Ibnrochd
      Le 15/09/2012 18:10:04
      Les vertus médicinales du miel sont connues depuis des siècles déjà! Outre ses propriétés bactéricides et bactériostatiques il constitue un nutriment essentiel pour l’etre humain et ses effets métabolisants chez le denutri,le post-opere lourd et les cançereux ne sont plus a démontrer!Il y a 14 siècles on apprenait grace au Coran :’De leur ventre, sort une liqueur(miel) aux couleurs variées, dans laquelle il y a une guérison pour les gens. Il y a vraiment là une preuve pour des gens qui réfléchissent.’ Sourate An-nahl(Les abeilles),verset 69-Coran.

      Bertrand Escaffre
      Le 13/08/2019 04:01:23
      Ibnrochd a dit: « Il y a 14 siècles on apprenait grace au Coran :’De leur ventre, sort une liqueur(miel) aux couleurs variées, dans laquelle il y a une guérison pour les gens. Il y a vraiment là une preuve pour des gens qui réfléchissent.’ Sourate An-nahl(Les abeilles),verset 69-Coran. »

      Salam alaykum wa rahmatullah, akhy fillahi, il va falloir cesser à un moment de faire comme si il n’y avait eu aucune connaissance humaine avant le Coran, car en prétendant une telle chose tu dénigres implicitement le peuple arabe ainsi que le Qur’an al karim.

      Les sumériens, les akkadiens, les chaldéens, et même les juifs, n’ont pas attendu le Coran pour savoir que les doigts ont des empruntes, que les bébés poussent dans le ventre de la maman, que les fourmis cassent avec un bruit qui rappelle le verre, ou que les nuages se regroupent avant de faire de la pluie.

      Et il y a là un signe si tu sais réfléchir.

      Ca va bien cinq minutes!

      • vrcngtrx

        14 août 2019 at 10 h 03 min

        Bonjour Bertrand, merci pour le lien et chapeau pour la décoranisation intellectuelle 👍

  4. capucine

    13 août 2019 at 19 h 45 min

    Université de Ramallah ? Rien d’étonnant ils sont complètement nuls les palos 😆

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *