VIDEO -Bernard ROUGIER :« Une révolution salafiste s’est emparée d’une partie non négligeable de la population »

By  |  4 Comments

Ce thème de la communautarisation croissante dans certains territoires est régulièrement abordé dans ses ouvrages par le politologue Bernard Rougier, auteur d’un livre à paraître Les territoires conquis de l’islamisme. L’universitaire explique que « Sur les vingt dernières années, on a un travail de conquête auprès des populations les plus vulnérables, originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, par des entrepreneurs religieux qui ont imposé leur conception de l’islam« .

« >
Ces réseaux religieux, « souvent liés à des foyers idéologiques au Moyen Orient et au Maghreb », ont « pris le pouvoir sur une partie non négligeable de cette population« , ajoute le chercheur. Pour mener ce travail de conquête, « l’idée est de faire fonctionner une machine de prédication qu’est la mosquée, les cours qui y sont donnés, les sermons« , ou encore par « l’écosystème qui fonctionne autour de la salle de sport, la sandwicherie halal, les pèlerinages à la Mecque, etc« , décrit encore Bernard Rougier.
Cet écosystème, explique-t-il, « va diffuser des conceptions le plus souvent en rupture par rapport à la société française« , ainsi que « l’idée que la société française est mécréante, qu’il faut se dégager de ses influences« . Cette logique d’entre-soi, ajoute Bernard Rougier, est « entretenue à travers différents réseaux religieux qui peuvent être en concurrence entre eux pour la conquête de territoires locaux et des esprits (…) mais savent être solidaires quand il s’agit de dénoncer la laïcité, décrite comme une machine de guerre contre l’islam« .
Source :
https://www.europe1.fr/societe/une-revolution-salafiste-sest-emparee-dune-partie-non-negligeable-de-la-population-selon-le-politologue-bernard-rougier-3924161

happywheels

4 Commentaires

  1. limone dit :

    le problème les français ne lisent pas
    ils écoutent bfm ou rmc

  2. limone dit :

    le livre c’est une erreur d’auteur
    je me suis trompé !
    encore le bienfait du libéralisme
    a force d’en dire de trop
    ça fini en tout et n’importe quoi sorry !

  3. Gilles-Michel De Hann dit :

    * 2014 : La « Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre ensemble » publiée par le Conseil français du culte musulman (CFCM), censé représenter un islam modéré. En s’appuyant sur le verset 59 de la sourate XXXIII du Coran, l’article 5 de cette Convention, consacré aux « tenues vestimentaires », rappelle que « le voile est une prescription qui recommande au Prophète de dire à ses femmes, à ses filles et aux femmes des croyants de l’arborer pour la réserve qu’il lui impose ».

    Le CFCM était alors présidé par Dalil Boubakeur, l’inamovible recteur de la Grande Mosquée de Paris, censé incarner l’islam à la française. Or, en juin 2017, le site de la Grande Mosquée mettra en ligne un certain nombre de textes représentatifs d’une « théologie islamique ouvertement hostile au judaïsme et au christianisme » : Abraham y est présenté comme un imposteur issu des « faussaires de la Bible » et les persécutions contre les Juifs en Egypte comme des « réactions populaires contre les abus d’une minorité opulente, turbulente, résolue à dominer toute communauté au milieu de laquelle elle vit ». Quant aux chrétiens, ils auraient brossé une vie de Jésus à coups de « dissertations filandreuses de la scolastique médiévale, surchargée de mythes, de superstitions, de mystères inutiles et de contradictions ».

    Tout cela sans provoquer la moindre réaction…

    Le 26 octobre 2016, le parlement canadien a adopté à l’unanimité une motion condamnant l’« islamophobie », faisant écho à une résolution similaire adoptée le 1er octobre 2015 par l’Assemblée nationale. Chacune de ces actions constitue probablement la mesure la plus écervelée jamais prise par les législatures canadienne et québécoise. De toute évidence, l’unanimité a été atteinte par intimidation, les députés ayant sûrement peur de se faire accuser de « racisme », d’« intolérance » ou d’autres injures spécieuses. Ils se sont fait berner.

    Pourtant, la soi-disant « islamophobie » est une imposture, car le suffixe
    « phobie » indique une peur irrationnelle, alors qu’il n’y a rien d’irrationnel à avoir peur d’une idéologie ou d’une religion. Ce terme sert tout simplement à censurer les critiques de l’islam et de l’islamisme, critiques non seulement légitimes, mais en fait nécessaires dans toute société qui se prétend libre. Les accusations diffamatoires d’« islamophobie » et de « racisme », brouillent délibérément la ligne entre attributs acquis et innés.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *