Coignard – Burkini : la nage en eaux troubles de Marlène Schiappa

By  |  5 Comments

CHRONIQUE. La secrétaire d’État a mis deux jours à réagir au « happening » d’une association pro-burkini à Grenoble. Et ses propos sont loin d’être clairs  !
Par Sophie Coignard
Le burkini est un sujet hautement polémique et son intrusion dans l’actualité n’est jamais une bonne nouvelle. Pour éviter de faire de la publicité supplémentaire à ce prétendu vêtement, le mieux serait de ne pas en parler et de laisser les autorités faire leur travail en termes de laïcité et d’ordre public. Car l’objectif premier des femmes qui ont forcé l’entrée d’une piscine de Grenoble, couvertes de la tête aux pieds, et surtout de ceux qui les soutiennent, consiste justement à provoquer une réaction indignée qui pourra être utilisée à des fins de victimisation. Sur de telles affaires, le silence est bien souvent d’or.
Toutefois, l’affaire se complique quand la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes met deux jours à réagir. Qui mieux qu’elle peut dire sans ambiguïté ce qui se cache derrière un tel happening  ? Elle se décide donc, avec retard, à s’exprimer dans les colonnes du Dauphiné libéré, le quotidien régional qui couvre la région grenobloise. Elle déplore « une forme de demande, de revendication communautaire. (avec) un message politique derrière ». Mais elle assortit cette condamnation d’un « en même temps » très facultatif : « Bien évidemment, inversement, cette crispation du débat ne doit pas mener à des discriminations et les femmes, quels que soient leurs religions ou leurs modes de vie, doivent pouvoir accéder aux piscines municipales ». Alors  ? Comment fait-on  ? Ce balancement circonspect annonce-t-il que le gouvernement s’en tiendra à un lâche statu quo  ?
Casuistique déplacée
L’heure n’est pourtant plus aux atermoiements. Cette opération n’est pas la première du genre et son objectif est clair : nuire à la mixité républicaine qui prévaut dans tous les compartiments du service public. Certes, tout est fait pour embrouiller les esprits. L’association qui a soutenu l’opération piscine à Grenoble le week-end dernier s’appelle Alliance citoyenne. On a du mal à discerner ce qu’il peut y avoir de citoyen dans un comportement à la fois illégal, diviseur et profondément communautariste. Elle prétend promouvoir un acte de « désobéissance civile ». Mais enfin, le mobile premier de cette opération grenobloise n’a rien de civil et tout de religieux.

Plus grave encore, des contradictions choquantes émanent d’institutions gouvernementales. Marlène Schiappa a trouvé bien plus ambigu qu’elle. Le bien mal nommé Observatoire de la laïcité vient de publier un guide sur « la gestion du fait religieux dans le sport ». Page 39, le port du burkini est évoqué comme relevant de la « liberté de conscience (…) d’usagers du service public vis-à-vis desquels il n’existe pas de législation restrictive quant au port d’une tenue qui s’apparenterait à un motif religieux ». La seule échappatoire consiste donc à invoquer des motifs sanitaires ou de sécurité (bien réels d’ailleurs), « afin de ne pas aboutir à une discrimination indirecte pour des raisons religieuses ». Une casuistique qui ne devrait plus avoir cours de nos jours…
SOURCE :

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/burkini-la-nage-en-eaux-troubles-de-marlene-schiappa-26-06-2019-2321024_2134.php

happywheels

5 Commentaires

  1. Claude

    26 juin 2019 at 15 h 31 min

    Les piscines de France doivent rester telles qu’elles étaient avant.

    On est en maillot de bain, pas question de rentrer dans l’eau avec des oripeaux douteux sur le dos, ou l’on se fait virer et en vitesse .

    Ces personnes qui viennent couvertes comme cela, ne devraient même pas avoir le droit de rentrer dans ces piscines.

    c’est dégoûtant tout simplement

    Qu’elles soient prévenues à l’entrée, un règlement pour ces établissements de sports qui doivent rester sains et le plus propres possible, par exemple, qu’il y ait un stock de maillots, et on leur propose : ou vous vous déshabillez et prenez un maillot comme tout le monde ou vous virez . Ca ne leur ferait pas de mal d’aérer un peu leur corps .

    Qu’on se le dise ! et ce n’est pas discutable, nous n’avons pas à le tolérer.

  2. RONNY

    26 juin 2019 at 15 h 41 min

    SOUMISSION ET LACHETE A TOUS LES NIVEAUX DE CE GOUVERNEMENT, C’EST A VOMIR, C’EST HONTEUX !!!!!

  3. josué bencanaan

    26 juin 2019 at 17 h 10 min

    Ne demandé pas a la Schiappa de mouillé le maillot, ou plutot le burkini, l’islam est devenu en France sujet tabou !

  4. Rosa SAHSAN

    27 juin 2019 at 8 h 02 min

    Mes amis, ces gens-là sont leur électorat. Point final.
    ROSA

  5. Rony d'Alger

    29 juin 2019 at 17 h 19 min

    On avait déjà le Burkina-Faso ( nouveau nom de la Haute Volta ) et maintenant on a burkini-facho. C’est toujours la même démarche des islamo-facho qui continuent de vouloir submerger la société française en tablant sue la lâcheté de ses élus et dirigeants, obnubilés par l’obsession d’être élus et réélus. Des enseignants révèlent que des élèves musulmans refusent d’aller en visite à Auschwitz qui serait, selon ces jeunes merdeux  » de la propagande pour la Shoah  » (sic). Bien évidemment les mosquées, toujours plus nombreuses, étendent leur emprise.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *