Goldnadel: «L’étrange indulgence des Européens envers l’Iran»

By  |  10 Comments

TRIBUNE – L’avocat Gilles-William Goldnadel déplore que la classe médiatique et politique soit plus sévère avec Trump qu’avec les mollahs. Il rappelle que le régime de Téhéran, loin d’être modéré, reste très répressif pour les femmes et les minorités.

Le point de vue qui suit est très minoritaire. C’est même sa raison d’être.
Il soutient que dans le bras de fer entre le président Trump et l’ayatollah Khamenei, la classe politique et médiatique européenne, avec sa supériorité habituelle teintée d’un antioccidentalisme inconscient, fait montre d’une sévérité à l’égard de la partie américaine qui n’a d’égale que son absence totale d’esprit critique à l’égard de la République islamique.
Nous ne considérons pas comme central le débat sur la sortie des Américains de l’accord nucléaire avec l’Iran. Tout a été écrit sur le sujet et assez correctement.
L’accord conclu avait ses faiblesses (durée trop limitée, inspections inopinées prohibées), mais il avait le mérite d’exister. Les Américains d’Obama tenaient à le signer en dépit d’une résistance des Français, qui s’y sont résignés.

Sauf que ce qui ne faisait pas partie du deal nucléaire était aussi important que celui-ci. Les esprits supérieurs qui continuent de sévir l’ont vendu aux réticents en édictant le postulat indiscutable que les mollahs radicaux deviendraient des agneaux, une fois le traité signé.
Or c’est très exactement l’inverse de ce à quoi nous avons assisté.
Dans le domaine fondamental des armes balistiques, en violant la résolution 2231 du CSNU, les islamistes iraniens se sont surpassés pour avoir le bras long à l’égard de leurs cibles futures.
L’ONU comme l’Occident sont restés cois.
Sur les droits de l’homme, l’organisation Amnesty International, pourtant peu suspecte de tropismes pro-occidentaux, a baptisé l’année 2018 en Iran «année de la honte». Elle a stigmatisé «une répression effroyable de la dissidence avec plus de 7 000 personnes arrêtées».
Sans aucuns échos internationaux, Amnesty notait que «l’Iran a aussi intensifié sa répression discriminatoire contre des minorités religieuses et ethniques en arrêtant et en emprisonnant arbitrairement des centaines de personnes».

Sur les droits des femmes, ma consœur, la merveilleuse Nasrin Sotoudeh, a de nouveau été arrêtée et condamnée le 11 mars 2019 à dix ans d’incarcération supplémentaires et à 148 coups de fouet pour «incitation à la débauche». Tout cela pour avoir défendu des femmes qui refusaient de porter le voile. Il serait excessif de soutenir que les néoféministes occidentales ont fait montre, en la circonstance, de leur ordinaire alacrité lorsqu’il s’agit de fustiger le mâle européen.

Dans le cadre international, loin de réduire à quia les interventions belliqueuses des mollahs, l’accord nucléaire les aura au contraire galvanisés: au Yémen, en Irak et surtout en Syrie, ils construisent des bases militaires avec leur supplétif, le Hezbollah, classé officiellement organisation terroriste.
Précisément, dans le domaine du terrorisme international, on constate que le régime de Téhéran n’a rien perdu de son activisme. Pour ne prendre qu’un seul exemple, il y a un an, l’Allemagne a arrêté un diplomate iranien qui avait personnellement remis des explosifs à des terroristes en vue de les utiliser contre le rassemblement annuel des Moudjahidins du peuple iranien à Villepinte.
On ne peut pas dire que la réaction médiatique ou politique française à une tentative d’attentat commis sur le sol français ait été d’une virulence extrême.
Pour terminer, qu’on m’autorise une observation personnelle: j’imagine d’avance certains expliquer notamment ma prise de position en raison d’un soutien à Israël aussi assumé que notoire.
Et ils auront parfaitement raison. Je reconnais bien volontiers que le fait que le régime de Téhéran inscrive sur ses missiles: «Israël sera détruit» ne me persuade pas davantage de ses intentions pacifiques. Et je vois dans l’indifférence européenne à ce sujet crucial une attitude dont j’ai peine à faire le départ entre la lâche démission et l’abandon d’un État juif et d’une démocratie occidentale.
Pour autant que les deux choses ne soient pas complémentaires.

Au-delà de la question israélienne, mais dans un domaine très voisin, je signale à l’opinion décidément assoupie qu’il y a quelques jours, le 18 juillet, l’Argentine du président Macri a désigné le Hezbollah pro-iranien comme responsable de l’attentat contre le centre communautaire juif Amia de Buenos Aires, qui avait fait 85 morts. Un ministre iranien est visé par un mandat d’arrêt international. Le procureur Nisman chargé des poursuites a été assassiné. L’ex-présidente Kirchner, qui a voulu régler amiablement l’affaire avec Téhéran, a été poursuivie en justice. Mais qui s’en soucie?
Lorsque je déplore cette lacune ornithologique de ne voir planer les «faucons» que dans le ciel de Washington et non de Téhéran, cette maladresse linguistique de désigner Trump comme un mégalomane imprévisible mais de qualifier constamment Rohani de président «modéré», cette erreur stratégique de ne réclamer des accommodements qu’au premier mais aucun renoncement au second, est-ce que j’exagère inconsidérément?
Je tiens à conclure en précisant inutilement que je ne confonds en rien le merveilleux peuple persan avec ses dictateurs en turban.
* Son dernier ouvrage, «Névroses médiatiques. Le monde est devenu une foule déchaînée», est paru chez Plon.
SOURCE :

http://premium.lefigaro.fr/vox/monde/goldnadel-l-etrange-indulgence-des-europeens-envers-l-iran-20190723

happywheels

10 Commentaires

  1. jlmsika

    24 juillet 2019 at 12 h 39 min

    Lettre Ouverte au Président de la République Emmanuel Macron
    après la cérémonie à la mémoire des victimes du « Vel d’Hiv »

    Monsieur le Président,

    Le 21 juillet, une cérémonie a été tenue « …à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l’Etat français… » un état qui avait collaboré activement et honteusement avec le régime hitlérien pour l’éradication du peuple juif.

    Mais les regrets ne suffisent pas: il faut surtout ne pas répéter aujourd’hui de tels crimes de collaboration  avec un autre régime voué lui aussi à l’anéantissement du peuple juif, le régime islamique d’Iran, dont la raison d’être déclarée (..quotidiennement et ouvertement…!) est l’éradication de l’unique état juif au monde:

    – soit par l’arme nucléaire.
    L’accord bancal du JCPoA autorise en effet l’Iran à accéder à l’arme nucléaire dans quelques années vite passées, après un très proche « sunset ».
    Ce deal a été clairement dénoncé par Israël, le principal intéressé dont on avait eu soin, avec beaucoup de légèreté, d’ignorer radicalement les avis….  

    – soit par les centaines de milliers de missiles fournis par l’Iran au Hezbollah et stockés sous bouclier humain: la population civile du sud Liban, prise en otage, ce qui constitue un crime de guerre…
    La résolution 1701 du Conseil de Sécurité du 11 Août 2006, signée par la France, prévoyait le désarmement de la milice du Hezbollah, mais au contraire, le Hezbollah n’a cessé depuis d’augmenter son arsenal de missiles meurtriers et précis, dans d’énormes proportions.
    Israël a bien prévenu qu’en cas d’attaque de missiles du Hezbollah, il serait bien obligé de se défendre puissamment, avec d’immenses dommages collatéraux, causés par le stockage délibéré des missiles en zones habitées, crime de guerre du Hezbollah.

    Or la France se veut « protectrice du Liban ».

    Pour protéger le Liban, la France doit exiger impérativement le désarmement du Hezbollah.

    Crimes du Hezbollah, en accord avec le régime islamique d’Iran :

    Le 23 octobre 1983, cette milice terroriste a causé la mort de 241 soldats américains, puis de 58 parachutistes français ainsi que de la famille libanaise du gardien d’immeuble..
    Le 18 juillet 1994, le Hezbollah, toujours en accord avec le régime islamique d’Iran, a procédé à un attentat contre le centre culturel juif AMIA de Buenos Aires, avec 84 morts et 230 blessés.
    Etc…etc… (la liste des crimes est longue..).
    Aujourd’hui, le Hezbollah est prêt à mettre gravement en jeu la sécurité des populations civiles du sud Liban, en attaquant Israël sur ordre du régime islamique d’Iran. Il est prêt à sacrifier la population civile du Liban pour pouvoir faire accuser ensuite Israël, coupable de se défendre, etc…comme d’habitude…

    Pour une sortie de crise, un rôle important pour la France :

    Au lieu d’entretenir la crise en encourageant le régime islamique d’Iran à résister, ce qui ne peut mener qu’à un conflit ouvert, la France peut et doit contribuer à une large alliance de l’Europe démocratique avec la démocratie Américaine, pour exiger la soumission du régime islamique d’Iran à toutes les conditions justes et indispensables énoncées par la diplomatie américaine, dont entre autres le respect des droits de l’homme, car c’est en Iran que la peine de mort est exercée le plus massivement dans le monde, contre des opposants, des intellectuels, des homosexuels, des femmes en révolte, etc….
    Au lieu de chercher à contourner les sanctions, pour soutenir le régime islamique dictatorial mais branlant, dans son obstination fanatique, il vaut mieux lui conseiller de négocier sans conditions, pour contribuer à une paix indispensable pour la région et le monde.

    La France doit choisir son camp, et agir pour la paix.

    C’est:

    – soit la République Islamique d’Iran, dictature terroriste, obscurantiste et meurtrière (de 58 parachutistes français, etc…),

    – soit la démocratie américaine, qui a déjà sauvé le monde libre de l’Hitlérisme et du Stalinisme.

    Cesser toute collaboration avec un régime génocidaire :

    La France de Vichy avait toléré le génocide contre les juifs, et même collaboré activement.
    La France d’aujourd’hui ne peut « faire comme si de rien n’était.. » et tolérer les menaces constantes contre l’unique état juif (« Mort à Israël, etc… »), proférées par les ayatollahs et mises en œuvre par le Hezbollah, avec ses tunnels d’attaque et ses multiples arsenaux de missiles guidés. 
    Cela reviendrait à retomber dans l’ornière de la collaboration avec un régime tout aussi génocidaire que le régime hitlérien (contre Israël et aussi contre son propre peuple, exécuté massivement pour prétendus « crimes contre Dieu »..).

    La France doit choisir son camp, et ne pas encore se tromper comme en 38 à Munich!

    Qu’en pensez vous, Mr. Le Président?

    Veuillez agréer mes salutations les plus courtoises,

    Jean-Loup Msika, architecte-urbaniste, plasticien

  2. jacko lévy

    24 juillet 2019 at 12 h 42 min

    l’ayatollah Khamenei

    non! KHAMENAILLE

    ça rime avec ce qu » a toujours été ce gourou : une infecte canaille 😆

    • In Memoriam

      24 juillet 2019 at 14 h 06 min

      Ou racaille, c’est au choix !

  3. Lior

    24 juillet 2019 at 13 h 04 min

    Merci à Gilles William.
    En fait, je crains que la disparition de la civilisation européenne ne provoque, 20 ans après, la disparition d’Israel.. Par exemple à cause de la menace iranienne.
    Qu’en pense la LDJ ?

  4. Yaacov

    24 juillet 2019 at 21 h 38 min

    Marianne est en fait une grosse pute

  5. vrcngtrx

    24 juillet 2019 at 22 h 47 min

  6. Franccomtois

    25 juillet 2019 at 8 h 30 min

    H.S:article paru dans Europe-Israel.
    Comment un tel criminel,tortionnaire,n´ayant pas plus de valeur qu´une merde qui hait les juifs,Israel et le reste du monde peut d´un coup devenir un amoureux d´Israel?Je pense que le fait d´être en les mains des Kurdes qui le refilerons surement aux autorités du pays arrêté lui fout la chiasse.Et comme tous ses semblables il n´a pas de face,de courage,un lâche dans toute sa splendeur.Qu´Israel le laisse crever de la pire maniere dans le pays qui le retient ou qu´il y finisse ses jours dans les pires conditions d´emprisonnement.
    Une pensée á toutes celles et ceux qui ont subit les pires horreurs de ce genre de moisissure.

    Sayyaf Sharif Daoud, combattant israélo-arabe de l’EI capturé par les Kurdes : « Israël n’est pas barbare comme le régime d’Assad… Citoyens juifs et arabes sont égaux en Israël » (Vidéo)

    Juil 23, 20192

    Sayyaf Sharif Daoud, combattant israélo-arabe de l’EI capturé par les Kurdes : « Israël n’est pas barbare comme le régime d’Assad… Citoyens juifs et arabes sont égaux en Israël » (Vidéo)

    Sayyaf Sharif Daoud, combattant de l’Etat islamique palestinien de nationalité israélienne, a déclaré dans une interview diffusée sur la BBC en arabe (Royaume-Uni) le 16 juillet 2019, qu’il avait rejoint l’Etat islamique plutôt que des mouvements palestiniens car son père lui avait recommandé de ne pas rejoindre le Hamas ou le Fatah. Il a aussi dit que son expérience de la Seconde Intifada et sa vie en Cisjordanie et en Israël lui avaient permis de comprendre qu’Israël « n’a pas fait 1 % de ce que Bachar El-Assad a fait ».

    Il a expliqué qu’en dépit des combats, Israël n’avait jamais violé de femmes ni tué avec la barbarie du régime d’Assad. Il a émis l’espoir qu’Israël le ré-accepte afin qu’il retourne à une vie normale. Daoud a ajouté qu’Israël était une démocratie dans laquelle il n’avait pas témoigné d’injustices et où Arabes et Juifs cohabitaient et étaient traités de façon égale.

    Extraits :

    Feras Kilani, correspondant de la BBC : Pour être honnête, il y a une chose que je ne comprends pas, et que de nombreux téléspectateurs arabes ne comprennent probablement pas non plus. Au bout du compte, vous êtes un Arabe israélien. Vous êtes aussi musulman, nous ne parlons pas de…

    Sayyaf Sharif Daoud : Exact.

    Feras Kilani : Si vous dites aux téléspectateurs arabes qu’un individu venant d’Israël a rejoint l’Etat islamique, la première chose qu’ils se diront est : « Qu’il aille défendre son propre pays [la Palestine]. » Comment avez-vous rationnalisé [votre attitude] ?

    Sayyaf Sharif Daoud : Par Allah, la réponse va vous surprendre. J’ai traversé la Seconde Intifada. J’ai vu la guerre. J’ai vécu en Cisjordanie et en Israël. Israël n’a pas fait 1 % de ce que Bachar El-Assad a fait. Il y avait des combats et tout, mais Israël n’a pas violé de femmes ni ne les a déshabillées à la télévision, n’a pas tué avec une telle barbarie… Certes, il y a eu des combats…

    Feras Kilani : Ne vous sentez-vous pas aussi Palestinien, et non Israélien ?

    Sayyaf Sharif Daoud : Qu’entendez-vous par « Palestinien » ? Je suis un citoyen israélien, mais je suis Palestinien…

    Feras Kilani : Votre ferveur religieuse ne vous a-t-elle pas poussé à rejoindre le Hamas ?

    Sayyaf Sharif Daoud : Non. Pour être honnête, mon père m’a mis en garde contre le Hamas et le Fatah. […]

    Feras Kilani : Lorsque vous êtes seul avec vos pensées la nuit, comment voyez-vous votre avenir ?

    Sayyaf Sharif Daoud : Par Allah, je me suis causé du tort à moi-même. J’espère que l’Etat me reprendra et que je pourrai retourner…

    Feras Kilani : En Israël ?

    Sayyaf Sharif Daoud : Une personne peut reconsidérer les choses et revenir à une vie normale.

    Feras Kilani : Pensez-vous vraiment qu’Israël vous acceptera de nouveau si vous revenez ?

    Sayyaf Sharif Daoud : Ecoutez, Israël est un pays démocratique. Je n’ai pas vu d’injustice là-bas. Nous, Arabes, cohabitons en Israël avec les Juifs. Il n’y a pas d’injustice. Nous sommes traités exactement comme les Juifs.

    Video d´une Francaise qui chante une belle chanson Kurde. Eléonore – Dilo Ez Bimrim
    https://youtu.be/trklQq1wGe8

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *