AMIENS «Heil Hitler» dans un bar, trois policiers de retour à la barre

By  |  2 Comments

Trois policiers, dont un ancien chef de la Brigade anti-criminilaité (BAC), et deux commerçants, sont jugés en appel ce vendredi. Ils sont poursuivis pour provocation à la haine raciale.

Trois policiers exerçant à la brigade anticriminalité d’Amiens sont de retour à la barre du tribunal ce vendredi matin. Ils sont poursuivis pour « provocation à la discrimination raciale ». En cause : des débordements lors d’une soirée très alcoolisée. Le 1er février 2008, dans le bar My Goodness, situé dans le quartier Saint-Leu à Amiens, les trois fonctionnaires, accompagnés de deux amis, s’étaient fait quelque peu remarquer.
Des témoins, dont le patron de l’établissement, les ont surpris en train de trinquer en prononçant ces paroles : « Heil Hitler », « Mort aux juifs », « il faut rallumer les fours crématoires ». Cette phrase a également été entendue : « Je préfère briser ma carrière plutôt que de laisser mon pays coloniser par les bougnoules et les négros. Il faut les tuer, les tuer… ».
Seul le chef de la BAC avait écopé d’une amende
Lors de leur procès en première instance, les policiers ont nié les faits, ou indiqué qu’ils ne se souvenaient plus car trop alcoolisés.
On avait eu le droit à des défenses quelques fois risibles. Les « Sieg Heil ! », balancés dans le bar ? « Pour moi, je disais « zig zag », dira le commerçant boucher. Et les saluts hitlériens ? « Pour moi, comme il y avait beaucoup de monde, c’était plus des Ouh ouh les gars, je suis là », a affirmé le même.
Deux des trois policiers avaient finalement été relaxés. Seul le chef de la BAC jour, Fabrice Lengelé, avait été condamné. Et légèrement : 1000 euros d’amende, et dispense de l’inscription sur le volet B2 du casier judiciaire, ce qui lui permettait de poursuivre sa carrière dans la police.
Lengelé était impliqué politiquement au Front national. Il s’était présenté aux législatives de mars 2002 en tant que suppléant sur la circonscription de Roye-Montdidier. Son épouse, Catherine Châtelain, était conseillère régionale de Picardie Front national.
Le parquet, qui avait requis jusqu’à deux ans de prison avec sursis, avait fait appel. Le patron de l’établissement, la Ligue des Droits de l’Homme, la LICRA ou encore SOS Racisme avaient déposé plainte.

lire l’article du COURRIER PICARD en cliquant sur le lien ci-après

http://www.courrier-picard.fr/region/amiens-heil-hitler-dans-un-bar-trois-policiers-de-ia0b0n448961

happywheels

2 Commentaires

  1. risset dit :

    a faire partager partageons

  2. risset dit :

    partager faire suivre je partage

Publier un commentaire

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *