Liban: l’Europe doit désigner le Hezbollah comme une organisation terroriste

By  |  7 Comments

EXCLUSIF – Dans une tribune collective au Figaro, 27 signataires* demandent à Emmanuel Macron que la France considère le Hezbollah comme une organisation terroriste et invite l’Union européenne à faire de même. Sans ce signe de fermeté, aucun Liban souverain ne sera possible, jugent-ils.
Par Tribune collective
Après l’explosion qui a coûté la vie à presque deux cents personnes et en a mutilé des milliers d’autres, alors que le cœur de Beyrouth sinistré continue de chercher ses disparus, à l’heure où le FMI prépare un plan de sauvetage du Liban, il nous semble que le seul soutien financier à l’État libanais souhaitable est un soutien conditionné à quelques exigences politiques.
Dès le mois de juillet, lorsque le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian s’est rendu au pays du Cèdre, un soutien massif apparaissait déjà indispensable. Et les citoyens libanais avaient exprimé leur ras-le-bol dès l’automne 2019 lors de manifestations lancées autour du slogan: «Tous, cela veut dire tous.» C’est en effet au niveau alarmant de corruption qui gangrène les institutions et la classe politique libanaise qu’il faut largement attribuer cette gabegie.
Sans assainissement profond de l’État libanais, aucune solidarité extérieure ne saura apporter un soutien réel et efficace. Il faut donc conditionner l’aide aux réformes mais aussi au respect plein et entier du droit international.
En effet, le Hezbollah exerce son pouvoir de nuisance au Liban de façon croissante et décomplexée, en même temps qu’il pèse sur la sécurité régionale, européenne et internationale. Au cours des vingt dernières années, de son propre aveu public, le Hezbollah, organisation terroriste, a su créer un État dans l’État libanais et supplanter l’armée libanaise. Le Hezbollah intervient en Syrie pour le compte du régime iranien qui le finance et en appui du régime Assad coupable de crimes contre l’humanité, tandis qu’il a perpétré des attentats en Europe et ailleurs dans le monde.
Si le Hezbollah n’a pas été le seul responsable d’un système économique déficitaire, il en est finalement devenu le garant
À l’heure de vérité pour le Liban, la communauté internationale doit reconnaître le problème majeur que constitue le Hezbollah dans la reconstruction du pays. La mainmise qu’il exerce sur la scène politique libanaise aujourd’hui paralyse toute possibilité de transition politique profonde.
Si le Hezbollah n’a pas été le seul responsable d’un système économique déficitaire, il en est finalement devenu le garant. Toutes les grandes factions au pouvoir s’opposent aux réformes et le statut armé du Hezbollah, capable d’intimider et d’assassiner à volonté et sans conséquence les opposants politiques nationaux, a toujours fixé les limites de la transparence et de la responsabilité et a fondamentalement empêché l’établissement de l’État de droit.
Le Hezbollah est un acteur aux ambitions régionales, dont la puissance et les ressources viennent de l’extérieur et notamment de l’Iran. Ce statut de vassal rend également caduque toute volonté d’indépendance et de neutralité du pays. C’est pourquoi nous demandons au président de la République que la France ne fasse plus obstacle à la désignation du Hezbollah comme organisation terroriste par l’Union européenne. Ce n’est pas d’ingérence qu’il s’agit – la clef d’une solution politique au Liban réside bel et bien dans les mains des Libanais – mais du combat global que nous menons contre le terrorisme.
Aussi, comme l’a réclamé le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, le Hezbollah doit impérativement être désarmé, en vertu de la résolution 1559 adoptée en 2004 (mais aussi des accords inter-arabes de Taef de 1989, lesquels prohibaient toute milice armée). «L’omniprésence d’armes échappant au contrôle de l’État, à laquelle s’ajoute l’existence des milices armées, continue de compromettre la sécurité et la stabilité du Liban. Le fait que le Hezbollah dispose toujours d’importants moyens militaires de pointe échappant au contrôle de l’État libanais reste très préoccupant», avait-il alors rappelé.
Les États-Unis, les pays du Golfe mais aussi les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Lituanie ont déjà procédé à la désignation du Hezbollah pour ce qu’il est: une organisation terroriste. À l’heure de vérité pour le Liban, c’est l’opportunité pour la France de construire une position européenne commune.
En défendant une telle position, celle d’un soutien massif mais conditionné, la France jouerait pleinement son rôle unique de médiateur au Moyen-Orient. Lors de son déplacement à Beyrouth le 6 août dernier, le président Macron avait insisté: «La crise ici est grave et implique une responsabilité historique des dirigeants en place.» Sans condamnation ferme du Hezbollah, l’action de la France, au rendez-vous pour porter secours à son plus vieil ami de la région, risque d’être vaine.
________________________________________
* Parmi les personnalités signataires figurent Pascal Bruckner, romancier et philosophe ; Michel Brugière, ancien directeur général de Médecins du Monde ; Huguette Chomski-Magnis, coordinatrice du Collectif contre le terrorisme ; Brice Couturier, journaliste et essayiste ; Philippe Douste-Blazy, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien ministre de la Santé ; Bernice Dubois, présidente d’honneur de la Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes ; Agnès Firmin le Bodo, députée (Agir) du Havre ; David Gakunzi, écrivain, journaliste, directeur du Paris Global Forum ; Annie Genevard, vice-présidente (LR) de l’Assemblée nationale ; Pierre Henry, directeur général de France Terre d’asile ; Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine ; Maya Khadra, journaliste franco-libanaise, enseignante ; Mimi Khoriati Abdo, citoyenne franco-libanaise, militante féministe et membre du Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme (MPCT) ; Patrick Klugman, avocat ; Constance Le Grip, députée (LR) des Hauts-de-Seine ; Corinne Lepage, présidente du Rassemblement citoyen, ancienne ministre de l’Environnement ; Jacky Mamou, président du Collectif Urgence Darfour ; Thibault de Montbrial, avocat, spécialiste des questions de sécurité ; Adrien Morenas, ancien député du Vaucluse ; Ana Pak, Tribune Azad Iran Laïque ; Astrid Panosyan, co-fondatrice d’En Marche ; Françoise Rudetzki, Fondatrice de SOS attentats ; Ari Sebag, ancien Président de MedBridge Strategy Center ; Mohamed Sifaoui, journaliste et écrivain franco-algérien ; Béatrice Szwec, présidente du Mouvement pour la Paix et contre le Terrorisme ; Nicolas Tenzer, philosophe politique et essayiste ; Philippe Val, écrivain, ancien rédacteur en chef de Charlie Hebdo ; Manuel Valls, ancien Premier ministre.
SOURCE :
https://www.lefigaro.fr/vox/monde/liban-l-europe-doit-designer-le-hezbollah-comme-une-organisation-terroriste-20200831

happywheels

7 Commentaires

  1. Rosa SAHSAN dit :

    Non seulement le minable de l’Elysée reconnait le Hezbollah comme un parti politique, voilà t-y pas que la »brillante » ministre de la défense nous raconte que le Hezbollah est un parti politique car il y a 11 députés au parlement. Ce qu’elle oublie de dire cette conne c’est que tout le parlement est aux mains du Hezbollah. Et ce qu’elle n’a toujours pas compris cette « brillante » ministre, c’est que la population n’en peut plus de cette situation.
    ROSA

    • capucine dit :

      macron devrait aller se présenter à la présidence du Hezbollah et quitter la France ça éviterait qu’il nous taxe l’air qu’on respire avec ses masques qu’il nous oblige à porter toute la journée !! bon vent…

  2. Moshe_007 dit :

    Le drian s’est premièrement déplacé au Liban pour rencontré les trésoriers du hiubollah, manque de pot deux jours avant l’arrivée du ministre de macronette 24 juillet 2020, ali kamel mohsen jawad l’un des principaux interlocuteur que le drian devait rencontré a été caramélisé sur un site du hizbollah à Damas le 22 juillet 2020, donc le drain est reparti sa valise sous le bras pour rester poli, sans pouvoir délivrer plusieurs mâles remplies d’euros converties en dollars en guise de soutien français au hizbollah. Sans la présence d’ali kamel mohsen jawad, il était impossible de remettre ces sommes astronomiques, c’est comme ça chez Mc-hizbollah, disons que le drian ne voulait pas prendre le risque de se retrouver dans le même état que le port de Beyrouth.

    Dès que l’on parle des réseaux de la finance du hizbollah, le système est extrêmement hiérarchisé et stricte, cela le drain le sait bien, c’est lui qui s’occupe des relations mafieuses entre la France et le hizbollah et plusieurs autres organisations principalement pro-mollahs. Cette fois les mâles remplies de dollars provenaient du trésor public de la république française, ne pas mélangé ce qui entre pour aller sur des comptes en Suisse des divers hauts technocrates et politiciens et ce qui est donné au hizbollah, cette fois provenant des caisses publiques. Ce qui entre au travers de bakchichs liés aux trafiques de drogues et d’armes et le reste, c’est une chose et ça va sur des comptes suisses, mais ce qui est attribué au Liban à partie des caisses de l’état français, va directement dans les poches des responsables du hizbollah et quelques mollahs iraniens, c’est ainsi depuis des décennies, comme avec arafat et abbas/abou-mazen, abou mazen ancien trésorier d’arafat, raison pour laquelle il a reprit la succession du fidèle amant d’al-husseini !

    Vous avez le pédophile pédéraste amin al-husseini, l’ami d’hitler !

    Comme quoi la collaboration française avec le régime nazis a encore de beaux-jours en perspective !

  3. Notre cher ministre de la defense oublie que le hezbollah est responsable de l’attentat du poste drakkar en 1983, bien que le djihad islamique est revendiqué ce dernier.
    Macron est doué pour recruter des minables.

  4. benjamin dit :

    macron rencontre cet apres midi les dirigeants des différents partis libanais dont le hezbollah ! cela rentre dans la grande strategie!!!de la france ! a savoir celle de l apres Donald trump !tant esperèè par macron et d ailleurs toute la clique habituelle des medias français !!hypothese a mon avis hasardeuse ! que le successeur de trump reviendrait au traitè de 2015 sur le nucleaire et levera toutes les sanctions !le hezbollah de ce fait devient donc interlocuteur privilègiè de macron !qu en pensent les libanais les saoudiens et autres monarchies du golf ??? et accessoirement israel?? et la turquie pas d accord pour avoir pour voisin un iran nucleaire ….bref c est une approche tres dangereuse et irresponsable !!et surtout pas du tout utile a la France !!au contraire !!

  5. Paul06 dit :

    Macron est le président de la France, j’ai dû mal à me reconnaître dans sa France. Ses valeurs ne sont pas les miennes…

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *