Islamo-gauchisme et judéo-bolchevisme: le faux parallèle

By  |  10 Comments

ANALYSE – L’ancien ministre Benoît Hamon a comparé, sur France Inter, la situation présente avec les années 1930 et la montée d’un fascisme aux conséquences que l’on sait.
Par Eugénie Bastié

Benoît Hamon a fait un parallèle, sur France Inter samedi 17 avril, entre islamo-gauchisme et judéo-bolchevisme. PHILIPPE DESMAZES/AFP
Interrogé sur France Inter samedi 17 avril sur l’ «islamo-gauchisme», l’ancien ministre Benoît Hamon a déclaré: «J’observe qu’on a parlé des ‘‘judéo-bolcheviques’’ avant la Seconde Guerre mondiale, les mêmes, le même courant, maintenant ce sont les islamo-gauchistes. On ne se rend pas compte de là où on va aujourd’hui.» En faisant ce parallèle historique, Benoît Hamon mettait en garde sur le retour du même, tropisme intellectuel omniprésent à gauche qui consiste à comparer la situation présente avec les années 1930 et la montée d’un fascisme aux conséquences que l’on sait. Il n’est pas le seul à s’engouffrer dans cette brèche. L’historien Shlomo Sand, qui a lui-même «cessé d’être juif» par empathie pour la cause palestinienne, avait fait cette analogie lui aussi. Rebondissant sur l’usage de plus en plus répandu du terme «islamo-gauchisme» il avait évoqué son père communiste polonais qualifié jadis de «judéo-bolchevique».

Aujourd’hui le terme «islamo-gauchiste» ne désigne pas un intellectuel musulman converti au socialisme mais un compagnon de route parfaitement athée de la religion supposément des faibles. Cette expression, certes devenue galvaudée, désigne la convergence entre des intellectuels de gauche et des mouvements islamistes, par exemple le soutien à la révolution iranienne de la part de Sartre et Foucault, les défilés communs entre extrême gauche occidentale et Hamas au début des années 2000, l’aveuglement d’une partie de la gauche au péril islamiste après les attentats. Et ce pour plusieurs raisons: tiers-mondisme, recherche d’un prolétariat de substitution, ou culpabilité historique.
Née après la révolution de 1917, l’expression «judéo-bolchevisme» visait, elle, à dénoncer un complot juif derrière la prise de pouvoir en Russie. «Il n’y a plus moyen de contester que les 95% des grands chefs soviétistes soient juifs (…) Dans toute l’Europe, il est le voyageur de la révolution.» écrivait par exemple Charles Maurras dans l’Action française en 1920. On insiste aussi sur les origines juives de Karl Marx. On voit derrière l’internationalisme révolutionnaire la trace du «cosmopolitisme» juif. «Lorsqu’elle s’est diffusée, au début des années 1920, dans certains milieux anticommunistes et antisémites, l’expression ‘‘judéo-bolchevisme’’ signifiait que le bolchevisme était un phénomène juif et que les bolcheviques étaient en fait des Juifs (ou des ‘‘enjuivés’’)» rappelait récemment Pierre-André Taguieff dans Libération. Aussi, le «judéo bolchevisme» s’inscrit dans une histoire plurimillénaire de l’antisémitisme indissociable du complotisme qui conduit à supposer le pouvoir exorbitant d’une minorité juive dans les événements historiques (guerre, révolution, épidémie).
Vouloir calquer sur une haine supposée des musulmans le modèle de la haine des juifs, c’est faire fi de l’histoire spécifique de l’antisémitisme
Si l’antisémitisme s’appuie sur une rhétorique du complot, la dénonciation de l’islamo-gauchisme s’appuie sur une accusation de compromission bien différente. Cette comparaison fallacieuse entre islamo-gauchisme et judéo-bolchevisme n’est que la réplique d’une analogie tendancieuse entre une prétendue islamophobie de la France d’aujourd’hui et l’antisémitisme tel qu’il a pu se déployer en Europe dans l’entre-deux-guerres. On cherchera en vain les pogroms et les «nuits de cristal» visant les musulmans dans notre pays aujourd’hui. Vouloir calquer sur une haine supposée des musulmans le modèle de la haine des juifs, c’est faire fi de l’histoire spécifique de l’antisémitisme dont le judéo-bolchévisme n’était qu’un des manifestations.

Dans Les Origines du totalitarisme, Hannah Arendt montre bien les deux écueils à éviter lorsqu’on pense l’antisémitisme: l’idée d’un antisémitisme anhistorique, sorte de «malédiction» sur le peuple juif, et l’idée du «bouc émissaire» des Juifs comme victimes contingentes de l’histoire. Elle écrit: «Cette théorie qui présente les Juifs comme d’éternels boucs émissaires implique que le bouc émissaire aurait pu être tout aussi bien n’importe qui d’autre». Dire que les Juifs furent des boucs émissaires, c’est finalement éluder la profondeur et la spécificité de l’antisémitisme en affirmant que n’importe quels «parias» auraient pu subir ce déchaînement de violence.
C’est bien cette théorie que reprennent ceux qui voient dans les musulmans d’aujourd’hui les nouvelles victimes expiatoires de la crise de nos démocraties. C’est nier délibérément la montée de l’islamisme, et que celui-ci produit lui-même aujourd’hui dans certains milieux musulmans une nouvelle forme d’antisémitisme. Une réalité dont Benoît Hamon devrait tenir compte plutôt que de se lancer dans des rapprochements terminologiques hasardeux.
Source :
https://www.lefigaro.fr/vox/politique/islamo-gauchisme-et-judeo-bolchevisme-le-faux-parallele-20210419

happywheels

10 Commentaires

  1. limone dit :

    lui c’est comme valls franchement il est pas net

  2. yaacov dit :

    Bonjour LDJ
    Je vous adore
    Je trouve que les articles de fond sont un peu long
    Peut être une nouvelle tendance éditoriale
    Sinon rien à signaler
    Vous exister vous et nous sommes un et restons éveillés
    Bien cordialement
    Yaacov

    • Franccomtois dit :

      Voyez Yaacov cela fait des années que j´interviens sur ce site,combien,au moins 5 ans me semble t-il et je suis comme vous bien que je ne sois pas juif(cela fait rien monsieur ont vous garde quand même,réplique de Salomon á Victor Pivert dans rabbi Jacob).Seul site sur lequel j´interviens et qui me retiens.Je m´arrêterai quand ils arrêteront et j´espere du fond du coeur un jour rencontrer les personnes de ce site et je crois que chez les Franccomtois je ne suis pas le seul á le souhaiter.
      Fraternité Judéo-Chrétienne!

      • liguedefensejuive dit :

        Cher Francomtois lors de votre passage sur Paris ,nous vous inviterons à déguster une pochouse aux poissons ou des rôties au comté et aux morilles arrosées par un chardonnay ou (et) un pinot noir

  3. l’islamo-gauchisme,c’est un peu le mariage d’une carpe et d’un lapin, il est contre nature. Un gauchiste par définition est libertaire, un peu anarchiste, forcément féministe, pour l’égalité de tous les humains comment peut-il défendre la religion de la soumission, sectaire car il ne peut y avoir que des dhimmis en dehors de l’islam, liberticide car il n’y a pas de liberté de pensée puisque les apostats sont condamnés à mort et considérant que les femmes sont des humains de seconde catégorie?

  4. benjamin dit :

    les gauchistes grimpent sur un ane qui s appelle l islam pour avancer !car sans cet ane ils ne bougent pas !pas du tout !seulement le hic est que ce sont bel et bien les gauchos qui sont devenus les anes !!et l islam caracole desormais sur le dos des anes gauchistes !!en fin de compte mariage de raison !!bien pensè et executè !!irreversible !!en france seulement !ainsi en est du benet hamon !!!un ane dhimmi en chef !!

  5. Goldman Max dit :

    il est bien placé pour parler ainsi en comparant la France d’aujourd’hui
    avec la France des années 30 lui Bilal Hamon
    l’islamoNazi et le Nazislamiste de TrappiSStan-en-iSSlamiSStan

  6. herode dit :

    francontois c’est le mench
    le type robuste
    pas gauchiste pour 2 sous
    qui comme tout le monde ne peut plus blairer les islamo gauchistes
    et les gauchistes tout court
    un ami d’israël
    un grand chrétien !
    col hacavod !

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *