Le passé nazi de Volkswagen

By  |  13 Comments

Dans l’Allemagne nazie de la fin des années 1930, Hitler a conçu l’idée de créer une automobile pour le peuple, c’est ainsi que la Volkswagen, qui signifie littéralement en allemand « voiture du peuple », est née.

L’idée de Hitler :
Tout commence pendant les années 1930, Hitler pense que tout le monde doit avoir la possibilité de la possesion d’une automobile. La raison étant que l’Allemagne venait de construire des autoroutes qui étaient « vides », à l’exception de quelques automobiles.
Ferdinand Porsche a proposé à Hitler de l’aider à réaliser l’idée duvolkswagen, car Ferdinand avait le rêve de créer une voiture populaire.

Le développement :
En 1932 le premier prototype est construit (voir photographie). Dans les années qui suivent, la voiture connait une métamorphose, cependant le moteur reste le même avec juste des petits développements en termes de performance.
L’ingénieur Erwin Komenda, le chef de Porsche est responsable de la carrosserie maintennant célèbre auprès de millions de personnes.
Les premiers prototypes sont appelés KdF-wagens ( Kraft durch Freude =  » la force par la joie « , KdF était aussi le nom d’une vaste organisation de loisirs dans l’Allemagne nazie).
En 1936 Hitler renomme la société « Volkswagen ».

L’usine se trouvait dans la ville de KdF-Stadt, appelée Wolfsburg du nom du château sur laquelle elle était construite. À ce moment là, l’usine avait seulement produit un petite nombre de voitures, quand la seconde Guerre mondiale commence en 1939. (Voir photographie)
Volkswagen pendant la seconde Guerre mondiale :
La plupart des véhicules construits sont utilisés par l’armée allemande, les trois véhicules Volkswagen utilisés sont :

 Le Kübelwagen,

 le Schwimmwagen (une voiture amphibie),

 et le Kommanderwagen qui prend la carrosserie de la kdf-wagen.

L’usine est placée sous l’autorité de l’armée avec la production d’armes et de véhicules spécifiques. À cause de la guerre, la production de la type 1 est repoussée.
Les machines sont utilisées pour construire les véhicules pour l’armée mais la production de la type 1 n’est pas totalement arrêtée, leskommanderwagens qui « portent » la carrosserie du type 1 sont construits et très peu modifiés.
Il faudra attendre 1948 pour que la production revienne à la normale

Mai 1945, c’est la fin de la seconde Guerre mondiale et l’usine de Wolfsburg est détruite (voir photographie).
Wolfsburg se trouve alors sous autorité des troupes américaines et selon les accords entre pays alliés, la région est « remise » aux forces britanniques.
source :
http://muriel.lucot.free.fr/spip.php?article568

happywheels

13 Commentaires

  1. Claude

    22 septembre 2015 at 21 h 05 min

    Interessant aussi le passé de Jean-Marie Balestre ancien president de la FIA (federation internationale automobile)a lire sur Wiki:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Balestre

  2. CATHY

    22 septembre 2015 at 21 h 30 min

    De toute façon je hais cette marque de voiture… Je préfère consommer français ( Renault )… Je n’ai jamais aimé l’Allemagne ni les allemands au vu des crimes impardonnables qu’ont subi les juifs et tant d’autres comme mon grand-père déporté… JE HAIS L’ALLEMAGNE…

    • liguedefensejuive

      23 septembre 2015 at 9 h 20 min

      En 1939, les usines de Billancourt sont parmi les premiers fournisseurs de matériel de guerre pour l’armée française20. En mai 1940, Louis Renault s’envole pour les États-Unis afin d’y accélérer la production de chars de combat et résister à l’avancée allemande21. Il y rencontre le président F. D. Roosevelt ainsi que plusieurs industriels et généraux américains. Mais il est trop tard. En son absence, ses usines sont réquisitionnées par la Wehrmacht et, une fois qu’il est de retour à Paris, deux ateliers, détachés de l’usine, sont contraints de réparer des chars de combat (Renault), à la suite d’un accord intervenu entre François Lehideux, neveu par alliance de Louis et administrateur des usines Renault, le baron Petiet, président de la Chambre syndicale des constructeurs d’automobiles et le ministre allemand Schmidt. Les usines Renault sont en effet passées sous administration allemande sous tutelle de Daimler-Benz.Après la libération de Paris, il est accusé de collaboration et la presse écrite se déchaîne contre lui. Un mandat est délivré contre lui le 19 septembre 1944 pour « atteinte à la sûreté extérieure de l’État ». Le 23 septembre 1944, malade, il se rend librement à la convocation d’un juge qui l’inculpe et le fait aussitôt incarcérer à la prison de Fresnes, où il est mis au secret et battu à maintes reprises par des FTP qui l’incriminent de « commerce avec l’ennemi ». Sa santé se dégrade rapidement, il est laissé sans soins et se plaint d’être battu pendant la nuit. Sa femme, Christiane Renault, réussit à le faire examiner début octobre par un médecin qui diagnostique une vertèbre cervicale fracturée ainsi qu’une crise d’urémie aiguë. Il est alors transféré dans l’hôpital psychiatrique de Ville-Évrard à Neuilly-sur-Marne où il est de nouveau « passé à tabac », puis le 9 octobre à la clinique Saint-Jean-de-Dieu, rue Rousselet à Paris, où il serait sorti un instant du coma pour murmurer à son épouse : « Et l’usine ? » Il décède le 24 octobre 1944 à l’âge de 67 ans, un mois après son incarcération.

    • LVF

      12 octobre 2017 at 10 h 32 min

      confondre Allemagne et nazisme je te félicite on devrais te retiré tout tes diplôme (si tu en as) et quand ta une Renault c’est bizard mais j’en plus à la casse ou au garage que sur la route et une petite dernière Opel qui a fait les Opel blitz (camion standard utilisé pour toute sorte de chose dont des massacres) appartient a PSA.

      • Val

        3 février 2018 at 19 h 59 min

        Opel était déjà la propriété de GM depuis 1929 et a été obligé de construire ces vehicules et des avions sous pression nazi. En 1944 les americains auto sabotent l’usine de Russelsheim qui leur appartient en la bombardant pour entraver la production. OPEL n’a jamais été nazi ni sympathisant, ils ont été prisonniers réquisitionnés comme beaucoup d’industries allemandes.

  3. dyna

    22 septembre 2015 at 22 h 02 min

    bmw=benz+mercedes+volkswagen=vollks=peuple+wagen=wagonn=le wagon du peuple??
    à savoir que les usa+l’union soviétique+la france+le royaume uni on kidnappé des chercheurs nazi pour leurs savoir sur les missiles et le nucléaire
    c’est pour cela que ces pays on la bombe nucléaire les premiers
    comme par hasard ???
    il n y pas de hasard.
    mais sinon le matos allemand est de loin de grande facture
    le nazisme est mort,je me préoccupe du présent les catastrophe qui vont suivre me font plus peur, vu les armes de dèstruction de masse
    si une guerre mondial èclate il ne restera plus grand monde sur cette mérveilleuse terre et sera irradier donc invivable
    cette fois plus aucun survivant pour raconté la folie des hommes=un suicide collectif
    que d. nous en préserve

  4. Pierre un gaulois

    22 septembre 2015 at 23 h 44 min

    Sur la dernière photo, la modification du capot fait penser à un gazogène installé dans le coffre avant.
    La roue de secours est placée sur le toit, (pour faire de la place ? ) .
    ……..
    Quoi qu’il en soit, je préfère notre brave 2 CV Citroën, dont les prototypes ont été conçus pendant l’Occupation au nez et à la barbe des Allemands.

  5. Laurence

    23 septembre 2015 at 10 h 14 min

    Je n’achète plus de voituure allemande depuis que je sais

    • LVF

      12 octobre 2017 at 10 h 37 min

      bravo encore une conne qui confond nazisme et Allemagne

  6. aval31

    23 septembre 2015 at 11 h 33 min

    Citroën était juif

    • liguedefensejuive

      23 septembre 2015 at 14 h 12 min

      André Citroën naît à Paris le 5 février 1878 à 0 h 30 3. Il est le cinquième et dernier enfant de Lévie Citroen, diamantaire juif néerlandais, émigré à Paris en 1873, et de Masza Kleinman, juive polonaise originaire de Varsovie.

  7. DixTroy

    24 septembre 2015 at 10 h 09 min

    Un peu juif aussi, la coccinelle est née d’un concept d’un ingénieur juif, Josef Ganz

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *