Arnaud Beltrame, gendarme de France : “Tout en acceptant l’idée du sacrifice, Beltrame ne s’est pas livré sans rien faire”

By  |  0 Comments

Par Xavier Nicolas
Il y a maintenant deux ans dans l’hypermarché de Trèbes, un lieutenant-colonel de gendarmerie, échangeait sa vie contre celle d’un otage. Après l’assaut et le terroriste abattu, cet homme est retrouvé agonisant et mourra quelques heures plus tard à l’hôpital, c’était Arnaud Beltrame. L’historien Christophe Carichon, auteur de l’ouvrage Arnaud Beltrame, gendarme de France, revient sur la figure de celui qui est maintenant considéré comme un héros national.
Christophe Carichon est historien, professeur en lycée et chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (Université de Brest). Ancien auditeur de l’Institut des hautes études de la défense nationale, il est également lieutenant-colonel de l’armée de terre en réserve opérationnelle. Élaboré après des semaines d’enquête de terrain et de très nombreux entretiens avec ses proches et ses camarades, ce livre, paru quelques mois après la mort d’Arnaud Beltrame, permet non seulement de faire partager la vie d’un homme d’exception à la riche carrière militaire et aux engagements variés mais également de présenter ce qui fait l’identité et les valeurs de l’officier de gendarmerie aujourd’hui.

Valeurs actuelles. Vous avez écrit un livre sur Arnaud Beltrame dans lequel on peut trouver de nombreux témoignages, qu’est-ce qui en ressort principalement sur sa personnalité ?
Christophe Carichon. J’ai en effet recueilli plusieurs dizaines de témoignages sur Arnaud Beltrame : famille, amis, gendarmes, camarades de promotion. Ces témoignages m’ont permis de dresser le portrait d’une personnalité très attachante, celui d’un soldat droit, d’un officier profondément patriote, d’un chef exigeant mais aussi d’un homme avec ses doutes, ses faiblesses et ses erreurs. Il représente pour beaucoup de Français une figure du héros contemporain.
Tout en acceptant l’idée du sacrifice, qui est propre à tout militaire, Beltrame ne s’est pas livré sans rien faire. Il est allé au combat pour neutraliser l’islamiste, ni plus, ni moins.
Qu’est-ce qui d’après vous explique son geste ?
Tout le monde se souvient du déroulé des événements de ce 23 mars 2018 et de leur dénouement tragique. De nombreux commentaires de spécialistes autoproclamés ont encensé ou critiqué l’action de Beltrame. Ce qu’il faut marteler cependant, c’est que son geste procède de toute une éducation familiale, d’une formation militaire et d’un caractère bien trempé. Tout en acceptant l’idée du sacrifice, qui est propre à tout militaire, Beltrame ne s’est pas livré sans rien faire. Après avoir élaboré son raisonnement tactique, il est allé au combat pour neutraliser l’islamiste, ni plus, ni moins. Il a pris la décision qui s’imposait à lui en tant que chef au moment où il devait la prendre. La mission a été menée jusqu’au bout : l’otage a été sauvée et Beltrame n’a perdu aucun des hommes qui lui étaient confiés. Mais il a payé ce geste de sa vie.
Aujourd’hui Arnaud Beltrame est un exemple pour beaucoup et tout particulièrement pour la gendarmerie, quelles sont les leçons à tirer de son exemple ?
Pour moi, son geste est le symbole que notre pays, que l’humanité porte encore de beaux fruits. Cela dit, il ne faut pas se leurrer, Arnaud Beltrame est connu voire populaire dans certains milieux mais pour un grand nombre de nos compatriotes qui sont passés à autre chose, il est déjà un peu oublié. Heureusement, les centaines de lieux (caserne, voies publiques, squares, écoles) baptisés de son nom feront vivre son souvenir encore longtemps. Dans le milieu de la gendarmerie, surtout chez les jeunes officiers, il représente un beau modèle de dévouement et de service.
Les médecins, les infirmiers, tous les soignants mais aussi les sapeurs-pompiers et les forces de sécurité sont actuellement au combat et acceptent de mettre leur vie en danger pour leurs prochains.
En cette période de pandémie et de crise, la figure d’Arnaud Beltrame, qui a donné sa vie pour sa patrie, peut-elle être associée à celle du personnel soignant qui risque sa vie pour en sauver d’autres ?
Oui sans aucun doute. Les médecins, les infirmiers, tous les soignants mais aussi les sapeurs-pompiers et les forces de sécurité sont actuellement au combat et acceptent de mettre aussi leur vie en danger pour leurs prochains. Certains sont déjà morts ou malades. Beaucoup de Français en ont conscience et les applaudissent tous les soirs. Espérons que “le jour d’après”, ces même Français s’en souviennent et que les actes d’incivilité qui pourrissent la vie du personnel médical dans de nombreux hôpitaux et cliniques, que ceux qui caillassent les pompiers, les policiers et les gendarmes gardent en tête cette année 2020 où certains se sont “donnés sans compter” pour l’ensemble de la communauté nationale.
Arnaud Beltrame, gendarme de France, Christophe Carichon, Le Rocher, 2018, 16,90€.
Source :
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/arnaud-beltrame-gendarme-de-france-tout-en-acceptant-lidee-du-sacrifice-beltrame-ne-sest-pas-livre-sans-rien-faire-117516

happywheels

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *