LES COMMUNISTES FRANÇAIS SONT-ILS NOSTALGIQUES DES 2 ANNEES DE COLLABORATION AVEC LES NAZIS ALLEMANDS ?

By  |  4 Comments

Affiche montrant Hitler avec un drapeau français : la ville de Saint-Denis et le dessinateur plaident « une erreur »
Par Louis Nadau
Adolf Hitler éructant, avec un pin’s du drapeau bleu-blanc-rouge épinglé sur le col de sa veste. C’est le visuel que la ville de Saint-Denis a affiché mercredi dans ses rues pour faire la promotion d’un événement culturel contre le racisme. Devant le tollé suscité, la mairie l’a retiré ce jeudi et nous assure qu’il s’agissait d’une bête bourde.
La France serait donc… nazie. Pour promouvoir la 47ème édition de sa Quinzaine antiraciste et solidaire, la ville de Saint-Denis a fait placarder, mercredi 6 mars, une affiche sur laquelle un drapeau tricolore apparaît au revers du col de la chemise d’Adolf Hitler, ni plus ni moins. L’affiche a été retirée ce jeudi matin par la municipalité, qui plaide l’erreur de bonne foi.
Le dessin, signé du graphiste Dugudus, figure le dictateur nazi éructant, la bouche pleine de briques – le thème de l’édition 2019 de cette manifestation culturelle étant « abattons les murs » – sur lesquelles sont inscrites les mots « raciste », « antisémite », « xénophobe », « misogyne », « LGBT-phobe » ou encore « grossophobe ». Discret, un petit drapeau tricolore, figure comme un pin’s au col du personnage.
« Cette première version de l’affiche a été entreprise par mes soins, assume Dugudus auprès de Marianne. Elle dénonce la résurgence de propos abjects et haineux dans notre société de la part de personnes affirmant leur appartenance au drapeau français ». De là à ce qu’une municipalité française l’imprime et la placarde dans ses rues… « Cette piste n’a pas été retenue et une erreur de fichier s’est produite lors de l’envoi à l’imprimeur », plaide l’artiste qui nous assure encore qu' »aucun parallèle entre Hitler et la politique du gouvernement n’a été fait ». Reste que de fait, la présence de l’emblème national sur ce dessin l’associe au nazisme.
La mairie de Saint-Denis, qui chapeaute cet événement associatif auquel participe notamment Amnesty International, Terre solidaire et la Ligue des Droits de l’Homme, affirme également s’être emmêlé les pinceaux. « Ce qui s’est passé, c’est que la chargée de communication qui suivait le dossier est partie en vacances, nous explique-t-on au téléphone. Le drapeau étant tout petit, et alors que nous étions en retard sur la communication, ce détail, qui n’était pas sur les esquisses, nous a échappé au moment d’imprimer l’affiche ». Et de marteler : « Le message est gravissime, jamais nous n’aurions validé un truc comme ça. On est ridicule, mais c’est un concours de circonstances ».
La ville de Saint-Denis « n’a jamais voulu faire un tel parallèle »
Dans un communiqué publié mercredi en fin d’après-midi, la commune reconnaît publiquement qu’un « détail sur le visuel a été identifié pouvant porter à confusion sur le message porté par l’événement ». « Si la municipalité condamne de nombreuses décisions du gouvernement actuel, la ville de Saint-Denis et le graphiste n’ont jamais voulu faire un tel parallèle », insiste la municipalité communiste qui ajoute, un tantinet à côté de la plaque : « Le message de l’événement se veut internationaliste et souhaite lutter contre la montée des racismes partout dans le monde. La présence du drapeau français va donc également à rebours de cette orientation ».
La mairie assure que les quelques dizaines de ces affiches déjà placardées ont été retirées, et seront remplacées par une version expurgée du drapeau français, qui avait selon elle été initialement choisie à partir de l’esquisse ci-dessous.

Parmi les élus de la ville de Saint-Denis, c’est Zaïa Boughilas, conseillère municipale déléguée à la vie associative et citoyenne, qui aurait selon la mairie suivi ce dossier. Son collègue conseiller à la lutte contre les discriminations, Madjid Messaoudene, qui s’était notamment distingué en 2012, lors des attentats perpétrés par Mohammed Merah, par des tweets relativisant la gravité de ces faits et parlant d’un président de la République « apparemment fasciste », a-t-il également participé ? Non, nous assure-t-on, il était « en vacances » et « n’a rien à voir là-dedans ».

SOURCE :
https://www.marianne.net/societe/hitler-drapeau-francais-affiche-saint-denis


Communiqué de presse sur l’affiche dyonnisienne de la quinzaine anticoloniale et antiraciste solidaire 2019.
La 47ème édition de la Quinzaine antiraciste et solidaire, organisée à St Denis approche : elle se déroulera du 21 mars au 6 avril prochain. Or, à moins de trois semaines d’un événement qui fait notre fierté commune, l’affiche prévue doit être retirée à cause de la polémique pourtant prévisible qu’elle déclenche. Cette polémique se concentre sur un détail graphique : le drapeau français qui figure sur le col de chemise du personnage qui occupe toute la surface de l’affiche: un Hitler à la gueule grande ouverte. Il semblerait que ce drapeau ait été ajouté tellement au dernier moment par l’auteur du visuel que sa présence aurait échappé à qui l’a validée. Risible. Ce qui l’est moins c’est la nature du débat que déclenche la chose. Pour certains le scandale vient de l’association du drapeau national avec le chef nazi. On peut admettre que ce geste soit maladroit au regard de la mémoire des combattants antifascistes et des victimes du nazisme pour lesquels le tricolore faisait sens de résistance. Il n’en reste pas moins que les mêmes trois couleurs ont également et largement été appropriées par des nationalistes français qui préférant « plutôt Hitler au Front Populaire » ont collaboré jusqu’à pour certains s’engager dans des unités S.S. arborant ces mêmes couleurs. À Saint Denis, le cas Doriot, de sinistre mémoire, nous en fait malheureusement savoir quelque chose. On peut dire qu’il s’agissait là d’un détournement scandaleux mais ne pas nier l’existence de nazis bien français. Au demeurant cette affiche soulève une autre question qui, moins discutée, n’en est pas moins fort discutable. La bouche du personnage d’Hitler y est figurée largement ouverte sur un mur dont les briques portent les inscriptions « raciste », « antisémite », » homophobe « , etc. Or quand on mure une ouverture c’est pour la fermer. Si cette ouverture est un égout telle la bouche d’Hitler alors les briques qui l’obstruent sont à valoriser. On voit bien le contresens total porté ici par le visuel retenu pour cette affiche : le racisme (etc.) n’est pas ce qui « murait » la parole d’Hitler mais bien ce qui la caractérisait. Ce contresens est aussi grave que stupéfiant venant de l’auteur, par ailleurs talentueux. Il l’est plus encore de la part de ceux qui ont la responsabilité politique de sa validation. Nous sommes d’autant plus en colère que celles et ceux d’entre nous qui, au titre de leur délégation, auraient pu être consultés sur cette affaire ne l’ont pas été ou n’ont pas validé ce visuel. La lutte contre le racisme et la communication de notre ville sont des affaires sérieuses. Qu’un créatif « se lâche » c’est dans sa fonction, qu’aucun contrôle politique minimum ne s’exerce en la matière, c’est une faute.
REVE-Insoumis

happywheels

4 Commentaires

  1. In Memoriam

    8 mars 2019 at 22 h 41 min

    Déjà qu’Hitler ça n’était pas des murs mais les barbelés des camps de la mort, sauf peut-être les murs des ghettos érigés en attendant la solution finale, ce qui revient au même !
    Quant aux différentes formes de racisme évoquées, quel rapport avec la volonté meurtrière d’Hitler ? Ah oui peut-être , et dans une moindre mesure, l’islamisme qui ne se contente pas de haïr mais qui tue !

  2. Françoise SAADOUN

    8 mars 2019 at 23 h 00 min

    une bourde? mon oeil-

  3. aval31

    10 mars 2019 at 13 h 26 min

    Je ne sais pas comment tout çà va se terminer mais étant donné que la France sera une menace nucléaire pour le monde libre, je crois qu’il vaut mieux prendre le risque de ne pas laisser se créer une nouvelle Allemagne nazie avec l’arme nucléaire.

    Les français n’avaient qu’a se battre (ce qu’ils ont très bien fait durant la deuxième guerre mondiale contrairement à la propagande gaulo-communiste). Zemmour, finkel n’ont pas à sauver leur peau au risque de leur vies.

    Je suis désolé pour eux, pour moi la messe est dite, ce qui va leur arriver maintenant restera une leçon terrible pour l’humanité dans l’histoire pour les lâches et des imbéciles, nous allons voir ce qui n’a jamais été vu avant.

  4. Anselme Heisenberg

    10 mars 2019 at 17 h 35 min

    Se référer à l’Allemagne nazie à chaque fois qu’il est question d’une des nombreuses phobies mentionnées dans le dessin controversé de l’infâme hitler, voila la seule stratégie des gauchistes bien-pensants.

    Il faudrait qu’ils se mettent à la page et le remplacent par ramadan ou nemouche ou merah ou coulibaly ou ben laden ou mbs ou khomeiny ou abbas ou rohani ou kouachi et j’en oublie. Mais ils perdraient ainsi pas mal de ce qu’il leur reste d’électeurs…

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *