L’homme accusé d’avoir armé Merah reste en détention

By  |  1 Comment

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a rejeté la demande de remise en liberté formulée par Fettah Malki. Âgé de 31 ans, cet Algérien est incarcéré depuis un an après son arrestation à Toulouse, dans le quartier des Izards. Il est accusé par la justice d’avoir fourni à Mohammed Merah un gilet pare-balles estampillé «Police nationale» et un pistolet-mitrailleur Uzi. Une arme redoutable qui a été utilisée par le «tueur au scooter» devant l’école juive Ozar Hatorah le 19 mars 2012 à Toulouse – trois enfants et un professeur ont été assassinés ce matin-là.
Le mandat de dépôt de Fettah Malki, qui lors de ses auditions aurait reconnu avoir fourni arme et matériel à Merah, a été renouvelé fin mai par les juges antiterroristes en charge du dossier. Un renouvellement objet d’un appel mené par Me Christian Etelin. Les différents conseils des victimes de Merah se sont bien sûr mobilisés pour s’opposer à cette remise en liberté. «Comment peut-on imaginer accorder cette remise en liberté ?, s’interrogent Mes Gauthier-Gaujoux et Simon Cohen. Non seulement ce mis en examen a fourni des armes mais, au regard du dossier, on peut légitimement s’interroger sur sa connaissance de la réalité des projets meurtriers de Mohammed Merah.»
Plaidée début juin, l’ordonnance de confirmation a été rendue mercredi par la cour d’appel de Paris. «Laisser cet homme en liberté, c’était prendre le risque, comme pour Souad Merah ou Sabri Essid, de le voir fuir loin de notre pays», insiste Me Gauthier-Gaujoux.
Souad Merah localisée
D’ailleurs Me Cohen a déposé, au nom de la famille Sandler, une plainte pour savoir comment la sœur du «tueur au scooter» a pris la fuite. Les policiers de la DGRI en charge de leur surveillance devraient d’ailleurs être interrogés pour comprendre ce que les parties civiles qualifient «de grossière erreur».
Hier matin, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a affirmé lors d’une interview face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC que ses services «savaient» où se trouve Souad Merah en Syrie. Et qu’en cas d’un retour en France, elle serait «arrêtée».
Jean Cohadon

lire l’article de LA DEPECHE en cliquant sur le lien ci-après

http://www.ladepeche.fr/article/2014/06/14/1900434-l-homme-accuse-d-avoir-arme-merah-reste-en-detention.html

happywheels

1 Comment

  1. ronit dit :

    il est pire ce terroriste il devrait avoir une peine de prison pour crime si il n avait pas fourni les armes les victimes seraient encore vivantes

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *