VIDEO :MUNICIPALES 2020 : L’Union des démocrates musulmans français,UDMF, UNE MENACE QUI NE DIT PAS SON NOM

By  |  7 Comments

« >

l »Emission politique » sur France 2 « Vous avez la parole » le 19 septembre 2019

L’Union des démocrates musulmans français (UDMF) est un parti politique français fondé en 2012. Souhaitant rassembler les musulmans de France, il participe à plusieurs élections locales et nationales depuis 2014.
Le parti se revendique de l’anti-impérialisme, de l’antisionisme et de l’anticolonialisme

Son fondateur Nagib Azergui le place sur l’aile gauche de l’échiquier politique, attaché à la « valeur du travail » et à la famille. Le journaliste Laurent de Boissieu décrit l’Union des démocrates musulmans français comme islamiste.
L’UDMF souhaite le développement du halal dans une vision de création d’emplois, l’instauration de cours d’éducation civique et de philosophie permettant de « faire réfléchir et débattre les jeunes » ainsi que le droit au port du voile à l’école. Il veut lutter contre l’islamophobie, notamment par l’instauration d’une directive européenne qui permettrait de dissoudre tout groupe ou média raciste. Il entend également lutter contre la pollution plastique et les pertubateurs endocriniens, contre les paradis fiscaux et les lobbys, « lever le secret bancaire des entreprises européennes », sortir la France de l’OTAN et donner le droit de vote aux étrangers
‘Union des démocrates musulmans français est fondée par le Nanterrien Nagib Azergui le 22 novembre 2012. Dans sa déclaration au Journal officiel Associations, le parti présente comme objectif la lutte contre la xénophobie et la volonté de « permettre aux musulmans d’apporter une alternative au sein de la société française ». Emir Megharbi est élu président3. Le parti fait face à une opposition radicale des différents partis de gauche comme de droite ou d’extrême droite (Debout la France, Front national, Parti chrétien-démocrate, Parti socialiste, Les Républicains, Souveraineté, identité et libertés)7,8,9. En février 2014, il compte six cents adhérents.

L’Union des démocrates musulmans français annonce en 2013 son intention de présenter une liste aux élections municipales de 2014 à Bobigny (Seine-Saint-Denis), menée par Kamal Moumni, un militant de vingt-neuf ans, avant de renoncer moins d’un mois avant le scrutin. Le parti est finalement présent sur la liste de Stéphane De Paoli (Union des démocrates et indépendants, UDI). Hocine Hebbali, candidat de l’UDMF, est élu conseiller municipal et est chargé de l’Histoire locale. Il siège deux ans, avant de démissionner en 20163.
Le parti souhaite participer aux élections départementales de 2015 dans huit cantons, mais ne présente finalement pas de candidats13. Le parti se dira par la suite victime de pressions politiques et d’intimidations médiatiques, qui ont eu pour effet le revirement de plusieurs candidats et mécènes. Cependant, la médiatisation dont elle a bénéficié lui permet d’obtenir huit cents membres supplémentaires en quelques jours, ce qui fait un total de 1 700 adhérents. Elle se présente ensuite aux élections régionales de la même année dans la région Île-de-France. La tête de liste est Nizarr Bourchada, conseiller municipal ex-UDI de Brie-Comte-Robert en Seine-et-Marne. Il réunit 0,40 % des suffrages (12 528 électeurs), et fait son meilleur score à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, avec 5,90 % des voix. À la suite d’une crise interne, plusieurs membres du parti, menés par Bourchada, font scission et fondent Français et musulmans en 2015

Le médecin radiologiste mahorais Kamel Messaoudi se porte candidat à l’élection présidentielle de 2017 au nom de l’Union des démocrates musulmans français. Il n’obtient que trois parrainages. Aux élections législatives qui suivent, six binômes sont candidats. À Mayotte, Messaoudi établi le meilleur résultat, avec 5,08 % des voix.
En 2019, l’Union des démocrates musulmans français présente une liste aux élections européennes, « Une Europe au service des peuples », conduite par Nagib Azergui. Il s’agit de sa première participation à une élection de niveau national. Il bénéficie alors de huit cents adhérents à jour de cotisation.
La liste obtient 0,13 % des voix, terminant en 19e position sur 34. Bien que n’ayant pas imprimé de bulletins de vote mais demandé aux électeurs de le faire, le parti recueille des scores significatifs dans certaines communes et quartiers à forte population musulmane (17 % au Val Fourré, 7 % à Garges-lès-Gonesse et Montereau-Fault-Yonne, 6 % à La Courneuve et Chanteloup-les-Vignes).
L’UDMF entend présenter plusieurs listes aux élections municipales de 2020, pour lesquelles il appelle à un « grand remplacement dans les urnes de la République

happywheels

7 Commentaires

  1. Cobut Stéphan

    22 septembre 2019 at 17 h 57 min

    Le début de la fin de la République française ; et vers la charia la pédophilie et le reste de la barbarie ; et la fin de notre humanité libérale de nos peuples non seulement en France mais dans toute l’ europe de merde qui est payée pour nous détruire ; Le remplaçant de l’ antisémite Moghérini ; un espagnol dit ouvertement que l’ Iran doit détruire Israël ; on voit ou l’on va retour comme en 40 ; c’ est une honte et on laisse faire ; quelques générations ou avant avec les traîtres qui ont été bien payés par Sorros pou détruire cette europe que nous n’avons pas demandé ???

  2. duchene

    22 septembre 2019 at 19 h 11 min

    je n ai pas besoin de voir les autres commentaires, les images parlent d elles-memes..

  3. Claude

    22 septembre 2019 at 19 h 51 min

    Vous savez bien que tout cela a été voulu et l’est encore par le pouvoir enplace , c’est une véritable traitrise ce qui se passe dans ce pays .

    Malheureusement les français , regarde leur pays partir en lambeaux, tout comme les vaches regardent passer un train .

    Triste France qui s’éteint peu à peu.

  4. ZERATH

    23 septembre 2019 at 7 h 38 min

    Pauvre… Pauvre france

  5. In Memoriam

    23 septembre 2019 at 10 h 10 min

    Il est rare d’entendre un homme politique, en l’occurence Xavier Bertrand, énoncer en termes aussi nets sa condamnation de l’islamisme et de l’antisionisme !
    De plus, son émoi ne trompe personne : il vient du coeur !

  6. Rosa SAHSAN

    23 septembre 2019 at 11 h 25 min

    Je reste sans voix.Ce parti se dit clairement antisioniste et antisémite et on laisse faire.
    C’est ça la naïveté au pays de Macron. Nous juifs qu’allons nous devenir.
    ROSA

  7. benjamin

    23 septembre 2019 at 15 h 42 min

    déjà la republique a permis une liste aux européennes antisioniste animèè par le gros tas de merde noire du temps de nicolas Sarkozy !le conseil constitutionnel n avait rien trouvè a redire !incroyable !!pas plus a l epoque que Sarkozy qui aurait du intervenir !!!la peur? la magouille ? le fric ? la stupiditè surement oui !!ISRAEL AURAIT DU RAPPELER SON AMBASSADEUR EN FRANCE CAR ANTISIONISTE VEUT DIRE DESTRUCTION DE L ETAT JUIF D ISRAEL

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *