Allemagne : la féministe Alice Schwarzer déplore que la presse française occulte l’antisémitisme musulman

By  |  4 Comments

« En Allemagne, l’antisémitisme ne provient plus exclusivement de la droite »
La féministe Alice Schwarzer déplore que la presse française ne se focalise que sur l’AfD pour expliquer la montée de l’antisémitisme en Allemagne.
Propos recueillis par Thomas Mahler

« L’attentat à Halle est horrible. Mais dans la presse française, on raconte des bêtises à ce sujet. » Fondatrice du magazine Emma et grande figure du féminisme universaliste en Allemagne, Alice Schwarzer a contacté Le Point à la suite de la lecture d’un dossier de Libération qui évoquait la recrudescence de l’antisémitisme chez nos voisins en se focalisant uniquement sur les néo-nazis et l’AfD. Mercredi 9 octobre, Stephan Balliet, extrémiste âgé de 27 ans, a tenté de pénétrer dans une synagogue où priaient des fidèles réunis pour Yom Kippour, avant de tuer une passante puis un client d’un restaurant turc. De quoi réveiller les vieux démons d’un pays où les actes antisémites ont augmenté de 20 % en 2018. Une étude européenne publiée en 2018 a aussi montré que 85 % des juifs allemands estimaient que l’antisémitisme est « un problème très important ou plutôt important », le score le plus élevé en Europe après la France

Mais pour Alice Schwarzer, amie d’Élisabeth Badinter et militante contre l’islamisme depuis de longues années, l’antisémitisme d’extrême droite ne doit pas occulter le « nouvel antisémitisme musulman » observé par les chercheurs. Dans son numéro de cette semaine, l’hebdomadaire de référence Der Spiegel a titré « Nie wieder ? » (« plus jamais ? ») avec une étoile de David criblée de balles en couverture, évoquant l’antisémitisme néo-nazi comme celui émanant de la gauche ou des « immigrés musulmans », perçus comme « particulièrement aggressifs » par beaucoup de juifs allemands.
close
volume_off
Le Point : Vous êtes énervée par le traitement de la presse française de l’attentat antisémite à Halle. Pourquoi ?
Alice Schwarzer : Parce que la couverture médiatique était trop simpliste. Il est vrai que les délits antisémites ont augmenté de 20 % en 2018, s’élevant à 1 800 cas. Et que le ministère de l’Intérieur les classe dans la catégorie « criminalité motivée par la droite politique ». Mais selon une étude de chercheurs de l’université de Bielefeld, 8 victimes sur 10 de violences antisémites disent avoir été agressées par des musulmans. En Allemagne, comme en France, c’est le même phénomène : l’antisémitisme traditionnel n’est redevenu virulent que par le nouvel antisémitisme musulman.
Mais Stephan Balliet s’est radicalisé sur les sites de l’ultra-droite et voulait tuer des juifs. Stephen Ernst, qui a abattu le préfet de Cassel Walter Lübcke en raison de ses positions pro-migrants, est lui aussi un néo-nazi. Ne faut-il pas craindre la résurgence des idées d’extrême droite ?
Le criminel de Halle s’est lui-même défini comme un « incel » (diminutif de « involuntary celibate », ou célibat involontaire, NDLR). C’est-à-dire un jeune homme frustré, sans compagne féminine, qui passe sa vie sur un ordinateur. Sur l’espace numérique, ils consomment toutes les paroles haineuses et les théories du complot qui sont disponibles. Ces hommes haïssent les femmes émancipées, les juifs et les étrangers. L’antisémitisme a longtemps été tabou en Allemagne, après le choc de la Shoah. Aujourd’hui, on l’estime à 5 % dans la population allemande. Mais cet antisémitisme ne provient plus exclusivement de la droite, il se développe aussi à gauche. Un antisémitisme manifeste se mêle à la critique de l’État d’Israël.
Après Halle, beaucoup comme le ministre bavarois Joachim Herrmann ou le candidat à la présidence du SPD Karl Lauterbach ont pointé du doigt l’AfD. Pour vous, ce parti n’est ni d’extrême droite ni antisémite, mais populiste…
L’AfD est un parti populiste de droite, comme celui de Marine Le Pen. Ses électeurs sont d’une certaine façon des Gilets jaunes qui vont dans les urnes. L’AfD a participé à la brutalisation du climat politique. Et dans le parti, on retrouve des radicaux d’extrême droite comme Björn Höcke, tête de liste aux élections régionales en Thuringe (qui a qualifié le Mémorial de la Shoah à Berlin de « monument de la honte », NDLR). Mais le parti en lui-même n’a pas de programme antisémite. Au contraire : l’AfD se positionne toujours de manière explicite contre l’antisémitisme. Ce qui prolonge un mouvement historique : la droite radicale en Allemagne n’est plus automatiquement antisémite.
Mais Alexander Gauland, co-dirigeant de l’AfD, a déclaré qu’il fallait être fier de la « performance des soldats de la Werhmacht » pendant la Seconde Guerre mondiale. Le parti ne se radicalise-t-il pas ?
Si, hélas. Mais c’est aussi la faute des partis traditionnels. Les analyses électorales montrent que la majorité des actuels électeurs de l’AfD votaient auparavant pour les conservateurs, les sociaux-démocrates, les Verts et même pour Die Linke, le parti de l’extrême gauche. Ces électeurs sont frustrés. Frustrés par rapport à la politique sur les réfugiés ou, à l’Est, par rapport à la supériorité de l’Ouest. Il est ainsi juste et nécessaire de critiquer le programme de l’AfD, car ce parti prêche la haine de l’étranger et la misogynie. Mais en même temps, il est injuste de diaboliser l’ensemble de l’électorat de l’AfD en le présentant comme des radicaux d’extrême droite. En faisant cela, on ne va que les pousser encore davantage dans la contestation. Les partis traditionnels devraient plutôt demander à ces électeurs pourquoi ils ont bifurqué vers l’AfD, et qu’est-ce qu’ils ont, à leurs yeux, fait de mal.
Source :

https://www.lepoint.fr/societe/en-allemagne-l-antisemitisme-ne-provient-plus-exclusivement-de-la-droite-18-10-2019-2342082_23.php

happywheels

4 Commentaires

  1. Lys

    19 octobre 2019 at 19 h 31 min

    « Il est vrai que les délits antisémites ont augmenté de 20 % en 2018, s’élevant à 1 800 cas. Et que le ministère de l’Intérieur les classe dans la catégorie « criminalité motivée par la droite politique ». Mais selon une étude de chercheurs de l’université de Bielefeld, 8 victimes sur 10 de violences antisémites disent avoir été agressées par des musulmans. »
    Bravo, continuez de nous manipuler !!!

  2. Bertrand Jean-Michel Escaffre

    20 octobre 2019 at 0 h 23 min

    Droite et gauche, même pourriture mentale.

    • vrcngtrx

      20 octobre 2019 at 11 h 16 min

      exact, des extrêmes jusqu’au centre !

    • AFMC98000

      21 octobre 2019 at 15 h 36 min

      Nos gouvernants politiques et la gauche islamo consentante à choisi entre un minerai électoral de 5 millions de français musulmans d’un côté et quelques centaines de milliers de juifs de l’autre. Il faudrait également savoir pourquoi les juifs votent à gauche? Ceux-là même qui sont un obstacle à tout barrage islamique.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *