Bennett : Israël adopte une nouvelle stratégie face aux menaces iraniennes

By  |  0 Comments

S’adressant à la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, le Premier ministre a déclaré que l’Iran ne peut plus s’en tirer sans conséquence avec l’agression contre Israël et la terreur par des mandataires ; s’attend à ce que l’AIEA avertisse Téhéran du prix élevé des politiques nucléaires défiantes
Par Moran Azulay|
Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré lundi qu’Israël avait récemment changé sa stratégie sur l’Iran.
Les commentaires de Bennett sont intervenus après qu’un certain nombre de responsables iraniens auraient été tués au cours du mois dernier, dans des circonstances suspectes.

« L’année dernière a vu un changement stratégique dans la politique israélienne sur l’Iran, a déclaré Bennett lors d’une session de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset. « Israël opère contre les nombreux tentacules de la terreur iranienne, pas seulement comme il l’a fait au cours des dernières décennies. . L’époque où l’Iran bénéficiait de l’immunité lorsqu’il attaquait Israël et propageait son terrorisme par procuration est révolue. Nous opérons partout et tout le temps, et nous continuerons à le faire », a-t-il déclaré.
« Ces dernières années, l’Iran a franchi des lignes rouges, en particulier en avril dernier, des mois avant l’arrivée au pouvoir de ce gouvernement, lorsqu’il a commencé à enrichir de l’uranium à 60% sans réponse internationale », a déclaré le Premier ministre. « Israël ne peut pas et n’acceptera pas une telle situation », a-t-il dit.
Bennett a déclaré aux membres du comité que lors de sa rencontre avec le chef de l’Agence internationale de l’émergie atomique, Rafael Grossi, qui était brièvement en Israël la semaine dernière, il a clarifié la position d’Israël.

« Nous maintenons la liberté d’agir contre l’Iran à tout moment, et selon les besoins, avec ou sans reprise de l’accord nucléaire de 2015 », a déclaré Bennett. « Ce que nous disons, nous le soutenons par l’action, a-t-il déclaré.
« Nous nous attendons à ce que le Conseil des gouverneurs émette un signal d’avertissement clair devant le régime de Téhéran et indique clairement que s’il poursuit sa politique nucléaire provocante, il paiera un lourd tribut », a déclaré Bennett lors de la réunion de la commission parlementaire télévisée.
Un projet de résolution des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France critiquant l’Iran pour ne pas avoir pleinement répondu aux questions du chien de garde nucléaire de l’ONU sur les traces d’uranium sur des sites non déclarés a été envoyé au conseil du chien de garde dans la nuit, ont déclaré trois diplomates.
La soumission officielle du texte, vue par Reuters et très similaire à un projet diffusé la semaine dernière, signifie qu’il sera débattu et voté lors de la réunion de cette semaine du Conseil des gouverneurs des 35 nations. Plusieurs diplomates ont déclaré que la résolution était susceptible d’être adoptée malgré les avertissements de l’Iran sur les conséquences, notamment pour les pourparlers sur le sauvetage de l’accord nucléaire iranien de 2015.
À la Knesset, Bennett a également parlé de la politique d’Israël envers le groupe terroriste Hamas au pouvoir à Gaza et a déclaré que là aussi, un changement avait été apporté.
« Nous n’avons pas cédé face aux menaces d’attaque du Hamas et avons organisé notre Marche du drapeau de la Journée de Jérusalem conformément au plan », a-t-il déclaré.
« Nous avons attaqué nos ennemis et ne leur permettrons pas de se renforcer. Nos forces de sécurité sont prêtes à toute éventualité », a-t-il déclaré.
« Les événements de l’année dernière, lorsque des émeutes ont éclaté dans les villes mixtes juives et arabes ont été un signal d’alarme pour comprendre les menaces de l’intérieur. Le gouvernement a pris des mesures contre les gangs criminels arabes et la violence des militants nationalistes, y compris le déploiement de l’agence de sécurité du Shin Bet, à l’intérieur d’Israël.
Le Premier ministre a déclaré que les avantages sont ressentis avant tout par les citoyens arabes qui ont beaucoup souffert de la violence dans leurs rues.
« On m’a dit qu’aucune somme d’argent n’aurait d’importance si des enfants risquaient d’être abattus », a-t-il déclaré. « Le gouvernement a pris des mesures et nous pouvons constater une baisse des taux de meurtres et de fusillades », a-t-il déclaré.
Source
https://www.ynetnews.com/article/bk3eh92oc

happywheels

Publier un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.