Versailles : les tags antisémites seront effacés sur le «Vagin de la reine»

By  |  1 Comment

Les tags à connotation antisémite peints sur la sculpture controversée de l’artiste britannique Anish Kapoor, actuellement exposée dans le parc du château de Versailles, vont finalement être effacés. L’oeuvre, baptisée «Le vagin de la reine», a été vandalisée trois fois depuis le mois de juin. Les derniers tags ont été signés début septembre, en pleine nuit.

L’artiste, qui se définit comme irakien, juif, hindou et britannique, s’était alors dit convaincu «qu’il ne fallait rien retirer de ces insultes, de ces mots propres à l’antisémitisme que l’on voudrait aussitôt oublier». Il avait estimé que «désormais, ces mots infamants faisaient partie de son oeuvre, la dépassaient, la stigmatisaient au nom de nos principes universels ». En clair, on ne touchait rien. La polémique avait alors enflé, certains estimant comme le sociologue Arnaud Esquerre dans Le Monde qu’il fallait retirer ce qui ressemblait fort à «des appels au meurtre des juifs». Faisant part de «sa grande tristesse», Anish Kapoor avait alors demandé un «délai de réflexion» après lequel il a finalement changé d’avis.

Les inscriptions – qui seront bientôt effacées «sous le contrôle de l’artiste», précise l’établissement public du château de Versailles -mentionnaient notamment «La reine sacrifiée, deux fois outragée», «SS sacrifice sanglant» ou encore«le deuxième VIOL de la Nation par l’activisme JUIF DEVIANT». Quelques jours plus tard et malgré les mesures de surveillance mises en place, la phrase «Respect Art as U trust God» («Respecte l’art comme tu crois en Dieu») avait été inscrite en grandes lettres à la peinture rose. Un message de paix qui n’a pas suffit à apaiser les esprits.

Une procédure en référé, visant à faire effacer les tags antisémites découverts sur la sculpture d’Anish Kapoor installée dans le parc du château de Versailles, doit être examinée samedi par la justice administrative. La requête en référé-liberté, une procédure d’urgence, a été déposée vendredi par l’association Avocats sans frontières et un conseiller municipal (DVD) de Versailles, Fabien Bouglé. Ces derniers reprochent à la présidente du Château de Versailles, Catherine Pégard, d’avoir accédé à la demande de l’artiste de ne pas retirer les insultes antisémites.

source :
http://www.leparisien.fr/versailles-78000/versailles-les-tags-antisemites-seront-effaces-sur-le-vagin-de-la-reine-18-09-2015-5104209.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

happywheels

1 Comment

  1. Laurence dit :

    Pourquoi les autres ne valent pas la peine d’etre éffacés ???

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *