A quoi sert le CRIF ?

By  |  15 Comments

Par Yves MAMOU

(une tribune refusée par deux grands médias )
Dans un entretien accordé au Parisien le 18 février, Francis Kalifat, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a appelé Emmanuel Macron à « prendre des mesures drastiques pour faire cesser ces manifestations (de gilets jaunes), qui ne servent plus à revendiquer sur le pouvoir d’achat, mais à exprimer la haine des institutions, de la République et des juifs ».
Tous les observateurs du fait social ont remarqué que le mouvement des gilets jaunes est aujourd’hui gravement infiltré par différentes organisations de la droite et de la gauche extrêmes, dont bon nombre sont ouvertement antisémites. Il est aussi évident que le climat social incite à une libre expression de la haine du juif : l’agression dont a été victime l’académicien Alain Finkielkraut par des pro palestiniens d’obédience salafiste revêtus d’un gilet jaune, la profanation du cimetière juif de Quatzenheim en Alsace, le tir à la carabine de jeunes de Sarcelles contre les juifs sortant de la synagogue, la publication de statistiques récentes sur la hausse importante des délits antisémites sont les signes les plus manifestes d’une dégradation de la situation.
Cette même situation autorise-t-elle le président du CRIF à réclamer bille en tête l’interdiction d’un mouvement social qui s’en prend à la personne même du président de la République ? Est-il du rôle du président d’une institution juive d’instrumentaliser l’antisémitisme à des fins politiques ? Est-il du rôle du président du CRIF de participer à l’instrumentalisation de l’antisémitisme par le pouvoir politique ? Surgit alors la question : de qui le CRIF sert-il les intérêts ? Ceux des Français juifs ? Ou ceux du pouvoir politique ?
Au printemps 2017, au cœur de la campagne présidentielle, quand Sarah Halimi a été assassinée et défenestrée par un islamiste malien, le CRIF n’a pas bougé. Pas publiquement du moins – ses dirigeants ont agi comme à leur habitude, en exprimant leur inquiétude auprès des autorités… qui ont répondu par des paroles rassurantes qui n’engagent que celui qui les reçoit. Dénoncer publiquement le risque islamiste avec Marine Le Pen donnée présente au second tour de l’élection présidentielle aurait été interprété comme un soutien au FN. Et quand finalement une marche blanche a été organisée, le CRIF a été suiviste plutôt que moteur. Ses représentants ne voulaient pas gêner la candidature d’Emmanuel Macron.
Tout comme ils n’ont guère insisté – publiquement – auprès de l’institution judiciaire pour que le crime commis par Kobili Traoré contre Sarah Halimi soit qualifié de crime antisémite. Aujourd’hui encore, le juge hésite à qualifier le crime de Kobili Traore de crime antisémite sans que les dirigeants du CRIF s’en émeuvent. Publiquement du moins.
En mars 2018, quand Mireille Knoll a été sauvagement assassinée à son domicile par un islamiste, le CRIF s’est réveillé et a accaparé la mobilisation. Il a, le 28 mars 2018, organisé une « marche blanche » – comme si la vieille dame avait été frappée par la foudre et non sauvagement poignardée – et le ralliement rapide de LREM à cette marche silencieuse, tout comme le refus d’inviter le FN, laissent penser que les choix politiques du CRIF sont ceux qui arrangent le pouvoir, celui d’Emmanuel Macron en particulier.
En ayant pris l’habitude de parader aux côtés d’officiels musulmans, généralement à la demande du pouvoir politique, en laissant entendre que le danger pour les juifs en France continue de venir de l’extrême droite, en appelant à la répression contre les gilets jaunes pour satisfaire le président de la République, le CRIF brouille les cartes. Sa proximité avec le pouvoir politique satisfait sans doute l’ego des dirigeants du CRIF, mais en agissant par complaisance, le CRIF prive les juifs d’un authentique porte-voix autant qu’il prive le pouvoir politique d’un point de repère.
Dans une période où la sécurité physique des juifs est de moins en moins garantie, cette faiblesse dans la représentation est pour le moins coupable. Le souci du CRIF de ne pas déplaire au pouvoir politique n’a rien d’isolé. Les dirigeants du Mémorial de la Shoah ont pestiféré l’historien Georges Bensoussan dès lors que les islamistes du CCIF et les associations antiracistes (infiltrées par ces mêmes islamistes) avaient lancé contre lui un processus de harcèlement judiciaire. Injustement accusé de « racisme » et d’islamophobie, et bien que relaxé en première instance et en appel, Georges Bensoussan détaché par l’Education nationale au Mémorial de la Shoah depuis plus de vingt-cinq ans, fut « puni » d’avoir attiré l’attention publique sur lui. Les dirigeants du Memorial de la Shoah lui ont retiré « peu à peu ses fonctions de formateur auprès de policiers, magistrats et professeurs » et la direction du Mémorial n’a pas répondu favorablement au vœu de l’intéressé de continuer d’exercer cette fonction après sa mise en retraite automatique de l’Éducation nationale dont il dépendait.
Après sa relaxe par la cour d’appel, Georges Bensoussan a mis en cause (Causeur, 5 juin 2018) ces « notables israélites» qui se font « toujours aussi discrets dans la défense de leurs congénères depuis l’affaire Isidore Cahen en 1849, jusqu’à l’affaire Dreyfus. Pas de vagues : c’est le leitmotiv de cette grande bourgeoisie depuis deux siècles. C’était déjà vrai lors de la révolution de 1848… Mes propos “islamophobes” avaient selon [les dirigeants du Mémorial de la Shoah] heurté une population des banlieues qu’il ne fallait pas effaroucher. Comme il ne fallait pas non plus effaroucher la puissance publique, elle-même effrayée à l’idée de heurter ces milieux ».
CRIF ou Mémorial, les élites juives ont le comportement des élites modernes. Leur proximité avec le pouvoir les pousse à agir comme le pouvoir, ce qui ne rend service à personne, ni au pouvoir, ni aux juifs.
En agissant ainsi, les dirigeants de la communauté juive obéissent à un réflexe ancien: c’est le Prince qui traditionnellement protège les juifs des humeurs meurtrières de la populace. Ils oublient cependant la grande leçon du XXème siècle: c’est l’Etat (nazi) qui a exterminé six millions de juifs européens, c’est l’Etat soviétique qui a envoyé les juifs russes au Goulag par centaines de milliers. Et rien ne dit que ce tournant ou l’Etat devient l’acteur principal de l’antisémitisme soit révolu. Face à un Etat qui, en France, n’a plus de républicain que le nom et qui sert les intérêts des communautés en fonction de leur importance électorale, qui peut certifier aux dirigeants du CRIF ou du Memorial que l’Etat en France protègera – autrement qu’en paroles – les Français juifs quand ils sont menacés au quotidien par l’antisémitisme d’autres communautés ?
Source :
https://www.facebook.com/search/top/?q=yves%20mamou&epa=SEARCH_BOX

happywheels

15 Commentaires

  1. à pas grand chose- ils ne nous représentent pas du tout- ils sont en vase clos et je ne pense pas que l’on puisse compter sur eux-

  2. Rosa SAHSAN dit :

    Je l’ai toujours dit et écrit le CRIF ne représente que lui-même.
    Khalifat n’a toujours rien compris. Au lieu de condamner systématiquement Marine Le Pen qui est la première à dénoncer les actes antisémites, eh bien ce monsieur ferait mieux de regarder du côté des islamos gauchistes et islamos racailles.
    Marine Le Pen avait été la première à qualifié d’antisémite le meurtre de Sarah Halimi. Mais chut il ne fallait pas en parler on était en pleine période électorale. Il fallait faire gagner ce petit con prétentieux et arrogant.
    ROSA

  3. Jacko lévi dit :

    ………….je ne sais pas vraiment!

    faut dire que le CRIF communique peu et trés mal dans ce domaine ou il devrait renseigner, instruire…

    JE SAIS QUE LA VOITURE DE FONCTION ET PARFOIS LE DOMICILE DE FONCTION Y SONT TRES RECHERCHES

    soyons justes et n’ oublions pas d’ associer a cette provende le Consistoire dirigé par joel Mergui

    mais soyons justes! aujourd’ hui ce CRIF avec ses 400.000 brebis bêlantes , ça fait un misérable troupeau par rapport aux 20 millions du troupeau hargneux……….et devenu si menaçant

  4. capucine dit :

    A rien !! ils sont incapables de défendre la communauté juive en cas d’agression antiJuive et aux tags antisémites des synagogues et de dire Stop aux profanations des cimetières juifs en Alsace et de dire Stop à la propagande antisémite de dieudonner et soral etc….
    quand rien ne va plus on ne fait plus une prière pour la république française à la synagogue , parce que rien ne changera , la France est antijuive depuis toujours …

    • Nous vous comprenons ,Capucine. Nous comprenons la douleur, la juste inquietude et la desillusion qui sont votre. Nous n’ignorons pas la realite de haines irrationnelles anciennes et leurs multiples avatars. Mais ,cela ne vous echappe pas ,nous le savons tous, tous les ennemis des citoyens libres, savent recycler l’antisemitisme(antisionisme) et le conjuguer a toutes les formes , pour pratiquer une bien utile politique de bouc emissaire quand la maison est en feu. Mais il demeure que la peau de l’ours a ete vendue avant que l’animal fut tue. Non ,le mouvement des gilets jaunes depasse ses fossoyeurs .Ce sont ces memes corrompus , laches ou imbeciles qui font feu de tout bois qui ont interet a faire accroire que tous les francais sont antisemites que les peuples justement revoltes des etats-nations sont a museler et meme eventuellement erradiquer : qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.
      Soyons solidaires malgre les cons et les ignorants parmi nous, eduquons-nous et eduquons nos prochains entre gens de bonne volonte ,seuls garants de la dignite ,de l’honneur , de la liberte. il en va de l’avenir de l’homme et du citoyen , et de toutes les creatures de ce monde. Avec les amities et le soutien posthumes de mon pere, Michel Rochefort et de mon frere Eric Rochefort

  5. David 1 dit :

    Jacko,

    Vous dites 400 OOO ? Là, c’est toute la communauté juive de France ; mais au moins , les 3/4 ne savent même pas qu’est ce que ce CRIF.

    Lequel est un regroupement de notables qui , eux, représentent tous les courants de la communauté . Sachez que pour un village perdu , inconnu d’Ukraine ou de Biélorussie,dont je ne connaissais même pas la situation , une fois, j’ai fait une petite recherche et j’ai trouvé …quatre assocs …d’anciens . Le milieu ashke , tant mieux , est très structuré, avec des petites ou grandes divisions et toutes ces assocs et d’autres sont regroupées au C R I F , le consistoire étant l’organe religieux .

    Tout le CRIF n’est pas à gauche; disons simplement que les responsables, élus et donateurs forment un centre , qu’ils connaissent les dirigeants gouvernementaux et sont obligés d’avoir des positions conciliatrices, mesurées mais souvent un peu trop silencieuses et non représentatives
    et suivistes

  6. chaouat rachel dit :

    donc a raison de 50000 euros l injures on nous frappera bientôt sur ordre du crif pour renflouer les caisses de l état maudits soient ces imbéciles qui ont subtilise mon projet pour en faire commerce le errer rav prend sa source au sein du peuple quoi de plus antisémite que le juif qui entend faire bonne figure convaincu ainsi d etre épargne cette instance tolèrent des SDF juifs et joue versailles honte a cette petitesse qui n’a rien de juif pour le coup maudits soiet le sot qui s’ignore car il entraine les siens

    • Jacko lévi dit :

      Rachel

      « le errer rav

      ce n’ est pas parce qu ils ont erré durant toute la sortie d’ egypte derrière notre Peuple qu il faut les empêcher d’ Erev les Ravs 😆

  7. David 1 dit :

    Et dire que notre C R I F est présidé par un ancien responsable du ….Herout France , un certain Francis Kalifat, qui a gravi les marches qui l’ont amené à ce poste prestigieux, poste nécessaire pour combler une avidité de reconnaissance, fréquente dans les milieux juifs commerçants ou notables (avocats , médecins …)histoire de compléter leur réussite sociale ou professionnelle !!!!

    Comme chez les non Juifs d’ailleurs

    • Jacko lévi dit :

      oui David, et ils sont bien nombreux chez nous…..le patronyme de ce brave homme me fait toujours penser au Califat

      alors qu en Arabe, il désigne « celui qui au dessus -des autres-, le supérieur, le choisi parmi …

      chez les juifs ce sera le kalifat a qui on a supprimé le H de Khalife , bien utilisé dans le monde arabo-musulman autant chez les juifs, que chez les musulmans ou chez les chrétiens ( Khalaf, Moukhalaf,Khalif……)

  8. Lys dit :

    Excellent texte d’Yves Mamou ! Je contresigne.

  9. josué bencanaan dit :

    Le CRIF, cela ne serait pas une obscure association de commerçants ???

  10. Paul06 dit :

    La réponse est pourtant simple. Le CRIF ne sert à rien pour la communauté juive, mais il sert les intérêt des membres du CRIF.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *