La menace islamiste s’invite dans la campagne

By  |  5 Comments

Par Ivan Rioufol
Surtout, ne pas dire le mot ! Ce mercredi matin, sur Europe 1, François Bayrou a évoqué une « radicalisation », une « menace », un « terrorisme », un « drame », un « risque ». Mais ni l’allié d’Emmanuel Macron ni son intervieweur n’ont mis en cause la motivation djihadiste des deux Français musulmans (dont un converti) arrêtés mardi à Marseille. La découverte de leur arsenal, à leur domicile, laisse peu de doute sur leur détermination à passer rapidement à l’acte. Cette naturelle prudence du journaliste et de l’homme politique en dit beaucoup sur la difficulté du Système à nommer les choses, dès lors que l’islam politique peut être mis en cause. Cette réserve est d’autant plus choquante que les accusations en fascisme sont souvent lancées sans retenue dès lors qu’il s’agit d’alerter contre le populisme. Il est vrai que l’expression du simple bon sens a le tort d’appeler un chat un chat et Rolet un fripon. Parler de radicalisation pour désigner à la fois le mouvement Sens Commun, la formation issue de La Manif pour Tous qui a rejoint François Fillon, et le totalitarisme islamique en guerre contre la démocratie revient évidemment à édulcorer la dangerosité des fanatiques ayant fait allégeance à l’Etat islamique. Ceux-là peuvent se satisfaire de cette soumission en marche. Les intimidations des islamistes, qui sont les premiers à se réclamer du vivre ensemble, de l’antiracisme et des droits de l’homme pour consolider leur impunité, semblent malheureusement efficaces. Sinon Bayrou, qui connait le sens des mots, aurait employé les bons.
Fillon semble être d’ailleurs celui que les deux illuminés, fichés S, entendaient atteindre, au vu de sa photo épinglée au mur de la planque et d’un dossier retrouvé, contenant des coupures de presse. A ce stade, le procureur de la République, François Molins, n’a cependant pas confirmé l’identité de la cible. Pour autant, le candidat des Républicains se distingue de ses concurrents par un discours sans fard contre l’islam radical. Outre son livre au titre sans ambiguïté – Vaincre le totalitarisme islamique -, Fillon est celui qui s’est le plus engagé dans la défense des Chrétiens d’Orient, victimes d’une épuration par l’islam sunnite. Lors de son meeting du 9 avril, à Paris, il avait appelé les Français musulmans « à se soulever contre l’obscurantisme et à nous aider à faire le nettoyage ». Il persiste ce mercredi dans Le Parisien : « Je veux combattre l’intégrisme avec les musulmans ». Quand Macron dénonce, lui, l’obscurantisme, il parle de celui de Donald Trump. Et si Marine Le Pen n’épargne pas non plus l’islamisme, elle le fait parfois d’une manière oblique. Lors d’un meeting à Lyon, le 5 février, elle avait cru bon de dénoncer à la fois le totalitarisme djihadiste et le totalitarisme affairiste, présentés comme deux effets de la mondialisation. Ce relativisme saugrenu n’aide évidemment pas à hiérarchiser les dangers. Il faut néanmoins remarquer que la présidente du FN a, depuis quelques jours, repositionné plus clairement son discours. Seuls les candidats de la collaboration et de l’islamo-gauchisme sont à l’abri du courroux des islamistes.

Source :

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2017/04/surtout-ne-pas-dire-le.html

happywheels

5 Commentaires

  1. Gilles-Michel De Hann

    20 avril 2017 at 19 h 48 min

    Selon Robert Spencer, l’islam est une religion profondément politique, et ce, dès ses origines.

    L’empire est venu en premier, la théologie en second.

    Une théologie fut élaborée afin de consolider et de justifier un pouvoir politique.

    On a élaboré une théologie où la colère et le jugement d’Allah doivent s’exercer aussi bien sur terre que dans l’après-vie. Chose inquiétante, les musulmans sont appelés à être ici-bas les exécuteurs de la justice d’Allah !

    Mentionnons, à titre d’exemple, que cette théologie se distingue nettement de la perspective chrétienne, l’un des fondements de la civilisation occidentale.

    Alors que le christianisme a débuté essentiellement à titre de voie spirituelle (se référer aux écrits du Nouveau Testament ainsi qu’aux trois premiers siècles de la chrétienté jusqu’à la conversion de l’empereur Constantin), l’islam, pour sa part, fut une religion politique dès ses origines.

    L’islam demande la soumission à un corps doctrinal dont l’expression achevée est la charia : une loi qui entend contrôler tous les aspects de la vie humaine.

    La libre pensée, base historique et logique de la laïcité et de la démocratie moderne, est en lutte contre l’emprise sur les esprits et les corps, des croyances religieuses et superstitieuses comme des croyances sécularisées des eschatologies totalitaires et des thèses complotistes de tous poils. Fondée sur l’autonomie de jugement et le questionnement de la norme, la démocratie est un combat permanent contre le principe d’imposition qui se substitue sournoisement ou plus violement à celui du libre choix, et les pratiques relevant de l’autoritarisme au sein des sociétés comme dans les régimes politiques qui glissent vers des democraduras (dictature déguisées en démocratie par la tenue d’élections mais qui ne sont pas libres).

    C’est ce à quoi nous exposent, ceux qui ne défendent plus la liberté de penser, comme muselés par un électorat potentiel qu’il ne faudrait pas choquer, mais qui tôt ou tard se retournera contre eux et s’hybrideront sur le système pour mieux s’en emparer …

  2. Claude

    20 avril 2017 at 20 h 57 min

    Et bien justement parlons en du danger des attentats pendant cette période électorale ! Il semble que cela ne sera pas de tout repos !

    En ce moment , il se passe quelque chose sur les Champs Elysées, une fusillade contre la police par 2 individus , pour le moment, l’on en sait pas plus, on ignore encore si il s’agit d’un attentat terroriste, comme à l’habitude, les journalistes disent qu’ils faut rester « très prudent » à ce sujet !

  3. GH Chevallot

    20 avril 2017 at 21 h 15 min

    Un faux cul et un vrai con, cela ne va pas faire avancer le débat sur la vérité. La sémantique permet aux langues de putes de ne rien dire tout en parlant comme des érudits !!

  4. CHARLES

    21 avril 2017 at 10 h 31 min

    La France normale immigrationniste laxiste d’Hollande et de son héritier Macron… c’est plus des frontières, c’est des boulevards, des navettes à terroristes !
    Les belges nous informent qu’un fichier S dangereux prend le Thalys ce matin à 6h pour la France, photo à l’appui et à 21h, il commet un attentat sur les champs en plein état d’urgence
    Le deuxième assaillant en fuite est venu à Paris de Belgique par train. Un mandat d’arrêt est lancé contre lui
    Ca ne peut plus durer !

    http://www.europe-israel.org/2017/04/premier-suspect-un-musulman-belge-repondant-au-nom-de-youssouf-el-osri/

    • VRCNGTRX

      21 avril 2017 at 19 h 30 min

      « Ça ne peut plus durer ! »
      le public demande de la télé réalité, des films d’épouvante, de l’hémoglobine … et bien servons-leur ces têtes de rats à broyer en direct live, d’une part ça les dissuadera de continuer, d’autre part justice sera faite !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *